vendredi 28 août 2009

Un "lion" qui n'excrète pas de matières fécales

D'où je viens, lorsqu'on parle de quelqu'un dont nous ne pouvons pas dire le moindre mal, même s'il mériterait plusieurs reproches, on dit "qu'il ne chie pas de marde".

Cette amusante et vulgaire description pourrait très bien coller à Ted Kennedy qui vient de trépasser d'un cancer du cerveau dont nous savions qu'il était atteint depuis le mois de mai l'an dernier.

Après l'assassinat de Jonh au pouvoir en novembre 1963, et celui de Robert en primaires en juin 1968, Ted était celui qui devait reprendre le "trône" de la dynastie Kennedy étant devenu le "patriarche" du clan.

Ça c'était jusqu'à ce qu'il ait cet "accident" de Chappaquiddick, près du domaine du clan, où sa maîtresse Mary Jo Kopechne est décédée, retrouvée le lendemain dans la voiture Oldsmobile Delta 88 submergée par l'eau, que Ted conduisait en revenant d'une soirée.

Tel un lâche qui a fuit l'accident qu'il a causé, comme un vulgaire ivrogne du volant, il a laissé la jeune femme de 29 ans là, et n'a pas appelé les secours. Il est plutôt allé voir ses conseillers.

Cet accident est survenu le 18 juillet 1969, l'avant-veille de l'alunissage d'Apollo 11.

Cet accident aura sauvé l'Amérique du couronnement d'un autre Kennedy dans un autre immense délire médiatique.

Ted aurait pu s'arrêter là. En 1980 à l'investiture démocrate contre Carter, il a fallu lui rafraîchir la mémoire avant qu'il renonce une première fois à la présidence. Il a gardé en tête la course de 1984, là où il a fait preuve d'une "créativité" qui flirte avec la haute trahison en 1983.

http://www.forbes.com/2009/08/27/ted-kennedy-soviet-union-ronald-reagan-opinions-columnists-peter-robinson.html

C'est pas moi qui l'invente, c'est dans Forbes.

Donc il aurait alors eu des contacts avec les soviétiques pour rejoindre le dirigeant de l'époque Youri Andropov, ennemis dans la guerre froide des États-Unis, pour les "conseiller" afin de faire échouer les négociations de Reagan qui devaient mener à des accords de désarmement entre les deux super-puissances.

Kennedy était indisposé face à l'attitude de Reagan qui voulait confronter les soviétiques en les appelant "l'empire du mal". Kennedy offrait dans son "package deal" de trouver du temps d'antenne pour Andropov sur la télévision des États-Unis.

Ainsi, il aurait déjoué la présidence de Reagan, pris le pouvoir en 1984, et cette fois il aurait signé ces accords, passant lui-même pour un "héros".

Drôle de façon de voir le pacifisme, n'est-ce pas?

Comment traiter quelqu'un qui aurait contacté les Allemands en 1939 pour les "aider", et qu'en retour ils l'aident à gagner politiquement aux États-Unis? C'est tordu!

Finalement Reagan a réussi seul. Les soviétiques n'ont pas donné de suite à cette tentative de Kennedy. Andropov est mort.

Ted Kennedy est resté sénateur jusqu'à sa mort le 25 août 2009, il était en poste depuis 1962.

Il n'a jamais fait de prison, et aujourd'hui il est presque "canonisé", comme s'il n'avait jamais excrété la moindre once de matières fécales de toute sa vie, et sa carrière politique.

Radio-Canada

Les grands gauchistes de Radio-Canada aiment bien les histoires glam-politico du clan Kennedy. Ce sont des "progressistes", pourtant milliardaires avec l'argent du traffic de l'alcool du temps de la prohibition, étant directement liés au crime organisé depuis toujours.

Plus récemment, Ted avait donné un appui de taille dans l'investiture démocrate pour la victoire de Barack Obama, lui aussi issu d'un coin démocrate qui sent la corruption à plein nez, là où le gouverneur Blagojevitch a été arrêté en tentant de vendre rien d'autre que le siège vacant de Barack Obama.

