vendredi 21 février 2014

Les jeux sont ouverts!

Kiev 20 février 2014, les troupes gouvernementales tirent à vraies balles sur les civils avec des armes automatiques et des viseurs pour les snipers.
En 2008, Poutine via son prête-nom Medvedev, envoyait son armée de pilleurs envahir la Géorgie, à défaut d'y avoir maintenu les dirigants de son choix (mes textes à l'époque en colère contre quelques anti-occidentaux notoires dans notre presse écrite 1 et 2, puis autres textes 3, 4). Depuis, il garde en otage deux morceaux l'Abkhazie et l'Ossétie du sud. C'était à l'ombre des jeux d'été de Pékin.

Soldats Russes en plein pillage à Gori, Géorgie août 2008
En 2014, Poutine aide sa marionette ukrainienne Ianoukovitch à se maintenir au pouvoir, après avoir ordonné que l'Ukraine ne signe pas de rapprochements avec l'Union Européenne. En échange d'un prêt de 15 milliards $ prêté au servile président contre-révolutionnaire orange, ainsi Poutine s'achète un pays de 46 millions d'habitants.

Des centaines de morts, des snipers sur les toits qui tirent pour tuer, selon la bonne vieille méthode soviétique, une balle dans le cou, au hasard, comme en 2009 en Iran, comme depuis 2011 en Syrie. À la fin, si le potentat Ianoukovitch doit céder, il quittera sans doute l'Ukraine de peur d'être jugé pour ses crimes, lui qui n'a pas hésité à emprisonner Ioulia Timochenko, ancienne première ministre, principale opposante, candidate défaite dans les élections louches de 2010.

Ce n'est pas la première fois que la Russie criminelle de Poutine rentre avec ses grosses bottes boueuses en Ukraine. Souvenons-nous de l'épisode de la révolution orange de 2004. Le candidat favori aux élections présidentielles Viktor Iouchtchenko tombe gravement malade après avoir été empoisonné à l'agent orange... faut comprendre "l'humour russe" des poutinistes.

Viktor Iouchtchenko défiguré par le poison
Sauvé de justesse, mais le corps mutilé, il se fait quand même élire, et Ianoukovitch est le "loser" de cette mise en scène déjouée. C'est alors 1-0 pour l'ouest. Mais l'homme de paix qu'est Vladimir Poutine n'en restera pas là... son revers en Ukraine doit être le dernier. Il faut stopper les autres anciennes républiques soviétiques qui voudraient se libérer de la coupe de Moscou. Il n'y arrivera pas, malgré la négligence, sinon le désintérêt de l'ouest, accéléré avec l'arrivée de l'administration Obama à Washington.

L'année suivante en 2005, c'est la Georgie qui passe à l'ouest dans la révolution des roses après le rejet d'une autre élection truquée à distance par Moscou. Tblilissi paiera cher sa désinvolture. En 2009, le scénario se répète en Moldavie, plus éloignée de Moscou, avec des liens historiques, linguistiques, culturels profonds avec la Roumanie qui elle entre dans l'Union Européenne. Moscou n'y peut pas grand chose.

Partout, Poutine dispose d'otages, souvent même depuis l'effondrement de l'URSS... en Géorgie c'est l'Ossétie du sud et l'Abkhazie qui sont occuppés illégalement par Moscou sans la moindre protestation des occidentaux. En Ukraine, Moscou a la main sur la Crimée et une bonne partie de l'est du pays. En Moldavie, on a installé un non-pays, la Transnistrie, dirigée par un clan qui veille à la protection de la base russe où les couleurs du stalinisme s'affichent à Tiraspol. Moscou ne reconnaît pas la souveraineté et les frontières de ces pays, occuppe illégalement, et ces pays qui cherchent désespérément des appuis recoivent timidement des appuis que moraux.

J'ai pris cette photo du pont qui mène au non-pays de la
Transnistrie en mai 2011. À partir de Rezina, vue sur la ville
transnistrienne de Rîbnița
Entre temps, par un ancien voyou voleur de sacoches et de chapeaux (il a fait 3 ans de prison soviétique pour ça), Poutine réussi, par chantage sur le prix du gaz, prêts avantageux, à remettre la main sur l'Ukraine en 2010. La révolution orange est défaite, Poutine savoure sa revanche. Mieux il pourra redevenir officiellement le tsar après avoir mandaté son prête-nom Dimitri Medvedev.

