vendredi 30 décembre 2011

Dinde, farces et rigodons 2011 - Revue d'une année folle

Comme il est impossible de se départir du club des ex même pendant les vacances des fêtes, moi aussi j'ai décidé de vous présenter un "bilan de l'année"... mais peut-être un peu différent.

Les médias ne sont pas des cadeaux, mais ils s'emballent... surtout qu'ils sont très bons pour nous diriger vers l'endettement, tout en nous disant qu'il ne faut pas "surconsommer". Pour Radio-Canada, un gouvernement ne dépense jamais assez pour donner des "services" aux citoyens. Si le citoyen est saigné, on dira qu'il faut en prendre plus aux multinationales, comme ça, le citoyen saigné aura perdu son travail, mais pas l'employé de Radio-Canada, qui dira alors qu'il n'est pas grave de s'endetter, pour maintenir cette grande institution culturelle qui donne un service "essentiel". Radio-Canada voulait votre bien en 2011, comme toutes les années précédentes, et l'a démontré encore une fois lors d'une autre campagne électorale. On leur souhaite une très bonne année 2012 avec les conservateurs au pouvoir!

Les armes...

Complètement cinglé
L'année 2011 a commencé avec une fusillade dans un rassemblement de la représentante démocrate Gabrielle Giffords à Tucson. Saisissant l'occasion, nos déformateurs de l'information ont pointé du doigt les républicains qui aiment les armes, et les graphiques avec des cibles.

L'année a terminé avec l'enterrement au Canada du registre des armes d'épaule, chose qui semble-t-il est condamnée à l'unanimité au Québec selon ce qu'on en croit d'une motion à l'Assemblée nationale.

Si l'on sort de Montréal, l'opinion est un peu moins unanime. S'il y a un déficit démocratique, c'est bien lorsque des Québécois ne sont pas représentés par leurs élus, et le cas le plus éloquent aura été avec le projet de loi C-10 pour des peines plus sévères pour des crimes graves, mesure appuyée par les trois quarts des québécois, mais condamnée par 100% des élus à l'Assemblée nationale (y compris l'ADQ).

Seulement 30% des meurtres au Québec en 2011 ont été faits avec une arme à feu. Il semble que le registre n'a servi à élucider aucun de ces meurtres, parce que les meurtriers n'ont pas l'habitude de faire enregistrer leurs armes. Les femmes comptent pour moins du tiers des victimes de meurtre au Québec, même si le jour de la commémoration de la tuerie de la Polytechnique, année après année, on dénonce la "violence faite aux femmes".

Un autre fou, se proclamant d'extrême droite a ouvert le feu dans un camp de travaillistes Norvégiens sur une petite île près d'Oslo après avoir fait sauter le quartier du siège du gouvernement. Énorme carnage, énormes pertes injustes. Le monstre se montre fier de son coup devant les caméras.

L'immolation collective

Dans le monde arabe, on peut lyncher un dictateur fou pour le remplacer par un comité d'illuminés fous légitimés par une force surnaturelle. La terre n'a pas que basculé au Japon, l'onde de choc créée à l'origine par un jeune qui s'est immolé en Tunisie a fait tomber le président Ben Ali, ensuite Moubarak, créé une guerre civile en Libye qui a mené au lynchage du farfelu Mouammar Kadhafi, et entrainé la Syrie dans un conflit qui n'en fini plus de faire couler le sang.


Les femmes se retrouvent toujours à être des cibles pour ces hordes sauvages. Plusieurs journalistes occidentales ont été enlevées en pleine place publique, agressées, même sexuellement, question de démontrer qu'on a les valeurs à la bonne place. Les lâches démontrent toute leur grandeur dans le respect qu'ils ont pour les plus faibles sans armes, en groupe.

Le monde selon Serge...

C'est bien sûr au Québec que l'on retrouve les analystes les plus "éclairés"... Je vous invite à visiter Serge Adam (ou sur Facebook), blogueur de Joliette PQ, qui lui trouve que Kadhafi est "mort en héros", et que "mieux vaut un héros mort qu'un lâche vivant"... Peut-être que l'ami Serge, sous sa chevelure lourde pour ne pas dire épaisse, qui fait bouillonner l'intérieur de sa tête de vainqueur, a oublié qu'aux dernières nouvelles, il est aussi vivant... Que voulez-vous, certains sont moins sains d'esprit que d'autres!

Il a plus de 1000 "amis" sur Facebook, tous plus équilibrés les uns que les autres... Fascinant! En plein délire, il a signé plus de 1524 articles de blog en 2011 (l'année n'est pas tout à fait terminée), je n'ai donc pas besoin d'imaginer son T4...

Êtes-vous surpris que mêlé dans ses pensées selon lesquelles "on démonise l'Iran", qu'Israël est "un état terroriste", Serge est un grand fan du téléjournal de Radio-Canada et de Françoise David? Pas moi.

Que dire de Benoît Laden?

Ben Laden est mort? De toute façon, pour Serge qui cite le "truther" vendeur de livres de "fiction-réalité" Thierry Meyssan, celui qui dit que c'est un missile qui a touché le Pentagone, Ben était mort depuis longtemps, peut-être même 2001... même s'il a envoyé des vidéos à Al Jazzera sur une base quasi-régulière avec des repères dans le temps pour prouver qu'il était toujours là. Comment? Probablement une machine à voyager dans le temps créant des vortex temporels dans des grottes.

Vive la Frônce et vive le Québec!

Muguette Paillé superstar

La conscience environnementale des québécois s'est rendue à un point de non retour: La récupération politique de cette icône du rêve québécois, Muguette Paillé. C'est à dire, ramener les préoccupations de la madame qui travaille quand elle veut, où elle veut, et demande de l'argent aux politiciens lorsqu'elle n'en trouve pas dans une autre région, qu'elle a choisie pour d'autres considérations que de se trouver un travail.

Madame Paillé voulait un emploi de fonctionnaire pas trop stressant et forçant, et abordable intellectuellement. Un chef aurait pu la faire embaucher pour lécher des enveloppes brunes quatre jours par semaine, cela aurait fait l'affaire de madame Paillé, en autant que ce soit "permanent". Le problème, c'est que les personnes avec un cerveau essaient d'abolir ce genre de travail peu valorisant, obligeant les madames Paillées à se perfectionner un peu plus, pour devenir une meilleure main d'oeuvre. D'ailleurs, on n'est pas pour faire faire un détour au camion des syndiqués de Postes Canada à La Tuque pour que madame Paillé puisse lécher vigoureusement son quota d'enveloppes. Faut faire son bout de chemin.

Ensuite on a passé proche d'apprendre que madame Paillé avait refusé des emplois... l'information ne semblait pas trop pertinente à Radio-Canada, donc il est possible que plusieurs n'ont jamais eu cette information, comme un juré pris dans le procès de Guy Turcotte. Pour inventer des vedettes et les garder pour bien les utiliser dans tout leur potentiel politique, c'est mieux de "contrôler l'histoire" de notre héroïne!

Pour ainsi dire que les journalistes ont une fois de plus fait leur travail de demander aux politiciens volontaires de faire un peu plus de ce qui ne fonctionne pas... Un jour qui sait, notre rêve de petit Québécois unilingue prêt à lécher des enveloppes 35 ans pour avoir une pension se transformera en énorme rêve Grec "permanent"?

DSK

Était-elle consentante ou non? Bof. Outre la crédibilité douteuse de la femme de chambre, il reste que le patron socialiste du FMI et figure qui devait affronter Nicolas Sarkozy pour peut-être devenir le prochain président de la France, a eu une "p'tite vite" avec une femme de chambre d'origine du Sénégal juste avant de "checker out" d'un hôtel à New York.

Comme preuve du jugement de cet homme, ce socialiste, des prélèvements dans le sexe de la femme de chambre ont confirmé une relation sexuelle complète, assez vigoureuse selon les traces, et faut aussi le dire, non-protégée.

C'est bien cela le tableau complet...

Malgré tout, cela n'a pas l'air de déranger bien des français, et quelques commentateurs (plus rares) du Québec. Bien sûr, les "bizarres" sont les mêmes dans tous les dossiers.

source: http://israel-europe.over-blog.com/categorie-11867888.html
Ils tiennent à une sorte de "théorie du complot" dans laquelle c'est plutôt la femme de chambre qui a tendu un piège, dans lequel Dominique est tombé, avec bien sûr, son membre et sa semence. En fait, DSK a été violé à froid, on a mis un gros viagra dans son café, et elle est sautée dessus, chevauchant le petit bonhomme, celui qui est réputé être quelqu'un de grands principes (j'vous le redis, c'est un socialiste) qui déteste le sexe.

Et Tristane Banon... c'est un autre complot!

Jack Layton

On a fait le tour pas mal de la "Jackomanie", même si les électeurs n'ont pas encore réalisé 7 mois après qu'ils se sont faits avoir. Jack se savait au bout du rouleau, il a voulu empêcher une majorité conservatrice avec ses dernières énergies. Il a perdu son pari et la vie. Dommage.

Consolons-nous avec le clown engagé par le député NPD de Beauport...

Les "zindignés"

Dans leur revue de l'année, ces jeunes campeurs de parcs, protestataires contre le capitalisme, ont bénéficié d'une grande place à Radio-Canada. Très peu ont pu dénoncer dans les médias le traitement inégal réservé à ces assistés sociaux comparé à ceux qui pendant qu'ils chantaient et jouaient du tam tam, devaient travailler. Les "représentants" triés sur le volet, dignes d'étaler leur sympathie envers ce mouvement absurde à notre télé d'état, répétaient toujours à tort que ces "zindignés" étaient les réels représentants du 99% du peuple et des dits "jeunes". Pourtant, bien peu de tentes étaient montées pour représenter cette prétendue écrasante majorité de la population. Tous les sondages d'opinion montraient même une certaine aversion envers le non respect des lieux publics qu'exerçaient ces manifestants odorants, qui abusaient outrageusement du droit de manifester son désaccord envers ce système qui leur oblige de gagner leur vie. Car manifester avec des arguments légitimes ou non, est une chose, mais monopoliser un parc public, le souiller, y instaurer un camping illégal est une autre chose.