Radio-Canada a décrit "le lion" de la politique américaine comme étant le plus "canadien" de tous les politiciens Américains. Est-ce vraiment une bonne chose pour le Canada que Ted Kennedy ait souvent fait référence à notre système de santé?

Avoir de l'empathie pour des pauvres, vouloir la santé gratuite pour tous, être en faveur de l'environnement, c'est bien beau, ça donne un aura de divinité politique auprès des imbéciles de Radio-Canada. C'est de l'utopie économique, ça ne marche pas, mais on continue de vendre le "rêve"... et de défendre ceux qui font la promotion de ces idéaux, peut-importe s'ils sont des chauffards qui fuient les accidents où ils causent des morts, ou bien des traîtres qui essaient de saboter la politique de leur gouvernement élu démocratiquement auprès des ennemis.

Finalement, lorsqu'il a été atteint de son cancer, ce n'est pas ici qu'il s'est fait traiter...

***

mardi 25 août 2009

Si c'est comme ça...

Moi j'aimerais savoir quelles signatures n'ont pas été retenues dans le dossier de Jeff Plante.

Si le parti a déterminé que ma signature et ma carte n'étaient pas valides, je leur demande de me rembourser.

Conformément aux dispositions prévues, j'ai acheté une carte de membre du parti le 22 juin à un organisateur de Jeff Plante, j'ai signé la liste. J'ai payé mon membership et je n'ai rien reçu du parti. Même chose pour un ami qui était avec moi ce jour-là.

Nous serions très intéressés à savoir comment le parti est au-dessus de ses affaires et ne tient pas compte de notre membership, de notre argent, et de nos signatures. Personne du parti n'a apellé chez moi pour vérifier mon statut, si je suis une vrai personne.

J'ai acheté ma carte exactement pour soutenir cette candidature, si cette candidature est rejetée de cette façon, que je n'ai toujours rien reçu du parti, que je n'ai pas reçu d'appel de vérification, je demande qu'on me rembourse mes 5 dollars.

J'ai payé ma carte pour participer à une élection, et je crois que ma signature et ma carte n'ont pas été prises en compte, pour rejeter mon candidat du processus. Je répète: je n'ai rien reçu de l'ADQ en deux mois et trois jours, et je n'ai pas eu d'appel téléphonique pour vérifier ma signature.

Si c'est comme ça, il n'est aucunement question que je participe davantage à cette course, et je n'ai plus l'intention d'être membre pour le restant de ma vie de l'ADQ.

Remboursez-moi, j'ai mon reçu. JE L'EXIGE.

***

Prenez note que dans la situation actuelle il est totalement exclu que j'appuie un autre candidat, y compris Éric Caire qui est caché derrière un "firewall" de magouilleurs de bas étage. Si Plante est "out", donc l'ADQ c'est terminé pour moi.

La seule façon que j'aurais pu me rallier, c'est que Éric Caire et le parti, auraient eu le bon comportement de tolérer la contribution de Plante au débat et qu'ensuite avec l'élimination de Plante après un tour dans les règles, on aurait tendu la main à la droite du parti aux supporteurs de Jeff Plante.

Éric Caire a plutôt préféré alimenter les ennemis de l'ADQ qui ont saboté la campagne de 2007 et qui ont diffâmé Jeff Plante. Il se montre indigne d'avoir mon appui.

L'ADQ n'a pas compris que le nom de Jean-François Plante devait être réhabilité, au lieu de continuer d'être sali de la même façon que les journalistes à la Martine Biron de Radio-Canada et Denis Lessard de La Presse l'ont fait en 2007.

Les choses pourtant si simples semblent très compliquées pour certains.


-

samedi 22 août 2009

Le malaise d'être à droite au Québec

Marc Picard député de Chutes-de-la-Chaudière, élu dans les vagues adéquistes qui ont déferlé sur le centre du Québec demande à Jean-François Plante de se retirer "s'il est un vrai adéquiste".

