mardi 10 septembre 2013

Pourquoi "valeurs québécoises"?

Je l'ai dit et redit, je n'aime pas l'idée d'une "charte" des "valeurs québécoises". Surtout si elle vient de personnes (comme Bernard Drainville) et d'organisations (le Parti Québécois) qui ont abusé elles-mêmes du terme "valeurs québécoises" pour s'en prendre au 15 à 25% des électeurs québécois qui ont voté conservateur aux élections fédérales entre 2006 et 2011. Un de ceux qui ont souillé le plus l'expression "valeurs québécoises" est Gilles Duceppe. C'est peut-être même cette imposture qui a mis fin à son "règne" de chef des bloqueux à Ottawa... En 2011, beaucoup de québécois lui ont passé le message selon lequel ils n'étaient peut-être pas conservateurs, mais qu'il n'a jamais eu la légitimité pour parler au nom de tous, de nos valeurs communes, afin de démoniser une option politique légitime en démocratie, que ce soit le fédéralisme ou le conservatisme, options soutenues par une portion non-négligeable des québécois.

Faut-il rappeler que le gouvernement Marois est minoritaire et n'a pas obtenu 32% des voix à la dernière élection? Un tel projet est bien plus important que la stratégie pour la survie d'un gouvernement.

En plus, ces valeurs dépassent les frontières du Québec. D'autres législations, dont non la moindre, la France, ont adopté des cadres sur le voile, les signes ostentatoires. Est-ce que la France est profondément xénophobe? Si elle l'était tant, celui qui a été poursuivi pour avoir banalisé sinon nié l'holocauste aurait eu un peu plus que 20% lorsqu'il est passé au 2e tour des présidentielles en 2002.

Mathieu Bock-Coté, dont je ne suis pas le fan numéro 1, avait bien résumé le problème de l'expression "valeurs québécoises" avec Mario Dumont en 2011. Il arrive que parfois, avec son immense vocabulaire et sa capacité hors norme à exprimer des idées avec les bons mots, ce qui est très peu répandu au Québec, je doive le citer.

Je suis d'accord avec lui sur ces points, mais celà ne me rend pas moins fédéraliste.


Donc, il ne faudrait plus parler de "charte des valeurs québécoises"...parce que cela n'a tout simplement "pas rapport". L'expression sortie tout droit d'Hérouxville est plus à propos: "Code de conduite", en y ajoutant "en société et dans la fonction publique".

Il faut faire quelque chose: Pour une fois que le Parti québécois a compris quelque chose (6 ans après l'ADQ) et qu'il ose affronter les fatwas des grands penseurs qui pratiquent l'onanisme intellectuel de la pensée relativiste de gaugauche... faut s'y attarder.

Et puis, il y a eu Philippe Couillard qui apparait comme celui qui à la tête du PLQ tourne définitivement le dos à l'asymétrisme ou toute notion de société distincte défendue chez les libéraux du Québec depuis Bourassa jusqu'à Charest. Pas pour s'aligner sur Ottawa, mais pour s'aligner sur l'idée du Canada de Trudeau. Très décevant. Monsieur Couillard est pourtant familier avec le wahabisme, il a travaillé pour les Saoudiens... Oserait-il contrarier les croyances de ses anciens patrons?

Il y a même une forme de pragmatisme révélé sous Chrétien, une forme de gros bon sens en toute candeur, en boutades, dont nous devrons faire le deuil... Cela ne va pas bien si une majorité d'électeurs canadiens pensent à voter pour Justin Trudeau sur la base qu'il est bien beau, et qu'il a le "courage" de fumer du pot, et de le dire...

Dans mon idée du Canada, il y a trois peuples que l'on pourrait qualifier de "fondateurs". Amérindiens, canadiens-français, canadiens-anglais. Jusqu'à tout récemment, il s'y greffait des ressortissants qui venaient participer, et s'intégrer parmis nous, sans nécessairement renier leur culture... Ukrainiens, allemands, irlandais, écossais, italiens, chinois, venaient s'ajouter au tout, à ce qui ressemblait à un "melting-pot", où ce qu'il y a de meilleur de tous pouvait rester, pour toujours dans l'ensemble. C'est pourquoi par exemple qu'au Canada et même en Amérique du Nord, la Saint Patrick est célébrée par des gens toutes origines, de plusieurs religions.

