dimanche 28 juin 2009

Menaces, condescendance et charriage

Suite à mon dernier billet sur la campagne à la chefferie de l'ADQ, j'ai écorché au passage FredericK Têtu, un prof de philo de Cegep qui aime écorcher des gens, mais qui n'aime pas se faire remettre la pareille. Au point où semblent voler en éclats tous ses principes de liberté d'expression dès qu'il est contrarié.

Je suis intervenu sur le blog de mon ancienne députée adéquiste où sévissait l'étrange personnage d'abord connu dans l'émission de Jeff Fillion pour avoir servi de caution intellectuelle au combat pour la survie de CHOI en 2004, ensuite connu dans l'intéressant documentaire "L'illusion tranquile". Mon intervention en était une pour défendre Jean-François Plante, qui à mon avis, était victime d'une attaque vicieuse, d'un coup sous la ceinture:
Je tiens à dire que chaque adéquiste qui appuiera Jeff Plante fait un trou dans le bateau de l'ADQ. Il faut que ça s'arrête le plus tôt possible. Chaque appui pour Plante mine la crédibilité du parti.

La course à la chefferie est un test de crédibilité de l'ADQ: Plante vous offre une excellente occasion de démontrer que vous êtes crédible... en ne l'appuyant pas.

Frédérick Têtu

PS Je suis membre de l'équipe d'Éric Caire

PPS Je refuse pour l'instant d'être caractérisé comme un adéquiste, car Jeff Plante est le genre de connerie à laquelle je ne voudrais jamais être associé.

Au début, il a droit à son opinion,mais ensuite... dans le post-post scriptum, nous avons affaire à du dégobillat digne d'un malpropre de La Presse, télécommandé, qui fait le monitorage de l'émission internet de Plante afin de tirer hors-contexte une ou deux phrases-chocs dont l'explication sera enterrée par un tollé provoqué justement afin de mettre à l'écart l'auteur des propos.

Écorcher un rival, ça se fait... le rabaisser au niveau de "connerie", sans arguments, sans quoi que ce soit pour appuyer son verdict, c'est bas, inacceptable dans le cadre d'une course à la chefferie d'un parti qui devra recoller les pots cassés après, s'il veut mettre quelques buts dans le filet des vrais adversaires: le PQ et le PLQ. Ce commentaire n'était pas digne d'un intellectuel respectable (ce dont j'ai déja cru que Têtu était).

J'ai voulu exprimer diverses choses qui n'ont pas paru dans le blog de Mme Morissette. Elle en a le droit, c'est son blog. Finalement, une intervention adoucie a été acceptée. Je me suis donc tourné vers mon blog où je m'accorde une certaine liberté pour vider un sac quand même d'une façon claire et équilibrée. J'ai suivi de près la campagne de sauvetage de CHOI en 2004 et la mini-campagne politique de Têtu chez les conservateurs, puis indépendant. J'ai compris qu'il était brillant mais qu'il s'aimait énormément. Chaque vote pour Plante selon lui fera un trou dans le bateau de l'ADQ... Combien de "trous" dans divers "bateaux" FredericK Têtu a-t-il fait depuis 2004?
Depuis que j’ai pris mes distances avec Jeff Plante sur ton blogue, Catherine, il y a un monsieur Phil qui utilise des gros mots pour écrire des faussetés à mon sujet un peu partout sur le net. Sur ton blogue, il vient d’écrire qu’en décembre dernier, j’ai dit à la radio qu’il ne fallait pas voter pour l’ADQ . C’est totalement faux et le lien suivant en fait une éclatante démonstration (écouter à partir de 13:30) :
http://www.radioego.com/ego/listen/1366
J’ai lancé un appel similaire sur les ondes de Radio-Pirate aussi.
Étant donné que ce lien démontre que ce Phil répand sur mon compte des accusations fausses et injurieuses (comme tu es avocate, Catherine, tu sais que c’est ce qu’on appelle en droit de la diffamation), je te somme de retirer de sur ton blogue le message injurieux du Phil en question.

Frédérick Têtu
"Prendre ses distances"... ce n'est pas traiter un opposant comme s'il était une "connerie" de caca, le dernier des vauriens. Personellement, me faire "sommer" cavalièrement, risque de donner comme réponse comme "va donc jouer de la flûte piccolo en grèce antique". J'ai perdu tout respect pour lui. Il aura beau dire des choses pleines de bon sens, intervenir à Bazzo.tv, ou peut-être dans un projet de talk show qui s'en viendrait pour l'automne à TQS, pour moi il est classé. On peut accepter qu'un personnage semble être amoureux de lui-même, qu'il aime s'écouter parler... Pas qu'il soit cheap et incohérent avec des principes dont il a fait la promotion.

