mercredi 27 août 2008

She's sick!

Qui donc est assez idiot pour voter selon les "croyances" de son artiste préféré? Dans le camp nationalo-socialiste du Québec, c'est une pierre angulaire de la propagande ce lien entre culture et politique. Aux États-Unis, les démocrates ont souvent tenté de miser sur la popularité de certains artistes pour faire hausser les intentions de votes mais pas toujours avec du succès.

Hollywood est comme le plateau... mais le plateau Mont Royal est vous aurez deviné beaucoup plus cheap et provincial. C'est le promontoire des bourges gauchistes.

Cette semaine, le clan Obama, où ça commence un peu à sentir la panique, avec des sondages qui donnent McCain en avance, la semaine de la convention et de la nomination du colistier... Madonna a voulu donner son coup de main...

Son vidéo "très démocrate" dit que McCain est Hitler.

Le problème avec ça, c'est qu'à part quelques exaltés des prêches Obamiennes, ça ne convaincra personne. Même que Madonna apparaît sous son vrai jour: Une mégalo, une sectaire sans jugement qui appartient à une secte, qui devrait rester que dans le monde de la superficialité de la pop-commerciale.

Pour l'Américain moyen... Madonna n'a pas plus de crédibilité que Tom Cruise. Si au moins les Québécois pouvaient avoir ce discernement avec Poche Pilée et Loque Mervil!

jeudi 21 août 2008

Le retour de la guerre froide?

Pour les quelques-uns au Québec qui suivent un peu l'actualité internationale, nous sommes replongés en pleine guerre froide avec la Russie Poutinienne. Il semble qu'en dehors de quelques reportages de Radio-Canada, les tensions ravivés par l'invasion Russe en Géorgie, et les menaces inquiétantes lancées par l'état-major Russe à l'égard de la Pologne, tout ici continue comme si de rien était; la déesse Céline est en ville.

Le Globe And Mail publiait un article le 12 août dernier, signé par l'éditeur de Radio Free Europe, qui dépeint bien ce réveil brutal pour ceux qui dormaient à poings fermés, ayant négligemment pas pris compte de tous les signes lancés par ce pays malade qui après une courte période de démocratie dans les années '90, est toujours resté derrière un mur. Is Russia morphing into another USSR?

La Pologne est membre de l'alliance de l'Atlantique nord (OTAN) depuis plusieurs années déja, comme les pays Baltes, d'ex-républiques soviétiques, et ça agaçait déja au plus haut point les nationalistes Russes, nostalgiques d'une époque où Moscou écrasait tout autour, ne sachant pas trop où se terminait "l'empire".

Cette semaine la Pologne a renforcit son lien avec l'OTAN et surtout les États-Unis, en acceptant un partenariat visant à installer des missiles anti-missiles, une version d'un bouclier défensif, qui nous a été offert au Canada, qui a pour objectif initial de protéger l'Europe d'une attaque de missiles pouvant provenir de l'Iran des fondamentalistes islamistes.

Cette technologie, dans une très probable théorie selon laquelle les Russes sont derrière l'Iran pour le nucléaire et le militaire, rendrait inefficace toute arme braquée contre l'Europe, offerte à l'Iran par ces Russes sans jugement. En plus d'affaiblir le rôle de la Russie auprès d'une Iran qui veut faire peur au monde, surtout à ceux qui défendent Israël, ce bouclier peut bien sûr bloquer en principe toute attaque Russe de missiles sur l'Europe.

Selon toute évidence, les Russes fonctionnent encore avec leurs vieilles technologies qu'ils cherchent à vendre à tous les écoeurants du monde. Le développement ne peut pas avoir continué à la même vitesse que pendant la guerre froide, parce que "l'empire" s'est effondré. En plus la Russie a perdu dix millions d'habitants depuis 1991.

Les États-Unis eux, mieux organisés, toujours en croissance économique (même en ce moment, malgré les soubresauts, au grand déplaisir des gauchistes), n'ont jamais cessé d'améliorer leur arsenal militaire, malgré les critiques des pacifistes écervelés.

Encore plus évident, la Russie d'aujourd'hui en est une qui fait tout pour être ennemie de l'occident. Ils ont aidé l'Irak de Saddam Hussein avec de l'imagerie satellite avant l'entrée des soldats de la coalition, ils défendent le projet nucléaire Iranien, et bloquent tout au conseil de sécurité de l'ONU visant à empêcher la prolifération d'armes nucléaires.

Humour Ukrainien

Des sites d'humour font étalage de marchandises pillées par les soldats Russes en "libérant" la Géorgie, ICI

Dans l'entête sous la grande fourchette d'or et le ruban de médaille de guerre de la 2e guerre mondiale, vous retrouvez un slogan Russe qui signifie "Peut-importe le prix", utilisé dans la propagande soviétique de la 2e guerre mondiale.

Au centre de la page à gauche, vous avez comme commanditaires de la vente, les chaînes de télévision Russes, au service du pouvoir néo-soviétique de Poutine. Tous les médias qui n'ont pas fait le virage pro-Poutine ont été "nationalisés" de force, ou remis à des gens plus "sensés".

En bas à gauche, vous avez les photos de deux soldats Russes avec inscrit: "Produits soigneusement sélectionnés par nos fournisseurs".

Dans ce magasin en ligne, vous trouverez des fourchettes d'or, un Hummer, un vélo de Gori, une toilette usagée...


Ici des soldats Russes dans une banque de Gori en Géorgie, ils font honneur à leur patrie...

