jeudi 24 février 2011

Combattre le feu par le feu

Vous me connaissez, pour ceux qui sont des réguliers, j'ai eu mes prises de bec avec les intégristes cathos autour de celui qui veut "agglomérer" sa droite (pas la mienne), Jean-Francois Plante. La semaine dernière j'ai eu un accrochage avec quelques-uns de ces drôles de personnages bien sûr à propos du maire "catastrophes naturelles làlà" de Saguenay, Jean Tremblay et de son combat où il se voit un peu comme le messie-martyr.



L'un des intervenants avec lequel j'ai débattu sur Facebook a même suggéré que je devrais me suicider... c'est quand même très "Chrétien" comme approche, et surtout condamné par le code criminel comme argumentation. J'ai gardé une capture d'écran... au cas où l'on ne me croirait pas.

J'ai même expliqué ici sur ce blog en long et en large que si vous me retrouvez avec les intégristes cathos sur le site de république de bananes, c'est un peu malgré moi, parce que les gens de "Québec vie" par exemple, sont loin d'être mes amis et que je ne veux en rien être lié à ces gens qui ont diffâmé l'Abbé Raymond Gravel... (que bien que je ne sois pas d'accord avec lui sur bien des choses, je l'appuie dans sa poursuite au civil).

Jean Tremblay aura beau avoir 1 million $ pour se rendre en cour suprême pour son combat, il n'a pas le droit de faire ça et il va perdre. Il n'a pas le droit de faire sentir aux contribuables de sa ville, et du Québec entier, qu'ils sont moins bons, moins accomplis, moins complets, s'ils ont pas une spiritualité chrétienne conforme au dogmes du vatican.

Moi je suis agnostique. J'aimerais que l'on donne le moins d'accomodements dits "raisonnables" à la religion catholique, pour que les autres croyances aient le moins possible de réclamations d'accomodements à nous adresser. C'est pourtant bien simple, mais si impossible pour l'ayatollah en eux, qui brûlent d'imposer leur dieu, nous le crient, cognent à nos portes, empoisonnent nos vies avec leurs problèmes existentiels.

Vous m'emmerdez avec vos croyances irrationnelles.

Je dois souligner que lorsque je suis calculé dans la supposée "majorité" catholique du Québec, comme le fait le maire Jean Tremblay, ses amis et l'institution de l'église, je ne peux que constater ici une fraude intellectuelle.

Le fait d'être baptisé, ne fait pas de moi un pratiquant, ne fait pas de moi quelqu'un qui souhaite mélanger la politique et la religion, et encore moins ne permet que l'église, le Vatican et Jean Tremblay parlent en mon nom m'incluant dans leur supposée majorité.

C'est alors que je suis tombé sur la chronique de Richard Martineau sur la question... un gars avec qui je ne suis pas si souvent d'accord. Un de ses lecteurs lui a signifié que la bible elle-même semble donner raison aux laïcs*:

Mathieu 6:5

Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle: quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes.

Amen, je vous le déclare: ceux-là ont touché leur récompense.

Mathieu 6:6

Mais toi quand tu pries, retire-toi au fond de la maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret; ton Père voit ce que tu fais dans le secret: il te le revaudra.

Étonnant...

Oui j'ai une bible dans ma bibliothèque. Parce que pour moi d'avoir des livres, réels, en papier c'est important, et que ce n'est pas qu'une décoration... et que dans une bibliothèque, ça prend une bible.

Je suis agnostique... je déteste aller à l'église, pour y aller faut que j'y sois obligé. C'est pire que l'hôpital. Au moins à l'hôpital on est supposé y soigner des gens. Quand il est question de l'église, ou de la mosquée... j'suis pas certain que les gens vont mieux en y allant trop souvent. Du moins, le message ne semble pas égal partout entre l'Abbé Raymond Gravel et le Cardinal Ouellet.

Mais, peut-être que Jean Tremblay, et tous les autres qui se "donnent en spectacle", ces pharisiens, intégristes, plus purs que purs, devraient se mettre le nez dans la bible pour de vrai et peut-être y voir que ce qu'il prêchent n'est pas tellement conforme à ce que l'on y trouve.

Pour moi le débat ne devrait pas aller plus loin. Une minute de silence au début du conseil municpal pour que tous pensent à ce qu'ils veulent... ça serait tellement plus simple.

