jeudi 20 janvier 2011

Coup de sonde Léger Marketing... "Peur bleue" ou "Âneries" ?

 En référence à la chronique de Jean-Marc Léger, publiée dans le Journal de Québec et le Journal de Montréal, 19 janvier 2011.

"La sécurité des Canadiens va devenir un des grands thèmes de la prochaine campagne électorale. Les conservateurs ont déjà commencé à marteler le Québec de messages télévisés exploitant la peur des immigrants, la peur des criminels et l'insécurité des gens."
Monsieur Léger, comment pouvez vous concilier de vous présenter en sondeur professionnel et sérieux, et d'avoir une entrée en matière digne de Gilles Duceppe?

Exploiter la peur des criminels, l'insécurité des gens, c'est une interprétation que l'on a souvent entendu, on l'a répété souvent dans les médias, c'est redondant... probablement que le message a porté dans une partie de la population... Mais dire "exploiter la peur des immigrants, de votre part, c'est une preuve de votre jupon qui dépasse. Vous en êtes à la manipulation grossière, insultante... cela pourrait nous amener à croire que vous manipulez autre chose.

Sachez que j'ai voté conservateur aux 3 dernières élections, que je ne vais pas à l'église et que je suis marié à une immigrante. Sachez qu'en dehors de votre guettho d'héritiers d'Outremont ou de Westmount, la société, les gens normaux, peuvent avoir raison d'avoir peur de revenir du travail à des heures que vous ne travaillez pas et à des lieux que vous ne fréquentez pas. Une statistique que vous auriez pu citer, c'est que les gens moins riches et moins protégés que vous, sont plus souvent victimes d'agressions et de vols.

Avez-vous payé vos études à travailler de nuit dans un dépanneur monsieur Léger?

Est-ce que votre superficialité condescendante est une déformation professionnelle? Vous faites preuve d'un populisme de 5 à 7, avec une telle analyse premier degré, type manger mou, remplie "d'émotions TVA" dégoulinantes.
"Plus les gens auront peur et plus ils voteront conservateur. À moins justement que les gens aient davantage peur d'un gouvernement conservateur."
Vous ne ressentez même pas une petite gêne, la remise en question c'est pas pour vous?

Votre "torchon" est une honte. Il abaisse le niveau intellectuel de la presse écrite, vous discréditez votre profession, vous insultez les lecteurs du journal par votre manque de rigueur, de subtilité. Honte à vous monsieur Léger, vous êtes un déconnecté.

Ignorez mon opinion si cela vous chante, mais je la partagerai quand même avec mes proches et sur des blogs, elle est quand même plus réfléchie que la vôtre.


***réponse de monsieur Jean-Marc Léger***
S'il n'était pas prêt à ce qu'elle soit publiée, pourquoi me l'avoir envoyée?
J'avais averti que je partageais sur un blog...

TEL QUEL:
J'espère que cela vous fait du bien de dire autant d'âneries.

J'ai beaucoup de respect pour les Conservateurs mais pas pour leurs campagnes publicitaires négatives à l'americaine.

Jean-Marc Leger
President Leger Marketing
From my IPhone
 
***

J'avoue, mon ton était très direct, pouvait avoir "brusqué" M. Léger. Mais mon message n'avait pas la teneur, ou l'agressivité gratuite, irréfléchie, de quelque chose de qualifiable "d'ânerie"... Surtout que je l'interpellais avec mon vrai nom, sur son courriel public publié dans le journal de Montréal (celui du journal de Québec ne fonctionne pas), pour quelque chose que j'aurais pu moi-même qualifier d'ânerie (sa chronique), mais je voulais me montrer plus précis et subtil que lui dans sa "chronique".
 
Je me dis que les journalistes dans les quotidiens qui laissent leurs courriels pour le public doivent recevoir des messages bien plus agressifs que les miens, peut-être parfois totalement inopportuns. Comme d'habitude... je ne voulais que défier quelqu'un que je considère de "l'establishment médiatique Québécois". Franchement, je suis déçu.


***Ma réplique, fin***
 
 

Des âneries? C'est une réponse à la hauteur exacte de ce que je pensais.
 
Prétentieuse! C'est la 2e fois que vous m'insultez aujourd'hui...
 
"mais pas pour leurs campagnes publicitaires négatives à l'americaine."
Mais en voilà une autre ânerie! ...après votre chronique...
 