OK. Têtu a trouvé UN extrait où il "prouve" qu'il n'a pas incité à voter contre l'ADQ en décembre dernier. J'ai été brouillon sur ce point... Mais il n'en demeure pas moins qu'il a fourni de très bons arguments pour rester à la maison au lieu d'aller voter à plusieurs reprises, j'écoutais, et je peux moi aussi chercher dans mes archives. Peut-importe, mon verdict sur son cas ne repose pas sur ses analyses plutôt justes des dernières années de l'ADQ: JE SUIS D'ACCORD AVEC LUI. Je maintiens tout le reste. En plus, il dit refuser d'être "caractérisé" comme adéquiste pour ne pas être associé à Plante... De quels trous dans le bateau parlait-t-il donc? Des siens?

C'est drôle de lire ça venant d'un gars qui veut "prouver sa loyauté" au parti avec des extraits audios, d'un jour, une fois, naguère... Je l'ai accusé de nuire à l'ADQ, je maintiens cette accusation: Tout le parti gagnerait à brasser des idées venant des quatre candidats actuels, cela comprend Jean-François Plante, et de maintenir un certain RESPECT, un FAIR PLAY, entre les candidats et leurs entourages respectifs.

Pourquoi donc Têtu semble si d'accord avec ce coup gluant pour tasser Plante de Deux-Montagnes en 2007 en pleine campagne électorale? On a peinturé Plante, en procès d'intentions, où on l'a fait quasiment passer pour un complice de Marc Lépine, parce qu'il refusait de porter le ruban blanc de la commémoration* du massacre de la Polytechnique.

Pour terminer, si FredericK Têtu a quelque chose à me dire, il peut toujours me contacter en privé et/ou intervenir ici sur mon blog plutôt que de menacer pas très subtilement Catherine Morissette de poursuite si elle n'enlève pas mon intervention si "injurieuse" (puis-je rire?) de son blog. Je suis un grand garçon, j'suis capable d'en prendre, et si je me mets un doigt dans l'oeil, je suis capable de l'admettre.

***

*Jean-François Plante n'a pas refusé de porter le ruban blanc de la commémoration pour refuser de commémorer le massacre, mais bien pour protester contre le détournement de cette commémoration qui accable "les hommes" de toute la violence faite aux femmes dans le monde... Cet événement tragique a été l'oeuvre d'un malade isolé, et n'a pas plus de sens que la folie de Marc Lépine.

vendredi 26 juin 2009

Course à la chefferie de l'ADQ: la lucidité ou la mort

Il y a quatre candidats en liste jusqu'à maintenant dans cette course qui prendra fin en novembre. D'abord, Gilles Taillon ancien président au conseil du patronat du Québec, semble étonnamment se retrouver dans le "coin gauche" du débat.

Christian Lévesque de son côté nous a démontré qu'il manquait de jugement en dénonçant la décision du caucus de son parti de ne pas visiter l'animateur de Sortir FM, reconnu coupable d'avoir profité des services d'une prostituée mineure, à son émission. En plus d'avoir une faible cote d'écoute, en plus que le mandat de cette station n'en est pas du tout un d'affaires publiques, l'ADQ a défendu depuis 2002 les victimes de la prostitution juvénile et ceux qui demandaient des peines plus sévères pour les abuseurs. Hormis quelques laxistes gauchistes dans la bourgeoisie au pouvoir, la faiblesse ridicule des peines données aux criminels fait consensus au Québec.

Ne pas aller serrer la main de Gillet était une question d'honneur et de cohérence, en plus que lui et ses amis n'appuieront jamais l'ADQ.

Le discours le plus percutant et le plus vrai est venu sans doute de Jean-François Plante jusqu'à maintenant. Je ne vous cacherai pas que je le connais personellement, mais il y va surtout d'idées enfin à la page de la droite occidentale: Flat tax, réformer les lois du travail (nottamment par l'abolition de la formule Rand), liberté de choix (privé dans la santé et liberté dans l'éducation).

Éric Caire de son côté démontre de belles qualités, mais semble jouer un rôle plus effacé et un membre de son entourage, Frédéric Têtu, sur le blog de l'ex-députée adéquiste de Charlesbourg, Catherine Morissette, y a été d'une attaque vicieuse à l'endroit de Plante. Aussi vicieuse que peut être un journaliste de La Presse ou de Radio-Canada en mission contre l'ADQ ou le Parti Conservateur. Têtu a démontré une fois de plus qu'il répondait très bien au sobriquet de "loose cannon".

