dimanche 29 juin 2008

Qui donc croit encore Julie Couillard?

Vincent Marissal de La Presse, Gesca, Power Corp qui contrôle le Parti Libéral du Canada depuis des lunes, se demandait à RDI la semaine dernière, qui nous devions croire dans l'affaire Bernier-Couillard, suite au discours de Maxime Bernier qui contredit la version de la pauvre fille des motards.

Qui croire? La question se pose vraiment Vincent?

Pour résumer nos deux derniers mois d'actualité politique locale, vous avez le choix: Vous avez un ministre nouvellement en politique, un économiste de formation, visiblement mal à l'aise en public, un gars qui serait incapable de mentir sans que ça ne paraisse. Ce gars-là, y'a une Julie Couillard qui courait après, qui devait mettre le grappin dessus. Maxime affirme n'avoir jamais su tout au long de sa relation avec madame ce que nous avons appris depuis la fin avril. Serais-ce la première fois qu'une femme mène une double-vie? Serais-ce la première fois que quelqu'un dans une relation de couple ne se présente pas sous son vrai jour?

Vous avez la fille d'un criminel reconnu, qui a fréquenté des criminels connus, certains sont en prison, d'autres sont morts tués, ou suicidés, qui se présente comme une femme d'affaires. Elle accepte de l'argent de Quebecor pour sortir un lapin de son chapeau, dans le but de faire rouler la tête de son "ex-copain": Il a laissé un document du gouvernement codé chez elle.

Affirmant qu'il ne l'avait jamais aimée, avec une sorte d'attitude de femme trompée qui cherche à se venger, elle veut tout révéler, donc qu'il savait qu'elle était issu d'un millieu compliqué.

Dans un monde ou tout est blanc ou noir, où tous les politiciens sont des pourris, et les femmes des victimes honnêtes... Il faudrait croire la belle Julie. Mais le monde n'est pas fait ainsi... Il y a du blanc et du noir certes, mais énormément de possibilités de teintes de gris, des plus pâles au plus foncées.

Les nouvelles déboulent: Il y a l'affaire d'une bâtisse au coeur de transactions louches, sa "compagnie de sécurité" sans contrats qui ressemble à une coquille vide. Il y a aussi sa maison à Laval achetée pour un dollar à son frère. Il y a une faillite personnelle, et qu'on arrive pas à comptabiliser comment elle peut toujours se promener en Audi et avoir une maison à Laval, sans avoir d'emploi fixe officiel. Il y a en plus ce projet de construction d'édifice fédéral à Québec, qui intéresse la firme Kevlar, qui se retrouve mêlée dans tout ça. Mme Couillard semblait vouloir à tout prix que ça se construise, elle en a parlé à l'attaché du ministre des travaux publics Michael Fortier.

Pendant que l'on sirotait une bière sur le patio lors de notre congé de la Saint-Jean et qu'aucun quotidien n'était publié dans la capitale du Québec, une nouvelle circule dans quelques médias: Julie Couillard aurait en plus opéré deux maisons de débauche à Montréal il y a quelques années, faisant travailler des immigrantes de pays pauvres, sous un programme d'immigration de la ministre Judy Sgro (toujours députée en Ontario) du gouvernement du parti Libéral. Ce programme qui avait fait scandale en 2004, avait entrainé la démission de la ministre Sgro. Il semble que le crime organisé en haut lieu avait fait des pressions sur le gouvernement afin de remédier à un problème urgent de main-d'oeuvre dans le domaine des danseuses exotiques. Imaginez-vous que nous avions à ce moment un gouvernement qui s'ocuppait de main-d'oeuvre de bars de danseuses, alors que nous manquons de médecins.

Il n'y a pas de limites à l'interventionnisme de l'état, plus on intervient, plus on intéresse ceux qui veulent des interventions en leur faveur.