Avec toute la publicité négative faite sur le dos des conservateurs par Radio-Canada (mes impôts... ma tirelire n'est pas en Suisse), Gesca et Jean-Marc Léger... Les conservateurs ont le droit de répondre...
 
C'est stupide de penser qu'on doit faire de la politique en lançant des fleurs à ses adversaires. C'est bas de capitaliser sur l'anti-américanisme avec un peuple aussi complexé que le peuple Québécois. C'est une forme aussi de "publicité négative", misant surtout sur l'ignorance, la médiocrité.
 
Les américains savent-ils tout le bien que vous pensez d'eux et de leur démocratie? Cela vous aiderait à faire de meilleures affaires?
 
En passant, le lien du Journal de Québec ne fonctionne pas.
 
XX.XXX.XXX.XXX does not like recipient.
Remote host said: 550-Invalid recipient <
jean-marc.leger@journaldequebec.com>
550 (#5.1.1)
Giving up on XXX.XXX.XXX.XXX.

N'ayez crainte... je n'ai pas l'intention de vous harceler personellement, ceci est probablement le dernier message que je vous envoie. Mais au final, vous semblez bien comme on peut l'imaginer. Merci de m'avoir bien éclairé, de votre brillance, fier compatriote bassement alimenté d'anti-américanisme... tel les "ânes" de notre presse médiocre.
 
Vous collaborez à rendre le Québec encore plus médiocre avec votre argumentaire médiocre, prétentieux fils de quelqu'un... Vous ne cadrez pas du tout dans la définition de "self made man"... Vous ne méritez pas 1% de la crédibilité que l'on vous accorde.
 
P.S. Je n'ai pas eu à écouter la radio médiocre de Québec pour vous trouver médiocre.
 
P.S.2. Pourquoi un homme sur le conseil d'administration de TVA (Quebecor) me répond par iphone? Videotron ne permet pas le iPhone... Comme bloque FoxNews, 4x plus écouté que CNN, de mes oreilles chastes.
 
P.S.3. Je suis client pour plusieurs milliers $ de Vidéotron par année, lecteur de Canoe et du JDQ... Respect?
 

***
 
J'étais vraiment fâché. En plus, il est comme un symbole pour moi.
 
Jean-Marc Léger est économiste et président de Léger Marketing, la plus importante firme de sondages d'opinion à propriété canadienne. 
 
Léger a été président du conseil d'administration de l'Université du Québec à Montréal de 1999 à 2003 et du Publicité Club de Montréal de 2002 à 2003. Il est président du Worldwide Independent Network of Market Research, qui regroupe les plus grandes firmes indépendantes de sondages au monde. Il est également membre du conseil d'administration du journal Le Devoir et du Groupe TVA.

Il apparaît régulièrement en entrevue ou dans des émissions télévisées spéciales, particulièrement lors des élections québécoises et canadiennes, en tant que spécialiste de l'opinion publique. Il est également chroniqueur pour le Journal de Montréal et le Toronto Sun.

Bon... je crois que je viens de me faire un ami puissant. Je m'éloigne un peu plus de la presse écrite conventionnelle Québécoise... Adieu salaire de 85 000 $ par année et job syndiquée jusqu'à 60 ans + fonds de pension.

J'suis juste un "trou de cul" conservateur qui écrit des "âneries" Monsieur Léger...

Et oui... ça m'a fait énormément de bien.
 
De quoi parle-t-il lorsqu'il dit que les Conservateurs misent sur la peur des immigrants? Les illégaux qui viennent par bateaux insalubres et qui ont donné des fortunes à des passeurs... il ne faut pas se montrer complice de ce trafic humain... Cela n'a rien à voir avec "miser sur la peur des immigrants". Des lois encadrent l'immigration, même avec un gouvernement Libéral, parce qu'aucun pays riche ne peut ouvrir ses frontières sans contrôle. Monsieur Léger est trop stupide pour comprendre cela?

J'ai encore plus de questions après tout ça... et y'a bien pire que Jean-Marc Léger qui sévit dans les médias québécois; par exemple, il y a Normand Lester au 98,5 FM de Montréal tous les jours.

Je déteste profondément l'anti-américanisme et les "valeurs québécoises" telles que déterminées par Gilles Duceppe et maintenant, Jean-Marc Léger. Aussi, j'aime pas les "fils de", "filles de", toutes les sortes de favoritisme ou de discrimination positive. L'intelligence, la créativité, le talent, doivent prévaloir sur les réseaux de contacts, sur tout. Mais au Québec... on a des valeurs différentes.

lundi 10 janvier 2011

Fusillade à Tucson: Un reportage de démagogie de Joyce Napier

Le "spin" démocrate depuis la fusillade est que certains débats dans la société américaine amène des gens dérangés comme "Jared" à poser des actes comme ce samedi 8 janvier lors de ce rassemblement de Gabrielle Giffords à Tucson Arizona.

