samedi 26 décembre 2015

"L'excellence québécoise" à l'oeuvre à la RAMQ en cadeau de Noël...

En cette fin d'année un peu rocambolesque, j'aurais pu vous faire un texte sur la nostalgie des Noëls d'antan, la bonne dinde et le cipâte, les enfants bien peignés, les petits garçons habillés de leur débardeur, et les mon'oncles bien ronds sur le gin... ou bien sur les menaces envers nos sapins de Noël faites non pas par des intégristes musulmans... mais bien par des fonctionnaires un peu cons (la tête de l'emploi parfois) qui prennent les devants dans la "soumission zinclusive".

2015 a été l'année du futur de Retour vers le futur, mais dans ce futur, on a perdu notre magasin du futur. Les salles de spectacles et les salles de rédaction de médias deviennent des lieux ciblés pour les terroristes islamistes... Mais automatiquement, on continue de décrire l'islam comme étant une victime comme si des commentaires désobligeants sur une croyance étaient plus graves que des centaines de morts, des vies volées.

Non. Fin de rétrospective, le monde va vers demain!

J'ai plutôt le goût de m'en prendre au cadeaux de Noël que certains reçoivent au Québec.

Des cadeaux de Noël que nous payons tous, par nos taxes et impôts, faits à des groupes d'intérêts qui se sont donné la mission de détourner légalement les fonds de l'état devant servir à soigner les malades et instruire les enfants.

Il y a la fonction publique qui empochera un bon 9% d'augmentations de salaires, au lieu des gels proposés... et on se demande bien... Mais pourquoi tout ça? Pourquoi avoir provoqué les centrales syndicales avec des offres aussi basses, si la "négociation" allait au bout du compte tout donner... comme d'habitude, à crédit?

Journées de grèves... enfants à la maison, semble-t-il pour leur plus grand bien... Finir avec non pas une moitié de poire, mais bien un quart de poire... "coupée en deux".

Bof... Depuis que Jean Charest a enterré sa réingénérie... Comment se surprendre d'un gouvernement libéral qui s'effouare après avoir bombé le torse?

Non... Les cadeaux que je vais dénoncer sont plutôt passés en-dessous de la table, ou avec une certaine collaboration du milieu journalistique, "vendus" à la population comme étant de bien bonnes choses pour des gens... vraiment dans le besoin. Non je ne parle pas ici de bénéficiaires de paniers de Noël qui jettent aux poubelles les denrées que vous leur avez donné, parce que vraisemblablement, ils n'ont pas assez faim.

RAMQ: "médicament préventif" de 900$ par mois pour la sodomie, mais rien pour un cancer

Vous avez certainement déjà lu des cas dans les journaux où un patient atteint d'un cancer, se voit refuser le remboursement par la Régie de l'Assurance Maladie du Québec (RAMQ), et où doit aller se procurer des soins ailleurs dans le monde, comme en Allemagne, ou un peu moins propre et moins cher, en Inde... Parce qu'ici on a un "Institut d'excellence" en Santé et services sociaux...

Cet "Institut d'excellence" se qualifie lui-même d'excellent, c'est à dire, qu'il doit TOUJOURS prendre la bonne décision sur un traitement... que si ce traitement est autorisé et remboursé en Ontario, et qu'il ne l'est pas ici... c'est forcément parce que "l'Institut excellent du Québec" a raison, et que les ontariens ont tort.

Ce sont eux qui décident selon leurs critères. Habituellement, les excellents du Québec refusent plus de traitements aux patients québécois que ce qui est accessible en Ontario ou ailleurs au Canada. On dit parfois comme justification: "Ça ne vaut pas la peine"... "il ne fait que prolonger un peu la vie"... alors qu'ailleurs, pourtant, on trouve qu'il vaut la peine. Et sur quelle base on détermine ce qui "vaut la peine" ou pas? Le coût? L'importance du patient? La valeur du temps qu'il lui reste? N'attendez pas de réponses à ces questions...

Or, il y a un médicament qui réduirait de 86% la transmission du VIH chez les hommes gais qui ne se protègent pas. Ce médicament est le Truvada. Il est remboursé par la RAMQ, comme en France, mais pas ailleurs. Le reste du monde qui ne connaît pas l'excellence québécoise, s'est sans doute dit, que ça "ne valait pas la peine" de payer 900$ par mois pour un traitement préventif devant servir à ne pas se protéger.