Encore une fois, Radio-Canada vous a montré la voie... Quelques éveillés ont pu voir le côté oisif de ces quelques jeunes révoltés qui critiquent une société à laquelle ils ne participent pas, à part pour s'acheter le dernier portable Apple, financé par les frais de scolarité trop bas, les contribuables.

On a voulu importer un mouvement de réel indignés, au départ à Wall Street, devant ceux qui parasites des entreprises, un système, l'état, pour s'en mettre plein les poches sans vraiment travailler... pour transformer cette indignation en carnaval anticapitaliste, confondant capitalisme et cleptomanie financière.

On ne peut pas honnêtement s'indigner des abuseurs du système, si nous mêmes, sommes des étudiants qui font l'école buissonnière subventionnée, ou des assistés sociaux aptes au travail mais jamais disponibles, ...donc des abuseurs du système. On ne peut pas dénoncer un système économique auquel nous ne participons même pas.

Si je suis un américain qui a perdu son travail et sa maison et qui voit les responsables de cette catastrophe s'en mettre plein les poches de bonis pigés dans les fonds publics, j'ai peut-être une raison de m'indigner... Alors qu'il en est tout autrement pour le parasite du welfare state québécois, bs, artiste incompris, étudiant improductif...

Est-ce que nos médias ont voulu nous montrer ça sous cet angle? Définitivement pas Radio-Canada en tout cas!

Retour à la case départ

L'ADQ est morte et la CAQ de François Legault se dirige vers le pouvoir en promettant des augmentations aux enseignants. On va s'en prendre à quelques pommes pourries du réseau, réformer le système un peu, et au bout de la ligne, les syndicats de la fonction publique québécoise vont encore gagner.

C'est bien possible que des élections surviennent dans les 6 premiers mois de 2012, mais on sait déjà qu'un gouvernement Legault pourrait beaucoup ressembler à ce centre-gauche libéral de Jean Charest, très usé par le pouvoir qu'il détient depuis avril 2003. Un pied sur l'accélérateur, l'autre sur les freins, mais "les deux mains sur le volant".

On retourne à la case départ, sans droite dans l'échiquier: Le centre-gauche contre le centre-gauche-centre et la gauche-caviar, sans oublier la gauche radicale.

Et le pire, c'est ceux de l'ADQ qui ne veulent pas fusionner avec la CAQ, qui nous parlent d'autonomisme, cette notion floue et molle, qui nous ramène sur l'axe Ottawa - Québec plutôt que sur l'axe "étatisme - libre marché".

La justice selon la famille Turcotte PQ

Le verdict envers Guy Turcotte représente bien pour moi un nouveau plancher moral atteint par le système de justice. Un juge qui cache des éléments importants au jury, avec en perspective une certaine complicité de la part des parents de Turcotte, qui à la demande du cocu tueur d'enfants, allaient vider le compte de banque conjoint.

L'espoir présent dans cette triste histoire vient de la soeur de Guy Turcotte, ostracisée par cette famille qualifiée de "toxique", qui après coup, a dénoncé certaines paroles pouvant laisser croire que Turcotte n'était pas ce père exemplaire et sans taches que son avocat était grassement payé pour inventer.

Je pense à cette mère anéantie mais toujours debout, ces témoins, ces policiers qui n'ont pas pu retourner au travail, 2 ans après le drame et... ces quelques commentateurs obsédés par la voilure d'une toge et la puissance du maillet, qui vendent leur âme à chaque jour pour instruire au peuple leur vision tordue de la justice.

Plus pathétique que ça, il y a ces vaches malades qui salivent déja devant le docteur, prêtes à l'attendre à la sortie de l'institut... il veut des enfants à nouveau, après avoir filé entre les mailles très larges de la justice québécoise. Une femme très perturbée est prête à lui donner une autre chance... ça fera une belle famille perturbée!

En quel honneur votre honneur?

En fin de 2011, on a démontré combien le système judiciaire canadien donne énormément de temps à une cause qui est très simple. On a les traces de peinture, une voiture accidentée qui a poussé l'autre dans le canal, on a un mobile de délire religieux, on a des aveux sur ruban, on a les recherches faites sur l'ordinateur qui prouvent une préméditation, malgré tout, la fin des procédures sera pour 2012.

Est-ce quelqu'un peut me dire combien vaut l'honneur de la famille Shafia? Que valent des gens qui ont fait ça?

Nous avons la possibilité de démontrer à tous ces gens venus d'ailleurs et qui n'ont pas leur place ici s'ils importent cette vision arriérée de "l'honneur", que le Canada sera intraitable envers cette monstruosité, cette façon de traiter les femmes et les enfants.

On ne devrait jamais évaluer la légitimité d'un procès par sa durée interminable et les objections les plus boiteuses accordées à la défense.

La mafia québécoise

J'ai bien ri de cette boutade de Richard Martineau dans sa chronique du 24 décembre. "Lise Thériault du haut de ses 5 pieds quelques s'est tenue debout devant les gros colons du syndicalisme". Enfin on a progressé dans cette guerre menée pour faire reculer les grandes centrales, mais tellement de chemin reste à faire! Une prochaine étape devrait être de s'attaquer au privilège injuste accordé au Fonds de Solidarité de la FTQ et à Fondaction CSN d'offrir des crédits d'impôt supplémentaires à leurs investisseurs. On a d'ailleurs bien vu en 2011 comment les intérêts de la FTQ, de son Fonds de Solidarité, s'entremêlent dans ceux de leurs namis.

La langue du bois

Au Québec on aime la langue du bois. Toué pis moué stie, on est comme ça, on va en France tutoyer les "waiters" dans des voyages organisés, chialer contre les maudits anglais, les "têtes carrées", qui eux ne savent pas boire... On s'prends pas pour n'importe qui; juste le centre du monde... Guy A. Lepage l'a dit... on est un modèle pour le monde entier... Ouf!

Cela a été tordant de constater que des mêmes qui ont voté pour l'unilingue anglophone Ruth Ellen Brosseau du NPD dans Berthier Maskinongé, ont dénoncé six mois plus tard la nomination de Randy Cunneyworth comme entraîneur-chef du Canadien de Montréal. La guerre au "maudit anglais" ne s'arrêtera pas là, on a pas vu les dernières réactions de "ti-cailles". On est pas là pour défendre le français en le parlant bien, et en sachant le lire, l'écrire comme il se doit... en votant pour un candidat apte à parler à ses électeurs en français, mais quand c'est le temps de se défouler sur un anglo, ça se pousse aux portes, ça déchire sa chemise. C'est comme ça que ça marche, on s'amuse d'un anglais qui bafouille dans une 2e langue, mais on a de la difficulté à comprendre dans notre propre langue, que Mélissa François ne connaissait pas le dictateur de la Corée du Nord à l'annonce de sa mort.

"Les Québécois ne pensent pas, ils ont des émotions".

Souhaitons qu'on se mette à utiliser un peu plus notre matière grise en 2012.

Bonne commission Charbonneau là!

dimanche 18 décembre 2011

La "Queen du plateau" et la famine dans le monde avant Noël...

Ce n'est pas d'hier que j'suis à peu près dégoûté à chaque fois que je la lis, ou que j'entends parler d'elle. Elle a comme un p'tit quelque chose, qui ne me fait pas que me taper sur les nerfs. Dernièrement, je m'en suis pris à un autre "fils de" qui fait la pluie et le beau temps en direct du plateau Mont Royal (ou bien d'Outremont qu'importe), avec mon attaque sur Yves Boisvert en rapport avec sa sortie injuste sur le sénateur Pierre Hugues Boisvenu.

D'ailleurs, cette semaine, Yves Boisvert "twittait" ça...
Nathalie Petrowski du même journal, est du même moule. C'est issu d'un "modèle" au Québec où l'on déteste tant, à en vomir, le "self-made men" à l'Américaine: Les zélites passent le flambeau, le réseautage, la "plug" subventionnée, à leurs rejetons. La pomme ne tombe pas loin du pommier, même si parfois comme en Grande Bretagne dernièrement, une micro-tornade emporte une pluie de pommes un peu plus loin... ici il n'est pas question de talent brut, incontournable, mais bien du réseautage commun aux sociétés cloisonnées.

Nathalie Petrowski est fille d'un agent distributeur de l'ONF (public) et réalisateur. Sa mère était aussi journaliste culturelle, à Radio-Canada... C'est encore de cette belle "gauche bourgeoise" qui prêche les belles valeurs, que le peuple doit suivre, mais surtout, qui a le contrôle sur qui a accès au porte voix, et bien sûr, les subventions.

Parce que le "modèle québécois" sert très bien ces gens. On peut donner une subvention à une jeune réalisatrice inconnue, fils de garagiste ou de gérant de Caisse Populaire, mais sans le réseautage, sans l'idéologie partagée dans les "zélites", sans être dans la "gang", il est plus difficile de rester, d'être "compris", d'avoir une certaine visibilité.

Tous les navets quasi-autobiographiques de Nathalie Petrowski ont été financés par les salaires des contribuables moyens du Québec, travaillant en moyenne pour 27 000 $ par année. Même l'employé au salaire minimum de nuit dans un Couche Tard a contribué s'il travaille à temps plein, parce que bien qu'il ne paie pas beaucoup, le fisc québécois lui percevra quand même quelques centaines de dollars, pour les donner à la "fille de" qui fera son égo trip avec "Maman last call" (un français exemplaire pour une récipiendaire du premier prix Jules Fournier) ou "Miss météo" saison 1 et 2, et pourquoi pas un chausson avec ça?

N'importe quelle fille avec un BAC en communications qui peut en faire autant!