Ça c'était ce qui fonctionnait.

Ensuite, des intellectuels patentés se sont mis à "taponner", puis briser ça avec l'idée du multiculturalisme. Cette idée paraît noble, plusieurs y ont trouvé leur compte, mais à la fin, les peuples fondateurs sont noyés dans une mosaïque sans quelque chose qui tienne tout cela ensemble. Ce n'est même pas la présence du crucifix qui est menacée par ce relativisme culturel, parce qu'il est déjà remis en question chez les "peuples fondateurs", mais c'est plutôt les symboles tels la fleur de lys et de la feuille d'érable. On pourrait toujours se dire que le drapeau de Duplessis fait trop penser à la royauté française décapitée... mais par exemple, le retirer pour accommoder des immigrants, c'est absurde. On pourrait aussi se dire que le crucifix est un symbole qui représente mal une religion de paix, parce que l'homme sur la croix est sanglant et torturé (on montre vraiment ça à des enfants de 4-5 ans en leur expliquant?), tout en prenant compte que c'est aussi Duplessis qui l'a mis à l'Assemblée nationale en 1936, et qu'avant, il n'était pas là.

Ces les cathos et chrétiens anti-laïcistes, remettre en question le crucifix, c'est en revenir à "soviétiser le Québec"... Alors que l'Union Soviétique détruisait des églises, et en transformait d'autres en musées de l'athéïsme... On ne comprend pas la nuance entre les deux dossiers? Eux, ils n'ont pas compris une autre chose... moins de 10% du Québec pratique sa religion. Toc toc toc, ici la réalité: Avez-vous payé votre capitation les amis? Quoi...! votre argent ne suit pas vos babines?

Passons...

On dirait que plusieurs leaders d'opinion, principalement libéraux du PLC (pas vraiment de l'idéologie libérale) n'ont rien compris à ce qui se passait au Canada, et en Occident, depuis les années '90 et qui maintenant s'accélère. Est-ce qu'une visite du Londonistan leur serait une révélation? Est-ce que l'on doit vraiment trouver cela "beau" et "bon" cet envahissement en Occident de la charia, et de tout ce qui vient avec? Je n'ai pas le goût, et je me permet le droit de trouver cela laid, triste, pathétique, sombre... et du mot que les relativistes culturels sont incapables de voir, prononcer... arrièré.

J'en ai assez de Charles Taylor qui compare grossièrement le Québec a la Russie poutiniste, un pays dont les gens des minorités ne sont vraiment pas en sécurité, juste parce qu'on demanderait à des employés de l'état de se conformer à un code vestimentaire dans le cadre de leurs fonctions, PARCE qu'ils représentent l'état. Oui, je suis de ceux qui ne digéreront jamais que l'on puisse m'accueillir DANS MON PAYS, avec un turban. Si je voulais être accueilli par des douaniers avec un turban, je serais allé en Inde. Celui qui choisi de vivre au Canada doit démontrer un attachement à vivre avec des canadiens et à s'imprégner de ce que l'on trouve au Canada. Sans être obligé de manger du bacon, on pourrait se forcer un peu pour s'habiller comme on s'habille au Canada, en Occident, c'est à dire sans couteau, sabre, turban, voile, burqa.

Puis le Canadien de Montréal est une religion... puis-je mettre mon masque de Carey Price à la banque, à l'école, au travail? ...On allume?

J'en ai assez vu des caricatures des quotidiens du Canada anglais qui décrivent les québécois comme étant racistes et xénophobes, parce qu'ils semblent être les seuls à comprendre que le voile islamique n'est pas seulement une insulte au droits des femmes, mais aussi une insulte à l'occident au complet, car ce qu'il signifie, c'est qu'on vient vous coloniser et rejeter chez vous votre manière de vivre en liberté.

J'ai ai assez lu, et entendu, des commentaires de sotte sur la question du multiculturalisme de la part de Tasha Kheiriddin, que ce soit à Radio-Canada ou à l'émission de Gilles Parent (le monsieur qui parle beaucoup 15 minutes à l'heure pour dire peu) du FM93... les comparaisons absurdes, ne peuvent pas aider un débat... J'ai du me désabonner de son fil twitter après ce tweet...