900$ de condoms... ça fait une grosse boîte. Vous me direz que des condoms ça peut briser? J'aimerais bien qu'il y ait des études au détecteur de mensonges sur ceux qui disent qu'ils pètent des "capotes". Tout le monde ment... dit Dr House.

Dr Réjean Thomas, Docteur SIDA, est bien embêté qu'on lui en parle: Il le prescrit à titre préventif. Lui ce qui le dérange dans la vie, c'est que le système de justice poursuive ceux qui infectent leurs partenaires sexuels d'une maladie mortelle, en le sachant. Il a ouvertement pris position contre les poursuites criminelles de ceux qui savaient qu'ils donnaient le VIH à leurs partenaires sans leur dire. Pour Dr Thomas, l'injustice c'est le VIH... c'est pas des gens qui n'ont rien fait pour être malades d'un cancer du pancréas et que la RAMQ leur dit d'aller crever.

Avec les années, malgré les comportements de quelques-uns dans la marge, la plupart des gens raisonnables ont décidé de prendre certaines précautions. L'époque d'avant les années 80 où le fait d'être "volage" ne pouvait qu'amener une "chaude pisse", des maladies qui se soignent avec un simple antibiotique est terminée depuis longtemps.

Donc, vu que la décision vient du même organisme "excellent", avec l'aval de certains médecins qui agissent en-dehors du cadre de Santé Canada en prescrivant ce médicament à titre préventif, remboursé par la RAMQ... je me dois aussitôt de mettre ça en opposition avec cette excellence qui décide que monsieur X n'aura pas un tel traitement "Z" contre son cancer avancé, traitement pourtant prescrit ailleurs pour des cas "Y" comme le sien... Parce que Santé Canada n'a pas permis ce traitement "Z" dans le contexte de son cas "Y".

Pour faire simple: Ce qui est bon pour pitou qui veut "zigner" non-protégé, n'est pas bon pour minou qui est vraiment malade.

Moi ça m'écoeure et ça me révolte.

J'y vois l'action d'un lobby assez puissant qui passe devant les autres dans la liste d'attente des "priorités prioritaires".

Ah mais non... Tu fais des "amalgames", t'es un "phobe"!

C'est pourtant détourner les fonds voués à soigner les malades pour que d'autres aient moins de chances d'avoir le VIH avec des relations anales non-protégées.

Le lobby du pot récréatif payé par nos taxes 

J'en ai un autre exemple d'un lobby qui est très fort dans les médias... Celui des fumeurs de "pot récréatif".

Au début, la Cour suprême a autorisé que des gens puissent fumer du "pot médecinal"... qui doit être prescrit. La décision était celle de juges, visant à ne pas l'interdire... Ce n'était pas une décision de médecins, ni de Santé Canada après des études approfondies, du genre que tous les médicaments doivent passer avant la commercialisation.

J'entendais à la radio il y a quelques semaines, dans l'émission de Richard Martineau, un "patient" qui fumait plusieurs grammes de pot par jour payé par la RAMQ... parce qu'il a mal au dos. La CSST enquête souvent sur des gens qui se font payer 90% de leur salaire pour rester à la maison, parce qu'ils ont très mal au dos ou bien à un poignet, à force de se prendre le beigne. Parfois on les prend en photo à passer à la grande hache des cordes de bois, refaire leur terrassement.

Bref, tu as mal au dos, on a rien pour le prouver, tu dis que les vrais médicaments contre la douleur peuvent tuer en cheval ne fonctionnent pas et que le pot pour toi fonctionne, prescription à l'appui, "pot de problèmes", les payeurs de taxes en plus de te payer la CSST vont te payer une once de pot par mois.

Ça ne dérange personne. Même quand dans son témoignage, le gars gelé de sa voix grasse, tousse ses poumons, nous dit que la mari, bien ça guérit le cancer.

Encore, lorsqu'un fraudeur de la CSST sera pris à pelleter sa neige collante à bras, avec ferveur, il pourra toujours dire qu'il a pu le faire parce qu'il a fumé un gros joint, mais qu'il ne peut pas cependant reprendre son travail au bureau... parce qu'il est trop confus.