La journaliste de Radio-Canada Joyce Napier a parfois de la difficulté à cacher son agenda politique, c'est comme ses nombreux bracelets d'or "bling-bling" qu'elle trimballe pleins bras à travers les États-Unis jusqu'à Port-Au-Prince en Haïti; Ça saute du téléviseur à nos yeux, ça brille trop.

La malfaisance politicienne n'est pas nouvelle, lorsqu'il faut utiliser un tel évenement pour projeter la responsabilité d'un acte déraisonnable fait par une personne totalement débalancée, sur des adversaires politiques. Ce n'est pas parce que Denis Lortie était motivé par une idéologie fédéraliste, qu'il détestait les péquistes à vouloir tuer tous les députés de ce parti à l'Assemblée nationale, que tous les fédéralistes sont responsables de ses agissements...

L'autre précédent au Québec est celui de Marc Lépine qui en voulait aux femmes: on a voulu célébrer année après année le 6 décembre, tout le mal que des femmes ont subit dans l'histoire, fait par des hommes, suite aux actes d'un malade mental... comme si tous les hommes partageaient ce mal en eux, la responsabilité de ce crime. 20 ans après le drame, Lépine qui voulait choquer avec son geste qu'il a voulu "politique", a gagné l'attention d'un film.

Joyce Napier, journaliste d'expérience, s'abaisse de plus en plus dans ce courant idéologique dont Radio-Canada fait la promotion, avec une démagogie grossière qui prend de plus en plus toute la place. La situation se déteriore à  l'information de Radio-Canada, et régulièrement on abaisse le niveau de la rigueur intellectuelle à de simples "spins" politiques partisans.

Jared Lee Loughner n'avait rien d'un idéologue politique cohérent, son discours n'avait rien de logique, c'est un pur déchet de société qui semble n'avoir jamais été raisonné. Il sera dirigé vers la peine capitale, c'est tout ce qu'il mérite après le meurtre prémédité de 6 personnes dont un juge et une fillette de 9 ans. Mais Joyce Napier de Radio-Canada omet de dire que Gabrielle Giffords est une démocrate conservatrice, pour le libre port d'armes et qu'elle possède elle-même des armes, qui définitivement n'ont pas servi lorsqu'elle en aurait eu de besoin. De telles informations importantes qui contredisent la thèse imaginée par des stratèges politiques démocrates pour discréditer des opposants politiques légitimes, sont volontairement exclues du reportage pour que le public dépendant d'une information francophone à sens unique croient l'histoire que la journaliste rapporte, créée de toutes pièces: Jared a écouté des discours de droite républicaine "extrêmiste" à la sauce Tea Party, est allé acheter un fusil, et a été attaquer une politicienne démocrate. Simpliste, non-fondé, démagogique, cousu de fil blanc. La preuve irréfutable: une infographie du site de Sarah Palin utilisant des "cibles".

Pour les gens simplistes, qui veulent bien croire ces sottises, cela suffit, le dossier est réglé. Est-ce que cela représente bel et bien la réalité?

Ces projections de responsabilité sur cette méchante "droite" ne sont pas du tout liées à des paroles concrètes proférées, des enregistrements de la radio, des écrits précis. On demeure vagues... parce qu'il n'y a rien de plus que ces "cibles" représentant en réalité des objectifs électoraux, pour appuyer cette thèse partisane.

Bien que je crois que l'idée de l'équipe de Sarah Palin d'utiliser des cibles n'est pas vraiment géniale et plutôt inutile, il n'y a rien de plus banal, dans énormément de présentations powerpoint de commerces, de documentation interne, d'utiliser des cibles pour identifier des cibles au sens du dictionnaire.

Les journalistes qui ont embarqué dans ce délire, comme Joyce Napier, font une démonstration de manque de professionalisme, prennent leur public pour des idiots, et démontrent ainsi qu'ils ont un agenda politique à faire avaler. C'est à se demander aujourd'hui s'il est possible de travailler comme journaliste au Québec si l'on a pas ce même agenda politique.

On ne tue pas des idées avec une fusillade. Autant Jared Lee Loughner, déchet de 22 ans, ne l'avait pas compris, que les politiciens et journalistes qui attribuent son crime à un débat légitime dans une démocratie.

