jeudi 3 janvier 2013

Les ennemis des autochtones sont-ils vraiment les élus des blancs?

Encore une fois à gauche, on utilise la misère pour mieux l'exploiter et en tirer profit...

Il faut en savoir plus sur ces "pauvres" chefs amérindiens qui font une fausse grève de la faim très très importante pour les journalistes de Radio-Canada dans ce mouvement mensonger qu'est "Idle no more"... Parce qu'une fois de plus, ce travail malhonnête de la part de nos employés, terni l'image du Canada à l'étranger avec autre chose que des faits.

Pourquoi je dis "fausse grève de la faim"? Parce que Theresa Spence, chef de la réserve d'Attawapiskat, cette réserve mise en tutelle par le gouvernement Harper, mange de la soupe et boit du thé devant les journalistes, qui savent très bien que cette comédie n'est pas une vraie grève de la faim sur cette île en face d'Ottawa.

Pour faire un parallèle avec nos amis carrés rouges, disons que c'est en réalité, plutôt un "boycott de vrais repas".

Autre réalité... cette île en face d'Ottawa, on y va en auto par un pont... elle n'est pas là sur la grève de roches enneigées, cachée sous un canot d'écorce balloté par le vent, entre des peaux d'ours pour se protéger du froid de l'hiver canadien.

Et... comme on peut le constater à l'oeil, madame la chef pourrait être longtemps au "régime" compte tenu de ses "réserves" personnelles.

Donc, en soirée du 2 janvier, à Sun News, cette chaîne que les humoristes du jour de l'an de Radio-Canada se moquent dans leur revue de l'année... l'animateur Ezra Levant a sorti quelques révélations très intéressantes qui devraient sortir aussi dans la notre presse s'il reste un peu de professionalisme du côté du Canada-français... Parfois on peut se permettre d'en douter, parce que voyez-vous, depuis quelques semaines déjà avec la couverture de cette fausse grève de la faim, je me suis dit que si madame Spence était si importante, surtout à Radio-Canada, c'est parce que le gouvernement Harper a "coupé" des fonds Radio-Canada... (pas assez à mon avis). Le reste du temps, on s'en fout pas mal qu'il manque de maisons dans le nord de l'Ontario, ou du Manitoba... et qu'il n'y ait pas d'avenir pour les enfants qui ont le malheur de naître là.

Voici les questions que Levant posait via son twitter... j'en fais une traduction libre:

1- Est-ce raciste de demander à Theresa Spence pourquoi il y a un manager du conseil de bande qui a dépensé 68 000 $ en voyages sur seulement 2 mois de service?

2- Est-ce raciste de demander à Theresa Spence pourquoi 8 membres d'une même famille, la famille Hookimaw, ont un emploi par le conseil de bande d'Attawapiskat ?

3- Est-ce raciste de demander pourquoi manque t-il de l'argent pour du logement social, des maisons pour des familles dans la communauté alors qu'il y a un surplus accumulé de 61 millions $ en 2011?

4- Est-ce raciste de demander pourquoi on a dépensé pendant la "crise" l'an passé 96 000 $ pour acheter et faire livrer par bateau une nouvelle Zamboni, alors qu'ils en ont déjà une?

5- Est-ce raciste de demander à la chef Theresa Spence pourquoi son conjoint, trésorier du conseil de bande, a contrevenu aux dispositions en matière de conflits d'intérêts du code d'éthique du conseil de bande?

6- Est-ce raciste de demander pourquoi une école a été construite sur un terrain contaminé?

7- Est-ce raciste de trouver étonnant que la chef Theresa Spence et son conjoint, ont gagné ensemble 283 000 $ venant du conseil de bande? (libre d'impôts...)

8- Est-ce que c'est raciste de demander où sont passés les 90 millions $ que le gouvernement du Canada a confié à Attawapiskat depuis 2006 ? (soit 50 000 $ par personne).
Cela prend tout un "front de boeuf" pour aller faire sa grève de la faim avec un dossier aussi accablant, en nous traitant de racistes... et faisant croire que le gouvernement Harper, ces salauds d' "impérialistes", avaient mis en tutelle la réserve de la pauvre chef Spence... que pour le "trip du pouvoir"... (pouvoir sur un véritable trou où il n'y a rien). Faut croire qu'on avait confiance d'avoir une certaine complicité de certains médias...

Il s'en suit un pathétique et démagogique partage de la "responsabilité collective" entre nous... maudits blancs, qui, je ne le comprends plus trop, sommes trop paternalistes avec les amérindiens (en plaçant une réserve en tutelle) ou pas assez (en ne surveillant pas assez ce que les conseils de bande font de l'argent qui leur est remis, faut le rappeller, par les contribuables canadiens... qui travaillent).

Qui ne comprend pas pourquoi encore aujourd'hui, Attawapiskat est en tutelle?

Qui omet de partager l'information dans le but de désinformer, et utiliser la misère de ces quelques familles dans le nord perdu de l'Ontario qui n'ont pas une vraie maison, parce qu'ils ne font pas partie, vraisemblablement, de la bonne famille, CONTRE le gouvernement qui est ennemi juré de la Société Radio-Canada?

Quand est-ce que ce chantage dégoûtant va finir à Radio-Canada? Parce que cela ressemble pas mal à ce que Theresa Spence fait avec sa fausse grève de la faim: "Donnez-moi l'argent que j'exige, sinon, je vous ferai mal paraître dans ce média que les contribuables paient."

Tous ceux qui ont émis de la sensibilité mal placée (à l'endroit de la chef et de sa gang croche, au lieu des vraies victimes de cette mauvaise administration) ont quelque chose à exiger su gouvernement: Artistes, employés de Radio-Canada, Frapru ...

Étrange non?

Ezra Levant se pose une autre question: C'est quand même spécial que des journalistes sont méfiants envers les politiciens en général, SAUF s'ils occuppent le poste nommé "chef"...

Petit rappel historique...

Source CBC - propriété publique

Le gouvernement de l'époque prend les grand moyens, et condamne le village, trop isolé, et ramène la communauté sur la terre ferme à 15 kilomètres à côté, tout en neuf. Alors, 12 ans plus tard en 2005, les journalistes retournent dans le nouveau village pour s'apercevoir que les chefs du conseil de bande font l'approvisionnement en drogues pour la communauté.

Jusqu'à quel point faut-il les laisser faire?

Avec l'utilisation que Radio-Canada fait du scandale d'Attawapiskat aujourd'hui, en soutenant aveuglément Theresa Spence et son administration fautive, il faut croire qu'il n'y aura pas plus de maisons là-bas dans 12 ans...

Le résultat de toute cette merde, c'est que hier matin, je suis tombé sur un article sur le sujet publié dans Le Monde en France, où les commentaires étaient qu'au Canada, on avait quelque chose d'aussi pire que l'Apartheid en Afrique du Sud d'avant 1990...


Faut les excuser... ces Français, ça leur arrive d'être idiots, ignorants, condescendants, en se caressant érotiquement la bonne conscience bobo: Ça ne se soigne pas cette maladie.

***

Archives du blog