"Parce qu'on est en 2015", comme l'a si bien dit notre premier ministre fumeur de joints, la science, le jugement, on a plus besoin de ça... Il y a même un patient dépressif interné à l'hôpital au Nouveau Brunswick qui se plaint de devoir sortir dehors fumer son "pot médecinal", une substance pourtant reconnue pour amener... la dépression. Il veut la vapoter en-dedans, ça le fatigue de devoir sortir, le pauvre...

Le système est farfelu comme ça... et tout est normal.

En conclusion,

Un gros joint payé par la RAMQ, un cockring pur noisetttier avec un peu de Truvada payé 900$ par mois aussi par la RAMQ... Tous vos problèmes seront réglés! C'est garanti!

Reste juste à embaucher Dr Marcel Leboeuf directement au gouvernement!

"Parce qu'on est en 2015"... On va vapoter tout ça...

Vous avez un cancer? On aura "l'aide médicale à mourir" (A.K.A euthanasie) pour vous. Ce que le système vous dit, c'est que vous ne valez pas une sodomie... Et allez donc vous faire foutre!

****

Références:

Étude sur le Truvada en cours en 2012 à Montréal, source Radio-Canada: http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2012/12/04/001-antiretroviral-truvada-test-efficacite-recherche-medicament-montreal-sida.shtml

La RAMQ ne sait pas si un médicament de 900$ par mois est remboursé pour un malade ou à titre préventif: http://plus.lapresse.ca/screens/bd841807-785e-4691-a71d-4800a1e89bae|S.2yVbMFD0pV.html

***

lundi 16 novembre 2015

Tellement québécois...

Le supposé "pacifisme culturel québécois" devrait être un jour un sujet d'études pour chercheurs sérieux en sciences sociales.

Après le massacre du vendredi 13 novembre 2015 à Paris, qui survient à peine 10 mois après le commando jihadiste contre Charlie Hebdo réveille les réflexes d'une des pseudo-idéologies (n'a pas l'étendue d'une vraie idéologie) les  plus surfaites et les plus regrettables à dominer le paysage médiatique Québécois, et encore plus avec toutes les petites vedettes de province qui prennent la parole sur les médias sociaux.

La prise de position très peu étoffée d'un Patrick Huard en campagne électorale fédérale avait causé un certain malaise chez les lucides, mais a consolidé dans une autre part de la population loin d'être négligeable une idée selon laquelle toute frappe militaire contre une MENACE ÉVIDENTE contre nous, l'Occident, n'était pas justifiable.

Justin Trudeau a été élu avec une majorité, un résultat plus fort que prévu, ce qui a placé cette mouvance de mollesse et de pensée magique au pouvoir d'un pays du G7. Justin a averti dès le lendemain, que tel qu'il en avait fait la promesse, que ce sera bientôt la fin de frappes aériennes contre l'E.I... laissant tomber la coalition, et lançant le message au monde que faire son devoir n'est plus nécessaire.

Certains parlent que les québécois sont plus "solidaires"... Corrigez-vous tout de suite si vous croyez de telles sottises: Les québécois sont solidaires dans leur égoïsme. C'est lorsqu'il est question de LEUR convention collective du gouvernement, LEURS versements de péréquation, LEUR chèque de chômage saisonnier le plus longtemps possible dans l'année... LEURS subventions en culture... et-cetera...

Les responsabilités, le devoir, l'implication, on se tient très loin de tout ça.

Le devoir de se mobiliser pour libérer la France lorsque l'occupant allemand régnait sur Paris... Non à 80% en 1942. Trudeau papa était parmi les anti-conscriptionnistes, aux côtés des nationalistes, en fait, bien plus proches idéologiquement du maréchal Pétain que du général De Gaulle.

Solidarité avec Paris? Tant que c'est juste pour du braillage et des lampions... Les lampions, nous on connaît. On a beau être sortis des églises catholiques, de sous les soutanes des prêtres pédophiles auquel on a confié des générations d'enfants à violer, on est toujours là pour avoir des pensées niaiseuses et des voeux pieux vers l'au-delà et Gaïa pour régler les problèmes, plutôt que de se cracher dans les mains et de se mettre au travail.

Des prières pour Paris... comme si le monde ne priait pas déjà assez. Comme si cela avait déjà changé quelque chose...

De vraies chèvres...

C'est alors que Mitsou saute un fusible...