Depuis, entre deux nouvelles ce printemps, on apprenait que des membres du gouvernement, avaient eu des menaces répétées de la part du crime organisé pour que ce programme suspendu et finalement jeté à la corbeille, reste. La nouvelle ministre conservatrice Mme Finley a du faire hausser son niveau de protection, tellement le millieu criminel a besoin du gouvernement pour faciliter le commerce d'êtres humains.

Pour revenir au commerce de Julie Couillard, elle exploitait selon Marie-Claude Montpetit, qui enquêtait à l'immigration, ses bordels avec des jeunes femmes venus sous le programme libéral de visas de travail. Ces jeunes femmes se faisaient expliquer qu'il fallait plus que danser dans un bar pour rester au Canada, il fallait satisfaire les bas-instincts de diplomates et politiciens.

Julie Couillard aurait dansé elle-même dans un club du centre-ville de Montréal.

Lorsqu'on cumule les informations sur le millieu de la prostitution ces dernières années, on constate que l'on vise à satisfaire des exigences précises des clients. Il faut que ce soit plus jeune, qu'il y ait des traits et un teint exotique, et il faut surtout faire des trucs qui réussissent à faire bander ceux qui ne sont plus capables de le faire avec leur femme, ou plus capables lorsque la femme est consentante. Ajoutons un peu de "sugar" dans la recette (snif, snif).

Une mineure de la prostitution juvénile de Québec comme on l'a appris dans l'opération scorpion devait être "gang-bagnée" par un gang de rue, et ensuite occasionellement battue et violée, maintenue dans une tension qui l'empêchera de sortir au grand jour ce qu'elle vit. Elle doit comprendre que le monsieur client important a toujours raison, et que son consentement n'a rien à voir, ils en ont rien à foutre, lorsque c'est le temps d'y aller de choses plus douloureuses et dégueulasses.

Pensez-vous qu'une immigrée avec un visa de "danseuse exotique", qui se ramasse dans un réseau de prostitution contre son gré, dans un pays étranger, dont elle ne connait pas la langue, ira se plaindre à la police de mauvais traitements, alors que dans son pays, la police et le crime, c'est la même chose? Que vaut la vie de cette femme?

Je tiens à vous mettre des points sur les I et les barres sur les T, car au Québec on a une culture de laxisme et de joyeux lurons qui aiment banaliser les choses moralement tordues. L'abus au Québec fait partie de nos distinctions nationales, si nous n'avons pas suffisamment d'élasticité dans nos principes moraux, nous sommes vus comme étant des "constipés", et ce genre de raisonnement mène tôt ou tard à des cauchemards pour certains qui ne vivent pas le "party" du même côté... Certains ont la compassion du mauvais côté, ils envient la fête et n'acceptent pas que l'on juge les besoins d'un fêtard. Nous avons banalisé le crime, l'usage de la drogue, sa culture, son traffic, au point d'être une narco-province.

Donc je me pose des questions, auquelles je n'aurai peut-être jamais de réponses.

Qui étaient ces diplomates et ces politiciens qui utilisaient ces services?

Est-ce que des jeunnes femmes immigrantes ont été forcées de donner des services spéciaux qu'elles ne voulaient pas donner?

Pourquoi Julie Couillard n'a toujours aucun dossier criminel, si tous les services de police nationaux la connaissent autant, et pourquoi personne n'a informé le ministre des affaires étrangères?

Marissal se dit incapable de savoir qui croire... Moi je n'ai pas de difficulté à ne pas croire Julie Couillard, c'est inscrit dans son visage, ses yeux sont le reflet de son âme. Vous écoutez Julie Couillard, son vocabulaire, et il apparait de plus en plus certain qu'elle ne contrôle pas son jeu, il y a forcément quelqu'un quelque chose qui se cache derrière dans son ombre.