Pour ce qui est du crucifix à l'Assemblée nationale, qu'il reste! Comme la croix du Mont Royal... c'est notre patrimoine, d'où nous venons.

On ne fait pas l'avenir en demeurant dans le passé... ou en effaçant le passé... mais bien en TOURNANT DES PAGES.
 
P.S. Vu que le hockey est une religion au Canada, je propose que le Centre Bell et le Scotia Bank Place soient considérés comme des "temples du sport", comme ça, ils ne paieront pas de taxes municipales... bin quoi? C'est demander l'équivalent de ce qui est accordé à la religion catholique et par la suite aux synagogues, mosquées... Si c'est bon pour pitou... 


***


Mise à jour 25 février: Ce texte aura été celui qui m'aura enfin permis d'être écarté de sur le site de Jean-François Plante "République de Bananes" qui rassemble des blogs dits de "droite", mais avec des fous appartenant à la marge politique, toujours essayant de rentrer par la porte d'en arrière ce qui ne passe pas par la porte de devant. J'avais le 15 novembre dernier écrit ce texte exprimant mon désir de prendre mes distances de quelques "freaks" qui n'ont pas grand chose de la droite ou de la gauche au fond (Québec Vie & Pour une école libre). Finalement, peut-être que Frederic Têtu avait raison...


Avec la gaugauche, on a un Québec faiblard et médiocre... avec certains amis de Jean-Francois Plante, on aurait un Québec pauvre médiocre et bananier, comme une république de bananes d'Amérique Latine, avec bien des prières... Pas certain que j'accepterais de vivre dans leur Québec...


Joignez-vous à la page Brouilleur d'ondes sur Facebook ou @Brouilleur sur Twitter pour vous garder en contact avec le Brouilleur d'ondes.

*****
*Laïcs = Athées pour le maire de Saguenay Jean Tremblay, qui confond tout.


***

dimanche 13 février 2011

Le refus du fédéral sera aussi de la faute à Régis Labeaume

Contrairement à ce que disent certains "leaders d'opinion" du Québec comme Gilles Parent (analyste très faible)... et tous anti-conservateurs sinon directement bloquistes, le refus du fédéral de participer au plan Labeaume, qui refuse une offre du privé, ne devrait pas avoir l'impact de "balayer" les conservateurs hors du Québec.

J'en ai même lu un dans un quotidien qui demandait "Pourquoi payons-nous des taxes au fédéral?", question très stupide si l'on considère le système de péréquation qui gonfle l'économie québécoise de 8,4 milliards $ qui viennent des contribuables des autres provinces. De plus, le règlement du différend sur l'hamonisation de la TPS et de la TVQ vont certainement impliquer un gros chèque pour le gouvernement Charest, qu'il pourra ensuite dépenser à sa guise... pour acheter les votes, les syndicaleux...

Dans le bras de fer entre le roi Labeaume et le gouvernement conservateur... la possibilité d'un match nul est plus que possible.

  1. Le refus du fédéral ne bloque pas la possibilité de la construction de l'amphithéatre. Québec aura quand même son amphithéatre, donc le fédéral n'aura pas l'odieux de bloquer le projet.
  2. Le refus du fédéral survient suite au refus de Labeaume d'inclure Quebecor dans le financement de l'immobilisation. Labeaume a ainsi offert une porte de sortie au fédéral qui ne voulait pas ouvrir cette porte qui pouvait ouvrir sur des dépenses énormes partout au Canada.
  3. Les Québécois sont plutôt partagés sur le financement essentiellement public, et ceux qui s'y opposent sont majoritairement... déja conservateurs. Aucune chance de les faire voter Bloc.

Le hic demeure le jour du gilet... je le répète, c'était inutile et cela a semé la confusion sur le besoin réel de ce projet d'infrastructure avec ou sans hockey professionnel à Québec.

Au Québec, plusieurs conservateurs sont bien en selle selon les derniers sondages, même le sondage réalisé pour Le Soleil qui demandait les intentions de vote avec un refus du fédéral de participer à l'amphithéatre, démontrait que Daniel Petit dans Charlesbourg garderait une avance.  Une perte de 1 à 3 comtés à Québec, pourrait se combler par des gains de 1 à 3 comtés ailleurs au Québec, soit dans l'est, et des espérances sur la candidature de Larry Smith, ex-dirigant des Alouettes de Montréal.

