mercredi 18 février 2009

Please stop generalizing French Canadians - Arrêtez de mettre tous les Canadiens-Français dans le même panier

(Envoyé pour la page des lettres à l'éditeur du National Post - Version française en italique bleu)

I do not understand how some of my fellow English-speaking citizens end up making angry statements toward the people living in Quebec. I do not understand why some of them lower themselves to the level of those they criticize.

Je n'arrive pas à comprendre comment certains de mes concitoyens anglophones tombent dans le piège des commentaires de colère parfois racistes à l'égard des résidants de la province de Québec. Je n'arrive pas à comprendre la facilité avec laquelle certains s'abaissent au niveau des séparatistes frustrés du Québec.

By generalizing French Canadians this way, they insult the majority of them who actually didn’t vote for separation. These insults are then used by biased French Canadian journalists – who abound in Quebec’s medias – to promote separation and encourage mistrust between French Canadians and the rest of Canada. The most enlightened of us know very well that the separatists lost both referendums and that we won’t have a third one any time soon. The vast majority of French Canadians see themselves as Canadians, and they want to be friends with the rest of Canada.

En plaçant dans le même bateau tous les Québécois, ils insultent la majorité d'entre-eux, ceux qui n'ont pas voté pour la séparation du Québec. Ceci est repris par des journalistes Québécois biaisés en faveur de la séparation, qui sont en surnombre dans la presse québécoise, afin de nourrir la méfiance entre les Québécois et le reste du Canada. Les plus éclairés d'entre nous, savons très bien que les séparatistes ont perdu leurs deux référendums, et que nous ne sommes pas prêts d'en avoir un autre. Donc la majorité des Québécois se définissent comme étant Canadiens comme moi et veulent être les amis du reste du Canada.

Racist statements from the rest of Canada toward French Canadians that I can hear on the radio and read in the newspapers and on the internet grate the maple leaf on my heart.

Les commentaires racistes à l'égard des Canadiens-français venant du reste du Canada, que je lis dans la presse, sur internet, que j'entends à la radio, égratignent la feuille d'érable que j'ai sur mon coeur.

We should all be aware that in the case of the Battle of the Plains of Abraham’s commemoration, in a city mostly federalist, federalists from Quebec have been extremely weak against a handful of troublemakers from Montreal, and thus yielded to avoid more distrust between Canadians of different origins caused by ignorance as much on the side of the separatist, as on the side of the few angry and racist English Canadians writing these comments.

Nous devons prendre conscience que dans le dossier de la commémoration de la bataille des plaines d'Abraham à Québec, dans une ville plutôt fédéraliste, les fédéralistes du Québec se sont montré extrêmement faibles par rapport à une poignée d'agitateurs de Montréal et ont cédé pour ne pas à avoir à expliquer notre histoire commune, pour ainsi prévenir la méfiance entre les Canadiens de différentes souches, causée par l'ignorance malheureuse autant du côté des séparatistes du Québec que des anglophones colériques et racistes.

Extremist, pro-Castrist French Canadian bearded bigots, who are in my opinion poorly educated, represent less than 25% of the population residing in my province. If they could sway the majority, I would have to leave Quebec because my province would become insufferable for someone who values liberty and openness to the world.

Les Québécois extrêmistes à barbe, castristes, intolétants, à mon avis mal-éduqués, représentent moins de 25% de la population de ma province. S'ils pouvaient rallier une majorité, je devrais alors quitter le Québec, car ma province deviendrait invivable pour quelqu'un d'attaché à des valeurs de liberté et d'ouverture sur le monde.

We need to understand that French Canadians didn’t lose this battle in 1759, nor have the English Canadians been victorious. This battle has been fought between two colonial empires in what is today our country. Considering New France comprised other Canadian provinces, such as the territory stretching from the Great Lakes to Louisiana, there were no English Canadians at the time. Most English Canadians stem from the loyalist migration caused by the American Revolutionary War, which happened more than fifteen years after the War of the Conquest.

Nous devons comprendre que les Canadiens-français n'ont pas perdu cette bataille en 1759, comme les Canadiens-anglais n'ont pas été les victorieux. Cette bataille s'est déroulée entre deux empires coloniaux dans ce qui est aujourd'hui notre pays. Étant donné que la Nouvelle-France couvrait le territoire de d'autres provinces canadiennes, dont la région des Grands Lacs jusqu'en Louisiane, il n'y avait pas de Canadiens-anglais à cette époque. La plupart des Canadiens-anglais sont issus de la migration des loyalistes, conséquence de la guerre d'indépendance des États-Unis, ce plus de quinze ans après la conquête Britannique.