Qui est un vrai adéquiste? Quelqu'un qui veut transformer le parti en version soft de Mario Dumont qui était déja soft? ...Ou bien quelqu'un qui veut retrouver la base, l'électorat qui en a assez du "modèle" gaugauche syndical péquisto-libéral?

Christian Lévesque

Après avoir été faire ami-ami à l'émission de Robert Gillet, Christian Lévesque a multiplié les attaques et le travail de coulisses sur le "cas" Jean-François Plante.

"On n'avancera pas avec des idées selon lesquelles il faut détruire"

La réalité au Québec, c'est que la sacro-sainte révolution tranquile taxe le développement de la richesse. Les dogmes de gauche sont profondément ancrés dans la population grâce à une propagande efficace depuis quarante ans, qui permet à des gens de même mourir contents d'attendre sur une liste d'attente, ou de la diarrhée interminable du C-difficile.

Ils subissent scandales après scandales le "modèle" Québécois, celui que personne dans le monde ne suit, milliards après millards dans le trou noir, étant les plus taxés d'Amérique du Nord, et une forte proportion sont encore plus fiers et contents. Ils sont incurables, junkies dépendants de l'étatisme, dans un "trip" complètement déconnecté de la réalité.

C'est la révolution tranquile qui détruit le Québec, aux Québécois de détruire la révolution tranquile.

Aussi, c'est aux adéquistes de se demander ce que Christian Lévesque fait dans ce parti, s'il est si proche de l'axe idéologique Libéralo-Péquiste.

Lévesque a profité d'une vague dans la région de Québec, un raz-le-bol qui a émergé avec le scandale de la prostitution juvénile, le non-renouvellement de CHOI RadioX en 2004, le virage de cap de Jean Charest qui promettait la "réingénérie de l'état" mais qui a donné la continuité péquiste. Lévesque aujourd'hui se retourne contre ceux qui lui ont permis de gagner un siège, pour mieux détruire l'ADQ en le transformant en antichambre du pouvoir Libéral, en repaire de transfuges qui attendent des postes dans la haute fonction publique.

Les candidats savent que le bateau prend l'eau... et au lieu de ramer jusqu'à la rive, on se chicane encore à savoir si on va au centre, à droite, au centre-droit, ou tous à gauche de Jeff Plante. La rive est à droite, ramez donc à droite, ou bien partez à gauche avec le bateau de sauvetage vers la caravelle de Charest ou celle de Marois.

Bonnardel

Celui qui entretient une liaison avec la vice-première ministre du gouvernement Libéral a lui aussi pris la parole contre Jeff Plante: "Ses commentaires étaient déplacés vis-à-vis les femmes" cite Le Soleil, en pleine job de bras, signé Pierre-Olivier Fortin, jeudi 20 août en page 8.

Mais François Bonnardel avec le rouge à lèvres de la vice-première ministre dans le cou, pouvait-il vraiment citer ces supposés commentaires déplacés à propos des femmes? Ne comptons pas sur un journaliste du Soleil en mission pour tenter de lui faire cracher le morceau...

Jeff Plante a remis en question l'équité salariale... Cette supposée équitée que bien des hommes ont reçue, avec gros rétroactifs, cette "équitée" que seuls les employés de l'état hommes et femmes, ont réellement profité, comme si leurs privillèges n'étaient pas suffisants. Rien pour les coiffeuses, serveuses de restaurant, commis de dépanneur, des femmes au statut précaire. Voilà encore des adéquistes pris les deux pieds dans des "patentes" syndicales qu'ils ne comprennent même pas.

Ils sont nombreux dans la population à encore croire que "l'équité salariale", c'est pour des femmes qui ne faisaient pas un salaire égal à un homme pour le même travail. C'est complètement faux: c'est une fraude syndicale de 2 milliards.

Ils jouent la cassette de la presse gauchiste, le spin syndical, que si tu n'adhère pas au principe, t'est un misogyne, un nazi. Cette équité salariale n'a pas profité à des femmes au statut précaire, ça n'a qu'agrandi l'écart entre ceux qui travaillent pour l'état, et ceux qui paient l'état.