Ce n'est pas n'importe qui qui peut obtenir 2,5 millions $ de financement pour un film, qui engendrera au final que 1,7 million $ de revenus au Box Office.

Une des grandes choses que Nathalie aime partager, c'est la glorification de sa génération, comme l'explique si bien une critique de son film sur IMDB.

La pédante Nathalie ne s'arrête pas là. Elle est "arrivée", et la "Queen of the hill" tient à imposer sa loi. C'est pour ça qu'en tant que bénéficiaire de plusieurs contrats, cachets, avec la société d'état de l'état dans l'état Radio-Canada, elle se doit de défendre bec et ongles "la maison". En plus que son journal se trouve à être "propriétaire" de la société d'état, sans qu'elle n'ait été privatisée, les contribuables canadiens continuant de payer... C'est pour cela qu'elle fait un appel impromptu et enragé à une journaliste du Huffington Post qui travaille à la Chambre des Communes le mois dernier. La pauvre, a fait "l'erreur" de questionner, d'ailleurs comme les médias de Quebecor, l'utilisation que fait Radio-Canada des deniers publics, notamment sur l'alcool payé qui y coule à flots.

Vous savez, si Radio-Canada brosse à vos frais partout dans le monde, c'est uniquement pour le bien de la survie de la "nation" Canadienne-française... ou si vous préférez, Québécoise...

Nationalisme et... Petrowskisme

Une des choses que les nationalistes du monde, comme ceux du Québec ne comprennent pas, c'est que ce sentiment primaire basé sur l'origine, l'appartenance, est absurde. C'est croire au plus profond de soi que son peuple est mieux que les autres, parce que c'est le sien. J'ai déja expliqué, pour faire rire avec une image, que c'est aussi absurde que de se masturber devant un drapeau. Au fait, avez-vous choisi de naître Québécois? Et si, avant d'être Québécois, vous aviez le choix, que choisiriez-vous?

Ainsi je répond à Mathieu Bock Côté qui traite de "Elvis Gratton Hipsters" ceux qui ne voient pas dans le nationalisme, la plus belle invention depuis ...la ceinture fléchée.

Je peux comprendre que dans les arts et les sports, on peut avoir une préférence pour ce qui vient de chez nous, s'y intéresser, mais il y a quand même des limites!

Tout ce qui appartiendrait à son peuple, serait meilleur que ce qui vient des autres. Par exemple, Nathalie Petrowski a signé une autre chronique cette semaine que normalement je n'aurais pas lue, mais que quelqu'un de proche a lue, et il s'en est suivi une discussion sur la question. En fait, j'essaie de lire le moins possible Nathalie Petrowski, comme j'essaie le moins possible d'écouter les productions auxquelles elle participe, parce que c'est une perte de temps. Malgré tout, elle jouit d'un statut enviable dans la communauté, elle a une influence. C'est pourquoi je commente ici, comme exemple, symbole, pour expliquer quelque chose.

Pour Nathalie Petrowski qui n'a vraisemblablement jamais aimé le groupe britannique Queen, c'est merveilleux et digne de mention que ce soit un Québécois qui interprétera Freddie Mercury dans un spectacle hommage de "type Cirque du Soleil" (la scène sera dessinée par un ex du Cirque) en raison du 40e anniversaire du groupe légendaire. Je n'ai jamais été un grand fan de Queen, mais je reconnais l'influence incontestable du groupe et de son icône Mercury. Je pense que je suis un peu trop jeune pour que ce soit de mon époque. Leurs chansons qui ont traversé le temps ont une haute charge émotionnelle qui prêtent à la nostalgie. Mais qu'est-ce qui justifie que Nathalie Petrowski signe une chronique qui fait une demie-page grand format sur un hommage à un groupe qu'elle avoue avoir presque détesté? Parce que des Québécois sont de l'aventure... eh bien! Ça change tout! ...Mais peut-être aussi que l'explication se trouve dans les liens qui lient madame au Cirque du Soleil, car lorsque que le Cirque est en plein essor en 1988, Nathalie Petrowski a réalisé un documentaire de... l'Office National du Film (contact à papa?) dédié au Cirque du Soleil "Un cirque en Amérique".

Qui sait?

C'est comme lorsque Nathalie flatte sur le sens du poil en 2007 celui qui sera nommé à la tête de Radio-Canada, dans La Presse... elle n'a aucune arrière pensée. Elle ne fait que relater ce qu'elle sait, au plus grand bénéfice de ses lecteurs, dans leur unique intérêt!

Pour une madame qui dit avoir été "mise au monde" avec une chronique dans Le Devoir en 1976, attaquant René Simard, qui avait 15 ans et chantait la chanson des jeux de Montréal cette année-là, je crois qu'il faut la féliciter... Est-ce qu'on peut "se mettre au monde" en comparant un spectacle d'un enfant-ado qui chante aigu à un mauvais trip d'acide? Cela semble un peu facile...

Quand des méchants droitistes-conservateurs veulent diminuer le financement de Radio-Canada, ou couper un seul petit programme de 50 millions $ sur un budget de 4 milliards $ en culture... Pensez toujours à pourquoi Nathalie sort de ses gonds... elle ne s'est pas mise au monde d'elle-même, elle en a profité directement, et cela lui permet d'avoir un niveau de vie bien loin de celui du roturier. Les "retombées économiques" c'est elle.

Pour la citer... "Les gens ne mentent jamais. Ils oublient seulement de dire certaines vérités."

Pourquoi je ne "like" pas ton image avec des enfants souffrant de famine?

Parce que j'y ai pensé au lieu d'avoir des émotions sans lendemain... C'est ce que je fais quand je me fais "partager" ce genre d'images, que plusieurs semblent s'envoyer sur Facebook pour se donner bonne conscience et pointer du doigt des gens aux "mauvaises valeurs".

Voyez-vous, il n'y a pas de corrélation directe entre le petit gros gâté mal élevé au McDo (ou au Ashton), et ces enfants qui "crèvent la dalle", comme disent les français, quelque part en Afrique. L'un n'a rien enlevé à l'autre... (Contrairement à Nathalie Petrowski qui a besoin des mêmes contribuables que le médecin du système de santé du Québec, ou des garderies que le Parti Libéral du Québec de Jean Charest donne à ses contributeurs).


Les parents d'un côté n'ont certes pas énormément de jugement si l'éducation qu'ils transmettent à leurs enfants est de satisfaire la moindre de leurs demandes et caprices... mais de l'autre côté, les parents se battent, s'entre-tuent, détruisent le jardin du voisin, prient un dieu, au lieu de concevoir des systèmes efficaces pour que tout le monde puisse manger.

En plus, comment pourrais-je monter le pouce devant une image aussi horrible?

Suis-je insensible? Non, j'ai réfléchi, et j'ai pris soin de faire un don à un organisme qui peut donner une aide d'urgence dans ces coins de la planète. Surtout, un organisme qui donne aussi une canne à pêche au lieu d'un poisson... pour la prochaine fois. Quoi, vous partagez cette image, écrivez des futilités, sans donner un p'tit 20? En plus, n'êtes-vous pas de ceux qui prônent la non-intervention occidentale dans des pays souverains?

Prenons Haïti... il y a près de 2 ans, il était normal de donner une aide d'urgence. Les avions américains, canadiens, n'étaient même pas posés que les aidants étaient déjà critiqués. "Pas assez vite", "ils prennent le contrôle", ce n'est jamais suffisant. Parfois en-arrière, des intérêts français, qui dépensent beaucoup d'énergie à saper les efforts des autres pays, sans jamais faire mieux. De Port-au-Prince, certains témoins reviennent perplexes... car pendant que des blancs travaillaient pour aider, on voyait beaucoup d'Haïtiens les regarder faire à longueur de journée.

D'autres, de Montréal, des artistes dans le déni, nous disaient que les Haïtiens sont travaillants. Certains le sont fort probablement, même que je n'en doute pas que plusieurs sont vaillants, mais en général, quel est le portrait réel de la situation après 200 ans d'indépendance? Il y a beaucoup trop de vice dans ce pays, contre pas assez d'éducation pour que la situation change du tout au tout.

Le problème, comme à bien des endroits dans le monde, à différentes échelles, est culturel.

***

mercredi 14 décembre 2011

Kyoto mort et enterré pour le Canada!

On en parle depuis longtemps, on se permet de "démoniser" des gens qui remettent son bien fondé en question, mais très peu de gens savent de quoi il est question lorsque l'on parle du protocole de Kyoto à "l'électeur moyen". Je me demande même si la moitié des nouveaux députés du NPD au Québec pouvaient expliquer Kyoto lors de la dernière campagne fédérale, celle qui a mené à leur élection... Kyoto est mort et enterré, laissez-moi verser quelques "larmes de crocodile", question de bien résumer une saga de près de 15 ans.

Scientific American a utilisé cette image pour parler de "greenhouse gas", mais il s'agit d'une centrale nucléaire qui émet de la vapeur d'eau...


Qu'est-ce que le protocole de Kyoto?

D'abord Kyoto est signé en 1997 à Kyoto au Japon.

Kyoto c'est taxer les riches pollueurs pour donner aux pauvres écolos du monde. Au départ, on retrouve comme référence la barre des émissions de CO2 de 1990, auquel on devra soustraire 6%. Pourquoi 1990? Parce que c'est une année avant que les effets de la récession du début des années '90 se fassent ressentir sur une baisse des émissions à gaz à effet de serre, comme cela est arrivé en 2009.

Les États-Unis ont connu une forte hausse des émissions dans la 2e moitié des années 90, tout comme le Canada, grâce à une économie qui redécollait. 25% des biens étaient produits aux États-Unis qui émettaient 23% des gaz à effet de serre visés. En Europe comme au Japon, l'économie est en quasi-stagnation depuis les années '80. La Chine qui ne participe pas à la cible, ne faisant pas partie du "carbon club", se permet de blâmer le Canada (cela a été énormément répété par les zombies kyotistes), a connu l'essentiel de sa croissance qui a sorti des dizaines de millions de chinois des rizières pour les amener en ville, depuis 1990.