On the French Canadian’s side, democracy dawned following this conquest. French colonial descents have been able to enjoy superior living conditions and more freedom than under French rule. France abandoned her children in America. She was only interested in exploiting precious resources until the amount of British colonials born on the continent were too much for her to handle. France did not make any serious efforts to colonize her territory. Conquest was inevitable, and could be seen as something desirable among French descents, which I am a part of.

Du côté Canadien-français, la démocratie a pu voir le jour suite à cette conquête. Les descendants de la Nouvelle-France ont pu jouir de conditions de vie supérieures et de plus de libertés qu'avant sous le régime Français. La France a abandonné ses descendants en Amérique, elle n'était intéressée qu'à l'exploitation des richesses jusqu'à ce que le nombre d'habitants de souche Britannique sur le continent ait raison du manque de sérieux des efforts français à coloniser son territoire. La conquête était inévitable, et pourrait être vue comme souhaitable par les descendants de la Nouvelle-France dont je fais partie.

Therefore hateful scorn on both sides is only narrowness of spirit caused by ignorance of one’s own history. We must all work together in this country for our common future far from this mutual disdain. We must communicate better to understand each other better. Quebec must also call into question its political leadership and the dishonesty of its medias infiltrated by agitators who alter information for their own nationalist, socialist and Anglophobic agenda that causes tremendous damage.

Donc, les témoignages de haine et de mépris de part et d'autres, ne sont qu'une démonstration d'étroitesse d'esprit causée par l'ignorance de l'histoire. Nous devons tous travailler ensemble dans ce pays pour notre avenir commun loin du mépris mutuel. Nous devons nous parler davantage pour mieux nous comprendre. Le Québec doit aussi remettre en question son leadership politique et la mauvaise foi de sa presse infiltrée d'éléments agitateurs détournant l'information à l'avantage d'un agenda nationaliste et socialiste anglophobe qui cause énormément de dommages.

As for me, I know that most of my fellow English-speaking citizens in Ontario and elsewhere in Canada are welcoming, kind and courteous. On my side, I will work to ensure that my fellow citizens from the rest of Canada are welcomed as they should where I live, even though there will always remain some simpletons who will never understand.

Pour ma part, je sais que la majorité de mes concitoyens anglophones de l'Ontario et d'ailleurs au Canada sont acceuillants, gentils, et courtois. Il me reste encore quelques villes et provinces à visiter à l'Ouest et je travaillerai à ce que mes mes concitoyens du Canada-anglais soient le mieux acceuillis possible chez moi, malgré certains ignorants qui ne comprendront jamais.

After all, French or English, we do not choose which side of history we are born into.

Après tout, Français ou Anglais, on a pas choisi de quel côté de l'histoire nous sommes nés.

Phil Belanger
Quebec City, Quebec

dimanche 15 février 2009

Jouer au p'tit train

Une fièvre prend tous les politiciens qui passent à Québec... c'est bizarre, mais ils ont le goût du train.

En plus, nos politiciens ont le goût du voyage en France. Nos partenaires économiques sont principalement Américains, mais le premier ministre du Québec et le maire de Québec sont toujours en train de pavoiser en France, c'est plus sexy que Hartford, Portland, Providence et Boston. La planète rapetisse, les frontières s'abaissent... On pourrait s'inspirer en Asie, en Océanie, en Europe de l'est... Non, c'est en France que les pattes sont graissées.

Un train par ici et là... tchou tchou, voici revenir le projet de tramway électrique... et voici un TGV Québec-Windsor pour Noël! Pourquoi donc pas un métro sous-terrain à Baie Comeau tant qu'à y être? Pourquoi pas aussi une ambassade pour reçevoir des extra-terrestres? Une grande pyramide pharaonique?

Le Québec est une terre fertile aux éléphants blancs. Le Québec est comme Springfield dans l'épisode du monorail. Un peddler passe la gratte, et personne ne se questionne, il faut chanter la chanson en choeur.

Mais pourquoi donc des trains dispendieux alors que l'avion fait le travail en Amérique du Nord, compte tenu des distances bien plus grandes qu'en Europe? Pourquoi investir dans des trains qui viendront concurrencer nos investissements dans nos installations aéroportuaires?