Le prix a payer, 2 milliards jetés directement dans la dette, est plus cher que celui que nous avons fini de payer après 30 ans pour le Stade Olympique.

François Bonnardel n'utilise pas son cerveau en politique. Politiquement, il siège pour l'ADQ, mais tous les soirs, il rentre à la maison, à gauche.

Le problème n'est pas ce qu'on fait de Jean-François Plante. Le problème c'est ce qu'on fait du Québec avec cette malhonnêteté systématique dans les médias, dans tous les partis, dans les syndicats, chez les contracteurs amis... Plante c'est juste un gars qui fait de la radio, juste de la radio. C'est injuste de le traiter ainsi, mais c'est surtout au Québec qu'on fait mal en signant avec le diable un pacte inéquitable contre les contribuables comme "l'équité salariale", et en voulant réduire au silence tous ceux qui ont vu clair dans cette manoeuvre. On pourrait comprendre cet acharnement anti-démocratique parmi le PQ ou Québec Solidaire, mais pas dans l'ADQ!

Pis Bonnardel, c'est une question à développement: Quels sont ces commentaires déplacés à propos des femmes?

Les jeunes de l'ADQ

Eux ont compris qu'il n'y avait pas d'avenir à gauche dans l'ADQ. Réjean Breton a pris la parole devant les jeunes au congrès, il parlait devant un public conquis. Les idées de droite du prof Breton sont bien reçues dans la commission jeunesse, plusieurs idées comme la privatisation partielle d'Hydro-Québec, la SAQ, le fairtax, sont sorties gagnantes auprès des jeunes de l'ADQ. Au grand déplaisir de Christian Lévesque qui ne veut pas détruire les boulets qui empêchent le Québec d'avancer.

Les jeunes ont tort, Christian Lévesque a raison, persévérons dans l'erreur!

Éric Caire n'est pas clair


Caire est celui qui semble avancer le plus rapidement dans cette course. J'ai mes doutes. Bien qu'il se soit affiché pour des réformes en profondeur, qu'il veuille placer l'ADQ plus à droite que lorsque Dumont était encore le chef, Caire patauge adroitement sur les roches de la rivière: Il n'est pas clair... Il pourrait trébucher et lui aussi montrer ce que le Québec n'a pas de besoin.

Je reviens avec mon "gauche-o-mètre" préféré... Jeff Plante. Les pires attaques vicieuses contre Plante sont venues d'appuis à Caire: Frederick Têtu qui l'a traité de "connerie" sur le blog de l'ex-députée de Charlesbourg, qui est dans la campagne de Caire, et Marc Picard qui vient d'annoncer son appui à Caire. Qu'est-ce que ça veut dire?

Il ne reste qu'à rallier Christian Lévesque, et nous saurons clairement que Caire n'est pas l'homme de la situation.

Mon autre "gauche-o-mètre" préféré, c'est de trouver ceux qui trippent sur Barack Obama.

Après

L'ADQ va rester avec un gros problème, même si les moins gauchistes gagnent. Caire était un inconnu il y a à peine plus de 5 ans. Jeff Plante lui aussi récemment connu du public, devra faire l'impossible pour garder politiquement la tête hors de l'eau, dans un tsunami de merde médiatico-politique, plusieurs croient que son avenir est plus à la radio, il vient de signer avec Radio-Nord, et nombreux sont ceux qui veulent sa disparition de la "map".

Trouver une façon de garder ce parti vivant, utile, et le propulser au pouvoir dans une élection ou deux, enfin d'ici 2017, ne sera pas une mince tâche. Et vous avez Stéphane Gendron qui se vante de rouler en débile avec sa Mustang dans son village, a déja affiché ses couleurs pour être le prochain chef après le prochain. Ouff!

On est pas sortis du bois!