Denis Lebel et Jean-Pierre Blackburn, les 2 ministres du Saguenay Lac Saint Jean pourraient être considérés sûrs, tout comme Lawrence Cannon. Pour ce qui est de Maxime Bernier, c'est un de ceux qui a les plus fortes majorités au Canada, battant ses collègues albertains, peut-importe les efforts de la presse enragée anti-conservatrice de Montréal.

Les chances de Harper d'être majoritaire ce printemps sont peut-être ainsi meilleures que jamais.

Pour ce qui est des investissements dans les infrastructures de Québec, le gouvernement fédéral pourra se ratrapper sur des participations majeures dans un nouvel agrandissement de l'Aéroport Jean Lesage qui deviendra incontournable avec l'atteinte rapide de la capacité maximale des installations agrandies en 2007-2008.

Le port de Québec attend aussi des investissements. C'est moins sexy qu'un amphithéatre, mais ce sont des secteurs où le fédéral s'implique habituellement sans causer de débalancement dans les 9 autres provinces.

Au Québec, on a de la difficulté à se mettre dans le contexte que nous ne sommes pas seuls, et qu'un amphithéatre du fédéral n'est pas plus un "dû", avec le Bloc de Duceppe qui entre dans la tête qu'on doit tout au Québec, uniquement par le fait que l'on existe... un peu comme une grosse réserve d'amérindiens.

Le fédéral a une raison de ne pas participer au projet de Québec... Régis Labeaume a donné une raison au fédéral de ne pas participer, mais une participation symbolique équivalente à celle dans le Scotia Bank Place de Kanata ou le MTS Centre, comme j'ai évoqué dans mon dernier texte, passerait mieux pour tous.

***

vendredi 11 février 2011

Amphithéatre de Québec: Se rendre à l'évidence, pragmatisme

Aux extrémités de du spectre politique vous avez les libertariens et à l'autre les communistes. Quelque part à gauche, vous avez ceux qui cultivent une certaine dépendance de l'état, et à droite, ceux qui cultivent les droits individuels. Au centre de tout vous avez les caméléons et les "je ne sais pas", dont certains sont extrêmistes dans leur beigeur.

Ces derniers mois, tout en réaffirmant ma droite sans complexes, j'ai pointé du doigt quelques dogmes et incohérences reconnues, parfois à tort à la droite. Prenons par exemple les ultra-religieux qui demandent l'intervention de l'état pour qu'il affirme une préférence pour leurs valeurs religieuses... J'ai aussi remis en question les libertariens irréfléchis, dogmatiques, qui s'imposent de plus en plus comme un groupe de pression qui aspire à influer sur les décisions, sans se tremper dans la politique active à des élections, question d'aller chercher une légitimité, comme les syndicats du côté de la gauche.

Étant de Québec, j'ai grandi avec les Nordiques. J'ai dénoncé petit, ceux de ma classe qui prenaient pour l'équipe d'une autre ville, l'équipe qui était toujours favorisée par les arbitres, on avait compris avant que Ron Fournier ait un micro à la radio. J'ai joué au hockey mineur, sur la patinoire que mon père faisait sur le terrain, et dans la rue parfois tard l'été. Je rêvais de jouer dans la ligue nationale... jusqu'à temps que je sois obligé de porter des lunettes dans l'adolescence.

Cela fait 20 ans que j'attends un amphithéatre à Québec. Cela fait 20 ans que je vois mes gouvernements supposément "cassés" distribuer de généreux cadeaux à tout et rien, surtout à Montréal. Annuellement 700 millions en culture... Plus de 10 milliards en 20 ans. Trois toits sur le stade, le prochain coûtera 300 millions... et on a pas le choix... soyez certains que contrairement au projet de Québec ce sera du 100% public. Aucun débat sérieux n'aura cours dans la société Québécoise, ni de vox pop plantés dans des quartiers bohèmes organisés par Radio-Canada.

Saviez-vous que tous les Québécois du Québec paient pour le fonds de pension des employés de la Ville de Montréal? ... comme si nous avions pas assez de nos villes, nos cols bleus.

Le fédéral...

Il faut se rendre à l'évidence, le gouvernement fédéral ne doit pas s'impliquer substanciellement dans le projet de Québec, pour plusieurs raisons. Par contre, il devrait le faire dans un montant à la hauteur de ce qui a été mis dans les derniers précédents en la matière: Winnipeg et Ottawa.