Normand et Le Soleil

Bien sûr vous trouverez toujours un crétin comme Normand Lester, qui a beaucoup de chaleur sous sa moumoute, pour donner raison aux Russes, aux pilleurs, à ceux qui ne respectent rien, dans une mentalité tordue de "si c'est mauvais pour l'occident et les États-Unis, c'est forcément une bonne chose". Normand aurait du rester là où il était, quelque part au secteur 51, en train d'écrire un bouquain sur combien les Québécois sont victimes "d'atrocités"...

Ça nous arrive de Radio-Canada cette "bebitte"... Surpris?

lundi 18 août 2008

Perdre un allié?



À qui de droit,

Service à l'auditoire de Radio-Canada,
Service de l'information de Radio-Canada,
Mme Julie Miville-Deschêne Ombudsman de la société Radio-Canada,

La présente est pour dénoncer ce que nous constatons à chaque jour à l'information de Radio-Canada soit, des informations inexactes, des interprétations démagogiques, et un biais anti-Américain.

Lundi le 18 août 2008, esquissant un sourire de satisfaction, Marie-Josée Bouchard annonce à RDI vers 13h35 la démission du président du Pakistan, en mentionnant que "les États-Unis perdent un allié".

Cette analyse est grossière et mensongère, ce commentaire en est un partial teinté de démagogie, innacceptable à mes yeux de télespectateur averti.

Que le président Musharaf démissionne parce qu'il est dans une situation insoutenable de manque de légitimité, ne fait en rien que les États-Unis, en l'occurence l'occident, perdent un allié. L'opposition de Musharaf est pro-démocratie, et jouit des déclarations de la diplomatie Américaine qui a toujours demandé au Pakistan de démontrer plus de transparence dans les processus démocratiques.

De plus, Mme Condoleeza Rice, secrétaire d'État, cheffe de la diplomatie Américaine a exprimé sa satisfaction face à la démission de Musharaf tout en soulignant qu'il avait rendu des services dans la lutte anti-terroriste, que les États-Unis vont continuer de travailler avec le gouvernement pakistanais et appuyer le gouvernement civil démocratiquement élu par le peuple. Vous avez omis cette information primordiale qui défait totalement la pitoyable introduction anti-américaine de Mme Marie-Josée Bouchard.

Le Pakistan sans Musharaf ne veut pas du tout dire que ce pays devient un ennemi des États-Unis. Informer la population canadienne de cette façon est une honte.

Je m'attends à ce que Radio-Canada me dise la vérité, toute la vérité, et ce n'est pas ce que j'ai en écoutant les informations de la société d'état.

La couverture internationale superficielle et démagogique de RDI et de Radio-Canada ne conviennent pas aux hauts standards que devrait avoir la société d'état lorsque le biais anti-américain est aussi facilement perceptible. Radio-Canada jouit d'un financement astronomique et d'outils de première qualité qui devrait permettre à la société d'état de mieux informer et de mieux désservir la population canadienne qui paie ce service. Une pluralité des opinions devrait se constater à l'antenne pour mieux représenter la démocratie canadienne, un pays où les gens ont le droit de penser différemment et d'exprimer leurs opinions.

Que ce soit sur les contestables et contestés changements climatiques, ou la politique extérieure des États-Unis et du Canada.

mercredi 13 août 2008

Foutaise pro-Russe



(Envoyé à Jean-François Légaré journaliste du Soleil et Jacques Lévesque "russologue" et professeur en Sciences Politiques à l'excellente UQAM - En réponse à "L'échec annoncé de Mikheïl Saakachvili" Le Soleil 12 août 2008 page 18)

Pourquoi chacun des textes de votre journal sur la question du conflit entre la Georgie et la Russie des héritiers du KGB est un torchon pro-Russe?

Le Washington Post est pourtant pas mal plus sévère envers ce régime criminel. Peut-être que la différence entre la politique du Soleil et celle du Washington Post repose sur les intérêts du propriétaire du Soleil avec les Russes?

C'est de la désinformation que de traiter le dossier en définissant la Georgie comme agresseur. Le Soleil persévère dans cette erreur de faits. La Russie est un agresseur en Ukraine, en Moldavie, deux pays souverains reconnus internationalement, en plus d'avoir labouré le sol Tchétchène, et a commandité l'assassinat au polonium d'un informateur Britannique d'origine Russe qui dénonçait les crimes, en contaminant des dizaines de personnes en territoire Britannique. Les dirigeants Russes ne respectent aucune souveraineté, même celle du Canada sur l'arctique.

Bush un guerrier sanguinaire et Poutine une colombe, c'est cela la vision du Soleil?

Belle foutaise!

C'est étrange de trouver des journalistes avec frontières ici chez nous, alors que les vrais journalistes, sans frontières, risquent leur vie à aller chercher la vérité, comme l'a fait Ana Politkovskaïa.

Le travail du Soleil est depuis longtemps une honte pour la profession, militant contre la démocratie et la liberté à chaque occasion.

Votre "russologue" semble affecté d'une certaine nostalgie soviétique, la même qui affecte les brigands au pouvoir au Kremlin. Les analystes éclairés eux ont compris que ce qui allait faire reculer les dirigeants russes, c'est la possibilité de voir leurs avoirs bancaires obtenus au dépends du peuple Russe, placés off-shore, bloqués par l'occident.

Saakachvili a fait une belle démonstration qu'il était bien en selle hier avec ce rassemblement à la place de la liberté, et l'OTAN maintient la candidature de la Géorgie... (silence du Soleil sur ça, bien entendu)

Dans les dents monsieur? Vous qui souligniez que Saakachvili était au bord de tomber et que c'était terminé pour la candidature à l'OTAN il y a pas 24 heures...