Rappelez-vous les images que l'on avait de la Chine à l'époque de Tian-an men, c'était la circulation dense de vélos, des boulevards de vélos et quelques voitures. Aujourd'hui... c'est très différent et énormément pollué.

Depuis 2006 la Chine a dépassé les États Unis en tonnes d'émissions de GES. Recevoir des leçons de la Chine... c'est un peu comme recevoir des leçons sur l'alcool de la part d'un alcoolique.

Avec ce protocole, si vous ne respectez pas la barre de 1990 - 6%, vous devez verser une taxe aux autres signataires du protocole, des crédits de carbone. Cela sera distribué aux bons élèves de la classe, ceux qui ont fabriqué les règles du jeu.

Je ne suis pas contre la vertu. Je ne souhaite pas livrer une terre inhabitable à mes enfants!

Réduire les émissions de gaz à effet de serre, ce n'est pas une mauvaise chose, mais pourquoi l'urgence, et "à qui profite le crime"?

La France a été l'un des pays les plus militants pour l'instauration de ce protocole. La France devait y gagner beaucoup, en tentant par cet accord de forcer la main aux pays visés, par exemple, on souhaitait que Al Gore soit élu pour que les États Unis signent et remplacent des centrales au charbon, à l'huile ou au gaz naturel, par des belles centrales nucléaires zéro émissions, ce qui aurait permis au complexe nucléaire français de soumissionner, puisse vendre ses réacteurs...

Il n'y a pas que "Bush le Texan du pétrole" qui est contre Kyoto aux États Unis. En 1997, le vote au Sénat a subi un cuisant échec de 95 contre 0. Aucun sénateur démocrate n'a alors appuyé le protocole.

Est-ce que Barack Obama a fait passer l'entente lorsqu'il a eu la majorité au congrès? Non. Aujourd'hui au terme d'un premier mandat, est-il vraiment en faveur de ce protocole? Nous pouvons en douter...

Al Gore, 7 ans après avoir été défait, a reçu un prix Nobel pour avoir fait un film documentaire scientifiquement brouillon, et avoir donné des conférences qui l'ont rendu encore plus riche. Il prêche pour l'environnement, est récompensé par les plus hauts honneurs de manière plutôt politisée... est propriétaire d'une maison à Nashville Tennessee qui consomme l'équivalent de 20 maisons moyennes en électricité.
Maison de Al Gore

Prenons aussi le cas de la Russie qui a signé le protocole... qui lui permet de monter ses émissions, étant donné que la crise économique perpétuelle depuis la chute de l'Union Soviétique a fait diminuer ses émissions, sans le moindre effort en ce sens. On a pourtant montré la ratification russe de Kyoto comme une victoire, acquise par la persuasion, à la suite d'âpres négociations... laissez moi rire!

Cela dit, remplacer des technologies polluantes et dépassées par des centrales nucléaires, n'est pas une mauvaise idée. Il faudra le faire, mieux tôt que tard.

Comme d'investir en recherche afin que les véhicules consomment moins d'essence, c'est louable, souhaitable... économiquement et "environnementalement"...

***

Pourquoi oui ou non à Kyoto?

Un des problèmes majeurs du protocole, c'est qu'il se justifie par une urgence climatique irrationnelle, dans un débat ou la quête de financement scientifique par le changement des règles, la politique, ont contaminé la science qui se devrait d'être empirique, sérieuse, compte tenu de l'importance du débat. Les croyants de la religion verte accusent les lobbies des grandes pétrolières, l'industrie automobile, mais omettent de considérer le lobbying évident de d'autres industriels, contractants avec les gouvernements qui voient une manne arriver avec ce protocole qui défait l'équilibre, change les règles du jeu à leur avantage.

Dans leur combat à forcer leur changement, ils oublient d'informer que le plus grand perdant ne sera jamais les pétrolières, les pollueurs... mais bien les consommateurs, les familles de classe moyenne, les contribuables (ceux qui contribuent, pas les assistés sociaux).

Le gouvernement libéral de Jean Chrétien et celui de Paul Martin qui a suivi, ont grandement supporté l'accord de Kyoto, et la propagande habituelle s'est mise de la partie dénonçant à ce moment "l'Amérique de George Bush", nourrissant le bon vieux fond antiaméricain partagé par les canadiens et québécois affectés de complexes. Rappelez-vous qu'à l'époque, les États-Unis envahissaient l'Irak, et un bouclier anti-missile couvrant l'Amérique du Nord était sur la table.

Il fallait faire le contraire des Américains... patriotisme idiot oblige. Débattre et penser? Pas question! Mieux vaut une bonne chasse aux traîtres et aux hérétiques!

Les libéraux sont depuis des décennies, le parti qui a accès au pouvoir et qui mise sur cette démagogie antiaméricaine pour gagner des élections. Certains Canadiens ont besoin d'être habités de ce sentiment, sinon ils craignent de ne rien représenter dans le monde... ils se définissent ainsi, par ce qu'ils croient ne pas être. Dommage...

Jusqu'à leur perte du pouvoir en janvier 2006, les libéraux n'ont rien fait de sérieux pour rendre le Canada conforme aux objectifs de Kyoto, soit 1990 moins 6%. Bien sûr, Stéphane Dion a nommé son chien Kyoto... il a fait des discours inspirés avec tout son manque d'éloquence que l'on lui accorde... mais rien de significatif sur la "facture climatique" de Kyoto. Ils ont encaissé les fruits de la croissance économique, au pouvoir depuis 1993, ont dépensé, balancé les budgets, favorisé l'extraction de sables bitumineux eux aussi, et ont laissé la facture de Kyoto aux suivants, sachant très bien que les montants montaient rapidement, imposant donc une hausse des taxes pour plus tard. Voyant les commandites faire descendre leur popularité, ils pouvaient très bien se dire qu'une facture de plusieurs milliards $ à payer pourrait rapidement faire tomber leurs successeurs... c'était bien plus facile de se donner un beau rôle de cette façon. Les conservateurs n'ont d'ailleurs jamais caché leur désaccord face à ce protocole. Leur plan a visiblement échoué, car depuis 2006, les canadiens ont porté au pouvoir Harper trois fois, la dernière fois majoritaire.

On ne devrait pas être surpris aujourd'hui que Kyoto passe à la déchiqueteuse, et que les retailles soient envoyées à la récupération de papier. Il y a déja quelques années que les caricaturistes illustraient le chien de Stéphane Dion être écrasé. Même à Radio-Canada, on a annoncé plusieurs fois depuis 5 ans que les objectifs du protocole ne seraient jamais atteints, même si on accusait déjà les conservateurs nouvellement au gouvernement d'être responsables de ce fiasco.

Il y a un an, le 5 décembre 2010, à l'occasion du sommet de Cancun (belle place où aller passer décembre), La Presse Canadienne annonçait que "Le Canada veut enterrer Kyoto".

Encore plus maintenant, le jeu de l'opposition NPD-Libérale est de montrer que les conservateurs sont des écoeurants qui menacent la survie de l'humanité, rien de moins, parce qu'ils refusent de taxer 14 milliards $ aux citoyens canadiens pour donner tout cet argent à d'autres pays... pour des crédits, des poches de CO2, pour payer son droit de polluer.

Malgré tout ce qui s'en est dit, le Canada est loin d'être le pire délinquant de Kyoto... Le Canada est seulement plus honnête. Huit pays de ceux qui avaient l'objectif de 1990 - 6 % ont un "pire" bilan en date de 2009. Certains, aujourd'hui en graves difficultés budgétaires auront de la difficulté à acheter des crédits (Espagne, Portugal, Grèce). (lien tableau des mesures vs les objectifs de Kyoto).

***

Les questions sans réponses...

Vous êtes pour Kyoto? Avez-vous fait votre chèque? Où bien vos "principes" ne sont bons uniquement que lorsque les autres paient?

Si cela était vrai que l'humanité était menacée... en quoi les émissions en hausse du Canada, le paiement de 14 milliards $ changerait le cours des choses... Alors que l'Inde et la Chine, 2,5 milliards d'humains, n'ont rien fait?

Aucun "zombie kyotiste"... tant les "perroquets savants" sur twitter, que les propagandistes de Radio-Canada ne sont prêts personnellement à signer un chèque de carbone, pas de bois, ni à admettre que même si Kyoto avait marché entre ses signataires, cela aurait été un coup d'épée dans du gaz à effet de serre.

***

"Take over" médiatique

Il est quasi impossible dans les médias au Québec d'avoir accès à de l'information remettant en doute le dogme climatique, le réchauffement planétaire causé par l'humain. L'ancien ministre péquiste Jacques Brassard a signé des chroniques où il pourfendait avec verve l'hypocrisie des défendeurs de la thèse, mais a vu sa collaboration hebdomadaire se terminer après qu'on lui ait demandé d'arrêter de commenter 2 sujets... Le conflit israélo-palestinien et le "réchauffisme". Essentiellement il ne reste Nathalie Elgrably Levy qui s'intéresse au sujet et qui ose...

Depuis des années, surtout depuis que Kyoto est sur la table, chaque inondation est racontée comme si cela était une première, un signe que la fin du monde approche. Tous les ouragans, typhons, tornades, orages de grêle, tempêtes de neige, tempêtes de verglas, sécheresses, canicules, icebergs qui se détache, images d'ours qui nagent et de glaçons qui fondent au soleil, sont devenus des sources d'arguments pour Kyoto... Tels des chamanes jetant des bouts d'os sur le sol pour y lire l'avenir, tout menait à l'extinction prochaine de l'humanité par apocalypse climatique.

Même les tremblements de terre étaient causés par le réchauffement planétaire!

Bulles de la bande dessinée de Tintin "L'étoile mystérieuse"... Un prophète de fin du monde "pète un câble"...

L'émission de vulgarisation scientifique Découverte est devenue un vulgaire instrument de propagande.