Elle le fait dimanche le 15 novembre sur l'heure du souper, après qu'on ait annoncé que la France avait fait une frappe à Raqqa en Syrie.

Entre le 13 novembre, jour des attaques de sauvagerie de l'état islamique à Paris et le dimanche soir, à l'annonce des frappes françaises, Mitsou a publié sur son compte Facebook sur le Yoga le dimanche matin... un flirt d'une certaine Sylvie avec un comédien samedi matin (désolé de ne pas avoir lu plus en profondeur... pas intéressant, surtout ce jour-là)... et un autre post sur les enfants qui étudient avec les amis via Skype.

Bref... la guerre qui fait surchauffer la boîte électrique de Mitsou, c'est quand les mirages français bombardent un camp d'entraînement de l'état islamique et un dépôt de munitions... Pas un mot sur sa page sur l'attentat sanglant à Paris, une ville que j'espère qu'elle a visité, la capitale de ceux qui sont supposés être nos cousins.

On a besoin des extra-terrestres pour nous unir! 


WOW.

Ça c'est tellement québécois!

On constate qu'en à peine douze heures, elle a eu près de 3000 "likes", et 338 partages... très peu de commentaires qui critiquent... beaucoup d'âneries habituelles.

Et encore... c'est pas comme si c'était la première fois que la France bombardait les pauvres petits coupeurs de têtes à Raqqa ou ailleurs sur le territoire contrôlé par ces barbares...

Le voilà le "drapeau blanc" de Mitsou... ça fait saigner les yeux et les oreilles... En fait, son drapeau, elle peut bien se le carrer quelque part.



Quand t'es cheap et injuste...

Samedi, je tombe sur le mur de l'animateur Yves Laramée. Ce qui le révolte le plus au soir des attaques à Paris, c'est que selon lui, Richard Martineau crinque les racistes-idiots-consanguins de Québec adeptes de la soi-disant "radio-poubelle" contre les pauvres musulmans du Québec victimes de quelque chose... quoi? On ne le sait pas.

Cliquer pour agrandir
D'autres ont arboré un signe de paix comme avatar de profil... tout en réclamant une vengeance... contre tous les musulmans... une démonstration d'incohérence profonde (Non Yves, c'était pas nécessairement chez ceux qui suivaient Martineau).

Les niaiseries ne s'arrêtent pas là... Ailleurs, j'ai vu le partage d'un texte de fausses nouvelles, qui disait que Poutine attendait l'accord de l'Occident pour larguer des bombes nucléaires sur l'état islamique, que même si on disait que c'était totalement faux, la discussion sur la possibilité de le faire continuait sans gêne avec des commentaires comme "oui Poutine y'a pas peur lui"... Comme si le fait qu'il n'avait pas à justifier ses décisions auprès de l'électorat étant donné qu'il est un dictateur, était un "détail".

Les québécois manquent souvent d'éducation, d'humilité, de courage, et de décence. Pas tous, mais beaucoup... et je me sens obligé de le spécifier, parce que souvent, on est lus au premier degré, et plusieurs se sentent attaqués par de telles généralisations. Pis y'a ceux qui veulent un pays... Dites-moi donc à quoi servirait ce pays déconnecté qui déconne dans le monde actuel?

Le monde n'a pas besoin d'un pays insignifiant de plus qui siègerait à l'ONU sans jamais vouloir s'impliquer, jamais se salir les mains, jamais être solidaires lorsque ça compte et de la façon que ça compte.

Point médias...

La couverture du 13 novembre au Québec a été assez difficile. Lorsque ça vient de se produire, 18 heures, TVA-Québec CFCM, la station de la capitale se déconnecte du réseau et nous parle d'Expo-Québec et des grévistes de l'état... sur les 30 minutes de son bulletin, Pierre Jobin passe 5 minutes sur Paris, lorsque le décompte officiels des morts dans les médias passe de 18 à 60 et que l'assaut pour libérer la salle du Bataclan est donné. "Vous croyez à la thèse terroriste?" lance-t-il maladroitement à une journaliste française en direct. Un autre vers 17 heures à RDI se demande si l'attaque est coordonnée...

Est-ce que c'est parce qu'on a peur d'appeler les choses par leur nom, parce qu'on est loin, parce que le marché est petit, donc épuisé de talent, qu'on a ça comme résultat?