C'est lui qui a torpillé la campagne des conservateurs après qu'on lui ait refusé qu'il soit le lieutenant conservateur du Québec en 2004, parce que Harper et ses stratèges ont préféré Josée Verner. Au lieu de prendre sur lui, d'attendre son tour, de se faire connaître davantage, montrer ses qualités au public, et surtout de gagner une élection assurée en janvier 2006, il a plutôt claqué la porte comme un bébé gâté qui ne voulait pas s'abaisser à faire ses preuves.

Où serait aujourd'hui Frédéric Têtu, le prof de philosophie du Cégep F-X Garneau, intervenant X, de la radio X de Jeff Fillion lors du combat de la survie de CHOI 98,1 en 2004, s'il n'était pas une tête brûlée? Je crois qu'il aurait eu une chance au cabinet du parti au pouvoir formant le gouvernement fédéral.

N'y a-t-il pas une leçon à prendre de ça?

Où vont les principes de Têtu, lui qui nous parlait de liberté d'expression, lorsqu'il tombe dans une vulgaire démagogie, dans la petite politique nauséabonde, comme l'hypocrisie de la presse qui protège l'axe libéralo-péquiste, eux qui préfèrent s'échanger le pouvoir entre souteneurs du "modèle québécois".

Lorsque Têtu s'en prend de cette façon à Plante, il appuie la façon que le Parti Québécois et le Parti Libéral font de la politique comme ils le font depuis la révolution tranquile: tout donner aux syndicats ou presque, céder au lobbies de pression même s'ils proposent des nuisances au développement du Québec, se soumettre à une presse partisane qui avec les centrales syndicales usurpe le pouvoir démocratique de l'ensemble du peuple Québécois.

Les "âmes perdues"

Là où Jean-François Plante résume bien le cul-de-sac où l'ADQ se dirige et qu'il tire en plein centre de la cible, c'est lorsqu'il parle des "âmes perdues".

Les âmes perdues sont ces personnes gravitant dans l'environnement de "la 3e voie", soit l'ADQ, souvent depuis le début, qui sont ceux qui sont uniquement là parce qu'ils sont déçus des deux autres partis traditionnels mais qui ne savent pas trop pourquoi. S'ils savaient pourquoi, ils ne seraient pas pour une 3e voie, perdue, qui dérive d'une élection à l'autre, mais ils seraient dans une voie pour le pouvoir, parce qu'ils seraient convaincus de l'échec du modèle de l'état-providence québécois.

Ils seraient lucides.

La lucidité aujourd'hui impose que nous fassions le constat de l'échec de la persévérance dans l'erreur des deux partis traditionnels héritiers de la révolution tranquile. Ils seraient réellement convaincus, plus que certains "mous", que la révolution tranquile a donné aujourd'hui l'illusion tranquile qui a endormi le Québec.

Au lieu de ça, on retrouve des âmes perdues au purgatoire, soit en attendant une place dans les deux autres partis, ou soit qu'ils ont été rejetés par les deux autres partis. L'avenir de l'ADQ ne peut se trouver entre les mains de ces gens qui manquent de conviction et de détermination à garder le cap pour un réel changement qui amènera plus d'efficacité, une dynamique de prospérité.

L'ADQ est à la croisée des chemins, soit elle disparaît, ou soit les idées de Jean-François Plante créent un véritable débat d'idées constructif sur lequel il sera possible de bâtir un Québec plus solide.

On ne bâti rien avec des "âmes perdues" en perdition ou qui dérivent en attente... On doit bâtir sur du solide. Peut-importe ce qu'en pense Sébastien Proulx qui semble dériver lui-même vers les libéraux. Regardez le résultat lorsqu'un transfuge adéquiste Pierre-Michel Auger ex-député de Champlain, se range du côté de Jean Charest, pour ensuite obtenir un poste dans la haute fonction publique... Ça ressemble drôlement à du traffic d'influence.

Sans être une "âme perdue" on ne pense pas rejoindre l'ennemi du changement.

Cette course à la chefferie va nous dire si nous pouvons encore croire à ce changement tant souhaité, ou si le Québec va continuer de dériver avec ses politiciens de deux partis et demie, qui finalement se rejoignent dans la continuité tranquile, le déclin du Québec amorcé il y a plusieurs décennies déja.

dimanche 21 juin 2009

Persécution politique : Chasse aux républicains

Une émission de radio sur XM m'a donné la puce à l'oreille concernant un texte de Marc-André Lussier de La Presse, dans la section Arts et Spectacles, publié le 12 juin dernier, que j'avais malheureusement manqué. Pardonnez-moi, je ne cherche pas le grand niveau d'analyse politique dans les pages des arts et spectacles de La Presse... et suite à cette lecture, je dois conclure que j'ai toujours raison sur cette question.