***
(Envoyé à Raymond Giroux Chroniqueur du Soleil - En réponse à "Une Géorgie suicidaire" Le Soleil 13 août 2008 page 26)

La Géorgie reste un candidat à l'OTAN, bien que ça vous déplaise vous un anti-occident.

La Géorgie n'a jamais retiré l'autonomie des régions disputées: vous mentez de façon grossière.

Vous ne méritez pas votre position. Vous savez ce que vous êtes.

Un valet au service de l'argent sale de Power corp dans des pays louches.

Continuez votre belle carrière qui souille le journalisme.

------------------------

Le Soleil travaille très très fort ces jours-ci, c'est anormal. Il semble qu'il soit très important que nous assimilions des informations fausses afin de ne pas prendre compte de l'énorme brisure qui est en cours entre la Russie et le reste du monde.

La souveraineté d'un pays indépendant est violée par une invasion injustifiée.

Si l'OTAN, les États-Unis, Harper, prennent position pour des punitions sévères contre la Russie, les traitres de la presse Pro-Russe ici vont à nouveau sortir la cassette anti-occidentale, faisant valoir que la position Russe n'est pas si indéfendable.

CNN fait un travail très ordinaire sur le dossier. De son côté Fox news a des gens sur le terrain en mouvement avec des images que CNN n'a pas. De plus, CNN semble choisir ses intervenants "experts" en fonction de leur tiédeur à condamner l'action Russe.

Foxnews.com Il y a du vidéo en haute qualité.

mardi 12 août 2008

Pardonnez-moi de vous avoir confié ma fille

Je vous ai confié ma fille pour qu'elle passe des vacances avec votre fils qu'elle fréquente depuis 4-5 mois, vous monsieur le BS malpropre, et vous l'avez tué. Je vous pardonne d'avoir violé ma fille, parce que je ne veux pas de violence. Vous l'avez jeté derrière un hangar, comme un déchet, un objet brisé.

Ma fille fumait des joints, comme l'indique le drapeau au plafond de sa chambre avec une feuille de chanvre, elle avait de nombreuses bouteilles d'alccol fort dans sa chambre, même si elle n'avait pas encore 18 ans. Chez nous c'est libre... Que voulez-vous, les jeunes d'aujourd'hui ils sont convainquants, je n'ai pas la force de caractère pour fixer des limites et les faire respecter.

Je vous pardonne monsieur l'ordure, en "suit" de plastique blanc qui est escorté par les policiers.

Je suis une madame de l'est de Montréal, j'avais une fille, je l'ai confié à un BS malpropre qui l'a violée et tuée, et je lui pardonne. Espérons que ça me donnera des points pour aller au ciel, vous confier ma fille, et pardonner alors que vous n'avez même pas demandé pardon.

Vous êtes une ordure en sac et je suis une madame très démunie. Je suis un autre exemple dans notre société que les médias montrent comme étant l'exemple, accepter son rôle de victime.

En tant que victime, je me garde de dire que les ordures comme vous ne méritent pas de respirer notre air. Je suis un victime, je subis les événements, et je réagis comme on me propose de réagir, car je suis une bonne Québécoise.

Rien que vous ne puissiez me faire m'empêchera de vous pardonner, car je suis incapable de comprendre ce que même des enfants comprennent: il existe des méchants, des gens profondément mauvais. Je crois que ceux que vous appellez des méchants sont en fait des êtres humains qui ont eu des problèmes et il faut les comprendre. J'écoute tout ce que LCN dit, je raconte aux revues sensationnalistes ce qu'ils veulent que je dise, et je prends le chèque.

Il ne faut pas en vouloir à personne. Ils l'ont dit à la télé.

Pacifistes en vacances

La question se pose depuis vendredi, et c'est Antagoniste.net qui la pose: "Où sont les pacifistes?"

Ils étaient là de façon très agressive en mars 2003 pour défendre le régime de Saddam Hussein, on les voit ponctuellement sortir pour un retrait des troupes "d'occuppation" en Afghanistan, ce qui ferait revenir au pouvoir les talibans... Mais depuis que la Russie poutiniste a commencé son offensive "écrasons une mouche avec une masse", contre un pays démocratique, qui demandait en avril dernier de faire partie de notre pacte de défense, l'OTAN, aucun pacifiste n'a déambulé dans les rues québécoises.

Étonnant, non?

Mais qui sont donc nos pacifistes? Se pourrait-il qu'ils ne soient pas si pacifistes que ça? Est-ce qu'une agression contre un pays s'occidentalisant, allié des Américains, ne soit pas si grave que ça dans leur mentalité tordue?

Toutes ces années à ajouter des moustaches à la Hitler sur des affiches portant le visage du président Bush, dénonçant les faucons, les va-t-en-guerre de Washington, et leur "valet" Stephen Harper... Tout ce silence depuis le début des années 2000, sur la dictature qui revenait en force en Russie sous Poutine. Personne ne barbouille des photos de Poutine ici, pas même lorsqu'il fait tuer une journaliste, le jour de son anniversaire, où encore lorsqu'un informateur est irradié comme la moitié de Londres au polonium...

La cassette anti-Bush se répète, et c'est le silence total sur tout ce que la Russie a fait pour emmerder l'occident: Soutenir l'Iran qui veut avoir l'arme nucléaire, donner de l'imagerie satellite à Saddam Hussein avant l'invasion en Irak ou encore serrer la pince de Hugo Chavez, et lui donner de l'armement.