Peut-être est-ce encore qu'on pourrait faire mieux si on se donnait la peine... si on faisait un peu plus.

À quelque part entre les discours lamentables sur les amalgames et la remise en question imbécile de la "solution sécuritaire" en vue de nous exposer directement aux prédateurs à RDI avec Anne Marie-Dussault qu'on est pas capable de mettre à la retraite, il fallait zapper entre TV5, BBC News et CNN ou des connections via internet vers d'autres médias français.




mardi 13 octobre 2015

À visage découvert

Verser deux chèvres et des afghanis à une famille pour se marier à une niqabée
de 30 ans plus jeune, ça ressemble à ça... femme-bétail.
Voici le mari de madame assermentée le visage couvert. Elle a 29 ans... Comme dans le moyen âge, le mariage est arrangé clé en main, moyennant un montant, des biens et/ou du bétail... J'invente rien, c'est écrit dans leurs lois, la charia qu'ils chérissent tant. Selon Tarek Fatah toute la famille est liée au groupe radical Jamat-e-Islami qui a été banni comme groupe terroriste au Bangladesh. Le parti était impliqué dans le génocide de 1971 (anglais). Maintenant la question: Pourquoi tout ce monde là est entré au pays? 

On a oublié...

Un règlement interdit de manifester à visage couvert depuis 2012 à Montréal... mais à l'assermentation de la citoyenneté c'est ok...

Pour venir au Canada, on doit obligatoirement s'identifier lors de l'embarquement à l'aéroport... Mais pas besoin de se montrer le visage au moment de prêter serment...

On nous dira que ce symbole n'est pas important...

Pas juste ça... Élections Canada qui s'est faite une réputation de violeurs de scatophages de fumier, en vendetta contre les conservateurs depuis 10 ans, exigent maintenant plus de documents d'identification avec l'adresse. Avoir sa carte d'électeur et un passeport n'est pas suffisant. Avoir son permis de conduire et sa carte d'électeur, ça va si vous n'avez pas déménagé récemment... Donc, ça complique et retarde le vote, cela pour des gens honnêtes qui n'ont rien à cacher... Même pas leur visage.

Il est plus simple de n'avoir aucun document, d'arriver couvert sous une bâche, et de prêter serment... couvert. Et hop on vote!

Les crétins muticultis qui conservent des coupures de journaux en scrapbooking des photos de PET depuis 1970 tentent par tous les moyens de rendre ce pays minable. Ils prolifèrent dans la fonction publique. Ils remettent en liberté des criminels, permettent à des niqabées de prêter un serment sans se montrer le visage, font des vidéoclips minables contre le gouvernement élu pour lequel ils travaillent.

Tony Turner est un employé d'Environnement Canada qui est suspendu et sous enquête pour avoir violé le code d'éthique de la fonction publique fédérale grâce à son chef d'oeuvre "Harperman"... Avec ce clip, je lui suggère un nom de groupe pour sa chorale de l'âge d'or... "Tony Turner et les téteuses"... ou encore "TTT"... T'a pogne tu?

Les autochtones...

Une des choses que disent les bonhommes 7 heures qui font peur avec Harper depuis 11 ans... c'est que le gouvernement n'aime pas les femmes autochtones qui se font tuer, parce qu'il refuse un genre de commission sur la question. C'est une façon de dire à la fois que Harper est un anti-femmes et un pro-meurtre, mieux, meurtre de femmes autochtones... Ajoutons l'assaisonnement de la sauce raciste.

Ce genre d'argumentation débile et mensongère fonctionne bien pour Tony et ses téteuses, une bonne part des télespectateurs de Tout le monde en parle, et quelques autres.

Qu'est-ce que changerait une commission sur le surnombre de meurtres de femmes autochtones, pour la plupart, tuées par leur conjoint autochtone? Qu'est-ce que le fédéral peut faire de plus pour empêcher quelques ivrognes batteurs de femmes dans quelques bleds perdus? Qu'est-ce que suggère l'opposition derrière cette idée, et qu'est-ce qu'ils pourront changer avec ça s'ils prennent le pouvoir?

Ces corniauds sont déjà en train de déplorer qu'il y a trop d'autochtones en prison...