Dans ce texte à saveur plutôt politique, une chronique très éditoriale, bien que très peu argrémentée d'arguments, Lussier dénonce les positions politiques de Voight, comme étant "paranoïaques d'extrême-droite". Nous sommes pourtant en "une" du cahier "Arts et spectacles"...

J'étais au courant que Jon Voight, comme Bruce Willis et Clint Eastwood sont des républicains convaincus qui évoluent à Hollywood. Le plus grand président des États-Unis des dernières décennies, Ronald Reagan, est aussi issu d'Hollywood. Je suis au courant que bien des personnalités à tendance de droite, républicains à Hollywood, hésitent à s'afficher, parce que la critique réagit de façon hostile et qu'il devient plus difficile d'obtenir du travail.

Ici le discours de Jon Voight devant des donateurs du parti républicain diffusé à CSPAN, la chaîne câblée de Washington, l'équivalent de CPAC au Canada:


Ici Jon Voight à Bill O'Reilly sur FOX News (chaîne que Vidéotron vous empêche d'avoir au Québec) suite à son discours.


Un moment qui me plait particulièrement, c'est lorsque Voight répond à O'Reilly que Hillary Clinton nous avait bien averti de l'inexpérience de Barack Obama. Elle qu'on a accusé d'être raciste, parce qu'elle ne voulait pas laisser la voie libre au messie.

Aujourd'hui, si Kim Jong Il envoie un missile sur Séoul lorsqu'il a un autre malaise d'accident cérébro-vasculaire... Qui répond au téléphone cette nuit là? Barack Obama...

Qui endette les générations futures pour sauver le derrière de fraudeurs de Wall Street, empêtrés dans les produits dérivés garantis par le gouvernement? Barack Obama...

Qui sauve une entreprise qui devrait fermer, et être reprise en morceaux par d'autres, avec des employés qui devraient être payés à la moitié des salaires qu'ils avaient auparavant? Toujours Barack Obama...

Qui indique à Israël la voie à suivre pour assurer sa sécurité, comme d'être plus "tolérants" envers ceux qui envoient des roquettes sur les maisons de Sderot et face à ces voisins qui promettent toujours d'anéantir ce pays? Barack Obama...

Promettre de fermer Guantanamo, apprendre ensuite que c'est impossible, et se chercher une voie de secours, c'est toujours une démonstration d'inexpérience, on pourrait même dire d'incompétence... Mais dans les médias gauchistes, on est loin d'avoir terminé le navet pompeux, l'infopub sur Barack et Michelle, leur chien, leur linge, le potager...

La démocratie est mal en point, aussi mal en point que l'économie Américaine qui peine à se relever et qui sera pour longtemps affectée par la gestion digne du pâtissier qui prend ses gâteaux dans le four sans mitaines.

Revenons à Jon Voight. Il est articulé, qualité que partagent peu de starlettes pro-Obama. Il est réfléchi, ce qu'aucun journaliste "cheerleaders" à la Richard Latendresse est. Il m'apparaît définitivement plus intelligent que Marc-André Lussier.

On l'attaque, on lui dit "bye bye mon midnight cowboy"... Par ses positions politiques, une clique de chroniqueurs comme Lussier de La Presse risque de démolir tous ses futurs films, aux États-Unis, au Canada et en Europe... Pas par la réelle qualité du jeu de Voight, de ses films, mais à cause qu'il est un "paranoïaque d'extrême droite" et qu'un tel homme ne devrait jamais être au micro à raconter des choses aussi horribles et invraisemblables telles que Barack Obama est un faux prophète.

Mais quel est le vrai travail de Marc-André Lussier? À quoi sert-il? Comment peut-on se retrouver avec un raisonnement intellectuel aussi minable dans les pages de ce qui serait censé être une référence?

Donc, si j'ai bien compris Marc-André Lussier, j'en conclus que pour lui Barack Obama est un vrai prophète, et que c'est très mal de dire le contraire, presqu'aussi mal que de faire des caricatures de Mahomet.

Être de droite, nous le savons, c'est aimer le mal.

C'est aimer la souffrance, la pauvreté, l'injustice.

C'est être pour la fin du monde en provocant le réchauffement climatique.

C'est être raciste.

Mais il n'y a qu'un gros problème... Je connais des gauchistes qui correspondent à tout cela ou presque et je connais aussi des gens de droite qui sont bons, généreux, justes, sensibles, anti-racistes.

jeudi 18 juin 2009

La solution pour Montréal-Nord: Arrêtez des blancs

The Independent publiait un article sur une étude très inquiétante qui rapportait que des personnes de race blanche sont inutilement arrêtées en Grande-Bretagne, sans motifs, dans le but "d'équilibrer" les statistiques des races des personnes arrêtées nottamment en vertu de la section 44, du terrorism act de 2000.