Qui va prendre le train entre Québec et Montréal, pendant qu'un aller-retour en autobus ne coûte que 80$? Sans TGV, Via Rail n'est déja pas concurrentiel sur les prix... comment le deviendraient-ils après 12 milliards d'investis? Qui va payer le double du prix du billet d'autobus, que pour sauver une heure?

Ma façon la plus efficace de rallier les 253 kilomètres entre Québec et Montréal, c'est l'autoroute. Avec une voiture compacte raisonnablement confortable, cruise control à 118 km/h, dépassements à 123... Vous faites le chemin avec 35$ d'essence (aller-retour) et moins de 2h30 (aller).

Bien sûr... il y a le motif environnemental. Il y a ce délire vert qui dit que le transport collectif est bien, l'individuel est mal. On constate par l'argent qui est détourné des routes vers les transports collectifs, par les embouteillages polluants causés par ces détournements de fonds publics qu'autant pour les politiciens que pour le contribuable, on s'en fout totalement. Souvent les autobus sont vides... (les trains aussi), mais les automobilistes attendent dans le bouchon et ont payé un train et des autobus inutiles. Ils savent très bien que malgré tous les inconvénients, la liberté de leur automobile n'a pas de prix.

Pourquoi c'est si important les petits trains?

Parce que les politiciens y trouvent leur avantage politique et surtout économique. Une fois les constribuables appauvris de quelques dizaines de milliards, endettés pour les prochaines générations... le politicien lui a son parachute doré.

Ne comptez pas sur les médias (télé et écrit en particulier), ils font partie de l'équation politique. Ça fait longtemps que les lobbyistes ont compris que les bulletins de nouvelles devaient être sous leur contrôle.

Je ne fais pas partie des vieux marabouts qui sont contre tout projet de développement. Je trouve ridicule ces vieilles personnes qui veulent que tout reste comme dans le bon vieux temps, limiter la hauteur des tours à bureaux à Ste Foy ou au centre-ville de Montréal. J'appuie les investissements dans les infrastructures que nous avons réellement de besoin. Le tramway et le TGV n'en font pas partie.

Faut pas oublier que ces idiots veulent nous faire embarquer dans un train de 12 milliards qui va emprunter le Pont de Québec, un pont à l'abandon qui pourrait finir par tomber parce qu'il manque quelques dizaines de millions pour terminer des réparations importantes.

Il y a quelques années, le gouvernement fédéral a vendu le pont au CN. Le CN devait procéder à la réparation et la peinture du pont. Les travaux ont commencé, mais le gouvernement a changé les règles du jeu après la transaction. Le CN devait maintenant s'assurer que la vieille peinture et la rouille ne tombent pas dans le fleuve (autre délire environnemental). Le résultat est une explosion des coûts de réparation, qui a causé la fin des travaux avant qu'ils ne soient terminés.

Jour après jour, le pont perd des morceaux, du plomb, du fer, qui tombe dans le fleuve quand même. Pour le moment aucune solution n'est prise afin de règler le problème. Plus on attend, plus ça coûtera cher. Le pont aura 100 ans en 2017, dans huit ans. Sa durée de vie correspond à cet anniversaire... l'entretien nécessaire est arrêté.

Mais on fera passer un TGV dessus!

Autre blocage, on ferait passer le TGV sur la même ligne Québec-Montréal qu'emprunte l'ultratrain, ces centaines de wagons remplis de produits pétroliers acheminés quotidiennement aux raffineries de l'est de Montréal à partir du terminal de St Romuald. Certains travaillent à bloquer un projet d'oléoduc sécuritaire qui assurerait la sécurité environnementale et celle des humains qui restent près de la voie ferrée.



Nos chers idiots de campagnards retardés par la foudre, ne se rendent pas compte qu'un train qui passe tous les jours rempli de produits dangereux est énormément plus dangereux qu'un oléoduc enfoui et contrôlé par fibre optique sur chaque mètre.

De nombreux accidents ont déja sonné l'alarme que personne n'entend.?

Lien: http://lcn.canoe.ca/infos/faitsdivers/archives/2004/08/20040817-161632.html

J'pourrais aussi vous dire que nous avons avec cette voie ferrée dangereuse, le seul passage à niveau sur une autoroute en millieu urbain au monde. Depuis 50 ans, les voitures arrêtent sur l'autouroute Transcanadienne à toute heure, lorsqu'un train doit passer à St Hyacinthe.

Donc, l'environnement et la sécurité... c'est vraiment important pour nos politiciens qui vont se faire graisser la patte en France!