Le fédéral devrait toucher quelques dizaines de millions en impôts et en taxes grâce à la construction du complexe qui sera situé au coin nord-est du Boulevard Hamel et de l'autoroute Laurentienne. Le fédéral a contribué avec 6 millions $ dans le montage du Scotia Bank Place (anciennement Corel Center) de Kanata en banlieue ouest d'Ottawa. À Winnipeg, sensiblement la même chose pour le MTS Centre.

Un montant de 15 millions $ (plus élevé grâce au coût plus élevé du projet de Québec pour les taxes et impôts retirées par le fédéral et l'évolution en dollars constants) serait vu d'une part comme:

1) Une participation symbolique équivalente aux participations pour Winnipeg et Ottawa, qui rapelle que le gouvernement fédéral ne néglige pas le Québec

2) Ne créerait pas le précédent redouté par tous les fiscalo-responsables, qui obligerait de donner des centaines de millions à Edmonton, Calgary, Regina pour leurs projets respectifs.

Ainsi, le fédéral doublerait la mise du "privé" par les contributeurs du groupe "J'ai ma place" de Mario Bédard. Groupe que tous ceux qui disent dans les médias "100% public" ignorent, question de nourrir un mépris démagogique pour le projet. Vous retrouvez ce mépris à Radio-Canada et à La Presse du plateau Mont Royal.

L'insistance pour une participation de type "parts égales" pour le fédéral ne sert qu'à alimenter un spin partisan du Bloc Québécois et pour le Bloc Québécois. Gilles Duceppe sait très bien qu'il est impossible que n'importe quel gouvernement fédéral élu s'implique de cette façon. Le fédéral est déja attendu pour d'autres investissements, au Port de Québec et à l'Aéroport international Jean Lesage qui arrive à sa pleine capacité en ayant doublé son nombre de voyageurs depuis quelques années. Ce sont des secteurs plus traditionnels ou le fédéral investit habituellement, ici et ailleurs.

Une participation symbolique du fédéral au nouveau Colisée n'est pas une bonne raison de rejeter les conservateurs au Québec, au contraire. Sauf qu'il faut avouer que la sortie avec les chandails, c'était pas très fort de leur part... Une mauvaise idée qui pouvait compromettre le projet et qui lançait le mauvais message.

Au provincial...

Au provincial c'est une toute autre chose. Les provinces et les municipalités ont des antécédents d'investissements majeurs dans des infrastructures semblables, voire encore bien moins structurantes, rentables, avec beaucoup moins de retombées dans une économie régionale que le projet de Québec. Le projet de Québec qui est surtout un projet qui concerne aussi les consommateurs de sport et de culture de Thetford Mines-Trois Rivières jusqu'à Baie Comeau et Rimouski, et de Roberval-Alma-Saguenay jusqu'à Saint Georges, une région englobant pres que 2 millions de Québécois qui paient des taxes eux aussi, qui méritent d'avoir ce complexe plus près de chez eux que le Centre Bell de Montréal.

Prenons simplement les exemples de dépenses à Montréal ces dernières années, que ce soit avec le quartier des spectacles ou la salle de l'OSM, où tous les Québécois ont investi, un peu sans le savoir, des centaines de millions dans des infrastructures qu'ils n'utiliseront pas, et même qu'ils pourraient ne jamais voir à la télé.

La ville de Québec fait un choix stratégique pour sa visibilité, revitaliser un quartier en ruines, se doter d'un outil sportif et culturel moderne qui en remplace un autre déja public, désuet de ses 61 ans, et couteux d'entretien de par sa désuétude.

Cet investissement n'est en rien une subvention aux "millionnaires du hockey", rien ne garanti l'accession de Québec aux villes du cercle sélect de la Ligue Nationale de Hockey. Même sans Nordiques, l'amphithéatre est nécessaire, incontournable. Et que dire de ces "millionnaires de la F1" qui viennent subventionnés à chaque année à Montréal?

Savez vous quoi? Je n'ai rien contre que l'on soutienne avec l'argent des taxes le Grand Prix de Montréal année après année, parce que le Grand Prix rapporte plus à Montréal et au Québec que ce qu'il coûte aux contribuables, rien ne fait entrer plus d'argent neuf au Québec. Pourtant la piste de l'île Notre Dame aussi est publique. L'exemple vaut pour le projet de Québec... surtout que l'exploitation d'une éventuelle franchise de hockey sera 100% privée.