De tous ces experts, pseudo-experts, aucun n'a "relativisé" les théories alarmistes, en éloignant son nez de l'arbre pour voir la forêt. La terre se réchauffe depuis 25 000 ans... la glace a beaucoup fondu depuis que 3 kilomètres recouvraient l'est du Canada, et cela ne fait que continuer depuis. Ça c'est vraiment irréfutable!

Chaque grande messe climatique, où se rencontrent évêques et cardinaux de la religion kyotiste, on se plait à ridiculiser les sceptiques, qui semble-t-il n'ont plus leur place dans les débats de la science réchauffiste. On y parle de rapports irréfutables, de "consensus" scientifique, en ignorant ceux qui s'élèvent dans la cacophonie du temple pour hurler leur opinion... La majorité écrase, sous le prétexte que la vérité se trouve du côté des plus nombreux. Sur cette base argumentaire... la terre serait donc encore plate... C'est aussi comme si les scientifiques qui n'adhèrent pas à la doctrine imposée n'étaient finalement pas de vrais scientifiques, ou alors, c'est parce qu'ils ont été achetés par les industriels pollueurs américains... Fin du débat, qui ne commence jamais.

Ainsi, Claude Allègre, ex-ministre de l'éducation français, géochimiste, qui a évoqué un "système mafieux" au GIEC pour "faire passer un mythe pour un fait scientifique" n'existe pas, vu qu'il n'est pas repris dans les médias. Les instituts économiques sont tous automatiquement discrédités du débat, leur position n'ayant pas de valeur. Ian Clark, géologue et professeur à l'Université d'Ottawa, qui affirme que les variations du climat sont plutôt dues à la variation de l'intensité du rayonnement solaire, et dénonce des manipulations de données sur le climat, est réduit au silence, du moins au Québec.

Qui nous enseigne la voie à suivre dans tous les médias du Québec et qui se permet de discréditer des scientifiques sur les ondes publiques, financé par l'argent du public? Steven Guilbeault, un théologien.

On allume?

Ensuite on a tenté, avec assez de succès, d'étouffer le scandale des échanges de courriels entre scientifiques qui cherchaient de cacher un déclin des température ici, coller d'autres données là, pour faire le tableau qui a l'air le plus vraiment épeurant possible, comme si on confectionnait un décor pour un film avec "le gars des vues".

Et vous voulez toujours envoyer votre chèque?

C'est comme si certains s'étaient fait avoir avec ces courriels de fils de prince au Burkina Faso qui a besoin de notre argent pour financer le déblocage d'une succession, pour ensuite partager ses millions avec une Nicole, ou un Gaston au Québec... et qu'après avoir constaté que ça ne marchait pas, on avait pas encore compris qu'on s'était fait avoir.

De mon côté, j'ai le goût de sabrer le champagne. Opposant de première heure, dans une province qui ne tolère pas la dissidence envers les "valeurs" de la tribu, méprisé et insulté à de nombreuses reprises, je savoure une victoire. Cependant, je connais assez bien "l'ennemi" pour savoir que ce n'est que partie remise, que la guerre n'est pas terminée, même s'ils savent que pour les années à venir, ils ont perdu le Canada. Nous continuerons de tenter d'immuniser le plus de gens possible face à cette maladie qu'est la "climatite".

***

J'ai bel et bien mis le lien d'une agence de presse officielle de Chine, ma page sera donc fort probablement bloquée si elle ne l'était pas déja... (j'suis habitué)... http://french.cri.cn/781/2011/12/13/502s264215.htm

lundi 28 novembre 2011

Quand ils osent remettre en doute la légitimité du gouvernement...

 "Il est élu par même pas 40% de même pas 60% de participants..."

Quand nos amis gauchistes remettent en doute la légitimité du gouvernement Harper, identifié comme un méchant gouvernement du "Reform" avec démagogie par Jean Marc Fournier, ministre de la justice du Québec, lorsque pas content que le gouvernement place les criminels un peu plus longtemps "en punition"... Ils tournent une fois de plus les "coins ronds". Stephen Harper est vainqueur une première fois en 2006, réélu 2 fois (2008 et 2011), la 2e fois majoritaire, il y a à peine 6 mois... Les amis répètent ainsi des "spins" Radio-Canadiens préfabriqués, ce qui fait s'interroger sur leur respect pour notre démocratie lorsqu'ils ne gagnent pas, mais en plus, ces propos ne sont totalement pas fondés sur des données réelles: Comme à Radio-Canada, faisons "l'épreuve des faits"!

Voici les résultats des élections générales de 30 dernières années:

Source: Élections Canada

Vainqueur Année Pourcent. Gouv. Voix Taux partic
Mulroney PC 1984 50,0% Majoritaire 6 278 818 75,3%
Mulroney PC 1988 43,0% Majoritaire 5 667 543 75,3%
Chrétien PLC 1993 41,2% Majoritaire 5 647 952 69,6%
Chrétien PLC 1997 38,5% Majoritaire 4 994 277 67,0%
Chrétien PLC 2000 40,8% Majoritaire 5 252 031 61,2%
Martin PLC 2004 36,7% Minoritaire 4 951 107 60,9%
Harper PCC 2006 36,3% Minoritaire 5 374 071 64,7%
Harper PCC 2008 37,6% Minoritaire 5 209 069 58,8%
Harper PCC 2011 39,6% Majoritaire 5 832 401 61,1%

Étrange non? Le taux de participation est même en hausse... et le résultat du gouvernement a augmenté à chaque victoire électorale. Près de 500 000 voies de plus en 2011 qu'en 2006.

De toute façon... depuis quand les absents ont une voix? Depuis que vous voulez parler en leur nom? On ne va pas se mettre à faire de la politique dans Occupation double, pour intéresser davantage ceux pour qui c'est "trop compliqué"!

Les libéraux ont eu 2 mandats moins forts que le dernier de Harper. Le seul à avoir obtenu le plus de voix est Mulroney en 1984...

Pour le taux de participation, quand on fait la moyenne des 4 mandats libéraux (3 majoritaires sur 4), on arrive à 64,7%. Quand on fait la moyenne des 3 mandats conservateurs de Harper (2 minoritaires sur 3), on arrive à 61,5%. Rien pour écrire à sa mère! Rien pour remettre en question maintenant la légitimité de ce qui a toujours été légitime. Il est où le fossé, gens du devoir? Au lendemain que Le Devoir jonglait avec les chiffres pour décrire un fossé imaginaire, la firme Crop publiait un sondage qui montrait que le Québec appuyait Harper à 23% en nette hausse par rapport aux élections d'il y a 6 mois. Oups!

Allez-vous reconnaître ces résultats électoraux ou bien vous allez continuer de jouer les anti-démocrates qui disent avoir mal à la démocratie, parce qu'ils n'aiment pas l'équilibre budgétaire?

Dossier clos. Les faits ont parlé. Les règles sont les mêmes pour tous, et elles devraient continuer de l'être.

***

vendredi 25 novembre 2011

Retour sur C-10

J'ai comme l'impression que les moutons inconscients qui assistent religieusement à la messe du dimanche soir du "pape" Guy A. Lepage et font la lecture quotidienne des semainiers paroissiaux de la tribu que sont La Presse, Le Devoir et Le Soleil, ne se rendent pas compte que l'obsession de la réhabilitation à tout prix, aussi supposément, profondément ancrée dans nos valeurs indiscutables du Québec... Bien c'est juste à cause du vieux fond catholique du Canada français.
Vous vous souvenez?
Parce qu'une des grandes différences entre le protestantisme et le catholiscisme, un marquage qui sépare encore les deux solitudes de part et d'autre du Canada (parce qu'il n'y a pas qu'au Québec nombriliste qu'il se trouve des cathos, et que les cathos sont plus nombreux dans l'ensemble du Canada grâce aux Canadiens-français et aux Irlandais), c'est que du côté catholique, on a toujours une chance au pardon. Une fois passé à la confesse, t'es "lavé". Pendant qu'avec les protestants, on admet l'existence de causes perdues aux mains du mal, on ne "négocie" pas à bas prix un billet pour le ciel.

Exemple: Un gros salopard pensait probablement avoir une meilleure chance devant Saint Pierre, alors mourrant, à la Cité de la Santé de Laval, en confiant à une infirmière où il avait mis le corps de Julie Surprenant dans la rivière à Terrebonne. Bien il pensait probablement ça lui aussi... J'peux toujours m'en sortir, j'aurai juste à regretter et m'en confesser: aussi simple que ça!

Pour les cathos, t'auras beau faire la pire chose, nous sommes même dans une sorte d'obligation de pardonner, si on nous le demande. Vous voyez même des parents qui ont perdu leur enfant à cause d'un chauffard lâche, une vidange humaine du genre "cerveau baignant dans la bière", qui se garochent vers les caméras des médias bien pensants de la tribu dire qu'ils sont prêts à pardonner, avant que le meurtrier ne le demande, même, ne dégrise, parce que semble-t-il ce serait impossible de vivre sans pardon... Ça me renverse à chaque fois d'être ainsi "programmé".

Vous comprenez mieux maintenant les racines québécoises de ce laxisme en justice qui s'étend vers le reste du Canada? Pourquoi pour plusieurs c'est une corde aussi sensible, allant même jusqu'à toucher l'identitaire? C'est religieux... même chez les athées.

C'est tellement drôle, parce qu'il y a tellement de p'tits québécois qui se disent athées qui accusent Stephen Harper d'être un fondamentaliste chrétien, alors qu'ils sont peut-être les seuls, sans le savoir, dans la cause "Loi C-10 contre le modèle québécois", à mélanger politique et religion.
Quelle est donc la position la plus réfléchie, celle qui est la moins un réflexe issu du passé religieux?

Ça en bouche un coin!