***

samedi 15 août 2009

ADQuebec solidaire

Pouvez-vous me dire ce qu'ils ont ces anti-Jeff Plante au sein même de l'ADQ? Ils l'attaquent comme s'ils étaient des madames grano "solidaires" au toffu contre le maquillage, des journalistes de Radio-Canada, ou encore des militants syndicaux en "saison des chaleurs".

S'ils aiment ça s'en prendre à la droite... toujours qu'ils pourraient avoir de meilleurs arguments, aussi ils pourraient débattre directement sur les idées... Mais ils auraient pu prendre leur carte du Parti Quéquébécois ou mieux, de Québec Solitaire, s'ils en ont contre "la droite".

Où est le discours cohérent au Québec?

À quoi sert l'ADQ s'il n'y a pas de droite, de conservatisme, de valeurs pro-libertés individuelles dans ce foutu parti?

Tout simplement à RIEN. C'est justement ça le problème de l'ADQ, c'est rempli de monde qui ne savent pas où ils sont... ils ne savent seulement où ils ne sont pas. C'est ce que Jeff Plante a dit, et qui est malheureusement vrai: Il y a des âmes perdues à l'ADQ. Moi je qualifierais ça un peu plus durement comme... qu'il y a des "retailles" ou des "rejets" des autres partis.

La preuve: ces transfuges

Ceux qui ont accepté de rejoindre Charest, et qui se sont fait remercier après par des postes dans la haute fonction publique. C'est une forme de corruption, mais étant donné qu'on a des valeurs si différentes ici au Québec depuis la sacro-sainte révolution tranquile, ça doit être normal. On est comme on dit, différents!

Il y a ces autres transfuges aussi... les séparatistes.

Ils sont séparatistes, mais pas dans le Parti Québécois. Impossible à comprendre... ils ont leur parti, et ils n'y sont pas.

Comment voulez-vous bâtir pays, ou seulement une province qui marche avec ça?

Le débat d'idées s'impose... le redressement vers la droite aussi. Sinon c'est terminé, comme dans fini. Que le dernier à sortir ferme les lumières s'il vous plait.

Le problème est-il que l'ADQ est au Québec, ou bien c'est qu'il y a plein de Québécois dans l'ADQ?

J'ai acheté ma carte pour voter... j'espère pas que j'ai acheté une carte du parti Libéral ou du Parti Québécois sans le savoir.

vendredi 7 août 2009

La discrimination "positive": un serpent qui se mange la queue

On aura beau critiquer le principe de la discrimination "positive", on aura beau détruire cette idée avec des vrais principes de logique et de justice... Des femmes, des immigrants, auront beau se lever pour dénoncer qu'on aide pas quelqu'un en lui faisant une place qu'il n'a pas totalement mérité... on trouvera toujours nos amis gauchistes à défendre bec et ongles cette idée selon laquelle il existerait une discrimination qui soit "positive" "juste" et nécessaire.

Radio-Canada a toujours été le porte-voix de ces supposées "équitées", soit "l'équité salariale" qui est une mesure syndicale qui n'améliore en rien le revenu des femmes qui sont dans la réelle précarité, restauration ou commerce du détail, au salaire minimum sans protection syndicale, et la "discrimination positive" qui pousse des gens aux hautes sphères, en ayant mérité leur promotion à cause de leur couleur de peau, leur origine, leur sexe.

Paul Martin a nommé Michaelle Jean selon sa couleur, son origine, et son sexe. Ceux qui ont appuyé cette nomination ils l'ont fait en soulignant le fait qu'elle ait eu son poste avec sa couleur de peau, son origine, et son sexe. La prédessesseure de Mme Jean, Adrienne Clarksson avait été nommée selon les mêmes principes, par Jean Chrétien.

Jean Charest a décidé en 2007 de composer un cabinet à la sauce "équitable", 50% hommes, 50% femmes. On y retrouvait une pharmacienne déja prise dans des scandales de petits cadeaux, aux transports... étais-ce l'expérience des pilules ou bien l'expérience des petits cadeaux qui comptait? Peut-importe, ça prenait une femme.