C'est pourquoi aujourd'hui, il ne veut pas perdre l'Ukraine une 2e fois. C'est pourquoi le calme de la révolution orange de 2004 a laissé la place 10 ans plus tard au rouge du sang qui coule à la place de l'indépendance.

Tant que l'ouest tolérera le monstre sur le conseil de sécurité des Nations Unies, tant que l'on acceptera de dialoguer avec le monstre d'égal à égal, tant qu'on le laissera passer les nombreuses "lignes rouges" qui lui ont été fixées... le monde sera moins sûr... Et aussi, tant que la corruption légendaire du CIO permettra qu'un tel monstre soit récompensé de pouvoir présenter des jeux olympiques... cela permettra que des civils soient abbattus en toute impunité dans les rues par des snipers d'une balle dans le cou chez tous pays les amis de Poutine, l'homme de paix, l'homme du renouveau, le grand "siphonnier"* du modèle néo-impérial russe.

Les jeux sont ouverts!

Est-ce une nouvelle forme de biathlon?

Vers où tout cela mène? L'opposition en date du 20 février suite au bain de sang, semble avoir remporté la manche, lorsque les membres du parlement du parti des régions de Ianoukovitch fuient l'Ukraine et que les archives du ministère de l'intérieur sont brûlées. Certains opposants tentent d'empêcher les fuyards d'échapper à la justice. Des dizaines de vols privés sont nolisés, et des camions de transport de valeurs sont vus à l'un des 2 aéroports de Kiev. La Russie bloque les transferts d'argent, accuse Ianoukovitch d'avoir été faible (paroles du premier ministre russe Medvedev, probablement qu'il n'y a pas eu assez de sang à son goût?). Mais au moins, des élections auront lieu, et fort probablement sans Ianoukovitch.

Il faut compter pour acquis que Moscou voudra à tout prix garder des otages, au moment que la Crimée menace de se séparer du reste de l'Ukraine... le scénario de l'Anschluss russe** se répète, on voudra charcuter l'Ukraine sur les désirs impériaux du tsar et accorder beaucoup de passeports de complaisance. La Russie n'a aucune considération pour les frontières des pays souverains qui l'entoure.


Le tsar n'a jamais à payer le prix...


***

* Siphonnier, venant de timonier qui siphonne.


***

lundi 10 février 2014

Les "tariens" - Partie 1 : Le party du dictateur

Ce n'est pas dans un débat sur la tenue des fonctionnaires du Québec au travail que l'on voit les vrais "défenseurs de la liberté": Cela pourrait être plutôt face à Poutine le dictateur russe, que l'on verrait les vrais.

J'entendais un animateur de radio il y a quelques années dire d'un autre... "Lui chasse les écureuils, mais pour être courageux faut chasser du lion"... Chasser un écureuil avec une kalachnikov, chasser un lion avec un couteau, cela représente un défi plutôt différent...

J'aime bien ces derniers mois m'attaquer au discours creux, irréfléchi, de certains libertariens... Je crois que malgré leur marginalité dans l'électorat, relativement semblable aux marxistes, ils sont aussi à dénoncer. Comme n'importe qui qui n'est pas cohérent, comme n'importe qui qui dit des niaiseries.

Ce premier texte de blog en 2014 sera une première partie de plusieurs, autant que mon temps disponible me le permettra, sur des comportements plutôt questionnables de ces amis qui se disent "défenseurs de la liberté"... mais qui en fait défendent autre chose.

Liberté, dictature, ou idiocratie...