La Russie poutiniste a une politique étrangère: Tout ce qui emmerde les États-Unis et l'Europe (mais surtout les États-Unis) est bon.

Mais les pacifistes eux, semblent se foutre de la paix, alors que nous plongeons dans un conflit qui pourra avoir des conséquences graves. Certains se permettent même d'accorder une crédibilité aux fabulations et à la désinformation organisée depuis Moscou: ils décrivent la Georgie comme agresseur.

Un précédent grave est créé dans ce conflit: Un pays souverain reconnu internationalement, allié de l'Occident, ayant demandé à faire partie du pacte de l'OTAN, est occuppé par un pays agresseur, sans justification valable.

La Russie bafoue l'intégrité territoriale de beaucoup de pays souverains comme la Moldavie et l'Ukraine. Ils font du chantage économique, les pays de leur "sphère d'influence", rapellant l'irrédentisme de "l'espace vital" de Adolf Hitler, doivent se plier aux mille exigences des oligarques de Moscou. Les monopoles Russes doivent s'enrichir dans ses pays que l'on traite en "satellites", et tout ce qui est ocidental est vu comme étant ennemi.

Aujourd'hui on a la confirmation que la Russie de Poutine est un régime ennemi. Il agresse nos alliés, mine la démocratie dans le monde, aide nos ennemis et sème la guerre là où la démocratie prenait racine.

J'espère une réponse ferme et une promesse de conséquences majeures de la part des leaders occidentaux.

lundi 11 août 2008

La Géorgie agresse? Mensonge!

En réponse au texte "Coup double pour la Russie", de René Beaudin Le Soleil, page 20, dimanche le 10 aout 2008.

Bravo monsieur Beaudin d'avoir repris l'intégral de la version russe définissant la Géorgie comme l'agresseur!

La Géorgie et d'autres pays reconnus internationalement de l'ex Union Soviétique voient constamment leur intégrité territoriale, leur souveraineté violée... et tout ce que vous trouvez à dire dans votre analyse, c'est que la Géorgie agresse la Russie en voulant se défendre?

La Russie de Poutine s'ingère en Ukraine, en Moldavie (avec le contrôle de la Transnistrie), en Géorgie, dans les élections, organisant des fraudes massives, et en faisant du chantage économique.

C'est bien malheureux de constater que la presse occidentale (agences de presse européennes surtout) a autant de complaisance avec un régime criminel qui traite tous les pays de l'OTAN en ennemis. Un régime qui assassine des journalistes, tue des informateurs en contaminant des dizaines de personnes avec des substances radioactives, applique un nettoyage ethnique à grande échelle sur son territoire (Tchétchenie) et supporte les autres régimes criminels de la planète au sein même du conseil de sécurité de l'ONU.

Personne n'interroge les Russes sur leur appui inconditionnel aux Serbes génocidaires...

Donner de la crédibilité aux fabulations des Russes, c'est une forme de trahison de la démocratie.

Poutine a déclaré que la Georgie devait changer de président, c'est une nouvelle violation des droits des Géorgiens qui ont voté, une autre information qui passera sous silence dans la plupart des médias complaisants en occident.

Pourquoi?

Parce que comme la politique étrangère Russe, certains médias ont une politique de "tout ce qui est mauvais pour les intérêts des États-Unis, est bon pour nous".

Aucune réflexion, aucune rationalité... que des réactions basées sur une "idéologie" minable. Pendant ce temps, on décrit l'Amérique de Bush comme l'origine de tous les problèmes du monde... Ça illustre bien combien certains peuvent être schizophrènes.

jeudi 7 août 2008

"Pas le temps pour les droits de l'homme"

Un discours qui m'irrite passablement à propos de la tenue des jeux Olympiques à Pékin, c'est que c'est le temps du sport et des athlètes, pas celui de parler des droits de l'homme en Chine.

Ce n'est pas le temps des droits des Chinois et des Thibétains aujourd'hui... Ce n'était pas le temps le printemps dernier à Lhassa, ce n'était pas le temps en juin 1989 alors qu'on fusillait des étudiants manifestant pour plus de démocratie dans ce qu'on a appellé le massacre de la place Tian'anmen. Ce ne sera jamais le temps de parler de démocratie pour les communistes et les dictateurs de ce monde.

C'est certain que ceux qui sont en occident qui tiennent ce discours, ne sont pas ceux qui n'ont pas le droit de vote, le droit de s'exprimer, la possiblité d'avoir une presse libre pour s'informer.

Ceux qui font des affaires avec les régimes criminels, s'enrichissent à transiger avec des assassins, ne sont pas les plus critiques à leur égard, comme la France avec l'Irak de Saddam Hussein en 2003.

Pour certains, ce sera toujours plus important de faire quelques sous, qu'on se la ferme pour que tout continue, plutôt que la liberté et la petite vie des "autres".

Est-ce ça le capitalisme? Vendre ses principes? Bien sûr que non. Droite et éthique c'est compatible, pendant que la gauche et l'oppression vont de pair. Les droits individuels c'est un thème politique de droite en occident.

La Chine communiste tient sa grande fête, les athlètes du monde entier défileront devant les grands du régime héritier de Mao Tse-Tung, celui qui a tué par ses décisions presqu'autant que Staline et Hitler réunis. La Chine qui a combattu les alliés en Corée il y a à peine 50 ans, la Chine qui a soutenu le Nord-Vietnam contre les États-Unis il y a 40 ans, la Chine qui menace Taiwan depuis presque 60 ans, la Chine qui s'oppose à des résolutions du conseil de sécurité de l'ONU contre le dictateur Mugabe au Zimbabwe aujourd'hui, ou des résolutions contre la théocratie iranienne qui veut "nuker" Israël, reçoit le monde entier, montre à sa population et à la terre combien ils sont puissants.