------

dimanche 8 février 2009

Nouvelles attaques des intolérants gauchistes

Françoise David est une intolérante. Pour les gauchistes, seule la droite peut être intolérante, seule la gauche fait preuve d'ouverture. Nous constatons pourtant souvent le contraire dans les médias Québécois: de l'intolérance à l'égard des conservateurs, de l'ADQ, à l'égard de la "radio de Québec", tout ce qui pourrait apporter un autre côté à la médaille des médias de la pensée unique Québécoise.

L'exemple de Taïeb Moalla du Journal de Québec dont je vous parlais dans mon dernier billet, qui ne répond pas à ses lecteurs lorsqu'il écrit un texte niaiseux pour promouvoir son idéologie personnelle, dans ce qui est supposé être une nouvelle et non une chronique, en est un dans une mer d'intolérance à l'endroit des idées différentes de ce qui est décidé comme étant LA vérité à suivre.

L'intolérance gauchiste, vous la trouvez à aussi l'endroit de l'Institut Économique de Montréal, L'Institut Fraser, peut-importe les études qu'ils publieront, combien sont-elles recherchées et brillantes... cela n'a aucune importance. Pour la gaugauche tout cela est rejeté du revers de la main, avant même d'avoir pris connaissance du contenu. L'automatisme va dans le sens de détruire dans l'oeuf les idées mauvaises, c'est l'essentiel du travail des journalistes téléguidés de la gauche peut-importe où ils soient, Radio-Canada, Gesca, Quebecor.

Ces idées mauvaises sont mauvaises dans le même sens que la masturbation fait pousser le poil sur les mains, rend sourd, c'est céder aux tentations du démon, devenir l'instrument du malin. C'est religieux, ils y croient.

Françoise David et la radio de Québec

L'animateur du 93,3 de Québec, Sylvain Bouchard apprend que dans un cahier du fameux cours "d'Éthique et de culture religieuse", concocté par des fonctionnaires idéologues voués à La Cause, pissant dans l'oreille de nos enfants dans les écoles, qu'il y a une page entière consacrée à la Jeanne D'Arc du féminisme étroit du Québec, Françoise David.

Bouchard en discute dans son émission et interagit avec le public à ce sujet.

Françoise David ne mérite en rien d'être canonisée vivante dans un cahier d'école secondaire. Françoise David est une politicienne avec un programme très arrêté, aux bords du totalitarisme soviétique. Le parti communiste du Québec s'est même joint à son Québec Solidaire, question d'unir les forces.

Ce parti a très bonne presse... Toutes les activités sont couvertes dans les médias. Ils réussissent de peine et de misère à atteindre la barre du 3% aux élections générales, mais l'élection d'un député Iranien de naissance, frère de terroriste arrêté en France en 2003, membre de l'OMPI organisation soutenue par Saddam Hussein a été décrit comme une grande victoire pour le Québec.

Françoise David a à son actif quelques marches et manifestations, réclâmant un salaire minimum à 10$ de l'heure, alors qu'il était à moins de six il y a dix ans, elle est décrite dans ce cahier d'école comme étant une combattante exemplaire pour la "justice sociale".

La justice sociale de Mme David n'est pas la mienne. À mes yeux, c'est de l'injustice sociale totale. Voler les travaillants, extorquer les contribuables, contrôler le discours médiatique.

C'est dire que seules les femmes vivent de la pauvreté et de la violence.

Pourtant, à mon humble avis, toute discrimination est mauvaise. Des hommes aussi vivent de la pauvreté et de la violence. Françoise David est donc une féministe intolérante, pas une humaniste. Sa justice n'est que pour les siens.

Avec son idéologie aussi limitée, elle a réusi à extorquer 2 milliards de dollars aux contribuables pour ce qu'on a apellé "l'équité salariale". Cela a servi à donner des augmentations à des fonctionnaires, hommes et femmes, selon leur emploi, afin de monter artificiellement le salaire moyen des femmes du Québec.

Jamais on s'est demandé s'il y avait une réelle inéquité: un salaire inégal selon le même travail, la même formation. Pourquoi peu de femmes dans des secteurs d'élite spécialisés, et beaucoup de serveuses dans les restaurants (qui en passant ne partagent pas souvent leurs pourboires avec le plongeur masculin). Au bout de la ligne, une réelle inéquité... on a donné des augmentations à des gens si leur quart d'emploi est majoritairement composé de femmes (enseignantes). On a donné des augmentations à des femmes et quelques hommes, qui gagnaient déja bien leur vie.