Comptons sur Vincent Marissal de Gesca ou les amis de Quebecor qui ont offert l'argent à Julie Couillard pour l'histoire de la petite fille désillusionnée, pour nous trouver qui. Au fait, André Boisclair voulait être premier ministre et personne n'a poussé les questions sur sa consommation de drogue... C'est ça le Québec moralement élastique. Bernier lui a du démissionner sous la pression des médias, il est du mauvais côté, du côté de la droite. Pourtant il n'a fait aucune faute à part d'être tombé dans un piège, une "arnaque" selon son père, et il ne se souvient pas d'avoir oublié de documents chez Julie Couillard. De son côté, elle contacte son avocat plusieurs semaines plus tard au lieu de remettre les dits documents à Maxime, dont elle a pourtant toujours le numéro.

Comment appelez-vous cela, la détention prolongée d'un bien qui ne vous appartient pas, dont on ne vous a pas donné la permission de détenir?

Le livre publié par les Éditions Quebecor Médias s'en vient cet automne, et il répondra surement à toutes nos questions (je suis ironique ici).

lundi 23 juin 2008

Dion et le géant vert

Comment transformer un succès énergétique en échec éclatant? Stéphane Dion a trouvé une réponse...

Il n'y a pas plus Stéphane Dionesque que les idées géniales de Stéphane Dion. "Eureka!" A-t-il du s'exclâmer lorsqu'après une longue réflexion en faisant les mille pas, le plan vert s'est dressé clairement devant lui... C'est alors qu'il a tout mis sur papier, sur beaucoup de papier, tout en faisant la conversation à son aimable et docile chien Kyoto.


Les plans verts contre les GES (gaz à effet de serre) pour contrer le réchauffement climatique, c'est presque aussi efficace que de ramer dans une chaloupe sur le gazon. Pourquoi offrir une solution à un problème qui n'existe pas vraiment? Oui... Personne n'a prouvé que le réchauffement climatique, si réchauffement climatique il y a, est lié à l'activité humaine. Un réchauffement climatique lié à l'activité humaine, ce n'est qu'une théorie, auquel nous devons croire sans voir, nous devons croire que la terre se réchauffe, et si elle se réchauffe, nous pouvons croire que c'est dû principalement à l'activité humaine. Les océans ont toujours monté ces 20 000 dernières années, qu'ils montent à nouveau de quelques centimètres, il n'y a rien de nouveau là dedans... Pas plus que dans la fonte des glaciers, comme ces glaciers qui recouvraient la belle province qui avaient 3 km d'épaisseur il y a 20 000 ans.

Le Canada extrait maintenant des millions de barils de pétrole de ses réserves d'Alberta, en plus que le Canada s'auto-suffit en électricité et en exporte de grandes quantités par la puissance de son réseau de rivières où l'on exploite le potentiel hydroélectrique.

Le prix du baril de brut augmente rapidement lorsque le Canada devient un exportateur net. Les gens cherchent à mieux consommer les produits pétroliers afin de contrôler leurs dépenses en énergie, bref... Malgré un risque sur l'inflation, il y a une pression qui amène du positif: Le gaspillage est terminé.

Mais nous ne pouvons pas sauter de joie en voyant le litre d'essence se vendre 60 cents plus cher qu'il y a deux ans alors qu'on le retrouvait dans les 80 cents, et c'est à ce moment qu'arrive tel un sauveur de la nature Stéphane Dion, principal aspirant premier ministre devant le méchant droitiste Stephen Harper.

Dion propose que l'on vote pour lui, et qu'ensuite au pouvoir, il adopte une série de mesures visant à taxer davantage l'essence de nos véhicules, le diesel de nos camions qui transportent notre nourriture jusqu'à notre marché, le mazout qui chauffe certaines maisons, et l'électricité qui fait tout le reste... Ça serait en fait pour notre plus grand bien et celui de nos générations futures.

Juste d'y penser, ma gueule tombe béante, et je me demande comment est-ce possible qu'un intellectuel, prof d'université, puisse arriver à un tel décrochage de la réalité. Bien sûr... à un certain point, la tête trop dans la théorie, elle oublie la pratique.