Par leur obstination, certains "libertariens" veulent que l'on gère les fonds publics comme une grand mère. Plein de "cash" dans un bas de laine caché, de l'argent qui lui permettrait d'avoir un bien meilleur niveau de vie qu'un taudis loué avec une vielle télé à cadran avec des oreilles de lapin. À sa mort, l'argent se retrouve au dépotoir caché dans un vieux divan qui pourri.

Pourquoi un contrôle public?

Parce que la ville de Québec contrôle les coûts de ses projets. Parce que l'investissement public ne sera pas une aubaine pour un homme d'affaires initié, qui se paierait le contrôle d'une infrastructure de 350 millions $ en ne sortant que le tiers du montant. Cependant, la gestion au jour le jour, la maintenance, devrait être offerte en sous-traitance.

Parce que cette infrastructure remplace le Colisée Pepsi construit en 1949 et administré depuis par le public, que cette infrastructure publique sert aux activités municpales et communautaires telles que le tournoi international de hockey pee wee, le plus important tournoi de hockey mineur au monde depuis 52 ans. Beaucoup des plus grands joueurs de plusieurs générations de partout dans le monde y sont passé, ce qui place Québec au rang d'une des capitales du hockey dans le monde, accueillant près de 2500 joueurs chaque année.

Pas de grand Colisée offrant gracieusement sa glace au tournoi pendant 2 semaines en février, pas de tournoi.

La construction publique, et le contrôle public de l'infrastructure n'empêche pas la vente de concessions, et la vente du nom de l'édifice.

De toute façon, la construction et l'opération d'un tel édifice au privé, sans congé de taxes, sans subventions, sans terrains donnés, ne peut être rentable que dans un nombre de marchés en Amérique du Nord qui se comptent sur les doigts d'une seule main. Or, une quarantaine de marchés ont cette infrastructure.

Pour terminer, j'aimerais ajouter que tous ceux qui vont revenir tel des zombies, les yeux vides, radotant un "pis les malades dans hopitaux", ne sont de purs imbéciles, et par ce fait, sont à exclure de tout débat que l'on veut intelligent. On a pas fini d'en entendre à Radio-Canada...

Vous trouvez pas ça bizarre de voir Radio-Canada inviter des "libertariens", utiliser des arguments de pseudo-rigueur budgétaire, uniquement lorsque c'est le temps de tenter de saboter le projet de Québec? Madame Dussault à RDI et Madame Drolet du Téléjournal de Québec sont pourtant des employés payés d'une société d'état.

Sérieusement... Si ce projet est bloqué, comme tout le reste est bloqué, des mines d'uranium, des puits de gaz de schiste, aux barrages que l'on ne peut pas construire, il faudra tout simplement fermer le Québec. Cela voudra dire qu'il n'y a plus rien à faire ici, que ça ne vaut même plus la peine d'essayer.

***

mardi 8 février 2011

Pu capab'

Que c'est donc bien grave pour la Société Radio-Opposition Canada, qu'un ancien adéquiste près des conservateurs soit nommé sur le conseil d'administration de Radio-Opposition Canada... et qu'un autre soit nommé vice-président du CRTC...

La réaction d'outrage calculé n'a pas quelque chose de suspect? C'est nouveau qu'un cabinet du premier ministre, qu'un gouvernement au pouvoir, fasse des nominations en tenant compte d'une certaine "communion d'idées"?

Pensiez-vous que les libéraux auraient nommé un réformiste, allianciste, conservateur à ces postes-clefs sur les télécommunications au Canada? Duceppe, Ignatieff, Mulcair, Rodriguez, ont tous joué au scandale avec cette nouvelle. Ils savient bien trop qu'après 5 ans de pouvoir, plus il y a de monde à remplacer, plus le temps passe, et moins il y aura de bons vieux amis du Parti Libéral du Canada dans les postes-clefs.

Le scandale serait justifié si quelqu'un avait acheté son poste, comme il serait coutume au Québec... Mais le simple fait d'être d'accord avec les politiques du gouvernement n'est en rien un problème à une nomination, au contraire. C'est simplement l'exercice du pouvoir. C'est juste normal que ce ne soit pas le dalai lama de la verdure David Suzuki qui soit nommé par les conservateurs pour s'occupper de l'environnement.

Une nomination libérale fera toujours moins de peine à Gilles Duceppe ou à Thomas Mulcair, monsieur anti-flatulence, c'est tellement mal le gaz de schiste...