Pour terminer, je n'appuie pas le mouvement du Tea Party, je ne suis pas libertarien, je n'appuie pas Sarah Palin pour une candidature à la présidentielle de 2012. Je suis un conservateur canadien généralement en faveur d'un libéralisme économique. Mon agenda ne va pas plus loin que ça, et contrairement aux journalistes de Radio-Canada, il n'est pas caché, ni payé, je ne retire aucun montant ni avantage en exprimant mes opinions.

***

cible, nom féminin

Sens 1 Objet, panneau que l'on vise pour s'exercer à tirer. Anglais target
Sens 2 But, objectif qu'on cherche à atteindre [Figuré]. Synonyme but Anglais target
Sens 3 Objectif, public visé pour une publicité ou une étude de marché. Synonyme objectif Anglais (public, audience visée) target audience

-

samedi 1 janvier 2011

Melting pot de fin d'année - Bye Bye les artistes

 La bouillabaise brune

Des années après que l'on ait évoqué l'importance de chercher plus loin dans la crasse politique Québécoise, au centre de tous les scandales majeurs de corruption au Canada des dernières décennies, on a constaté cette année l'ampleur du désastre. Déja au début de la décennie 2000 j'entendais l'avocat Guy Bertrand et l'animateur André Arthur évoquer les odeurs de putréfaction entourant l'élite Québécoise dans le scandale des commandites, comme lors de l'enquête inachevée sur la prostitution juvénile à Québec, où des livraisons de "pizzas" fraîches étaient faites jusqu'à Montréal en taxi, et où les gangs de rue de Québec et de Montréal s'échangeaient la propriété des "pizzas" comme on s'échange des cartes de hockey.

Le monstre de la corruption a ses tentacules partout, et a des organes vitaux autour de la construction FTQ. Des reportages de Radio-Canada ont mis en lumière les relations de cette centrale syndicale avec des personnes associées au crime organisé, et des activités s'apparentant au blanchiement d'argent. Le portrait de la situation en 2010 démontre qu'il est même possible d'avoir une influence sur la nomination des juges en retour de quelques enveloppes d'argent comptant.

Vous pensez que tout ça est le fait de quelques malpropres, ou des gros monsieurs aux gros bras intimidants? Détromopez-vous, le Québec est pourri en profondeur, c'est dans sa culture. Martin Patriquin dans le Maclean's expliquait le lien entre le "modèle" défendu bec et ongles et le fait troublant que Montréal PQ semble être le centre de gravité de la corruption canadienne.

Il ne restait plus qu'un parrain ne reçoive une balle entre les deux yeux assis à sa table, bien chez lui, à Montréal.

Oui le Québec est tolérant... il tolère l'intolérable, il tolère la corruption. Tout le monde connaît quelqu'un qui fait des p'tites passes croches, encourage directement le crime organisé en fumant des petits joints ou des cigarettes de contrebande. Après ça, étrangement on entre au dépanneur, prend une copie du Journal de Montréal et on dit au caissier comme on dit "y fait frette aujourd'hui".... "S'toute une gang de crosseurs ein...?"

Eh bien sûr... mais vous donc?

Tolérance québécoise, culture de l'abus, et jeunes sur la route...

J'ouvre le journal encore aujourd'hui, un sondage me rassure une autre fois sur ma conviction que le peuple Québécois est moins civilisé, plus corrompu, irréfléchi, inconscient, crosseur que d'autres: 37% des Québécois avouent avoir pris le volant en état d'ébriété en 2010, du moins, près de la limite permise. Dans le reste du Canada, cette proportion s'établit à 24%. Les Québécois prennent des chances... de se faire pogner, de briser leur voiture (et de refiler la facture aux assureurs), de se tuer, de tuer d'autres personnes... et même d'aller passer quelques années en prison. Edifiant! De quoi être fier!

On a tous entendu, sinon répété nous-mêmes, que les Canadiens-Anglais sont "plates", vous savez, leurs bars ferment une grosse heure avant en Ontario... dramatique. Comme s'il fallait absoluement fermer le bar à 3h15, avoir une haleine de vieille bouteille vide, avoir les yeux qui pointent des directions différentes et un sourire épais pour avoir du "fonne". Avec les Allemands, Australiens et les Anglais qui sont plutôt imbattables sur ce point, les Canadiens sont en tête de liste des plus gros buveurs de bière et d'alcool du monde disons, civilisé*... mais pour nous Québécois, toujours mieux que les "maudits anglais", y sont "plates".