Stephen Harper réagit de façon prévisible... il se moque de son adversaire et affirme que les canadiens ne sont pas stupides. Malheureusement, certains canadiens sont stupides et avalent avec un certain plaisir l'idée qu'il faut taxer plus, pour notre propre bien, car comme nous le savons tous, le gouvernement fait toujours de grandes choses avec notre argent. Ces gens souvent ne sont pas ceux qui font rouler la machine économique, donc pas ceux qui paient.

Donc le plan... c'est phase 1: taxer l'énergie, et phase 2: baisser les impôts.

Un peu d'histoire: Suite aux grandes dépenses de la guerre, le gouvernement fédéral a instauré "temporairement" l'impôt sur le revenu. Ensuite en 1991, afin de financer les dépenses exédentaires aux revenus, avec des dizaines de milliards en déficit chaque année, le gouvernement a instauré "temporairement" la TPS.

En 2008... les vieilles guerres sont payées, comme l'éléphant blanc de Mirabel, le stade, et le déficit est devenu surplus depuis longtemps... L'impôt fédéral sur le revenu est resté, comme la TPS... L'opposition des cons s'oppose à toute baisse de la TPS, et les sociaux-verts du Québec demandent à ce que le provincial augmente sa TVQ pour "rapatrier" l'argent que le fédéral renonce à s'approprier en baissant la TPS de 7 à 5%. Tous ces gauchistes taxeurs verts veulent siphonner davantage le porte-monnaie du travailleur Canadien qui doit en plus accepter de payer plus son essence et son chauffage, parce que les sheiks arabes se font une lutte à savoir qui a la plus haute tour du monde et qui aura une piste de ski intérieure au millieu du désert brûlant.

La pensée magique continue si l'on croit qu'il y aura vraiment une phase 2 au plan vert de Dion qui semble plus vert malade que jamais. Dion ne baissera pas les impôts, il s'est opposé à toutes les baisses d'impôt des conservateurs, ainsi qu'aux baisses de la TPS. Dion est un taxeur dépensier, un "progressiste" comme ils disent... Une sorte de melon d'eau flétrit, chétif au dos courbé. Vert environnementaliste en surface, et une chair rouge socialiste à l'intérieur.

S'il y croit vraiment, se pourrait-il que Stéphane Dion soit con? Harper croit que les Canadiens ne sont pas stupides, je crois que plusieurs le sont... Voyons comment réagira l'électorat face à ce plan de taxe sur un produit déja très taxé, nécessaire, et qui en plus est déja plus taxé et plus dispendieux ici que chez nos voisins du sud. Avec Dion, c'est clair, l'économie canadienne sera sacrifiée et nous serons fortement désavantagés au plan concurrentiel à côté de nos partenaires de l'ALENA.

Comptez sur les médias melon d'eau, nos fonctionnaires de la vérité de Radio-Canada, pour nous faire la promotion de ce genre de plans, pour notre bien.

mardi 17 juin 2008

Melons d'eau, ennemis déguisés et évadés talibans


Depuis presque la nuit des temps, du moins depuis l'avènement de cette calamité qu'a été le communisme en Europe, des agents propagateurs de l'idéologie des rouges agissent dans les pays à révolutionner. La guerre froide a donné lieu à des histoires rockambolesques d'espionnage de part et d'autres, où même la peine capitale a été appliquée à ceux qui ont été déclarés coupables de "haute trahison" comme ce fut le cas du couple Ethel et Julius Rosenberg (d'ailleurs les rouges plaident encore en leur faveur).

Le déclin puis la chute de l'URSS a amené une certaine détente dans la propagation des idées rouges en occident, mais c'était temporaire. La fin des années 90 a sonné le retour d'un anti-américanisme sous deux volets, le premier celui des "progressistes de l'environnement", le second, celui des "progressistes de la compassion envers le terroriste islamique".