Hitler en 1936 a bénéficié du même cadeau, des jeux grandioses pour montrer sa grandeur, ce qui lui a permis de rehausser l'image de son régime à l'extérieur, légitimer son règne chez lui.

Des jeux ça coûte cher, mais les retombées n'ont pas de prix.

Ce n'est certainement pas le temps des droits des Chinois... C'est le temps de célébrer la grandeur de la Chine communiste. Donc pourquoi les athlètes passeraient
avant les droits de l'homme si la grandeur de la Chine communiste passe avant eux?

Je n'ai jamais soutenu l'idée d'un boycott canadien des jeux (surtout si nous étions les seuls à le faire). Mais il faut rappeller à tous que la Chine n'a respecté aucune des promesses qu'elle a faites à propos des droits de l'homme, et ensuite à propos de la qualité de l'air dans la ville hôte.

Les athlètes pourront performer au mieux de leur potentiel, réussir ou échouer leurs objectifs, réaliser un rêve, mais nous ne devons jamais oublier la question des droits de l'homme dans tous les pays qui violent ces principes non-négociables, peut-importe la date au calendrier.

"Si t'es contre la Chine, n'achète pas chinois!"

Premièrement, je ne suis pas contre la Chine, je suis contre leur régime. En achetant chinois je donne du travail aux Chinois et j'aide à améliorer leur niveau de vie en plus de forcer notre économie à être plus performante et concurentielle. Je ne demande pas le boycott des jeux, je ne bocotte pas les chinois qui travaillent.

"Le sport ce n'est pas de la politique"

Le gouvernement chinois continuera de faire de la politique, les Chinois ne peuvent toujours pas librement s'exprimer, pourquoi je devrais arrêter de demander la démocratie en Chine pendant des jeux? Il y a un jour où je dois arrêter de m'exprimer sur une question fondamentale? Tout est politique, les jeux ont toujours été politiques, le CIO faisait de la politique en accordant les jeux à Pékin, et le régime chinois sortira politiquement gagnant de réussir ses jeux, ou politiquement perdant d'échouer les jeux. Les gouvernements de chaque pays ont une politique de financement du sport.

C'est totalement faux de prétendre que la politique n'est pas liée au sport, bien que les athlètes eux-mêmes ne font pas nécessairement de la politique, et n'ont pas à en faire.

Faire la part des choses

Je souhaite que les jeux soient sportivement réussis, mais qu'ils soient une occasion de constater l'autoritarisme de la république populaire de Chine. Je souhaite qu'une réussite des jeux devienne un tremplin pour la démocratie en Chine, par la soif des jeunes là-bas à vivre à l'occidentale, exiger leurs droits et se rendre compte que ce régime là est une erreur historique, un anachronisme.

Le développement économique de la Chine doit amener une libéralisation de la politique. Les jeux doivent être une occasion pour les Chinois de s'ouvrir sur le monde, plutôt qu'être une occasion au régime de légitimer son autoritarisme, et exporter son idéologie insolite.

mardi 5 août 2008

Quand on me dit que la sécurité routière c'est pas important...

Plusieurs leaders d'opinion de la région prennent position systématiquement contre toute réglementation et/ou applications des règlements de la sécurité routière comme si le code de la route était un ramassis de foutaise. Bien sûr lorsque je prends compte des déclarations de la pensée magique de Jean-Marie DeKoninck, pape de la sécurité routière, j'ai tendance à mettre un gros bémol là-dessus.

Il n'existe pas de formule mathématique qui va résoudre le problème de la sécurité sur nos routes, comme par exemple, si l'on interdit le cellulaire au volant, cinquante vies seront sauvées annuellement. Ça ne marche pas comme ça... Mais quand même on peut se donner des chances.

Jean Charest a visé dans le mille en fin de semaine avec sa déclaration sur le sécurité routière: C'est une question de culture.

Pourquoi? Parce qu'en Ontario il y a deux fois moins de morts sur les routes que chez nous à population égale. En 2005, l'Ontario affichait un taux de 45 morts par million de citoyens dans des accidents de la route, alors qu'au Québec l'indice passe à 94. Quelle est la différence entre le Québec et l'Ontario? Ce n'est pas le climat, entre Thunder Bay, Sudbury et Toronto en passant par Kapuskasing, on a le même genre de routes, le même genre de climat variable, les chutes de neige subites et abondantes... le verglas, la glace noire.

On pourrait dire que c'est l'état des routes... mais pousser cette variable en lui accordant un impact significatif ne serait pas honnête. Le Québec a toujours eu une mauvaise statistique, même quand les routes étaient plus belles, salées, poivrées, sâblées, au temps où la vie des humains était plus importante.

Le problème, la différence entre les deux provinces en est un de comportement. Le Québec a une culture du party, du fonne, et de la négligence. On boit de la grosse, on fume plus, les mononc' cochons sont encore drôles. J'exagère à peine.

Roulez au Québec, vous voyez des fous dépasser de tous les bords sans signaler... En Ontario un civisme raisonnable est respecté. Tous semblent sur le "cruise control" à 112 kmh. Ici, quelques-uns se faufilent, d'autres collent au derrière, certains meurent en descendant une côte dangereuse (la côte de la miche vers Charlevoix sur la 138) en se faisant faire une fellation (et ce n'est pas une légende urbaine).