Je ne suis déjà plus capable de Justin Trudeau qui doit encore subir les effets du THC lorsqu'il compare l'idée de la charte péquiste à la ségrégation qu'il y avait envers les afro-américains aux États-Unis il y a 50 ans... 1) Ils ont été AMENÉS DE FORCE en Amérique, il y a très longtemps. 2) Les afro-américains sont l'Amérique, il ne sont pas des envahisseurs qui amènent de l'extérieur des morceaux du moyen âge. 3) On ne laisserait aucun afro-américain invoquer sa culture pour avoir le droit de battre ou de tuer sa femme, enfants, et pourtant on le fait au Canada pour des immigrants afghans qui pratiquent le "crime d'honneur" sans honneur.

Il faudra comprendre une chose de base au Canada anglais, et je crois que plusieurs l'on compris, dont ceux qui ne sont pas tombés dans le piège d'attaquer de façon aussi malhonnête les intentions des québécois sur les accommodements et l'immigration: Trudeau était mauvais, son fils l'est encore plus. Leur idéologie tient du poison. L'héritage de Trudeau père sur le Canada est possiblement fatal sans traitement. Il est encore 13 ans après sa mort, l'un des meilleurs arguments pour attiser l'idée séparatiste au Québec. S'il avait activement participé à la campagne référendaire de 1995, le "non" aurait perdu. C'est pas assez?

Le Canada devra tourner la page sur Trudeau définitivement. Père et fils, ils sont les ennemis à la fois des séparatistes et des fédéralistes lucides. Un jour faudra tout refaire ce qui a été fait à la bas, de manière croche. Un projet de constitution dans un pays moderne devrait en principe passer au suffrage universel. Ils ont fait ça en Irak... mais pas le Canada en 1982. En principe, une charte de l'importance de celle proposée par le gouvernement Marois, devrait être légitimée de la même façon, et par plus que 50%. 50,1% de la population ne peut pas tordre le bras des 49,9% autres, il va de soi.

Ce n'est PAS ça!

Ce n'est pas de la xénophobie ou du racisme de remettre en question le multiculturalisme, le relativisme culturel, pour favoriser l'intégration. La xénophobie et le racisme ne veulent ni du multiculturalisme, ni de l'intégration.

Ce n'est pas du racisme ou de la xénophobie que de dire que si la présence d'un conifère décoré à la fin de chaque année te dérange, tu n'as pas ta place ici.

Ce n'est pas du racisme ou de la xénophobie que de dire que si pour l'immigrant, la femme est un objet propriété de l'homme, peut-importe la raison, même si c'est parce que c'est écrit dans mon livre sacré... il n'a pas sa place ici.

Ce n'est pas du racisme ou de la xénophobie que de dire qu'au travail, on doit porter les vêtements, ou l'uniforme qu'il est nécessaire de porter. Que ce soit un casque de protection sur les chantiers de construction obligatoire même pour les sikhs, l'uniforme complet avec le chapeau stetson a large bord dans la GRC...

Ce n'est pas du racisme ou de la xénophobie que de dire que lorsque je vais à la banque, je ne veux pas voir entrer quelqu'un de masqué, entre-autres pour ma sécurité.

C'est pourtant si simple... et si difficile à comprendre pour certains.

Autre question: En quoi de restreindre L'EXHIBIT de tes croyances mystiques à mon visage à ton travail empêche ta "liberté de religion"? Ah... j'ai la réponse... parce que ta liberté de religion est donc de m'écoeurer avec! La liberté des uns, ne s'arrête t-elle plus là où celle des autres commence?

On recule mes amis...

La proposition Drainville

1. «Modifier la Charte québécoise des droits et libertés de la personne»

Y inscrire le principe de la neutralité religieuse de l'État et le caractère laïque des institutions publiques. Établir des règles pour encadrer les demandes d'accommodements afin, notamment, de s'assurer que l'égalité entre les hommes et les femmes soit respectée.

D'ACCORD.

2. «Énoncer un devoir de réserve et de neutralité pour le personnel de l'État»

Établir dans la loi un devoir de réserve et de neutralité en matière religieuse de la part des employés de l'État lorsqu'ils exercent leurs fonctions. Cette mesure vise à refléter la séparation des religions et de l'État ainsi que la neutralité de l'État.