Les mêmes gens se retrouvent dans le discours redondant et répété à même nos médias infiltrés par des syndicalistes, divers relationnistes d'une gauche qui s'est radicalisée suite aux attentats du 11 septembre. Le plan s'est mis en place et tous les morceaux ont convergé vers une doctrine commune, populiste, soi-disant progressiste avec des buts identifiés clairement:

1) Attaquer l'économie occidentale. Le moyen est un protocole environnemental répondant à une "urgence d'agir" sur un problème qui n'existe pas vraiment, le "réchauffement climatique". Le responsable du problème, la gourmandise en énergie, l'hyperconsommation, en fait le capitalisme américain.

2) Attaquer les civils occidentaux et les symboles de leur suprématie. L'islamisme nourri par un discours anti-occidental répétant une rétorique de gauche sur l'exploitation, la pollution, l'américanisation du monde amenant à une chute des valeurs morales de la religion amènent des milliers de fanatiques à s'embrigader dans une guerre au point de s'offrir en martyr.

Dans les deux cas, le capitalisme américain est visé. Dans les deux cas, on se rejoint sur la base du discours contre le progrès technologique, qui ne peut que mener à une décadence morale innacceptable. Gourous et prophètes appellent à une guerre sainte.

L'occident doit changer ou périr. Aucun accomodement raisonnable sera suffisant.

Changer pour quoi? Des théocraties vertes.

Le vert est la couleur de l'islam.

Le vert est la couleur des environnementalistes.

Les deux veulent en quelque sorte que l'humanité revienne à l'âge de pierre.

Le melon d'eau est vert en surface et rouge en profondeur. Islamistes et environnementalistes sont unis dans un combat contre "L'impérialisme américain", tout comme l'était l'Union Soviétique. Ils s'échangent les arguments, ont des buts qui se rejoignent, souffrent tous d'une haine maladive contre les États-Unis, la source de tout le mal du monde, tant la pauvreté des uns, que le réchauffement du climat dont des preuves réelles, pas des extrapolations, se font attendre.

L'an dernier j'ai été dénoncer ces pseudo-pacifistes qui tenaient des pancartes avec des slogans anti-américains, des drapeaux rouges, et des bannières arborant le visage de Mao, un des plus grands meurtriers de l'histoire aux côtés de Hitler et de Staline. Les gens regardaient passer le triste cortège de salauds, de poltrons et de traitres qui osaient confronter les familles des militaires qui partaient pour l'Afghanistan.

Ils combattent un ennemi qui est l'ennemi de leurs ennemis.

La théocratie talibane qui était au pouvoir en Afghanistan avait hébergé Ben Laden, qui avait déclaré la guerre aux États-Unis. Dans une certaine logique tordue dont le secret ne s'explique qu'entre des oreilles d'idiot communiste, tous les ennemis de l'Amérique sont des amis.

Leur "pacifisme" est représenté par le drapeau rouge qu'ils lèvent haut, la faucille et le marteau, symbole des régimes parmi les plus violents, sadiques et meurtriers, leurs slogans anti-démocratiques et anti-capitalistes. Les deux causes, socialisme et islamisme, ont leurs terroristes. Ils sont à l'oeuvre partout dans le monde... En Colombie se sont les FARC qui font des enlèvements pour obtenir des rançons, et se financent par le traffic de cocaïne (bel humanisme). En Allemagne et en Italie il y a eu les brigades rouges qui ont causé des attentats et enlevé des politiciens. Au Québec le FLQ qui se proclâmait communiste, a aussi les mains tachées de sang.

Qui sont vraiment les pacifistes? Ceux qui veulent une révolution, par le sang s'il le faut, ceux qui veulent faire la guerre aux États-Unis ou bien ceux comme moi qui veulent enrayer tous les fanatiques terroristes qui menacent la démocratie et la paix dans le monde, où qu'ils se trouvent, pendant le temps que ça prendra?