Fin du dossier: C'est à la police de faire les enquêtes sur les crimes pour trouver les coupables pour les mettre en prison. Pour ce qui est des problèmes sociaux à régler dans certaines réserves, c'est aux autochtones qui demandent toujours plus d'autonomie et moins d'ingérence, de les gérer et de les régler. Qu'ils se fassent leur commission... rien ne leur en empêche. En fait, c'est essentiellement LEUR problème si l'on respecte la logique de toutes leurs autres revendications.

Parlant revendications autochtones, la fraudeuse Theresa Spence (tournée en héroïne par Radio-Canada) ne nous a toujours pas dit combien elle avait perdu de poids dans sa grève de la faim de 44 jours... où elle mangeait tous les jours. À l'oeil... pas beaucoup. C'est très silencieux depuis sa fausse grève à son sujet... Mais on a tous vu des z'artisses, ou wannabe z'artisses anti-Harper sur Facebook se mettre des plumes sur la tête en solidarité lors de ce festival du mensonge.

Moi c'est fait...

Beaucoup de monde au bureau de vote par anticipation hier... une bonne demie-heure d'attente, mais c'est fait. Pour la première fois depuis que je vote (au fédéral depuis 1997), j'ai du attendre. Attendre dans le public qui attend implique que des discussions politiques éclatent devant et derrière. Le comble, ça politicaille direct derrière moi... Un homme mi-quarantaine... dit au couple qu'il semble connaître derrière lui...
"La première fois qu'il a été élu... je me disais que le monde voulait du changement... je me disais que ça ne durerait pas... La deuxième fois, je ne comprenais pas... la troisième... J'étais renversé... Je ne peux pas croire qu'il va être réélu..."
Sans qu'il ne l'ait nommé, on sait de qui il parle...

Vu qu'il parlait suffisamment fort pour que les 2-3 personnes devant moi et que les 5-6 jusqu'à la porte derrière entendent dans ce corridor étroit... j'ai donc ajouté:
"Bien, je suis prêt pour la quatrième et la cinquième..." 
...un peu surpris, il se reprend:
"Bien c'est ça qui est beau en démocratie... chacun ses valeurs"...
Le problème illustré dans cette situation, c'est que normalement, je devrais prendre mon trou, et ne pas montrer mes couleurs, alors que partout autour de moi, et dans les médias, ce que l'on martèle, sous-entend à sens unique, surtout à Radio-Canada, c'est qu'on devrait avoir honte, même si au Québec on est selon des sondages entre un sur cinq et un sur quatre. Je serais quelqu'un qui est pour la destruction la planète, je vote pour un fourbe anglophone qui est le diable en personne, je suis supposément un méprisable inculte qui vit en banlieue, pire, à Québec... 

Non. Je ne comprends pas pourquoi je devrais me taire et avoir honte, donner raison à ceux qui veulent me définir comme étant la honte du pays. Je suis papa, travailleur, contribuable, instruit, érudit, responsable, mari, bricoleur, ami, informé, intelligent, conscientisé, curieux, passionné, personne ne me dira le contraire et je suis bien convaincu d'avoir les valeurs à la bonne place.

Pis La Presse prend pour les libéraux de Trudeau... Ah bien tu me surprends!

***
P.S. Non... je n'ai pas utilisé de déguisement, et je n'ai vu personne de déguisé. Si je m'étais mis un drap sur la tête... je l'aurais enlevé pour l'identification, le message étant passé de toute façon.

***

mardi 29 septembre 2015

Citoyenneté révoquée: Citoyenneté à deux vitesses?

Je n'avais pas encore beaucoup parlé de la campagne électorale, parce que moi aussi j'ai pris des vacances en août... et que la véritable campagne semble bien avoir pris son envol à la mi-septembre.

Thomas Mulcair pense très fort, mais pas assez

C'est là que les sondages ont pris contact avec la réalité que deux chefs de partis principaux étaient des lunatiques, des incohérents, des déconnectés du monde réel. La question du niqab en est un excellent exemple... mais le dossier de la révocation de la citoyenneté illustre aussi le même problème et en soulève un autre: Le Canada n'a pas d'alternative à Stephen Harper pour diriger le pays.

En débat et devant les médias, après cette affaire du niqab, Trudeau et Mulcair jouent une drôle de carte devant les électeurs canadiens: Celle de la bonté infinie du pays qui montre l'autre joue et qui lance le message au monde entier que sa citoyenneté peut être donnée à des gens hostiles, aux valeurs incompatibles, et le visage caché.