Vous avez vu des petits cons comparer Jean Charest à Hitler en 2012 dans les rues de Montréal. Ceux qui ont porté ces idées sottes sont supposés être notre avenir, certains de la "gang" sont déja en politique. On a aussi décrit l'ancien président Bush fils comme Hitler... un "envahisseur" qui allait "injustement" bombarder des "pays pacifiques"... Harper a été comparé à Hitler très souvent aussi. Même Barack Obama goûte à ce genre de comparaisons régulièrement. J'ai vu à Québec un manifestant qui avait ajouté la célèbre moustache-pinceau au premier président afro-américain... (PHOTO) On était en automne 2009, cela fera 5 ans déjà... là tu te dis que l'intelligence humaine est en péril.

Pendant ce temps, Vladimir Poutine devient un héros pour "une certaine droite", et la gauche quémande ses subventions au Furher Harper. Les idiots sont en liberté sur la toile 2.0.

Si vous lisez ces lignes et que vous n'avez jamais vu le fim "Idiocratie", commandez-vous-le sur Netflix ou autre... c'est une révélation.

Vous verrez là-dedans du Québec, des États-Unis, comme de la Russie. Plusieurs années après avoir vu ce film lancé en 2006 à faible distribution commerciale, mais devenu culte dans les années qui ont suivi, j'y pense presqu'à tous les jours. Dernièrement, je pensais à ce film en écoutant la Commission Charbonneau, avec ces extraits où des gros morons comme Jean Lavallée qui se font photographier la grosse bedaine dans le sud, s'échange des stratégies de crosseurs crottés avec toute la classe d'un Québec inc à coups de câlisses et de tabarnaks.

L'idiocratie permet tout ça. Ça permet à des têtes de noeuds, des personnes terriblement médiocres, d'accéder à des postes importants, et d'accomplir la seule mission qu'ils doivent accomplir de leur vie, l'accomplissement de l'idiot moral... Voler, crosser, fourrer, vendre son âme et son honneur pour quelques dollars de plus.

En Russie, les gens intelligents doivent partir, où encore sont bloqués dans des rôles de soutien, malgré des capacités remarquables... Par exemple, le champion d'échecs Garry Kasparov dirige un mouvement d'opposition, et se fait traiter comme un vulgaire manifestant illégal. Puis un fonctionnaire du KGB est devenu président, et aurait une fortune évaluée à des dizaines de milliards, détournés, spoliés au peuple Russe.

La Russie des olympiques cette semaine, mais aussi celle des vidéos de casses-cou stupides sur Youtube, des gopniks qui crachent par terre, jusqu'au gopniks du pouvoir, est peut-être la première idiocratie du monde. Plus le monde saluera ce modèle, plus cela indiquera que l'idiocratie mondiale s'internationalisera, car comme tous les modèles qui gagnent du terrain, le but ultime est le même que dans le jeu de Risk... un empire qui domine le monde.

Faut pas gâcher le party... S.V.P. ne critiquez pas

Avec l'ouverture des jeux de Sotchi, on découvre la "Russie pittoresque"... bâtiments bling bling de grand luxe construits à la hâte (fissurés dans quelques mois, années), à côté de fermettes de cabanes de tôle avec un poulailler, construits par des esclaves d'Asie centrale par des sous-contractants turcs.

La Russie s'est auto-détruite par 75 ans de communisme, suite à une première guerre mondiale, une guerre civile sanglante qui s'est éternisée sur presqu'une décennie, s'en est suivi le Stalinisme, les purges, des millions de déportés, 40 millions de morts, une 2e guerre mondiale sur son territoire, la terre brûlée, et on tente depuis 20 ans de récupérer tout ça en bâtissant sur des fondations pourries par une cleptocratie, une corruption des ligues majeures, une dictature soft-medium, autoritaire.

Les plus crétins des pseudo "défenseurs de la liberté" au Québec qui ont une érection devant la symbolique Poutine ont un orgasme en citant le faible taux d'imposition russe. Pour s'arrêter à ça, faut passer par-dessus le fait que le fisc russe fonctionne comme Vlad veut que cela fonctionne. Si un proche du régime a un oeil sur une affaire, le fisc va arbitrairement détruire l'entreprise, l'apparatchik pourra récupérer, et si l'ancien propriétaire résiste, on le mettra en prison pour fraude fiscale. Rien ne prouvera qu'il n'était pas dans les règles... de toute façon, la presse libre russe est de plus en plus marginale et ceux qui ne sont pas ivres-morts devant leur téléviseur à l'heure des nouvelles votent déjà contre Poutine et sa "Russie unie".