Vous vous êtes jamais demandés pourquoi la pédophilie cohabitait si bien avec le catholiscisme? (même si ce n'est pas une exclusivité) Chasteté imposée/déviance - tentation - penser au pardon facile/céder à la tentation: finalement pardon automatique. Et le cycle recommence. Aussi, pourquoi les pays catholiques ont une une réputation culturelle de débauche? Même chose: France comparé à Angleterre, Québec, Canada comparé aux États-Unis. La tradition de corruption à l'italienne... ça ne vient pas de nulle part! Encore, le collectivisme contre l'individualisme...


Alors on réfléchi, on argumente, au lieu d'avoir de bas réflexes nationalistes, et de n'avoir que du criage d'insultes comme Françoise Boivin, députée NPD de Gatineau, qui ne trouve rien d'autre à dire sur la question que les conservateurs sont des "cons" sur son Facebook... Malheureusement pour elle, nous ne sommes pas tous aussi "progressistes" et "intelligents" qu'elle. La réponse est dans la croix blanche du drapeau du Québec, approprié depuis quelques décennies aux séparatistes.

Discernement...

En ce qui me concerne, le pardon, ça se demande, ça se mérite, ça dépend toujours de la gravité du geste et du cheminement qui a suivi. Le pardon automatique, ce n'est pas moi. Il demeurera des choses qui malgré le temps, resteront impardonnables.

***

jeudi 24 novembre 2011

Le "modèle" des lâches

Les temps sont durs pour la justice au Québec

Cette semaine on a eu la confirmation de ce qui se dessinait dans le procès Shafia, l'histoire de cette famille Afghane qui résidait à Montréal touchée par ce qui tout porte à croire est un "meurtre d'honneur": La DPJ a encore une fois, pas fait le travail. Personne ne sera pointé du doigt, pas la peine de chercher l'aiguille dans la botte de foin, personne ne sera blâmé, verra sa carrière réorientée après cette démonstration d'incompétence et de lâcheté. Pas très surprenant, on a très peu d'échos venant des "accomodeurs déraisonnables" à la chaîne qui enseignent la soit-disant tolérance, en suggérant aux autres d'accepter l'inacceptable (habituellement sur le promontoire, on est pas directement concernés). L'attitude et le comportement du père et du fils Shafia nous démontrent clairement que ces monstres n'avaient pas d'affaire chez nous. Quelqu'un les a laissé entrer, nonchalamment, comme c'est coutume.
Les "accomodeurs déraisonnables" sont exactement les mêmes personnes que les "réhabiliteurs". Ils sont au diapason de la grande église de la gauche. Pasteurs, imams, prêtres, cardinaux gauchers, baise ma main gauche, déblatèrent tous sensiblement de la même chose dans plus ou moins le même ordre de gauche à gauche.

***

Prenons Le Devoir, souvent cité par les zélotes, mais très peu lu dans la population, a pris un sondage Léger Marketing pour dire qu'un "Fossé se creuse" avec la loi C-10 entre les conservateurs de Harper et le Québec. Pourtant, un sondage de la même firme, un mois plus tôt le 25 octobre dernier, révélait qu'une forte majorité de québécois était en faveur d'un durcissement des peines, soit 79 % des Québécois, souhaitent que notre système de justice soit plus sévère et 77 % affirment que les crimes ne sont pas assez sévèrement punis au Canada. Il n'y a pas que Jean-Marc Fournier parti en manoeuvre de diversion à Ottawa qui ment en prétendant représenter ce que les Québécois pensent... Il y a Le Devoir qui déforme la réalité au point de rendre le noir blanc, et le blanc noir, comme un négatif photo.

Il y a certainement un fossé... plusieurs comme "le pape" Guy A. Lepage, le creusent...

***

Puis j'ai lu avec dégoût et colère, Yves Boisvert de La Presse qualifiant le discours du sénateur Pierre Hugues Boisvenu défendant des peines plus sévères avec le projet de loi C-10 de "bas et niais". Or Yves Boisvert est le "fils chéri" d'un juge. De toute sa carrière, il a défendu les juges, le système, l'élite, avec mépris pour la population, aucune considération dans la démocratie. Très probable que sans un papa juge, ayant marché dans ses traces en faculté de droit, petit Yves n'aurait pas eu accès à un prêchoir aussi tôt, aussi haut.

Yves Boisvert n'est pas un vieux sage, mais il cumule déja près de 24 ans à La Presse (on dit qu'il y est entré en 1988). On lui donne de prétentieuses émissions comme à Canal D où il réécrit l'histoire judiciaire en nous éclairant de sa lumineuse analyse de fils de juge patenté qui n'a jamais pratiqué.
Et, s'il avait pratiqué, on ne verrait pas son toupet s'agiter pour enfermer des écoeurants! Il est bien plus payant et rentable pour l'égo d'être celui qui trouve moyen de faire l'impossible, à démolir des victimes d'actes criminels odieux qui témoignent devant un jury, faire acquitter des criminels de la route bourgeois, déresponsabiliser un père qui tue par rage de plusieurs coups de couteau ses enfants d'âge préscolaire... Étonnamment, contrairement à ce que les gens disent du bonheur et de l'argent, la vie de luxe, le confort, l'appartenance à la classe des parvenus et/ou des "fils de", permet apparemment de quand même bien dormir au Québec. Au sein des lâches il n'y a point de menace, chaque chose reste à sa place, l'ordre établi est assuré.

Personellement, je me demande bien qui sont les pires... Les criminels, qui sont tels qu'ils sont, ou bien ces mystificateurs qui les protègent de la justice, très bien servis par le système, enrichis, puissants, et surtout à tort respectés.

Quand le bum viole et tue... ce n'est pas dans le quartier d'Yves Boisvert, bien douillet dans une tour d'ivoire. Ce n'est pas Yves Boisvert qui sert de chair à canon derrière un comptoir de chez Couche Tard la nuit à Longueuil pour dix piasses de l'heure, attendant le prochain hold-up d'un pauvre jeune réhabilitable qui ne ferait qu'un "faux pas" un "accident de parcours" en tuant. Il n'est pas là non plus pour patrouiller la nuit avec le SPVM à Montréal Nord. Yves Boisvert n'est pas là pour prendre le pouls lui-même des "expériences" de criminologie faites au nom de la sacrée réhabilitation. Le modeste estrien Pierre Hugues Boisvenu lui, a perdu sa fille pour ça, et c'est pour cette raison qu'il est parti en croisade, puis devenu sénateur, continue de dénoncer l'injustice dont tous ces Yves Boisvert font obstinément la promotion jour après jour.

Il est impossible que 10 fois Yves Boisvert, du haut de son promontoire de prêche, au Mont des Oliviers, se voyant avec une auréole de vertu, une toge de sainteté après avoir recollé une oreille coupée par l'épée, vaille un seul Pierre Hugues Boisvenu en terme de qualités humaines, sagesse et jugement. Ôte ta sale plume de sur le sénateur Boisvenu, Boisvert!

Au Québec... dans le modèle des lâches, c'est Yves Boisvert qui a le contrôle du porte-voix: il parle et l'assistance répond "amen". Ce sont de ces gens qui noyautent Radio-Canada, détournent l'information à leur profit personnel, et publient de saintes écritures dans les journaux Gesca, en quasi-monopole des médias dits "non populistes".

Pierre Hugues Boisvenu est trop bien pour nous. On a connu le sénateur libéral du pot, et c'est peut-être tout ce qu'on méritait.

Ne me demandez pas pourquoi ce gouvernement de province est le pire d'entre tous, pourquoi Jean Marc Fournier est si accroché à cette fausse justice... c'est parce que le Québec est profondément et collectivement lâche.

***
Liens:
Fausse représentation de Jean-Marc Fournier par J. Jacques Samson http://lejournaldemontreal.canoe.ca/journaldemontreal/chroniques/jeanjacquessamson/archives/2011/11/20111104-095022.html

*

mercredi 9 novembre 2011

Naufrage, sabordages et abordages

Vers la disparition du Parti québécois

On assiste à l'implosion depuis le mois de mai du Parti québécois, une déboulade quand même assez prévisible, compte tenu de l'absence d'avenir pour la raison d'être numéro un de ce parti fondé par René Lévesque à la fin des années '60; la séparation du Québec. Autrefois un grand navire respecté, une fois coulé, le Parti québécois deviendra un récif artificiel.

Trois groupes ou factions

Une "étoile" est née, un leader charismatique!
D'une part, le Parti québécois a été en bonne partie animé par ceux qu'aujourd'hui je qualifierais "d'illuminés de Montréal". Cette frange révolutionnaire est motivée d'une "urgence" d'aller vers l'indépendance coûte que coûte, la rupture à tout prix, le plus tôt, même avant que possible. L'urgence venant d'un mécanisme paranoïde, d'un sentiment d'attaque contre soi perpétuel, visions de complots, qui indiquent que sans la séparation, c'est la mort bientôt. Ils ne sont pas tous de Montréal, mais ils dominaient sur l'île au Mont Royal.

D'une autre part, il y a ces nationalistes convaincus, mais qui ne sont pas des purs et durs. Ils sont plus pragmatiques, stratégiques, mais ont parfois des hallucinations passagères, les mêmes que le premier groupe a continuellement. Ils persévèrent et espèrent. Ils gardent le "rêve" vivant, mais parfois, peut-être plus souvent dernièrement, lors d'une journée triste de novembre, ils se disent que peut-être il ne se réalisera jamais.

Enfin, il y a les mous pour certains, les plus lucides pour d'autres, qui pouvaient être charmés par l'idée d'indépendance. Ils demandaient à être convaincus, ils ont pu un jour se faire à l'idée, et ensuite ont pu faire certains constats, le rêve n'en vaut peut-être pas la peine, ou encore pire, dangereux, toxique. Certains ont peut-être voté oui en 1980 et/ou en 1995, et ont embarqué dans le Parti québécois un certain temps, mais aujourd'hui ils sont partis. Ils ont quitté le navire, voyant bien qu'il sombrait inévitablement, que la destination ultime, le rêve n'existait peut-être même pas, était impossible. Ils ont arrêté de "croire", ils ont pensé à d'autres choses de réalisable, cherché à améliorer le Québec en continuité avec le passé. Ils sont partis bien avant que Agnès Maltais ne propose la loi 204 en appui à l'entente Péladeau-Labeaume pour un nouvel amphithéatre à Québec.