Personne ne parle de l'injustice fondamentale de laisser passer quelqu'un de moins compétent, moins expérimenté, devant des gens plus compétents, qui ont fait leurs classes, mais qui ont le malheur d'être hommes, blancs, nés ici.

Ceux qui croient de toute façon qu'on est "avancés" "progressistes" avec ce genre de magouille débile, indéfendable sur le plan de l'argumentation, de la justice réelle, oublient qu'une gouverneure générale, c'est une reine sans pouvoirs. Ce n'est que du symbolisme, du protocole, du découpage de rubans, des petits canapés, du flafla. Ça ne devrait même pas exister.

Faire un ministère sexiste avec un but sexiste de la condition féminine, qui doit être forcément dirigé par une femme, en plus d'être complètement ridicule, d'encourager les injustices de la discrimination sexuelle, ça demeure un poste secondaire, une question d'apparence politique, un siège de plus vers la supposée "équité".

Bien sûr, Radio-Canada a encore pris le parti des femmes qui ne méritent pas nécessairement leur poste selon leurs compétences, et sont tombé dans le panneau du protocole et de l'apparence. Comme les autres, ils voient le tout comme un pas vers le réel triomphe du sexisme, ou peut-être de la "vengeance" à l'égard des hommes. Ce qui est drôle là-dedans, c'est que les fministes enragées d'aujourd'hui n'ont pas vécu ce que leurs grands-mères ont vécu... elles n'ont connu souvent que la discrimination dite positive.

On a des juges qui donnent toujours raison à la mère lorsqu'il est question de règler des cas de droit famillial. Le père est toujours un batteur, un agresseur, un irresponsable qui doit payer... Même si aucune preuve ou condamnation criminelle n'est nécessaire pour enlever les droits parentaux à un homme. De l'autre côté... la mère a beau être droguée, une salope qui accuse injustement son ex des pires choses pour arriver à ses buts, qui maltraite ses enfants... le dossier a beau être chargé, elle a encore des chances de garder les enfants...

C'est aussi de la discrimination "positive".

Pensez-vous qu'une juge qui profite d'une injustice pour arriver à son poste, deviendra juste lorsque ce sera le temps de juger de cas semblables?

Sonia Sotomayor


Barack Obama a nommé une femme juge à la cour suprême des États-Unis. En plus elle est hispano-américaine... Et bien sûr, Radio-Canada vous informe que les méchants républicains sont totalement contre cette nomination. Au lieu de vous présenter les vraies raisons de cette opposition, on préfère vous faire croire que c'est parce qu'ils sont racistes.

Parce que voyez-vous, la meilleure défense pour un défenseur de la discrimination "positive", c'est de crier des noms comme "raciste", alors que justement c'est lui le raciste qui utilise la race comme critère de sélection et de promotion.

La discrimination "positive" est une des choses importantes au coeur des gauchistes. Ils ne sont habituellement pas les plus performants, les plus travaillants, les plus méritants, ils aiment bien que l'on nivelle les chances en donnant des récompenses à ceux qui ne les méritent pas nécessairement.

Les républicains s'opposent à la nomination de Sonia Sotomayor parce qu'elle est une juge partiale qui a favorisé la "discrimination positive", l'a elle-même "légitimée" dans un important dossier, là où les pompiers de New Heaven demandaient qu'on reconnaisse leurs efforts.

Le Monde rapportait le 1er juillet dernier, pendant que la juge Sotomayor était en examen pour devenir la première juge hispano-américaine à la cour suprême grâce à Barack Obama:

(...)voilà que la Cour suprême invalide une décision de la juge Sotomayor qui, précisément, allait dans le sens de la "discrimination positive". Celle qui concerne les pompiers de New Haven. En 2003, cette municipalité avait fait passer un test à ses pompiers afin de promouvoir les plus aptes à des grades supérieurs. Sur trente-six pompiers noirs, huit avaient passé ce test, mais aucun n'avait obtenu l'une des 19 premières notes permettant d'accéder à cette promotion. Plutôt que de désigner 7 capitaines et 8 lieutenants tous blancs, la mairie et le service des pompiers, craignant d'être accusés de discrimination raciale, avaient annulé l'examen.