D'ACCORD.

3. «Encadrer le port de signes religieux ostentatoires»

Interdire aux employés de l'État le port de signes religieux «facilement visibles» tels que le voile islamique, le turban sikh, la kippa juive ou la croix chrétienne. En revanche, le port de signes «non ostentatoires» (pendentif, boucle d'oreille, bague) à l'effigie d'une croix, d'une étoile de David ou du croissant islamique, serait permis.

D'ACCORD

4. «Rendre obligatoire le visage à découvert lorsqu'on donne ou reçoit un service de l'État»

Cette proposition, établirait une règle générale selon laquelle la prestation des services de l'État s'effectue à visage découvert, tant pour la personne qui reçoit le service que pour celle qui le donne.

D'ACCORD
 
5. «Établir une politique de mise en œuvre pour les organismes de l'État»

Les ministères et les organismes de l'État devront se doter d'une politique de mise en œuvre afin d'assurer la neutralité et de gérer les demandes d'accommodements religieux. La mesure prévoit  l'instauration de mécanismes de reddition de compte.

D'ACCORD

*****

P.S. J'ai fondé une famille dans lequel on parle 6 langues, et dans laquelle on souligne des anniversaires qui n'ont rien à voir avec l'histoire du Québec. On a des mets pour des occasions spéciales qui ne se mangent pas ici... Lors de mon mariage, il y avait la présence de personnes de 7 nationalités... Je dois donc être à un certain point "ouvert" aux autres cultures... enfin, bien plus que des donneurs de leçons fondamentalistes et unidimensionnels.

*****

mercredi 4 septembre 2013

Miser sur le mauvais numéro...

On a un énorme problème: Nos gouvernements occidentaux s'en vont attaquer la Syrie, alors qu'on ne sait pas vraiment qui des rebelles ou du régime, a utilisé les armes chimiques qui ont tué beaucoup de civils il y a 2 semaines.

D'un côté, les chefs d'états occidentaux accusent le régime Al Assad d'avoir utilisé ces armes, de l'autre, rien ne le prouve directement, et Al Assad nie les avoir employé, mais ne nie pas en avoir dans son arsenal.

Dans une tentative d'esquiver cette question, certains ont "spinné" la justification d'une attaque comme ceci: "Le régime de Al Assad est responsable de ce qui se passe actuellement en Syrie"... parce qu'il est resté lorsque tout le monde lui a dit de quitter, parce qu'il résiste aux rebelles depuis 2 ans, et qu'il a peut-être au début, mis de l'huile sur le feu en ayant fait une répression beaucoup trop dure sur des manifestants contre son régime, on se souvient, c'était dans le cadre du "printemps arabe". Peut-être... mais quelles sont nos autres options?

Par ces attaques aériennes, en déstabilisant davantage le régime qui risquerait éventuellement de tomber, en aidant les rebelles, dont plusieurs ont prêté allégeance à Al Qaida, on se trouve à aider directement le jihad islamiste.

Ceux sur le terrain, ceux qui ont massacré le village à prédominance chrétienne de Al Duvair près de Homs le 3 juin, des rebelles-jihadistes, seraient exactement les mêmes qui ont fait le jihad contre l'occupant américain en Irak... une fois les troupes parties, ils n'ont que remonté les rivières du croissant fertile... et pris le même chemin vers la Syrie que les convois observés en janvier 2003 par satellite: Les armes de destruction massive de Saddam Hussein, prêtées ou données, au moment que la France faisait gagner du temps à Saddam.

Ces armes, dont plusieurs nient toujours l'existence depuis 10 ans ont pourtant existé en Irak, puisque Saddam s'en était servi à la fin de la guerre Iran - Irak, à la fin des années '80 contre les kurdes. Ces armes entreposées pourraient très bien avoir tombé en partie dans les mains des rebelles, étant donné que les rebelles syriens sont en partie issus de l'armée du régime... ceux qui ont fait défection. Puis, à un moment où a un autre, ils ont occupé des bases.

Pour des rebelles en possession de ces armes, les utiliser, et faire porter le chapeau au régime Al Assad, c'est la clé pour avoir l'appui aérien des États-Unis, puisque le président Barack Obama a clairement indiqué que la "ligne rouge" à ne pas franchir était justement l'utilisation de ces armes. Ainsi, sans le vouloir, il a peut-être provoqué ce massacre au gaz, dont près de 400 enfants furent victimes.