Les gauchistes relativistes pacifistes, souvent de purs crétins, aiment bien utiliser des petites statistiques pour prouver leurs points, à savoir que les musulmans et personnes de race noire sont victimes de "profilage racial". Cette accusation de racisme des autorités a été à nouveau portée à l'endroit de la police de Montréal par les groupes communautaristes et par la couverture complètement schizophrénique effectuée par des médias, surtout par Radio-Canada et La Presse.

Donc, pour montrer une apparence de justice, sans arrêter les bandits, les enfermer, il faudrait dorénavant arrêter des personnes blanches sans motifs. Les crétins du communautarisme, du modèle multiculturaliste canadien, ne semblent pas comprendre que des jeunes de certaines communautés ne font moins l'objet d'une discipline familiale élémentaire, d'un encadrement scolaire raisonnable, flânent dans les parcs, là où la police a peur d'intervenir, parce que chaque intervention peut mener à une émeute, et que si par malheur un policier devait être tabassé par un gang, il n'aurait pas le droit de se défendre. Le laxisme des parents, de l'école, de la société fait du mal à toute la société, même au sein de familles bien nanties des "quartiers blancs"... mais les effets se font plus sentir, sont plus spectaculaires là où la violence règne, dans les quartiers pauvres, là où des communautés minoritaires non-intégrées au reste de la société vivent.

À défaut d'avoir un Rudolph Giuliani à Montréal (Tremblay est à l'extrême opposé de l'ex maire de New York), vous avez un beau système de corruption, ajouté d'une corruption morale extrême, et avec Radio-Canada, tous les pseudo-intellos fumeurs de marijuana, on arrive à une société où les gens sont jugés toujours de façon favorable si leur peau est d'une autre couleur que blanche, peut-importe leurs actes.

Ce n'est pourtant pas en fonction du nombre de personnes interceptées d'une telle origine ethnique, que l'on peut avec cette seule donnée affirmer qu'il y a profilage causant préjudice à une communauté. Mais c'est pourtant la conclusion à laquelle arrivent quelques cancres issus de sciences humaines, maintenant des "experts" en analyses de toutes sortes, diffusant leur merde qui coule de leur tête dans les médias, ce qui contamine les masses.

À Montréal-Nord, les blancs quittent pour s'établir ailleurs depuis des années, les petites madames de 60 ans ne sortent plus de leur demeure, et c'est la guerre dans les rues et les parcs. Depuis longtemps il n'y a pas de paix et d'ordre qui y règne.

Peut-être faudra-t-il importer des blancs de Laval, les transporter en fourgons, et ensuite les arrêter à Montréal-Nord, pour "équilibrer des statistiques", ainsi l'on contournera l'idiot de journaliste gauchiste qui n'a que de sympathie pour les communautés du désordre moral, avec des théories relativistes débiles. Mais le problème restera entier... Comme en Grande-Bretagne les terroristes islamistes ne sont pas des blancs protestants, le problème d'ordre public à Montréal-Nord n'est pas causé par des banlieusards blancs au sein de la police.

On en revient toujours au même... Les journalistes gauchistes sont tordus, ils cachent au public que le gang de Villanueva ont tabassé les policiers, et que le jeune abattu a tenté de s'emparer de l'arme à feu d'une policière, ce qui en toute logique devait inévitablement mener à un geste de défense: tirer sur le voyou.

***

http://www.independent.co.uk/news/uk/home-news/stop-and-search-white-people-held-to-balance-racial-statistics-1707895.html

lundi 15 juin 2009

Gilles Duceppe ne sait pas qu'on ne prend pas de vacances sur le chômage

Gilles Duceppe commente sur l'idée "d'universalité d'accès à l'assurance-emploi" : "Ce qui est important ce sont les chômeurs qui auront pas d'argent pour aller en vacances cet été"

Il veut renverser le gouvernement Harper sur cette question.

Un adulte responsable, lorsqu'il perd son emploi, ne pense pas prendre des vacances à la plage... Même qu'il est illégal de recevoir des prestations de chômage, lorsqu'on est en vacances, tout en se déclarant à la recherche d'emploi. Lorsqu'un chômeur s'absente, qu'il n'est pas disponible à l'emploi, il est dans l'obligation de le déclarer, et ses prestations sont interrompues.

Aucun journaliste n'a allumé, personne ne semble s'être aperçu qu'une bulle d'air avait passé au cerveau du chef du Bloc Québécois, tellement ils sont excités à l'idée de défaire Harper.

Audio diffusé à RDI, 15 juin midi, Téléjournal de Radio-Canada 21h à RDI et 22h à la SRC.

ÉCOUTER: http://www.radioego.com/ego/listen/2570

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2009/06/15/002-ignatieff-conditions.shtml

Êtes-vous prêt à vous endetter davantage, endetter les générations futures pour des vacances de chômeurs qui frauderaient l'assurance-emploi?