Ici, les Yannick Frenette, faces laittes qui pensent avoir une chance un jour de baiser une p'tite grosse, s'achètent une Civic 1993 finie, et roulent en débiles, causant la mort dans une course à savoir qui est le plus con.

Les statistiques du Québec s'améliorent... Mais nous sommes à des années-lumières de la sécurité qu'on les ontariens sur leurs routes. C'est une question de savoir-vivre, d'équilibre mental, d'équilibre hormonal.

Fast and furious, c'est un film. Pas la réalité.

Toujours est-il que mes leaders d'opinion préférés semblent défendre la théorie (si on peut appeller ça une théorie) selon laquelle la vitesse n'influe pas le risque d'accidents, et que les contraventions ne servent à rien.

Mais pourquoi donc ils ont une peur bleue du photo-radar?

S'ils étaient aussi civilisés que les ontariens, on aurait pas besoin de photos-radar. Les lois ça devrait toujours être pour empêcher des abus. S'ils étaient en contrôle de leur comportement, ils n'auraient pas peur d'une machine qui peut être bien calibrée et bien placée pour avoir une utilité remarquable. Donner une contravention pour un 120 kmh sur la 20 sera toujours inutile pour rendre nos routes sécuritaires... Mais pour faire respecter des vitesses raisonnables sur les artères autoroutières urbaines remplies d'échangeurs, cette solution n'aura pas d'égal sur les résultats absolus.

Rendre nos routes sécuritaires, ce n'est pas faire des opérations "séchoir à cheveux" un bel après-midi d'été, c'est attaquer les mongols qui comprennent pas que la limite on ne la dépassera plus de 40 kmh sans risquer d'en payer le prix, c'est attaquer ceux qui ne comprennent pas que la limite d'alcoolémie dans le sang c'est 0,08, pas plus. Quand le fou se faufile dans une circulation dense, quelqu'un doit l'observer et lui faire payer ce qu'il coûte à la société.

La proposition du 0,05 était stupide... c'est comme de ralentir la vitesse actuelle sur nos routes de 100 à 90, pour espérer que moins de gens rouleront à 130, alors que ceux qui roulent déja trop vite, n'ont rien de sérieux pour corriger leur comportement, leur culture de délinquance au volant.

Et le problème est aussi la banalisation de la délinquance au volant.

Tous ceux qui ne comprennent pas, finissent par comprendre lorsque ça coûte une vie proche, quand ça rend handicapé à vie, quand on frôle la mort pour de vrai.

Les gens raisonnables n'ont pas à subir cette culture du déraisonnable et du "destin" joué à la roulette russe. Les gens raisonnables s'assurent d'être sécuritaires pour eux et les autres, et n'ont pas de besoin de publicité-choc pour comprendre qu'on a juste une vie à vivre.

Cette culture doit changer. Ce n'est pas vrai que la sécurité routière n'est pas importante, ce n'est pas vrai qu'il n'y a pas de problèmes vu que les routes québécoises sont plus sécuritaires qu'avant... Il se tue encore le double de personnes ici qu'en Ontario et ça ils "oublient" de vous le dire.

dimanche 3 août 2008

Ici radio-parasite, Québec

La plupart de mes lecteurs savent que je suis le fondateur de la station de radio communautaire CIMI FM, qui devait désservir le nord de la région de Québec. Moi et quelques amis avons travaillé quelques années à réaliser ce projet, un rêve d'adolescence à la "Pump up the volume". Ça été mon premier emploi dans les médias, après avoir produit une émission bénévole à la radio de l'Université Laval en 1998.

Le beau trip a mal viré. Les chicanes parmi les fondateurs/administrateurs ont mené à une guerre interne qui a provoqué mon congédiement alors que j'étais animateur du retour à la maison et directeur des programmes. Certains croyaient faire mieux que moi, prendre mes idées et en profiter, sans avoir les connaissances de base pour gérer une programmation de radio communautaire (après mon congédiement, personne dans le conseil d'administration n'avait été dans une équipe de radio avant).

J'étais mal entouré... Ils se sont débrouillés tant bien que mal. La venue de André Arthur en 2002 leur a permis de survivre, mais souvent lorsque je synthonisais le 103,7, j'éprouvais des malaises.

Au moins, à cette époque, la gestion financière était faite de façon convenable. Je ne doute pas des bonnes intentions de ces gens.

Malgré tout, c'était mon bébé qu'ils avaient. Je me l'étais fait injustement enlever, et selon mes standards, il y avait beaucoup de travail à faire.

Au cours d'une assemblée générale en 2007, je suis revenu sur le conseil d'administration, à l'invitation de bénévoles qui ne m'avaient pas oublié... et de d'autres qui avaient besoin d'aide. CIMI allait fermer parce qu'ils n'étaient pas en mesure de remplir la demande de renouvellement de licence au CRTC. Je me suis rendu compte que j'étais entouré de gens médiocres, sachant à peine lire et écrire, qui s'improvisaient gens de radio.

Dès 2006, il ne restait plus personne des fondateurs. Cinq ans et le vaccuum les avait tous aspiré. Il s'est installé une gestion sans papiers, sans chiffres, on promettait des jobs à tous les amis, et on donnait des salaires à n'importe qui, sans payer les taxes, avant de payer le loyer. Il en résultat d'un énorme trou financier avoisinant les 100 000$.