La grande évasion

Vendredi dernier, les talibans ont fait sauter les murs d'une prison, dans le but de faire l'évasion d'un millier de frères combattants. Des mois de travail sacrifiées, des vies canadiennes sacrifiées pour les capturer, ont servi à rien... Enfin c'est un énorme pas en-arrière. Pourquoi? Parce qu'on laisse les Afghans se gérer eux-mêmes, sans qu'ils ne soient capables de se défendre contre les menances de l'intérieur. Leur inexpérience, leur équipement inadéquat, leur pauvreté et leur corruption les empêchent de faire des progrès. L'OTAN n'aime pas que les pacifistes collent à leur opération le terme "occuppation", donc il faut laisser les institutions aux mains d'Afghans souvent incompétents et incapables. Sensiblement la même situation en Irak où les "pacifistes" de l'occident dénoncent les "violations de droits humains".

Cette vision des choses illustre soit un infantilisme débilitant dont ils sont affectés en croyant que les talibans sont des enfants de choeur, ou bien leur parti-pris pour la cause des bombes-humaines qui tuent au nom d'Allah.

Cela peut paraître horrible à dire pour certains, mais que pouvons-nous faire d'autre pour assurer la stabilité de l'Afghanistan, que d'éviter de faire des prisonniers dont il ne sera jamais possible de libérer sans créer une nouvelle menace?

Maintenant, 1000 fanatiques libérés sont en train de poser de nouvelles mines, planifier de nouveaux attentats, planifier d'attaquer une autre ville, parce que nos stratégies d'action sont incomplètes, visent à satisfaire une presse qui a de l'empathie pour l'ennemi, une presse qui témoigne de trop près, afin d'essayer de discrétider la cause auprès d'un public naïf.

Une guerre contre des terroristes islamiques ne peut pas finir par la conversion massive des islamistes vaincus aux valeurs de l'occident, c'est totalement impossible. Ces ennemis ne sont pas des pauvres civils forcés de faire la guerre, ils se battront jusqu'au bout, ils l'ont démontré de maintes fois.

Barack Obama veut capituler devant ces forces qui veulent ramener l'humanité à l'âge de pierre, ça démontre une grande vision, et surtout un grand courage.

dimanche 1 juin 2008

Dieu en hélico

C'est fou d'imaginer que des tribus vivent avec encore sans quelconque contact avec la civilisation. Je vous écrits de mon ordinateur, sur un réseau de câbles et de wi-fi, peut-être même par un satellite. Chaque vendredi, je parle à des auditeurs qui sont à des milliers de kilomètres par la radio satellite XM172 dans l'émission "Carte Blanche". C'est fou la technologie qui est à ma disposition... versus, excusez ma condescendance, leur archaïsme.

Nous sommes Dieu en hélico... Tous à l'écoute de CNN, on les voit avec leurs lances à la porte de leurs huttes en paille au millieu de la jungle. Ils n'ont pas de contact avec nous, ils voient notre hélicoptère, nous les voyons par cette caméra. Ce n'est pas un décor de film, c'est la réalité.



Ils sont un peu comme nos lointains ancêtres étaient. Le chariot à roues et l'écriture n'y existent pas, pendant que vous parlez à votre voiture et écoutez des mp3. Pourquoi, pour se sentir bien dans nos complexes, il faut absoluement les tenir à l'écart de notre confort, notre absence de faim, notre espérance de vie de 80 ans?

Pourquoi protéger leur état, à lequel nous avons renoncé par des milliers de jalons suivant l'évolution de nos technologies et de nos connaissances? Hey! La terre est une boule les amis, Magellan en a fait le tour il y a presque 490 ans! Je vais profiter de cette image pour vous expliquer ce que je pense du nationalisme, version moderne du tribalisme, des variantes d'ethno-centricité.