Donc en recevant un gros chèque, une rétro-activité versée qui tombe dans l'indécence, plusieurs se sont permis des voyages dans le sud, et un gros montant dans les RÉER (les deux à la fois étaient possibles).

Rien pour la caissière de dépanneur chez Couche-Tard qui reste au salaire minimum.

Voilà le miracle de Françoise David... causer de l'injustice sociale, enrichir des enseignants qui la remercieront en faisant des cahiers d'école d'infopub pour vos enfants... qui apprennent ainsi à devenir de bons gauchistes.

Dois-je ajouter que Mme David n'a jamais vécu de pauvreté... Son apparence "équitable", son habillement de "poche de patates", cache son origine très bourgeoise d'Outremont. Fille de Paul David (1919-1999) cardiologue et sénateur, petite-fille de Louis-Athanase David (1882-1953) politicien et ministre sous Tascherau ensuite sénateur lui aussi, et arrière petite-fille d'avocat Laurent-Olivier David (1840-1926) assez connu pour avoir sa face sur Wikipedia 83 ans après sa mort, qui lui avait comme père un ami intime du premier-ministre du Canada Sir Wilfrid Laurier.

Avec son patrimoine de petite noblesse Montréalaise, elle ne tolère pas qu'un vulgaire animateur de radio "populiste" venant du Saguenay-Lac Saint-Jean, déboulonne de son socle sa statue de grande sauveuse des femmes, combattante au risque de sa vie pour une "justice sociale".

Ô sacrilège! L'animateur a incité les élèves à déchirer cette page de propagande qui n'a pas d'affaire dans une éducation de qualité.

Elle réplique à cet affront en envoyant des plaintes au CRTC, qui n'ont que pour but ultime, le congédiement, peut-être la fin de la carrière de l'animateur irrévérencieux. Elle menace de poursuite en justice, afin d'extorquer un peu plus d'argent, à quelqu'un qui n'a que révélé une preuve gênante de l'existence d'une mafia syndicale à l'oeuvre pour l'endoctrinement des jeunes.

Madame David souhaite que l'animateur Sylvain Bouchard soit rayé de la carte, ruiné, qu'il aille "flipper des burgers" dans un casse-croûte de sa région loin d'une possible équité salariale, d'un trône doré syndical.

Ça doit être ça de la "justice sociale"... Crever pour ne pas avoir été d'accord. C'est là toute la démonstration de cette intolérante gaugauche bourgeoise anti-démocratique. Les mêmes salauds qui ont eu Fillion.

On enseigne pas cela dans les écoles. On a même enlevé les cours d'économie pour mettre ce cours, ce ramassis de cochonneries qu'est le cours d'Éthique et de culture religieuse. L'esprit critique qui y est enseigné, c'est qu'il faut plus de salaire pour les syndiqués, que les patrons sont des goinfres, que le capitalisme c'est mal, que Omar Khadr doit être libéré, qu'il faut appuyer la Palestine.

Moi et mon épouse tiendrons nos enfants loin de ça. Je paierai pour l'école privée, sinon je serai toujours pris pour chialer à un enseignant qui va me rire au visage, et punira mon enfant avec des mauvaises notes.

Ce qui devient odieux dans les médias ici n'est pas que des enseignants syndiqués aient mis de la propagande dans des cahiers d'école, c'est plutôt qu'un animateur ait incité à déchirer cette page désohonorante. C'est le monde à l'envers: Les dictateurs deviennent les héros, les résistants sont exétutés.

dimanche 1 février 2009

Le "prestige" selon Taïeb Moalla du Journal de Québec

Monsieur Serge Gosselin, rédacteur en chef,
Monsieur J. Jacques Samson, chef des nouvelles,
Monsieur Taïeb Moalla, journaliste,

Cette lettre n'a pas pour but une parution dans le courrier du lecteur du Journal de Québec. Elle consiste plutôt en une plainte formulée à l'endroit de votre journal dans la dérive apparente dans ses pages qui publient des articles partisans d'extrême gauche, comme en fait un parfait exemple celui de Taïeb Moalla, vendredi le 30 janvier en page 2.

Un mensuel français "Le monde diplomatique" sous la plume d'un bloggueur québécois obscur taitre le premier ministre Canadien de "Bush bis", est en plus le premier article de tout votre journal en ce vendredi 30 janvier.