Que vaut alors le taux d'imposition dans un pays où du jour au lendemain, tu peux être dépouillé de tes biens, parce qu'un membre de la cour du tsar les veut?

La démocratie russe à l'oeuvre...

Selon des libertariens, la seule chose qui est sacrée est la propriété privée. C'est Philippe David qui me l'a redit cette semaine, lorsqu'il répète ses cassettes d'âneries à tout vent virtuel. En tant que défenseur de la liberté sacrée des humains, je me dis plutôt que c'est la vie qui est sacrée: On ne peut pas s'en racheter une autre chez Best Buy, avec une "garantie prolongée". Mais bon... passons à la réflexion... qu'est-ce que la propriété privée dans le "wet dream" devenu réalité pour certains libertariens qu'est devenue la Russie poutiniste?

À Sotchi, dans le concret, pendant le party du dictateur qui ne respecte pas les libertés individuelles de quiconque sauf les siennes, il y a cette femme (PHOTO) Nina Toromonân qui habitait avec sa famille, 13 personnes au total, dans l'édifice où se trouve ce tas de gravats. On a dit qu'elle devait être expropriée pour la construction d'une route qui ne s'est jamais construite. Elle vient y nourrir ses chats, le jour, et dort chez des conaissances. Elle est maintenant sans domicile fixe. Au propriétaire de la maison, on a offert un huitième de la valeur marchande du terrain seulement, quelques millions de roubles... (un rouble vaut à peu près 2 cents Canadiens sur le marché = Monnaie de singe). Il n'y aura probablement jamais de route à l'emplacement de cette résidence multigénérationelle qui avait été offerte en 1947 à la famille pour héroïsme à un soldat qui a combattu les allemands. À défaut de combattre pour la liberté et la justice comme à l'ouest... Il l'a fait pour son pays face à l'envahisseur, et finalement sa famille.

Revenez dans quelques mois ou années où résidait Nina et où résident encore ses chats, et vous verrez la maison luxueuse, surtout secondaire, d'un ami du pouvoir... parce qu'il y a vue sur la mer Noire. Le party n'est pas fini pour les proches de Poutine... il durera tant que ce pays n'aura pas de lois, de justice pour tous.

Et vous volez me comparer cela aux expropriés de Mirabel? Allô? Connaissez-vous le concept des proportions?

Ce n'est pas juste des toilettes...


Peut-on avoir un"libertarien"qui s'auto-érotise devant des posters de Poutine, huilé torse nu, qui peut m'expliquer ça? 

Pourquoi beaucoup de "libertariens" que je croise sur le net détestent autant la liberté? C'était la même chose il ya 6 ans, certains étaient extasiés devant le modèle chinois de la République Populaire de Chine, officiellement toujours un état communiste, c'était les jeux de Pékin en 2008... alors... What the F...?

Donc, "l'extase libertarienne" dans ces cas, viendrait de la quantité de constructions neuves... d'apparence du luxe, de l'opulence, pas de la liberté des individus? Ah bon.

Faut être assez demeuré et idiot moral, pour ne pas dire complètement ignorant, pour penser que la Russie pouvait devenir un pays respectable par son modèle avec à sa tête une cleptocratie issue des anciens apparatchiks du système soviétique. Du KGB à la présidence, c'est pas la démocratie, la transparence, l'économie de marché que l'on amène. C'est pas dans la "culture".

Quand on révèle que tout ça est en carton, pas payé, volé, construit par des esclaves... On nous dit qu'on est des "gâcheux de party".

***

Je m'absente du sujet totalement... C'est l'histoire d'un gars qui est invité à un party par une connaissance, il s'y présente, on entend du bruit à des dizaines de mètres dans la rue voisine, toc toc toc, mot de passe: "pizza vee-aille-pee"... donc, on lui ouvre la porte. À l'intérieur, il y trouve des gens connus, certains sont masqués, et surtout, tout le monde est nu. Surpris, et suspicieux, il regarde dans les coins, sous des monsieurs, d'autres à genoux, certains aux visage plutôt vide, ou triste... des adolescents, des mineures. C'est alors qu'il se dit que c'est "bin correct", on appelle pas la police pour une simple orgie illégale... "faut pas gâcher le party voyons!"