Ces derniers ont quitté sur une période qui a pris environ 10 ans après le dernier référendum, 1995-2005. Moi j'ai quitté quelque part autour du "bug de l'an 2000", après une longue remise en question, après des constats. J'ai quitté l'adolescence.

Beaucoup de gens veulent oublier la mode de cette époque
Présentement, le Parti québécois de Pauline Marois perd son noyeau "d'illuminés" (premier groupe), qui indépendants, ont décidé de continuer à dériver vers la terra incognita promise. Quitte à manger des lanières de cuir bouillies comme l'équipage de Magellan traversant le Pacifique, avec en tête, le "chef" du nouveau parti "Option nationale", Jean Martin Aussant. Les autres "illuminés" du Parti québécois se demandent s'ils mangeront mieux dans le navire de Pauline Marois, ou dans les chaloupes indépendantes et "optionnistes".

Il reste quelque peu de ces nationalistes convaincus, mais moins "coûte que coûte", plus lucides, mais pas assez, autour de Pauline Marois. Ce deuxième groupe, maintenant pourrait lui aussi menacer de quitter le navire amiral. Lorsqu'ils se disent que finalement le rêve ne viendra pas de sitôt, une triste matinée grise de novembre, ils pourraient jeter Pauline à la mer avec une chaloupe restante, ou pire, une bouée, et aller rejoindre une coalition plus opportuniste, que l'on voit au pouvoir bientôt, où sont déja depuis plusieurs années d'anciens compagnons.

Terre promise...

L'indépendance du Québec semble loin, si l'on croit qu'elle existera un jour. Le Parti québécois risque de disparaître à la suite de la prochaine élection, dans moins de 24 mois. Bien sûr, il reste ceux qui vont ramer jusqu'à la mort, entre chaque mirage d'une terra incognita, les illuminés. Ils seront bien seuls. Jean Martin Aussant ressemble à un jeune gourou recouvert en blanc, répétant de vides inepties, hypnotisant quelques victimes pour les amener vers la terra incognita, ou dans voyage sur une comète qui doit passer un jour près du Québec.

Et moi qu'est-ce que je fais avec le sabordage de l'ADQ? Je regarderai le spectacle, perplexe, une fois que j'aurai rejoint la terre ferme à la nage. Je me méfie des coalitions. On y met beaucoup d'eau dans le vin.

lundi 31 octobre 2011

À propos des "indignés" du Québec

Beaucoup d'électeurs de Québec Solitaire parmi cette foule TRÈS MODESTE... ne représentant PAS DU TOUT le 99% de la population qu'ils prétendent représenter. Si plusieurs ont questionné la cohérence des "indignés" aux États Unis, ici, la télé-fonctionnaire a endossé leur cause. (source photo: Page Facebook "Occupons Quebec" )
Envoyé à la journaliste Nicole Germain de Radio-Canada Québec, suite à un reportage diffusé jeudi le 27 octobre, à l'édition du Téléjournal de Québec à CBVT-TV 18 heures.
 
J'ai visionné cet autre reportage complaisant avec ces "indignés" de "Occupons Québec".

Le téléspectateur que je suis, demeure avec des questions...

Vous parlez "d'étudiants"... qui n'ont pas de cours? Qui paient les cours qu'ils passent à l'école buissonnière du Parc Saint Roch au lieu d'être en classe?

Les autres, sont supposément sans emplois dans une ville qui a 4% de chômage... mais n'en cherchent pas... c'est totalement exclu pour eux de mettre des beaux vêtements, se faire couper les cheveux et aller vendre des chaussures au centre d'achat, lieu de culte de la "satanée société de consommation", dont ils sont aussi dépendants par la bande.

Non... ils font du camping et "refont le monde"... rêvant de la société sans effort ou tout est gratuit.

C'est bien beau refaire le monde... mais c'est bien mieux avec une réelle compréhension du monde et avec une certaine expérience de la vie, et ça se passe au travail.

Ces cigales qui chantent tout l'automne ont en plus besoin de nos dons!

La fourmi que je suis est fort indignée de leur attitude, le téléjournal venu, de la tolérance de la ville, et de la complaisance de votre reportage, qui en passant j'ai aussi payé.

Si moi, je veux faire du camping au Parc Saint Roch ou ailleurs en ville... je serai délogé par la police, et j'aurai une contravention. Peut-être que je serai amené en psychiatrie... À moins de le faire pour une cause portée par des journalistes, "fonctionnaires de la vérité".

Ouais, indigné est le bon mot, mais je le suis dans mon salon.
 
***
Madame Nicole Germain a cela en commun avec les "indignés"; elle tire ses revenus du travail des autres par les taxes et impôts prélevés par l'état. Cela explique probablement sa sensibilité à la "cause".

dimanche 9 octobre 2011

Steve Jobs visionnaire et... gourou?

Il a lui aussi déja porté le veston-cravate
Définitivement que Steve Jobs était un visionnaire de génie... même si plusieurs esclaves du marketing Apple, et des porte-paroles bénévoles de Apple un peu partout, lui ont attribué beaucoup de choses qui ne sont pas si vraies, disons que l'on peut en discuter, à moins d'avoir à affronter un croyant de la pomme avec qui il est impossible d'échanger.

Le bug avec la réaction de son décès cette semaine, une chose triste qui était attendue depuis un certain temps après près de 8 ans de maladie, c'est qu'on est entré une fois de plus dans le culte de la personnalité, et même dans la mythomanie 2.0, le délire collectif médiatique multi-plateforme... franchement écrasant.

Le marketing de Apple est tellement efficace chez plusieurs, qu'ils sont prêts à se chicaner, et crier des bêtises, tweeter des "Vos gueules" (comme Nicolas Lacroix du FM93)...

Pourquoi le marketing du Apple de Steve Jobs est si efficace dans une tranche des consommateurs? D'ailleurs, c'est surtout ceux qui sont prêts à débourser plus pour se procurer un produit pour la marque, outre ses qualités, outre que ce n'est pas nécessairement le meilleur rapport qualité-prix... C'est parce que c'est IDÉOLOGIQUE, quasiment religieux. Je ne pense pas du tout exagérer ici.

Bien qu'à la tête d'une entreprise ultra-richissime, plus riche que bien des pays, bien que Apple a aussi des travers anti-concurrentiels que la secte Apple elle-même a reproché longtemps à Microsoft... Apple représente une sorte d'anti-impérialisme, même si c'est en réalité un empire.

Steve Jobs aura été un génie de l'interface, de l'intégration des technologies déja existantes et son succès en est un surtout de marketing.

Pour avoir changé nos vies... c'est très discutable. Le net a changé nos vies... le smartphone a rendu plus mobile le net, mais à la fois l'internet, le cellulaire, et l'internet sur le cellulaire, existaient déja avant le iphone et ne sont pas des "inventions" que l'on doit à Steve Jobs.

Contrairement à la croyance, le iphone n'est pas le type de smartphone dominant, ni le premier. Dans les dernières années plusieurs constructeurs ont adopté la plate-forme concurrente de Google, qui ensemble ont une part de marché plus grande que le iphone de Apple. La même chose pourrait se produire avec les tablettes. Malgré le marketing efficace, le chef de file, Apple qui crée le nouveau standard, fini par être submergé par la vague des "imitateurs" qui offrent un meilleur rapport qualité-prix.

J'ai lu ou entendu quelque part qu'une étude auprès de fans de Apple avait révélé que de montrer le logo de la pomme croquée à ce public déclenchait les mêmes réactions au cerveau, activait les mêmes zones au scanner, que de montrer une icône religieuse à quelqu'un de très croyant.

Je n'ai pas de difficulté à le croire.

C'est là tout le génie de Steve Jobs, d'avoir créé un culte, d'avoir su si bien exploiter le potentiel de ses produits par un marketing aussi efficace, auprès d'un public qui parfois... inquiète.

Pour aller porter des chandelles à la porte d'un magasin très lumineux et blanc... ça me fait craindre ce type de marketing. C'est peut-être pour ça que je n'ai jamais acheté un produit Apple (bien que j'en ai essayé plusieurs).
L'effet d'entrainement... et un résistant.

La très efficace campagne de publicité "PC vs Mac" était quand même caricaturale
 ***

dimanche 11 septembre 2011

Le 11 septembre 2001 et le fantasme anti-occidental parmi nous

Les images des tours enfumées, je les ai trop vues.
Le 11 septembre 2001 j'avais 24 ans, j'étais animateur et directeur d'une petite station radio qui venait d'ouvrir au nord de la ville de Québec, en ondes au retour à la maison. Ce matin là, mon radio-réveil s'est allumé vers 8 heures. Comme d'habitude, je somnolais 30-45 minutes en écoutant Jeff Fillion, qui se prenait moins au sérieux à cette époque, avant de me verser un café, prendre les nouvelles, puis me diriger vers mon bureau en autobus du RTC.

La petite radio marginale que je dirigeais n'entrait en ondes qu'à midi après avoir diffusé une bonne quantité de musique francophone le matin, question de laisser les radios commerciales à plus gros budget faire leurs émissions du matin, ensuite pour nous d'être relativement "écoutables" plus tard, et en soirée.

Vers 8h50 ce matin-là j'étais à moitié endormi... jusqu'à ce que Jeff Fillion dise qu'une des 2 tours du World Trade Center était en feu, il disait de mettre la télé sur CNN. J'ai bondi de mon lit, et j'ai mis ma vieille télé Emerson 19 pouces bombée sur CNN. Incompréhension, inquiétude, et c'est pendant les minutes qui ont suivi, qu'on a compris toute la gravité de ce qui se passait... Un autre Boeing 767 fonçait dans le World Trade Center en direct, alors que l'autre tour dégageait déja une fumée dense dans ce ciel bleu sans nuages. C'était donc délibéré.