Premièrement, insulter le premier ministre en le qualifiant de Bush, n'est pas vraiment une insulte, et cette comparaison n'a rien de nouveau, encore rien d'exceptionnel venant de militants d'extrême gauche actifs à la sauce altermerdique communisto-islamophile de Québec-solidaire. Aucun procès juste, de réel débat public qualifiable d'intelligent, n'a eu lieu sur la présidence de George W Bush, mais les condamnations pleuvent dans les médias. Triste réalité...

Deuxièmement, qu'est-ce qui fait que cet "événement" mérite tant d'être rapporté en page 2 de votre journal? Qu'un bloggueur gauchiste du Québec signe un texte dans "Le monde diplomatique", un mensuel de gauche à la sauce décrite précédemment, avec aussi peu de nouvelles informations, de nouveaux arguments, est totalement dépourvu d'intérêt public, à part si l'on subtilise l'intérêt public en le remplaçant par son propre intérêt politique. Dans cette optique, le journal de Québec et son journaliste Taïeb Moalla sont en faute professionelle, faute qui atteint profondément leur crédibilité, et éclabousse une presse québécoise déja très mal en point au niveau de l'éthique journalistique.

Troisièmement, le contexte chronologique de la parution de cet article, confirmé à la fin dans le dernier paragraphe, se veut une publicité pour le début de la mise en vente du mensuel des colonisés de socialistes des facultées de sciences molles, tricoteux de paniers, et fumeurs de gitanes, nostalgiques soixante-huitards du Québec.

En terminant, le point de vue exprimé par ce bloggueur Marc-Olivier Bherer, rapporté par son porte-parole Taïeb Moalla, en plus de n'apporter rien de nouveau, d'être intellectuellement malhonnête, se retrouve à aider une campagne très active de militants d'extrême-gauche qui a pour but le retrait immédiat des troupes canadiennes d'Afghanistan, où nos amis, membres de nos familles, au sein des forces armées, luttent contre les défenseurs sanguinaires de l'idéologie noire des Talibans. Le gouvernement du Canada, avec le soutien de l'opposition officielle, a décidé de maintenir nos troupes jusqu'en 2011, conformément à nos engagements avec nos partenaires démocratiques de l'OTAN, n'en déplaise aux gauchistes et aux anti-démocrates des diverses facultées médiocres.

Ce combat en Afghanistan est énormément plus légitime, bénéfique pour l'humanité, les générations futures d'ici et de là-bas, que celui des journalistes infiltrés dans nos médias, qui jouent au simple reporter, mais qui choisissent ce qu'ils rapportent selon un agenda idéologique, se retrouvent à lutter à chaque jour contre tout ce qu'est la démocratie et les libertés individuelles dans notre monde civilisé occidental.

Considérant qu'aujourd'hui, la presse écrite et télévisuelle est presqu'exclusivement réservée à des gens de gauche, que le manque de concurrence dans la presse au Québec défavorise une diversité des opinions émises dans les pages des quotidiens, et qu'en plus certains y mélangent les genres, nous nous retrouvons avec un cocktail dangereux pour notre démocratie.

Considérant le salaire versé à des journalistes syndicalement blindés (supérieur à 80 000$ par année pour très peu d'heures travaillées), j'estime qu'il requiert à leur endroit un minimum de supervision dans leurs choix de couverture "d'événements" et de rigueur à propos de l'éthique nécessaire pour exercer de métier autrefois prestigieux.

Il sera en conséquence très difficile de donner un verdict juste tant sur la présidence de George W. Bush maintenant terminée, que sur le mandat de premier ministre de Stephen Harper, lorsque des condamnations à tort et à travers pleuvent dans des médias détournés de leurs objectifs initiaux et qu'il est absolument impossible de trouver une contrepartie dans cet univers médiatique de plus en plus sectaire de pensée unique d'extrême-gauche.
***
Si les écrits d'un bloggeur gauchiste Québécois a autant d'importance aux yeux de Taïeb Moalla, appuyé par le Journal de Québec qui publie cette propagande... Pourquoi Antagoniste.net ou "Le Québécois Libre" n'a jamais été et ne sera jamais cité par ce journaliste? Poser la question c'est y répondre...
Le journaliste Taïeb Moalla n'est pas le seul à piler sur son éthique dans la presse Québécoise, mais c'est un des plus remarquables localement. Remarquez maintenant combien surtout parmi les journalistes de 40 ans et moins, sortis des facultés de communication ou autres depuis les années '80 vivent leur carrière comme une mission visant à promouvoir LEUR option politique... comme s'ils avaient voulu infiltrer l'appareil médiatique, en étant formés pour ça.

Archives du blog