"Pas d'état entre nous et nos partys..."

Ou mieux, comme l'a si bien dit un de ces morons que j'ai pu rencontrer dans les médias sociaux...


***

Vous aurez compris, je n'accuse pas le président Russe de participer à des orgies pédophiles. Mais on pourrait se questionner sur des empoisonnements étranges (1) (2), ou tout simplement à des assassinats de journalistes selon les bonnes vieilles méthodes du KGB...

Le party... c'est vider la Russie de ses richesses... Les Jeux Olympiques ne sont qu'une occasion en "or" de plus...

On a aussi ces autres "gâcheux de party" qui tournent en dérision ces jeux où l'on a tenté d'avoir la médaille d'or de la corruption... On savait que bien des installations olympiques vont probablement s'enfoncer dans la vase parce qu'on ne sait pas ce que c'est une étude géotechnique des sols en Russie. Des stades construits sur des marais (anciennement des zones protégées car cela ne veut rien dire là-bas...), on a eu ces photos twitées par des journalistes arrivant à leur chambre d'hôtel (pour ceux qui en ont obtenu une), découragés de voir que l'eau du robinet était infecte (ce qu'admettent les autorités locales en avisant de ne pas se laver le visage avec), que les rideaux n'étaient pas installés, ou encore que le couvercle de la toilette était posé à l'envers.

http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/02/08/sotchi--un-americain-defonce-la-porte-de-sa-salle-de-bains-pour-en-sortir_n_4751872.html

Alors d'autres ont profité du fiasco pour caricaturer le savoir-faire Russe.

Avis aux idiots: Ce n'est pas parce qu'on a fait une caricature, une exagération sur ce panneau électrique mis dans une douche, que le reste est faux et que le dictateur Poutine est une pauvre victime de conspirationnistes occidentaux. Le truc que vous avez sur le cou devrait normalement servir à faire la part des choses.

La part des choses...

La gauche aime le relativisme qui déraille... la droite tarienne aussi. Semble-t-il que les moqueries que les journalistes ont sur Sotchi est relativement comparable à ce qu'on devrait avoir eu comme souvenir de Montréal 1976, avec un "stade pas fini". En fait... c'est la tour qui n'était pas terminée. Les jeux de Montréal ont été très imparfaits... mais faut aussi se placer dans le contexte des années 70, connaître son histoire olympique... Montréal a été choisie par le CIO dans une période trouble, a du préparer ses jeux après le fiasco de Munich en 1972, et ce en pleine guerre froide. Pour la couverture télé en direct, c'était totalement une autre époque.

En tant que tel, les jeux d'été ont été un succès à Montréal. Le stade a coûté beaucoup plus cher que prévu, mais on parle ici de 1,5 milliards, contre 51 milliards $ allégués à Sotchi, et ce n'est pas terminé. On aura beau y aller en dollars constants avec l'inflation, on arrivera jamais à un multiplicateur de 34.

Montréal est très corrompue, on le voit avec la Commission Charbonneau... Mais ça n'a rien à voir avec les proportions du "système Poutine".

Sotchi a été choisie en 2007, a eu 7 ans pour se préparer. Le problème, c'est que Sotchi c'était juste une petite place de vacances pour les apparatchiks depuis l'ère soviétique... En termes de population, c'est la 52e ville Russe en 2010. C'était loin d'être une destination internationale avec des infrastructures modernes. Comme le reste de l'ancienne URSS, ça vieillissait plutôt mal...

Je ne critique pas le choix de Sotchi pour son climat... c'est juste 3 degrés de plus que Vancouver, ville des derniers jeux (qui ont coûté 25 fois moins cher), mais une ville au climat doux l'hiver et où grandissent aussi des palmiers dans la English Bay. J'accorde aussi que l'idée de créer une destination russe pour les russes qui ont très peu de destinations sportives et touristiques chez eux, est plutôt légitime. Et bien sûr que c'était un total non-sens que ce grand pays nordique n'ait jamais eu les jeux d'hiver...