Il y a ce type de gens ordinaires qui croient tout savoir parce qu'ils ont un âge plus avancé que le tien. La station démarrée par des jeunes et pour des jeunes était remplie de dinosaures de chorale d'église et de marché aux puces. Je me suis rendu compte qu'il n'y avait rien à faire avec ces gens, ils savaient tout, mais pas résoudre les problèmes. J'ai donc terminé mon dossier au CRTC, et ensuite j'ai remis ma lettre de démission.

Sans surprise, six mois plus tard, la station cessait d'émettre une première fois(novembre 2007), après une démission en bloc du conseil d'administration. Les problèmes causés par leur manque de prudence, de vision, d'intelligence, étaient rendus trop gros pour eux. Bravo! S'accrocher au micro, pour mieux le tuer...

Et ils avaient 4 ans de licence en main... par ma faute.

En février dernier, d'autres ont pris le relais... Je ne sais pas dans quelle légalité ils ont constitué un conseil d'administration, les procès verbaux ne doivent pas exister. Il y avait un animateur internet connu dans un certain millieu, un hommes d'affaires avec un numéro de téléphone dans le 819 (c'est communautaire ou quoi?), et divers hurluberlus à la je me moi... Bref personne n'a pensé informer la population et le millieu des médias du retour en ondes de la station. Comme coup d'épée dans l'eau c'est dur à battre.

En même pas deux mois, les "piliers" de la programmation de cette relance avaient déja déguerpi.

Les idiots à la tête de cette "relance", des gens incapables d'écrire un court mémo d'une phrase sans faire quatre fautes, dignes de l'école élémentaire, ont mis en ondes un assisté social avec des décennies de service au "bien-être". Il se vantait d'avoir fait de la radio... il y a longtemps. Mes malaises à l'écoute de cette radio sont devenus insoutenables. Je souffrais à entendre, incapable de rire la mauvaise blague, qui pouvait être drôle pour des gens qui regardaient de l'extérieur.

http://www.radioego.com/ego/listen/720
http://www.radioego.com/ego/listen/696
http://www.radioego.com/ego/listen/665

Un vrai moron en ondes.

Ce moron là était à l'antenne d'une station de radio qui allait fermer, mais il a souillé tous les efforts de ceux qui ont avec de la bonne volonté tenté de faire quelque chose de bien depuis le début. Quand on va parler de l'histoire de CIMI, qu'on va se remémorer cette radio, on va se rapeller de la fin avec le pire des morons jamais entendus à la radio. En trente ans je n'ai rien entendu de pire. Les mauvais animateurs de la radio Huronne au moins ne se prennent pas au sérieux et passent de la musique.

Je souhaitais maintenant que mon bébé meurt. La souffrance était trop grande de voir cette agonie interminable. Pour une raison qu'il m'est difficile à comprendre, c'était impossible de soigner la maladie que cette station avait. Depuis des années, on croyait en une espèce de médecine douce, alternative, pour soigner le problème. On voulait à tout prix que tout ce qui ressemble à un médecin se tienne loin. C'était une attaque parasite en phase terminale. Les parasites s'accrochaient.

Leur privillège, leur radio, leur paie, leur égo-trip. Je-me-moi!

Je regrette bien des choses. L'une d'elles était d'avoir donné une autre chance à des imbéciles qui n'en méritaient pas. Je reproche aux autorités, ceux qui ont donné des subventions, de ne pas avoir effectué un suivi responsable, à tous ceux qui par leur silence, leur inaction, ont été complices du détournement de cette radio, au profits de morons.

Le public a mis avec les années près de 400 000$ là-dedans. Cet argent est disparu, il n'a servi à rien. Une aide au départ d'une entreprise, est devenue une subvention réccurente, le plan d'affaires n'a jamais été respecté, et même l'aide sociale que représentait les subventions du ministère de la culture et des communications ne pouvait plus être versée, car les morons étaient incapables de fournir les pièces justificatives, les papiers dûment remplis.

Les parasites attaquaient déja les organes vitaux.

Personne n'a gueulé, ou dénoncé. De mon côté, chaque fois que j'effleurais le sujet sur un forum du millieu de la radio, je rencontrais de la résistance, on m'attaquait, je recevais des menaces. Où sont-ils les parasites maintenant?

Tout cela est un portrait bien québécois. Les parasites, les morons, les silencieux, les avares, les dépendants, les jaloux, les illettrés, les je-me-moi... Tous remplissent leur rôle pour nous amener vers le bas.

CIMI FM 10 août 2001 - 23 juillet 2008
Mort d'une longue maladie

Ernesto Che Guevara au "shopping"


À qui de droit,

Vous avez la seule adresse e-mail en ligne sur votre site. La présente n'est pas relative à la section "carrières" de votre site, mais bien pour vous informer d'une situation qui m'a choqué moi et ma femme au magasin du "centre d'achat X" à Québec.

Vous saurez certainement faire cheminer mon message, de la part d'un client, à la bonne personne qui j'espère bien accusera-réception de cette communication.

Hier, jeudi le 17 juillet 2008 en après-midi, je me suis rendu à votre magasin "centre d'achat X" afin d'y acheter une paire de chaussures sport. Dès l'entrée au magasin j'ai tout de suite remarqué le t-shirt du vendeur dans la section des chaussures. Vu que je n'avais pas besoin d'aide et que franchement je n'aime pas vraiment me faire imposer un conseiller lorsque je juge ne pas en avoir de besoin, et vu que le vendeur avait d'autres clients, lorsqu'il s'est offert, j'y ai dit que tout était correct.