Merci aux journalistes de bien faire leur travail...

***

Ignatieff et son faux suspense

Michael Ignatieff a dit qu'il prenait la fin de semaine pour réfléchir à savoir s'il allait renverser le gouvernement Harper. Les journalistes plutôt complaisants comme d'habitude (Emmanuelle Latraverse se fait apeller par son petit nom par Ignatieff en direct en conférence de presse) au lieu de lui demander s'il allait cesser de "faire marcher" tout le Canada, s'en font pour des propositions "pour les chômeurs" qui tendent à tordre le bras du premier ministre, pour lui faire cracher notre argent.

On prend pour acquis que les chômeurs, ces pauvres chômeurs de la crise, on plus besoin d'aide que les chômeurs du passé. Entre autres, par rapport aux chômeurs que le Parti Libéral jadis au pouvoir, alors dirigé par Jean Chrétien, qui ont vu les règles d'accessibilité plus restrictives afin de détourner des surplus de la caisse du chômage, vers le déficit.

Par contre, il donne tout le crédit de la crise actuelle au gouvernement Harper.

Voilà comment Michael Ignatieff donne un vent de fraîcheur à la "petite politique"!

Pourquoi faciliter l'accès à l'assurance emploi?

C'est une proposition uniquement électoraliste, très mielleuse, pleine de crème champêtre onctueuse: quel grand coeur, quel grand homme de se soucier du sort des pauvres chômeurs... C'est toujours mieux de donner des bonbons à une classe d'enfants gâtés, que de leur donner des outils pour assurer leur avenir.

Le budget Flaherty de janvier dernier, réalisé avec "le gun sur la tempe" prévoyait un déficit exceptionnel de 34Milliards. Maintenant nous savons qu'il atteindra certainement les 50milliards.

Ignatieff reproche à Harper de ne pas dépenser l'argent du budget... au lieu de le remercier de sa vigilance. De combien de milliards supplémentaires nous devons nous endetter pour que le chef de l'opposition soit satisfait et qu'ensuite il accuse le gouvernement Harper d'avoir dépensé de façon irresponsable, devant des journalistes qui se font apeller par leur petit nom, qui boivent littéralement toutes ses paroles.

Avant d'avoir droit à ses prestations d'assurance-emploi, il y a un trou de deux semaines de prévu avant que le chômeur puisse toucher ses indemnités. Ça a toujours été ainsi, du moins à ma mémoire, et cela se justifie facilement par quelques calculs qui permettent de savoir que bien des demandeurs d'assurance-emploi ont des économies, que normalement des prestations au chômage devraient servir à dépanner temporairement, pas à sauver des économies de bas de laine. Un certain nombre de chômeurs se trouvent rapidement un emploi, et si c'est à l'intérieur des deux semaines d'exemption, la caisse de chômage et la bureaucratie sont exemptés de ces demandes.

Qui a pu travailler un certain temps et n'a pas de marge de manoeuvre pour payer son épicerie la semaine suivant son renvoi?

On prend facilement en pitié ces travailleurs du bois, du papier, qui font des salaires plus qu'intéressants avec un secondaire 2. Comment peuvent-ils avoir autant de besoin de la compassion de tous les partis d'opposition ainsi que celle des journalistes, comme s'ils avaient pas eu la prévoyance minimale d'amasser un petit coussin ridicule de deux semaines?

De plus, le nombre de semaines nécessaires pour être admissible à une prestation de chômage, comme le nombre de semaines couvertes, sont variables selon la région, selon le taux de chômage de cette région. Donc, le système lui-même, devient plus généreux, s'adapte aux besoins des chômeurs d'une région où il est plus difficile de se trouver rapidement un emploi. Par conséquence, le trou qui se creuse dans les finances publiques est exponentiel lors d'un coup dur à l'économie. Il est d'autant plus irresponsable de se montrer plus généreux que la grande générosité déja en vigueur.

Voilà ce que les journalistes ne disent pas, pour faire de la petite politique aux côtés de leurs petits amis, les petits politiciens.

Liza Frulla toujours imposée à RDI, madame conflit d'intérêts, l'ex-ministre patronne de Radio-Canada, libérale teindue, est toujours sur le plateau... s'insurge d'un "déficit de démocratie" et demande des élections au début d'août. À 11h45, elle est en ondes (encore) 45 minutes avant son "club des ex"...

En réalité, le déficit de démocratie, c'est qu'une hystérique monopolyse l'antenne payée par les contribuables, que des journalistes-fonctionnaires soient aussi complaisants avec l'opposition et c'est que l'opposition empêche depuis les premières semaines suivant la dernière élection le gouvernement de fonctionner.