Ce que je dis... c'est que Sotchi était un très mauvais choix fait pour de mauvaises raisons, au mauvais moment, à une époque où la Russie ne mérite pas ce "cadeau". Enfin, il est aussi possible que malgré Poutine et la collaboration de la corruption légendaire du CIO (normal qu'ils se soient entendus), ce cadeau en soit un en réalité, empoisonné.

Ceux qui ont espoir de voir la fin du poutinisme espèrent que Sotchi marquera le début de la fin pour le "système Poutine".

(LIEN "Le système Poutine", documentaire en intégral sur Youtube... À VOIR)

Pourquoi dans le Caucase?

Dans le Caucase, on est un peu à l'autre bout du monde, dans une zone très chaude, pas juste pour le climat. Il y a 6 ans à peine, en 2008, l'Armée Russe envahissait la Géorgie pour soit-disant défendre ses ressortissants, des séparatistes Ossètes avec des passeports de complaisance russes. Tout près, il y a la Tchétchénie où le sol a été labouré par une guerre sale qui s'est déroulée sur une décennie, où ce n'est pas vraiment fini, on a aussi le Daguesthan et l'Ingouchie, des zones toujours instables.

La Russie a le plus grand territoire du monde... On y trouve d'autres villes qui avaient le potentiel et peut-être plus d'infrastructures pour accueillir la planète. En plein centre, du Nord au Sud, traverse la chaîne de l'Oural avec quelques villes d'importance moyenne, et des montagnes qui dépassent les hauteurs requises pour les standards de la FIS.

On l'a vu avec les attentats du mois dernier à Volgograd, ou encore avec les racines des frères Tsarnaev, la région est très propice au terrorisme. Des zones sont interdites d'accès, parce que l'état russe n'en a pas vraiment le contrôle.

Les "extras"

Au début, le budget prévu de Sotchi était aux environs de 12 milliards $... on a passé, le temps de le dire, à 51 milliards $ qui auraient amplement dû suffire pour tout construire, mais on ne sait pas réellement combien de dizaines de milliards ont été détournés. De ce montant astronomique, on a pas daigné réserver des montants raisonnables et justes pour compenser les expropriés. Petit calcul comme ça, avec 10 milliards, on donne à 1000 personnes 10 millions $, ou encore, 10 000 personnes deviennent millionnaires en argent canadien.

Cette corruption n'est pas celle d'un monsieur 3% qui veut passer inaperçu dans un système qui fonctionne depuis des décennies par complaisance et négligence... c'est plutôt celle de celui qui contrôle parfaitement le système, l'état entier, et qui sait qu'il peut se servir à 150% avec ses chums.

L'adage "un chum s't'un chum" tient pour tous les idiots corrompus du monde, il tient jusqu'à temps qu'on puisse monnayer le chum... où que le chum devient un rival.

Pourquoi se cacher lorsque tout le monde sait, et que personne ne peut dire quoi que ce soit?

Le party devant les idiots utiles

Vous voyez maintenant pourquoi je considère Edward Snowden comme un traître, un idiot sans jugement... comme "certains libertariens". On a attribué à Lénine une expression: "idiot utile"... Edward, ou les extasiés du party du dictateur, en sont.

***

- Histoire de Nina publiée sur Facebook par Sergei Loiko : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10202485545172263&set=a.1591641763309.2080794.1603841134&type=1&theater

- La fortune cachée de Poutine dans Le Nouvel Observateur : http://tempsreel.nouvelobs.com/presidentielle-russe/20120302.OBS2797/russie-la-fortune-cachee-de-poutine.html

- Émission "Enquête" de Radio-Canada sur l'organisation du fiasco logisqique et financier de Sochi : http://www.tou.tv/enquete/S2013E14

- Bon résumé du dossier : http://rue89.nouvelobs.com/rue89-sport/2014/02/02/les-jo-sotchi-grand-nimporte-quoi-preuve-cinq-histoires-249524

*

Archives du blog