Pu capab'

Je ne suis plus capable des chansons subventionnées, de 95% de tout ce qui est chanté en français, surtout s'il y a un son Montréalo-antillais rasta-résine, de l'espèce de Reggae Québécois bâtard... quelle merde pour fumeux de joints francophiles dans les vapeurs...



"Harper aime les avions de combat, mais y'a rien pour les familles?" Il y a du travail pour les parents des familles au Canada... Les canadiens ont jamais autant consommé et autant été aussi riches. Télé plasma, 2e voiture, voyage dans le sud, téléphone intelligent...

"Le G8 et le G20 ont coûté une beurrée"... ...Mais n'importe quel gouvernement aurait à payer la même chose. C'est une obligation auprès de nos partenaires.

"Le pays n'a jamais été aussi endetté"... Faux... le top de l'endettement du Canada c'était à la fin des années '90. Avant de retomber en récession, on avait remboursé une bonne partie de la dette. Les épais savent pas faire la différence entre un déficit et une dette. Les épais ne savent aussi pas ce que c'est des "dollars constants". On fera beaucoup de belles chansons connes comme ça, on a enlevé les cours d'économie au secondaire... Et si le déficit a été aussi élevé en 2010, c'est à cause d'un couteux "Plan de relance" que le gouvernement Harper a su faire sous menace de se faire renverser, par les trois partis d'opposition, dont un des partis qui paie ce clip. Imaginez si on avait du payer toutes les suggestions des Libéraux, Bloquistes, NPD... cadeaux aux chômeurs ici, subventions par là...

Le "siège à l'ONU"... on ne l'a pas "perdu"... parce qu'on ne l'avait pas. Pour l'avoir, faut attendre son tour et passer au vote, pour que des pays de cul, avec des dictateurs, votent pour nous. Ces dernières années, les "crottés" ont moins apprécié le Canada... c'est donc un honneur d'avoir perdu ce siège. Mais tout ça, le compositeur des paroles, ne sait toujours pas quel genre de siège à l'ONU il était question et à quoi il servait... l'important c'est la "rimette".

"Les conservateurs sont contre Kyoto"... qu'est-ce qui est arrivé à Kyoto? Où sont vos bourses du carbone? Qu'est-ce qu'a donné le pelletage de nuages jusqu'à maintenant?

"Harper est l'ami des pétrolières"... mais quel genre de moron est influencé par cet argument démago? Il faut être l'ennemi des pétrolières et on pourra se faire téléporter par de l'énergie mystique? Qui achète le pétrole? Vous êtes tous alors des "amis des pétrolières"?

"Quand Harper parle de la peine de mort, j'ai un grand frisson qui me traverse le corps"... Pourquoi? Ça n'a jamais été un enjeu... et la peine de mort ça devrait faire peur aux Robert Pickton, Paul Bernardo de ce pays... Les écoeurants ce sont les tueurs en série, pas les conservateurs.

"Si t'es pas d'accord avec Harper, ils vont t'insulter te faire peur"... Je n'ai qu'à ouvrir ma télé à RDI, et je me fais insulter à la journée longue. Ce clip est une tonne d'insultes, de préjugés, de clichés.

Moi qui pensait que c'était mal la "publicité négative"... Faut avertir mon ami Jean-Marc Léger, il aime pas ça lui quand c'est de la publicité négative... Procès d'intentions, démagogie à l'état pur, mensonges, inventions, fabulations.

Loi 101

J'ai lu dans des lettres d'opinions dans le journal que Maxime Bernier avait "Blasphêmé" en affirmant sur les ondes d'une radio d'Halifax que le loi 101 ne servait à rien. Un blashême... c'est pas rien. C'est insulter des créations imaginaires, insulter une croyance. C'est alors à mon avis un devoir de blasphêmer! J'ai du débattre de cette position controversée, contre la loi 101 avec des "amis des amis" sur Facebook. Quand tu demande à ces fiers francophiles des arguments rationnels expliquant que l'on maintienne les Québécois dans l'ignorance de connaître une 2e langue qui permet d'échanger avec le reste du monde... tu te fais répondre "J'ai aurais plein d'arguments, mais ça sert à rien de discuter avec toi, tu comprends rien"... C'est comme de feindre d'avoir un fusil sous son manteau avec ses doigts, on a tous compris, ceux qui en ont la capacité, un petit sens de l'observation, que ce n'est rien de très menaçant.