Les Amérindiens du Canada disent que nous avons volé leurs terres. Pourtant, canadiens français et anglais, souvent mélangés de sang amérindien quelque part dans la dizaine de générations nord-américaines au-dessus de nous, et de chaque descendant de tribu amérindienne, aucun n'a été témoin de ce "vol" de terre. L'espérance de vie étant de 80 ans aujourd'hui, 40 ans par le passé, Quebec ayant cette année 400ans... personne n'y a survécu. L'évolution impose aujourd'hui que chacun doit travailler et être utile à l'ensemble, en étant surtout pas un fardeau. L'ensemble n'est pas la tribu, la nation, mais le monde.

Max Gros Louis, plumes au chapeau, plus de 100 000$ par année pour être chef d'un village d'une poignée de 1000 Hurons crie depuis des années au "génocide". Pourtant sa tribu a été sauvée par nos ancêtres Français et blancs, d'une extermination totale par les Iroquois, alors qu'une guerre avait lieu au XVIIe sciècle dans le secteur du Lac Huron... là où les Hurons vivaient à 1000 km de Québec. Les Français leur ont donné des terres dans la région, mais cette histoire est oubliée aujourd'hui... On négocie sur des traités du XVIIIe sciècle, pour soutirer le plus d'accomodements déraisonnables possible, en refusant de s'intégrer à un projet commun... La sacralisation de la culture, figer l'humain dans une époque révolue, amène les gens à se comporter ainsi. Selon cette mentalité de "culture dans les gênes" nous serions probablement encore en train de faire des peintures rupestres dans les cavernes de l'Europe.

Demandez à n'importe quel généticien où ce trouve le gêne de la culture, il vous répondra que ça n'existe pas, en fronçant un sourcil.

Par milliards, nous arrosons des communautées désorganisées, où règnent chômage, alcoolisme, drogue, sniffage d'essence, inceste généralisé, parce que nous nous sentons coupables... d'avoir volé leurs terres. Tout cela au nom du respect de leur culture. Où est cette culture en fait lorsqu'ils habitent des maisons que nous leur avons fourni, au lieu de la tente de peaux, et de l'igloo?

D'un autre côté, vous retrouvez les séparatistes du Québec. Tous leurs problèmes découlent de l'occuppant anglo-saxon, leur argumentaire tourne là-dessus depuis des décennies. Certains vont parfois comparer les malheurs de leur tribu fleur-de-lys à ceux de la shoah. Leur bêtise ne s'arrête pas là, on oblige l'utilisation d'une langue plutôt qu'une autre, plus loin on installera un tribunal tribal de la pensée.

Accommodements déraisonnables

Pendant toute une année, au Québec, nous avons discuté d'accommodements raisonnables, alors que le problème survenait lorsque certains accommodements accordés étaient déraisonnables. Peut-importe, jetons les millions par les fenêtres, le déraisonnable doit rester, ont tranché les vieux sages Bouchard et Taylor.

Sortez les familles non-musulmanes d'une cabane à sucre, les musulmans réclâment un espace pour prier, et il doit être celui occuppé par les impies.

Pourquoi ne pas payer avec l'assurance-maladie des reconstructions de l'hymen chez les jeunes musulmanes pour ne pas que leur taré de futur mari les rejettent parce qu'elles ont "péché"?

Dun côté, tout ce qui est déraisonnable sera accepté, tout ce qui est déraisonnable se justifie par la culpabilité des occidentaux de faire partie de l'empire du mal occidental, qui vous le savez, opprime tellement les pauvres. De l'autre côté, on accepte les demandes déraisonnables des uns, pour mieux réclâmer des choses déraisonnables à notre tour par la suite.

C'est de la belle merde cette mentalité, et cette merde se retrouve entre les oreilles de bien de nos concitoyens. Où cela va-t-il nous mener?

L'histoire est réellement vouée à se répéter...

Archives du blog