Depuis tempête du désert en 1991, j'ai appuyé toutes les frappes opérations des pays occidentaux au moyen orient, jusqu'en Libye à la fin 2011. Ou encore, en ex-Yougoslavie où les serbes procédaient à du nettoyage ethnique. Les résultats n'ont pas toujours été ceux escomptés, mais il y avait cependant cohérence, et clairement on savait que nous attaquions les vrais méchants... Maintenant, on s'apprête vraiment à aider un mauvais camp. La raison de ces attaques, c'est l'utilisation des armes chimiques, qui ont peut-être été utilisées par ceux qui seront aidés par cette attaque, et que cette utilisation a peut-être été provoquée par une déclaration que je crois maladroite du président Obama qui tente de sauver la face.

S'il dit que c'est la ligne rouge, il a l'air de quoi après si la ligne rouge est franchie, et qu'il ne fait rien? Il est discrédité. Malgré tout, je préfere quelqu'un qui se discréditera, que quelqu'un qui va faire une énorme gaffe pour persister suite à une autre gaffe.

Vous ne me verrez pas avec une affiche avec le logo de la paix, des vêtements multicolores, et un cigare à la Justin Trudeau à la bouche, à manifester... mais mon principe reste le même: De quelle paix voulons-nous? Allons-nous avoir une paix avec une Syrie islamiste?

En 2003, lorsque nous avons vu la Syrie collaborer avec Saddam Hussein (les deux pays étant dirigés par des baasistes) et vu des armes de destruction massive rouler vers le nord ouest... il y avait peut-être une raison de sévir. Lorsque les Syriens avec l'Iran derrière à servir d'intermédiare au Liban avec le hezbollah, ont assassiné le président du Liban dans une attaque à la voiture piégée, il y avait quelque chose pour monter le ton, et sévir. En 2011, peut-être que l'Occident aurait pu être plus dure lorsque le régime s'est mis à massacrer des manifestants... Mais non, et puis Al Assad avait l'appui quasi-inconditionnel de la Russie poutiniste. Bien, aujourd'hui il est trop tard.

Même, peut-importe qui a utilisé ces armes, le mal est fait. La machine à tuer s'est déjà emballée, avec plus de 100 000 morts jusqu'à maintenant. Nous ne devrions que continuer de condamner, et tenter de préparer l'après-guerre civile, parce que peut-importe qui gagnera, il ne sera pas notre ami.

Si par principe, c'est bien beau dire dans un discours que l'utilisation des armes chimiques sur des civils ne doit pas demeurer impunie, dans les faits, il est tellement trop tard, que la punition fera sans doute plus de mal qu'il en a déjà été fait.

L'autre question est... nous sommes prêts à intervenir suite à 1000 morts dans une attaque chimique qui est odieuse, bien sûr, impardonnable pour les véritables auteurs... Mais les 99 000 premiers morts du conflit, morts par balles, mortiers, même des attaques aériennes, c'était pas assez pour faire décoller un seul avion français ou américain... Il y a quelque chose qui ne fonctionne pas là-dedans.

Celui qui fixe les lignes rouges a l'air bien faible. Et à l'international, les gaffes s'enchaînent: On a qu'à se souvenir de l'énorme fiasco de l'attaque de Benghazi il y a tout juste un an.

Il n'y a pas juste ça... une autre thèse circule, et dans le flou actuel, nous ne pouvons pas l'ignorer, même si les sources sont douteuses: Ce drame chimique en Syrie serait un accident de manipulation de ces armes chimiques, dans les mains de rebelles ne sachant pas du tout comment s'en servir, ou ne sachant pas du tout ce dont ils avaient en leur possession.

Pouvons-nous vraiment attaquer Damas avec aussi peu de certitudes?

***
Référence: 
-Entrevue de Bachar Al Assad accordée au journaliste du quotidien français Le Figaro. 
-Attaque chimique en Syrie : ces preuves qui n'en sont pas http://www.lepoint.fr/monde/attaque-chimique-en-syrie-ces-preuves-qui-n-en-sont-pas-03-09-2013-1720723_24.php

Archives du blog