Voilà des perles que l'on m'a sorti, sans trop de honte...

Si té pas content de vivre en français ici, pourquoi tu t'en va pas?

J'y ai déja pensé. Je commence à être vieux pour m'en aller. Au fait, je suis chez moi ici et nous sommes toujours en démocratie à ce que je sache, j'ai donc le droit d'exprimer mon désaccord, même si l'idéologie des nationalistes est d'écraser les minorités. Parlant d'écraser la minorité...

Je pourrais te donner des résultats de sondages, des réalités culturelles étrangères à titre comparatif, pour te prouver la valadité de la loi 101 et de ses bienfaits sur notre société!

Un "sondage" est un argument? C'est mon ami Jean-Marc Léger qui va être content! Si tous pensaient il y a pas si longtemps, que la terre est plate, elle devait l'être! À preuve, on a brulé ceux qui ont dit qu'elle était ronde! Elle aurait donc changé de forme lorsque les humains ont changé d'idée?
 La prochaine est forte:


Avec une agglomération de 3,5 millions d'habitants, Montréal se classe au 2e rang des métropoles de langues françaises, au monde, tout juste derrière Paris... Je dis ça de même, mais moi je préfère que Montréal se démarque en français, où la compétition est beaucoup moins féroce à ce titre, plutôt qu'elle tente de rivaliser en se prétendant anglophone...
En réalité, 3,5 millions d'habitants tu vas ratisser jusqu'à Saint Jérome... pis tu obliges de parler français des anglophones et des allophones. Montréal ne serait pas 2e au monde, mais la 6, parmi plein de villes du tiers-monde. Tu est en compétition avec Alger, Kinshasa et Dakar... Vraiment ça fait une très belle jambe d'être en concurrence juste avec des villes francos! Port-Au-Prince! C'est pas ce qu'on appelle viser bas? Il n'est pas petit le -complexe de supériorité- francophone... Les experts diront que cela masque celui d'infériorité. Métropole de province... mais au moins francophone! Drôle de "compétition"...


Les anglos maintenant:


...mais je ne vais pas pleurer sur leur sort non plus. De toute manière, c'est même pas eux autres qui se plaignent! Les 200 000 qui se plaignaient sont tous partis entre 77-80!

C'est pas pathétique rien qu'un peu... dit en toute fierté nationaliste. Pendant ce temps, le péquiste-journaliste de Charlevoix qui serat le chef du bureau de Cogeco Nouvelles à l'Assemblée Nationale, Louis Lacroix avec ses rires insignifiants au FM93 trouve que Maxime Bernier est vraiment un cave qui veut se faire remarquer et se faire des amis au Canada-anglais. C'est l'espèce de théorie du mauvais-québécois "traitre" qui devient plus puissant en "chiant" sur les siens. Qu'est-ce que ça me donne moi, blogueur bénévole, par temps libres, attendant l'inspiration de me faire des "ennemis" parmi cette nation si glorieuse? J'avoue, j'en retiens un certain plaisir qui comble un peu mes déceptions. Mais j'en retire aucun ami de plus anglo.


Quand je vais en Ontario, on me voit avec ma plaque laide du Québec, les plus laides d'Amérique du Nord, et je passe au comptoir du Beer Store, je m'exprime dans un anglais avec un accent gros comme le bras. Je mets mon ruban jaune "Support Our Troops" sur ma voiture pour montrer qu'on est pas tous des caves au Québec... Ruban que j'enlève chez moi pour ne pas me faire vandaliser mon auto, parce que vous savez, les nationalistes Québécois qui polluent les débats et les esprits s'en prennent aux voitures au lieu d'argumenter en pleine face. Tribalisme.


C'est courageux le nationalisme... en gang, ou le sabotage sur le matériel, comme des jaunes.


J'aimerais avoir un peu plus souvent une fierté d'être un Canadien-français, cela m'arrive des fois, rarement. Je me fâche aussi quand je vois que de mes semblables sont victimes d'injustice, ou que l'on nous met tous dans le même panier. J'ai surtout honte d'être québécois avec ce cul de sac intellectuel démontré à chaque jour, en plein contrôle des médias, et j'ai bien plus en commun avec des citoyens de d'autres pays qu'avec des compatriotes qui rabaissent tout à l'appartenance à leur "tribu", merde.


Le nationalisme est une maladie infantile. C'est la rougeole de l'humanité.
- Albert Einstein

Archives du blog