***

vendredi 5 juin 2009

Embuscade de journalistes, pénurie d'isotopes, cancer et cadavres plastifiés

Lisa Raitt prise pour cible

Je ne connais pas beaucoup cette ministre, mais pour une raison ou une autre, les journalistes en tir groupé, attaquent cette ministre depuis quelques semaines. D'abord il y a eu cette affaire de "documents oubliés". Il devient désormais facile depuis l'affaire Bernier l'an dernier, de pousser un ministre dans un ravin... Mais dans le cas de Mme Raitt, on oublie de dire que les documents oubliés ont été oubliés par son assistante, pas par la négligence de la ministre elle-même.

Autre embuscade pour Mme Raitt, elle s'est fait enregistrer au téléphone par son assistante, et comme par magie, l'enregistrement se retrouve dans les mains des journalistes. Tout un alignement de planètes, probablement possible qu'une seule fois par 33 millions d'années.

Vu qu'un enregistrement obtenu d'une drôle de façon, et peut-être à l'insu des personnes qui se parlent au téléphone, se retrouvait dans les mains des journalistes, il y a eu contestation devant juge du droit de diffuser cette bande.

Vous et moi, si nous enregistrons des personnes au téléphone à leur insu, et que nous diffusions les bandes, nous aurions des problèmes... c'est une violation de la vie privée, il y a des jurisprudences très claires à cet effet. Rapellons-nous en 1992 l'Affaire Wilhelmy, lorsque Bourassa a négocié un accord avec les provinces, l'accord de Charlottetown qui devait être défait par référendum fédéral peu après.

Une conversation au cellulaire avait été interceptée par scanner, enregistrée et il y avait eu une injonction accordée visant à empêcher la station CJRP de Québec de diffuser les bandes. Les conversations au téléphone entre personnes seraient alors privées.

À ce moment, le fédéralisme Canadien était menacé, donc la magistrature a agi promptement... Aujourd'hui cette même magistrature libérale ne travaillerait-elle pas de concert afin de déstabiliser des élus conservateurs?

Que compte l'enregistrement? Rien du tout, rien d'intéressant, même si Emmanuelle Latraverse de Radio-Canada, toute joyeuse, nous en parle si bien dans de vagues descriptions embrumées.

Résumons: On veut dire que les conservateurs sont encore dans la controverse, à cause d'un enregistrement secret controversé, qu'on a tenté de garder secret. Grosse controverse pour une conversation banale, et le contenu de la conversation est tellement pas intéressant, qu'on en aura rien à dire et que les gens qui suivent moyennement l'actualité ne comprendront pas qu'on s'enfarge dans une fleur du tapis. L'important c'est qu'on a trouvé une controverse!

La ministre Raitt parle dans cet enregistrement qu'elle saura solutionner la crise des isotopes médicaux.

Dans le dossier des isotopes, des malades du cancer qui n'ont pas les isotopes médicaux nécessaires pour leurs examens, c'est devenu secondaire. Journalistes, libéraux, et journalistes libéraux, en ont rien à foutre d'une pénurie des isotopes, ils prennent chaque miette au sol pour pousser des ministres en bas d'une falaise, quitte à retarder la production d'isotopes, une solution à la crise.

Saint Cancer - Le cancer du sein

C'est toujours plus grave dans les médias lorsque des femmes meurent que lorsque que ce sont des hommes. Depuis le début du scandale des test de cancer, on parle du problème de fiabilité des test que comme s'il s'agissait d'un problème exclusif au cancer du sein.

Pourtant, l'étude qui a mené à ce scandale, qui ne portait que sur le cancer du sein, parce que c'est le type de cancer où l'on retrouve le plus de sortes de pathologies, donne des résultats qui peuvent s'appliquer à tous les types de cancer, sur l'ensemble des test effectués au Québec. Le docteur Barette, porte-parole des médecins spécialistes l'a affirmé à l'antenne de Radio-Canada au tout début du raz-de-marée médiatique.

On a ensuite oublié ce "détail" dans les médias, on a focusé sur ces femmes atteintes du cancer du sein qui vivent beaucoup d'angoisse, mais on passe outre que beaucoup de tests de cancer du colon, de prostate, du poumon ne sont pas plus fiables.

Les femmes des quotas

Un de ces beaux tabous qu'il y a en politique Québécoise, c'est cette "parité" décrétée par Jean Charest lors de la formation de son cabinet ministériel. Cette belle façade de "sexisme positif" permet à des incompétentes d'accéder à des postes qu'elles ne méritent pas.

Madame "col roulé" Courchesne patauge autant dans les cours de relativisme religieux qui serviront à rendre nos enfants plus idiots face aux croyances violentes et débiles qui prolifèrent sur cette planète, que dans les règles du hockey junior majeur.