En quelques minutes, j'ai trouvé ce que je cherchais. J'ai pris la boîte de chaussures, et me suis dirigé vers la caisse. C'est alors que votre vendeur s'est interposé avec son t-shirt que j'avais remarqué plus tôt, et m'a demandé de prendre ma boîte afin d'y marquer son numéro dessus, afin j'imagine de prendre une commission sur la vente.

Je lui ai refusé, en lui disant clairement que pour des raisons de principe, nous ne sommes pas satisfaits d'être acceuilli par quelqu'un qui est supposément un professionnel de la vente, habillé d'un t-shirt arborant le visage du Che Guevara en plein magasin.

La plupart des gens ignorent ce que représente le Che Guevara, ignorant donc l'histoire sanglante du sciècle dernier. Permettez-moi de brièvement décrire ce que votre vendeur devrait savoir: Que ce soit à Cuba, en Russie, en Europe de l'est, en Asie, divers personnages ont représenté "l'idéalisme communiste" tels que Lénine et Staline, Mao Tse Tung, Ho Chi-Minh, et Fidel Castro à Cuba en prenant souvant le pouvoir avec les armes. Des dizaines de millions de morts plus tard, des millions de prisonniers politiques, après des purges, une fois que l'occident a constaté que le communisme ne valait pas mieux que le fascisme de Hitler et Mussolini, des jeunes continuent d'arborer des symboles de régimes totalitaires, parfois des visages de personnages romancés par une interprétation partisane et tordue de l'histoire.

Ernesto Che Guevara était le "bras armé" de Fidel Castro en Amérique Latine, afin de répandre "la bonne nouvelle", en déclenchant des conflits de type guerilla dans ces pays jusqu'à sa mort en 1967, toujours bien sûr pour le bien de ces peuples, selon la belle légende. Che Gevara était aux côtés de Fidel Castro en 1958-59, lors de ce qu'on a appellé la "révolution cubaine", ce qui était en fait un rallye de quelques centaines de guerrilleros vers La Havane, qui ont pris le pouvoir, renversant un corrumpu usé et affaibli, Batista, pour ensuite instaurer un régime de terreur, accompagné d'excécutions de "traitres" et "d'ennemis de la révolution" au peloton d'exécution, fusillés en direct à la télévision. Encore aujourd'hui des opposants au régime sont emprisonnés, certains le sont depuis une quarantaine d'années, et d'autres fuient leur pays en pontons improvisés pour franchir les 200 km de mer infestée de requins pour rejoindre la Floride.

Donc, parce que je suis conscient et heureux de vivre dans une démocratie où j'ai le droit de vote, conscient et heureux de vivre dans une économie de marché qui récompense d'abord le travail, le commerce concurrentiel, et l'inventivité, conscient que le communisme a tué des millions d'innocents en déclarant des guerres un peu partout dans le monde, produisant des attentats terroristes, qu'en plus, mon épouse a personnellement vécu le totalitarisme d'un de ces pays, il allait de soi que je réagisse de la sorte et finalement que je porte plainte.

Ça ne m'aurait pas dérangé que le vendeur prenne une commission même sans m'avoir conseillé dans mon achat, vu que ça ne change rien directement à ma facture. Mais le fait qu'il n'avait pas une tenue convenable, neutre, pour représenter son commerce, que je considère son "statement" comme bousculant mes valeurs profondes, m'a obligé à signifier mon mécontentement, d'une façon directe, courte et sèche, mais sans débordement.

Voulant m'assurer que le message passe, j'ai signifié à la caissière que le vendeur m'avait demandé la boîte et que j'ai refusé qu'il inscrive son numéro. Sans comprendre ma réaction elle m'a signifié que la vente lui serait automatiquement attribuée de toute façon. Est-ce normal? Pourquoi le vendeur m'aurait alors demandé la boîte?

Je considère que votre magasin est une institution commerciale reconnue au Québec, et ayant travaillé plusieurs années dans le commerce du détail, je considère qu'il est évident que des symboles communistes sur vos employés n'est pas compatible avec la pratique du commerce.

Je reconnais aux ignorants et aux idiots le droit de porter de tels symboles, chez eux s'ils le désirent, s'ils désirent afficher leur ignorance ou leur soutient à des meurtriers en pleine rue, mais j'insiste pour que vous preniez compte qu'un laxisme dans le respect de la tenue vestimentaire appropriée pour un vendeur dans votre commerce, risque de vous faire perdre des ventes et ce n'est pas tous les gens qui iront acheter ailleurs qui vont prendre le temps de vous écrire en vous expliquant pourquoi.

Personellement, j'ai acheté plusieurs items ces dernières années dans vos magasins, pratiquant le vélo, le hockey, le camping et la randonnée en forêt.

J'évite de vous indiquer le prénom du vendeur, car le but de ma plainte est que vous soyez plus rigoureux dans la tenue vestimentaire acceptée pour vos employés en poste, pas pour qu'il y ait nécessairement une mesure disciplinaire. J'ose croire qu'en plus de faire cheminer la plainte au bon endroit, vous vous garderez de communiquer mon identité à votre employé.

Je vous remercie de votre collaboration,

Réponse du commerce:

M. Bélanger,

Nous avons reçu votre courriel et j’aimerais vous remercier d’avoir apporté cette situation à notre attention. Nous avons communiqué avec les personnes responsables du magasin en question et ils s’occuperont de s’assurer que cette situation ne se répète plus.

Merci beaucoup pour votre compréhension et n’hésitez pas à nous communiquer si vous avez d’autres questions.

Archives du blog