Ce matin-là à Québec, c'était aussi dégagé qu'à New York, probablement juste plus frais. Nous sommes à quelques centaines de kilomètres au nord, à peine une journée de voiture, de ces lieux que plusieurs comme moi connaissent bien, car c'est le voisinage. Il faut avoir voyagé un peu pour s'en rendre compte. En avion, c'est une question de minutes entre chez moi et New York.

Les 2 tours sont tombées, tout est resté enregistré dans ma tête, j'étais au téléphone avec un collègue, on se demandait ce qu'on devait faire à la radio ce jour-là. Je me suis dirigé à la station en zappant entre CHOI, et le FM93 sur mon baladeur Sony à cassettes et synthonisateur à affichage numérique FM.

C'est un euphémisme que de dire que ce jour a changé le monde. Ce jour m'a changé aussi.

Quelle expression du visage vous auriez fait vous?
On nous a déclaré la guerre. George W. Bush, souvent décrit par les idiots comme un "guerrier" était en mode "paix" avant 8h50 ce matin là. Sa présidence qui commençait a pris un cours totalement différent que celui prévu. Bien sûr cette réalité ne fera pas changer d'avis les affectés anti-américains et anti-occidentaux.

Je n'ai jamais été un défenseur des "cultures différentes" qui luttent "pour leur survie" contre "l'impérialisme Américain". J'ai toujours eu énormément de mépris pour les pratiques barbares* tel l'excision, ou encore de cacher les femmes sous un drap bleu ou noir, en les traitant comme du bétail. Cela a toujours été clair pour moi qu'il y avait des cultures plus arriérées, plus violentes. Est-ce du racisme? À ce que je sache, la culture ce n'est pas une question de race. Des Arabes peuvent vivre à l'occidentale, plusieurs le font, ce n'est pas dans leur gênes de faire le Jihad. C'est seulement dans un livre pour ceux qui l'interprètent ainsi, dans certaines têtes. Contrairement à ce que certains voudraient imposer, dont les traîtres, ce n'est pas parce qu'il y a un livre, une philosophie qui s'y rapporte, et parce que c'est important pour des millions, qu'il faut que ce soit respecté. Raël aussi a son livre.

La terreur n'a pas cessé, elle ne faisait que commencer. Elle a pris de l'ampleur en Afghanistan et en Irak ou les islamistes s'en prenaient à "leurs frères musulmans" qu'ils disaient défendre... à défaut de la satisfaction de faire couler le sang des impies. Leur soif du sang humain est donc insatiable, plus il y en a, plus il y a des corps déchiquetés et projetés par le souffle des bombes, femmes, enfants, ...plus il leur en faut encore.

Nous avons eu aussi ces exécutions, ces monstres qui ont coupé des têtes à la caméra, comme on saigne le bétail.

Cela fait dix ans aujourd'hui. Depuis, j'ai voyagé en avion. J'ai passé les fouilles à l'aéroport, je dois maintenant présenter mon passeport pour entrer aux États-Unis.

Pourtant, le terrorisme n'a pas été inventé il y a 10 ans. Nombre d'avions remplis d'innocents avaient déja été détournés, ou tout simplement explosés, comme Lockerbie, gracieuseté d'un autre guide d'inspiration islamiste, le colonel Kadhafi.

Certains comme moi, ce jour là, se sont rendus compte qu'ils étaient visés. On souhaite notre mort. C'est principalement ce qui m'a changé.

Mohammed Atta, un visage de la haine
À partir du 11 septembre 2001. J'ai compris que bien que ces monstres assoiffés de sang humain souhaitent notre mort, et il y a parmi nous, ceux qui n'ont pas encore compris la menace, ils sont aussi une menace à ma sécurité. Pire, certains se sont occupés ces 10 dernières années de faire la campagne de relations publiques de ces monstres, ils ont servi leur "cause".

Dès le lendemain, pendant que les ruines fumantes de New York consumaient les restes des nôtres, une journaliste du Soleil le 12 septembre 2001 avait réalisé son "vox pop planté" pour en arriver à l'inhumaine conclusion, dégôutante, monstrueuse, que "les américains l'ont bien cherché". C'est partagé par bon nombre de canadiens, encore plus au Québec.

D'autres ont écrit des livres, des best sellers, parlant d'un complot organisé par l'Amérique elle-même pour se donner le droit d'attaquer les pauvres innocents des pays pauvres...

Ces attentats sont un geste de haine dirigé envers l'Amérique, mais aussi leurs semblables de l'occident entier. Al Qaida vise les "croisés", les héritiers du monde judéo-chrétien, les "impies", cela revient constamment dans leur discours, qui prend racine dans l'interprétation du Coran. Cette haine est partagée par bon nombre d'extrêmistes de la gauche, hostiles à la liberté des individus et à l'économie de marché.

Ils ne se retiennent pas, que ce soit le 11 septembre 2011, ou le 12 septembre 2001, de démontrer leur hostilité pathologique, sur le symbole atteint avec "succès" dans cette opération qui a couté quelques centaines de milliers de dollars, tout en dénonçant le seul remède que l'occident a pu mettre en oeuvre pour protéger les civils visés par ce délire religieux barbare.

Tout au long de la semaine, Radio-Canada a diffusé des documentaires sur les pauvres petits terroristes dont on "a pas respecté les droits"... c'était leur façon de commémorer l'horrible crime à l'origine de cette guerre totale, et justifiée, contre le terrorisme.

À cette maladie de l'humanité qui ronge l'économie, le moral, les efforts... le voisin immédiat des États-Unis, le Canada, qui a compté 24 victimes ce 11 septembre 2001, les plus Américains du reste du monde, a dépensé selon les estimations de l'Institut Rideau, 92 milliards $ en toutes sortes de mesures, y compris le financement des opérations canadiennes en Afghanistan. Il apparaît bien sûr comme injustifié pour les traîtres, de se protéger, et de répondre, à des attaques, qui sont à leur avis, justifiées. Ce sont les mêmes qui remettent en question le bien fondé de traquer, et finalement de tuer, l'auteur des attaques, le guide spirituel de la "cause".

Pourquoi ces attaques? En bonne partie parce qu'ils savent que l'être humain, la vie, a bien plus de valeur dans nos sociétés occidentales que chez eux.

Vous trouvez peut-être que j'y vais un peu fort en utilisant le mot "traître"? Qu'est-ce qui est plus approprié que cet adjectif? Quelques synonymes... dangereux, déloyal, déserteur, fourbe, lâche, mouchard, perfide, renégat, sournois, transfuge, trompeur, vendu...pour moi ils conviennent tous.

Aujourd'hui c'est le 10 anniversaire d'un crime contre l'humanité diffusé en direct, une énorme démonstration de haine envers notre mode de vie, la démocratie et l'économie de marché. Nous savons aujourd'hui que la menace ne vient pas seulement que du moyen orient. Parmi nous, par le biais du mal-être de certains qui je crois, pensent ne pas mériter la chance qu'ils ont, se trouve le virus implanté au départ par l'idéologie communiste, récupéré par l'islamisme radical, de la haine anti-occidentale. C'est toujours les mêmes, la sympathie pour l'islamisme se trouve à l'extrême gauche et la haine est dirigée contre le mêmes "ennemis": L'Amérique, la démocratie, et les juifs.

Comme exemple qui me tombe sous la main au moment ou j'écris ce texte, j'ai un "ami d'un ami" Facebook à citer. C'est un professeur de langues, qui a malheureusement, été atteint par le virus, en plein délire, et tient aujourd'hui, 11 septembre 2011 à le propager:

(...) Parlons en des dix ans de crimes graves contre l'humanité : l'invasion de l'Irak par les É-U., les civils Afghans qui sont morts, les citoyens américains musulmans inncocents qui ont subi la répression et l'incarcération. La liste est long...ue. Mais si ça c'est une raison pour ne pas continuer à vivre et, par exemple, boire de la limonade, votre vie doit être bien austère depuis dix ans.

Ce que tu appelles les «ennemis» à ton mode de vie, ils sont 10 fois plus nombreaux que toi. Les riches blancs occidentaux ont eu leur «heure de gloire». Maintenant, c'est le déclin jusqu'à ce que mort s'ensuive. Better learn to enjoy losing, schmuck.

De toutes façons, ce que tu appelles ton «mode de vie», si je te comprends bien (ce qui n'est pas une mince affaire), c'est un mode de MORT. (...)
Mon pronostic n'est pas rose. Je ne sais pas comment on peut ramener à la raison, en fait "guérir", ceux qui comme Peire-Joel, ont autant de haine pour leurs concitoyens, souhaitant, fantasmant du "déclin" et de la "mort" des "riches blancs occidentaux". La pharmacologie en ce sens a des traitements, qui ne font qu'atténuer l'état de mal-être qui conduit à un tel raisonnement, et de tels fantasmes. Je suis par contre convaincu qu'entre tous ces 11 septembres prochains, nous devons dénoncer, chaque jour, ces inacceptables démonstrations, combattre ce virus, et vacciner autant que possible notre entourage.

Sinon, le déclin, et la mort de notre mode de vie, sera bien réel. Il ne sera pas causé par un barbu au fond d'un trou et ses fanatiques en Afghanistan ou au Pakistan... mais par ceux qui parmi nous se seront révélés contre nous.

***


*Même l'ONU reconnaît que l'excision est une pratique barbare. Mais ceux qui se croient meilleurs que nous dans la tyrannie de la rectitude politique ont un malaise à le reconnaître.

L'ancien Vice président Dick Cheney n'a pas de regrets, et reconfirme qu'on a fait ce qui devait être fait à CNN. http://politicalticker.blogs.cnn.com/2011/09/06/cheney-no-regrets/

Archives du blog