Madame Yolande James, qui en plus d'être une femme est noire, doublement avantagée dans la "discrimination positive" du cabinet de Champ Jarret*, se sauve des journalistes lorsqu'elle se fait questionner sur la délicate question des accomodements raisonnables, elle qui est à l'immigration.

Marguerite Blais propose des clowns aux personnes âgées dans les CHSLD, au lieu de les nettoyer une fois de plus qu'un seul bain par semaine, au lieu de leur préparer de meilleurs plats que du "manger mou". Pire, elle connaît bien ces clowns, des proches de sa gang de libéraux, qui se retrouveraient avec un beau contrat dans les six chiffres.

Voilà des ministères qui sont vraiment mal foutus, désorganisés, menés par des incompétentes qui auront ensuite de la difficulté à nous convaincre qu'elles ont eu leur poste pour autre chose que selon leur sexe.

Remarquez que même du côté des hommes, ce cabinet reste faible... Souvenez-vous comme c'était important de nous rapeller que l'ADQ était le parti d'un seul homme, avec des candidats sans expérience. J'aurais certainement préféré voir Éric Caire, Gérard Deltell, Gilles Taillon, Sébastien Proulx, Jean François Plante, dans un cabinet Dumont.

La valeur du corps humain

Si vous tenez à voir des vrais cadavres humains plastifiés, vous pouvez débourser 20$ pour visiter l'exposition "Bodies" et enrichir quelques promoteurs et justifier le travail du héros national Daniel Gélinas.

Vous pourrez par le fait même répondre aux questions des journalistes à la porte de l'exposition qui vous demandront si vous savez d'où viennent les corps.

Une bonne proportion de ceux qui ont répondu à ces questions, souvent avec un sourire épais et gêné, semblaient se foutre totalement d'où venaient les corps. Rien à foutre si on vient "zyeuter" le corps plastifié d'un prisonnier chinois exécuté pour avoir parlé contre le régime, ou qu'il ait volé un boeuf... Rien à foutre si c'est le corps non-réclamé d'un étudiant battu à mort par la police, ou d'une jeune femme violée par un fils de haut fonctionnaire de Shanghai et jetée aux déchets, revendus par des gens qui veulent arrondir des fins de mois...

Une chose est certaine par contre: Les gens qui sont exposés, "slicés" comme du baloney, plasti-momifiés, qui ont vécu, comme vous et moi, n'ont jamais signé d'accord pour que l'on dispose de leur corps comme d'une tête d'orignal empaillée au dessus du poêle dans le chalet.

Pire... pourraient-ils avoir été tués pour être revendus à des occidentaux qui les achètent pour les exposer?

Si vous souriez niaiseusement encore, et que vous continuez de vous en foutre, bien comme des gens qui exposent des corps humains de la sorte, vous n'avez pas de morale et ça fait de vous des personnes inférieures à mon humble avis.

Ce n'est pas parce que ce sont des chinois, que l'on ne connaît pas, qui ont vécu loin d'ici, que c'est plus acceptable. Si l'on trimbalait votre mère plastifiée ainsi dans une exposition à Shanghai?

Un organisateur argumentait sans trop utiliser son propre cerveau, peut-être déja plastifié, que si c'était correct ailleurs, c'était correct pour lui.

Mais il y a un problème, il y a à peine un mois, la justice française a interdit l'exposition, toujours sur la question de la provenance des corps et de la question éthique qui en ressort.

Ils affirment que c'est "éducatif". D'accord, mais, si c'était du faux... exactement pareil, mais pas de vrais tissus, juste du plastique... Cela serait autant éducatif, mais vous n'iriez pas visiter cette exposition, même pour seulement 25 cents. Ces gens n'ont pas mérité d'être inhumés de façon correcte semble-t-il. Quelle est donc la différence entre des humains empaillés ou plastifiés? C'est seulement plus "high tech". Une exposition de juifs empaillés, vous paieriez 20$ pour ça, pour le comble du ridicule? Prochain kiosque de la foire, l'homme éléphant, ensuite la femme-barbe, tous plastifiés de façon super high-tech!

"Célébrons le corps humain" comme ils disent...

***

*C'est le nom qu'a donné à Jean Charest Bernard Derome lors de la dernière soirée électorale...

http://www.fpjq.org/index.php?id=single&tx_ttnews[pS]=1243233193&tx_ttnews[pointer]=21&tx_ttnews[tt_news]=229&tx_ttnews[backPid]=41&cHash=dbcf14af40


http://www.france24.com/fr/20090430-linterdiction-exposition-our-body-confirmee-appel-cour-paris-decence-origine-cadavres

Archives du blog