Personellement, ça ne me dérange pas que des imbéciles qui n'ont pas de jugement me trouvent "plate". J'ai passé l'âge de fumer de la drogue, de me donner un cancer, de m'infliger une crise du foie chaque semaine. Pis maudit que je trouve que ceux qui n'ont pas évolué, qui aujourd'hui sont dans l'âge adulte, la fleur de l'âge... sont très plates dans leur déchéance.

Imaginez et comprenez maintenant que de ces personnes toutes croches, impossibles à maintenir debout, qui veulent avoir du "fonne"... ont des enfants, élevés dans la même "surtolérance", le même laxisme, et qu'à 16 ans, pas un mois après, on leur donne les clefs d'une voiture, avant même d'avoir terminé leur secondaire. C'est plus simple ainsi pour les parents qui ne veulent plus faire du "taxi".

Pourtant, être tanné de faire du taxi pour son ado... on peut seulement lui dire de prendre l'autobus. L'automobile avant l'âge, la maturité nécessaire, est la principale chose subventionnée par l'éducation bon marché au Québec. Les stationnements des Cégeps sont pleins de voitures, parfois de jeunes qui n'ont même pas encore travaillé de leur vie. Au contraire de la logique élémentaire du respect des priorités... on brûle des étapes. On ne peut tout de même pas demander aux jeunes Québécois d'être plus matures et responsables que leurs parents...

***

Bye bye, bye bye...

Une fois de plus Radio-Canada a utilisé un argumentaire bullshit-libertario-solidaire pour déféquer sur le projet d'amphithéatre à Québec, tout en traitant de "con", le premier ministre du Canada, détenteur d'une maîtrise en économie... je n'ai pas encore rencontré quelqu'un qui qualifie de "con" Stephen Harper qui dispose d'un diplôme (encore moins d'arguments intelligents) qui atteste, qui donne la preuve qu'il est moins con.

Et dans cette émission, pour dire que Harper est "con", on invente littéralement un débat sur l'avortement qui n'a jamais été ouvert par le gouvernement conservateur. Pour bien entrer dans la tête cette invention, on y fait 2 fois allusion.


Les épais de Montréal s'enrichissant grassement dans l'industrie du divertissement (est-ce ça de la culture avec un grand "C"?), ces millionnaires de l'humour, ou de la télé subventionnée, insultent le peuple de contribuables, représenté par 70 000 personnes sur les plaines d'Abraham, qui veulent juste se payer autre chose que des soins d'un système de santé mal foutu et des artistes ingrats.

Louis Morissette, qui n'a rien du mode de vie du Québécois moyen qui travaille durement et qui doit faire du surtemps pour arriver, vous traite de caves, vous qui vous voulez un amphithéatre à Québec... après que Montréal ait causé la ruine avec ses projets éléphantesques mal gérés... et surtout après que Louis ait encaissé son chèque de Radio-Canada.

Je l'ai toujours dit... si vous trouvez qu'il manque d'argent pour un amphithéatre, un stade, une route, ou un hôpital... envoyez donc les "artistes" se trouver un vrai travail. Je ne propose pas de couper le Musée des Beaux Arts, le Musée de la Civilisation, qui sont des outils de la transmission de la culture, la vraie... Je propose plutôt de couper les grateux de guitares qui ont un chalet dans les Laurentides en ayant vendu quelques centaines d'albums, ou des comédiens qui veulent un moratoire sur le gaz de schiste, limitant ainsi les possibilités de création emplois et de création de la richesse, qui ensuite paie la santé, l'éducation, et la culture.

Parce que pour faire la leçon aux contribuables du Québec... dire pour qui voter... les artistes graissés dans le système sont très mal placés... C'est comme on dit: "Il faut avoir du front tout le tour de la tête".

Je vous pose la question: Quelle est la part du patrimoine familial Cloutier/Morissette qui ne vient pas des contribuables Québécois?

Dans le générique du Bye Bye:

-Véronique Cloutier, reine multimillionnaire de Radio-Canada, héritière de Guy Cloutier, conjointe de Louis Morissette.
-Louise Richer, productrice au contenu (école nationale de l'humour), conjointe de Guy A Lepage, pape du plateau.
-François Avard, Chef scénatriste, qui avant d'être de l'industrie subventionnée du divertissement (Les Bougon), était assisté social.

***

*La Russie ne fait pas partie du monde civilisé.

Archives du blog