S'estimant lésés, quinze pompiers blancs qui avaient réussi le test ont porté l'affaire en justice. Rejetée en première instance, leur plainte le fut aussi en appel, juridiction où siégeait la juge Sotomayor. Le pompier Frank Ricci et ses amis se sont alors tournés vers la Cour suprême. Celle-ci, par 5 voix contre 4, leur a donné raison, estimant "inconstitutionnelle" l'annulation de l'examen. "La ville n'était pas en droit d'annuler des tests uniquement en fonction du déséquilibre racial des résultats", a écrit le juge Anthony Kennedy au nom de la majorité.
La juge a jugé selon l'idéologie de la "discrimination positive", en fonction de sa propre appartenance à une communauté minoritaire, faisant fi de la constitution des États-Unis, comme tous ceux qui ont défendu cette décision. Dans cette idéologie, les principes démocratiques, l'égalité des chances, des droits, passe après cette idée selon laquelle on doit récompenser des gens pour qu'il y ait une fausse impression de justice, d'équité, entre les communautés.

Comme si l'équité n'était pas que l'on permette aux meilleurs de parvenir aux postes qui normalement devraient aller aux meilleurs, selon leurs qualités professionelles.

Ce désir de récompenser les gens selon leur race, leur sexe, leur origine est un cancer qui dérègle le système dans son entièreté. Telles des cellules mutantes qui se multiplient, elles attaquent toujours plus haut les organes essentiels au fonctionnement de la société. Au début, des représentants, ensuite des juges, à la fin le président et des juges à la cour suprême. Comme téléguidés par leur idéologie mutante, ils ont le potentiel de détruire le système social, celui qui devait normalement remettre les clefs du pays dans les gens les plus fiables, justes, intègres.

Téléguidés par ce qui leur a permis d'atteindre ce niveau, cet énorme "progrès", ils ne peuvent pas avoir en tête l'injustice globale que cela entraîne, et le dérèglement général de la société...

Une femme vraiment compétente, elle ne veut pas que l'on lui fasse une place seulement parce qu'elle est une femme... normalement elle voudrait qu'on lui reconnaisse ses aptitudes, sa compétence. Normalement le pompier afro-américain qui aurait passé son examen avec succès, voudrait qu'il ait autant mérité sa place que n'importe quel blanc. Qu'est-ce que cela donnera aux afro-américains de se forcer à l'école, de performer, si de toute façon on leur donnera le cadeau d'accéder à une carrière, seulement parce qu'ils sont afro-américains?

C'est ainsi que le serpent mange sa propre queue, ou que la machine à mouvement perpétuel ralenti. On détruit l'espoir d'être récompensé parce qu'on est meilleur, on démotive nos meilleurs éléments, on les noie dans la médiocrité.

Sonia Sotomayor n'est pas médiocre ou compétente parce qu'elle est hispano-américaine.

Regardez comment Radio-Canada commente avec médiocrité, cette nomination
... ils ont écrit que les rébublicains accusaient Sotomayor d'être "impartiale". Quelqu'un de visiblement incompétent, qui supposément a passé des examens rigoureux pour accéder à un poste dans la Société Radio-Canada, se mélange entre "partial" et "impartial".

Voilà un exemple éloquent de la corruption qu'entraîne l'idéologie de la "discrimination positive"... Un jour, ils trouveront un beau terme politiquement correct pour favoritisme, pour expliquer qu'on fait engager sa famille, ses amis, dans la fonction publique.

Je suggère "corruption positive", ou "patronage bienfaiteur".



Remarquez au bas le commentaire gênant de la "québécoise de souche", et atteingnez les bas-fonds de l'intelligence humaine... Notez que 18 heures plus tard, après que des lecteurs du site de Radio-Canada.ca ont remarqué l'erreur, la nouvelle était toujours tel quel sur leur site (7 août 13h).

***

Archives du blog