En prenant position contre la mesure proposée par le gouvernement sortant de Stephen Harper, de révoquer la citoyenneté à des gens reconnus comme terroristes, ils s'affirment comme ceux qui pardonnent n'importe quoi d'emblée et acceptent que la valeur de la citoyenneté canadienne soit amoindrie à un simple document, et comme dans le dossier du niqab à l'assermentation, bafoue le sens profond de l'allégeance à notre pays. Mais cela ne s'arrête pas là, ils mentent par leur argumentation.

Épreuve des faits:

Depuis 1977, le Canada a retiré 54 fois la citoyenneté à des immigrants. Par exemple, si quelqu'un obtient sa citoyenneté sous de fausses déclarations... ou encore, si la personne a été déclarée criminelle de guerre. C'est arrivé sept fois pour d'anciens criminels nazis. Or, en 2015... Deux candidats au poste de premier ministre, Justin Trudeau ET Thomas Mulcair NE VEULENT PAS QUE L'ON APPLIQUE CETTE MESURE À DES TERRORISTES, qui par définition, sont des criminels de guerre, criminels contre l'humanité, et des gens qui obtiennent la citoyenneté sous la fausse représentation de n'accorder aucune valeur à son serment de citoyenneté.

Sur cette base, leur "ami" Omar Khadr, reconnu coupable d'avoir tué pour une organisation terroriste ne pourrait même pas perdre sa citoyenneté, car il est né à Toronto.

Mais cela s'appliquerait à son père, s'il n'était pas parti pour rejoindre quelques dizaines de vierges un peu prématurément, mais pour le plus grand bien de l'humanité.

Bref, ça vise les indésirables, les traitres, ceux qui viennent faire du mal chez nous, ceux dont personne de sensé ne veut.

Pourquoi faut-il que Justin Trudeau et Thomas Mulcair poussent leur inconscience et leur délire idéologique jusqu'à ce point? Qu'est-ce que des combattants de l'état islamique ont de "meilleur" que des criminels nazis pour recevoir un traitement différent, préférentiel, ce par rapport aux 54 personnes qui ont perdu leur citoyenneté canadienne depuis 38 ans?

Cette information est très difficile à trouver, elle est essentiellement disponible en anglais et bien cachée sur la toile. Il semble que cela ne tente pas tant que ça aux journalistes de Radio-Canada, très intéressés par des hausses de financement promises par Mulcair et Trudeau, de faire "l'épreuve des faits" sur cette question: Est-ce vrai que l'on ne doit pas révoquer la citoyenneté à des immigrants qui se sont avéré des terroristes parce que cela créerait une 2e classe de citoyens?

La réponse, c'est qu'il y a déjà deux classes de citoyens canadiens pour ce système qui fonctionne depuis 1977, soit depuis l'époque de Trudeau père... Il y a ceux qui sont nés au Canada et ceux qui ont été naturalisés et qui peuvent dans des circonstances très exceptionnelles, se voir révoquer leur citoyenneté.

Le Canada serait-il une exception dans le monde de vouloir faciliter la révocation de citoyenneté? Vérification faite, l'Australie et le Royaume Uni peuvent révoquer la citoyenneté à une personne avec une justification aussi vague que dans "l'intérêt du public".

Encore, Trudeau, Mulcair, et Radio-Canada mentent: Omission, dissimulation, fallacie, et fourberie.

L'intérêt du public canadien ce n'est pas ce que Trudeau et Mulcair proposent: c'est plutôt que les terroristes aient la vie la plus dure possible au Canada et qu'ils puissent être retournés là d'où il viennent, en autant que possible, pour être jugés pour leurs crimes contre l'humanité.

Dehors les vidanges!



***

samedi 26 septembre 2015

Le "laitte" et la bête : Liberté d'expression?

J'ai toujours trouvé que le petit Jérémy chantait mal.

J'ai toujours trouvé que ce qu'il chantait donnaît la chair de poule... mais pas parce que c'était bon.

Jérémy Gabriel a maintenant 18 ans et habite Charlesbourg.
J'étais mal pour lui quand TVA et les journaux de Quebecor le passaient partout pour vendre des copies aux grands-mères qui écoutent religieusement "l'École des fans". J'étais mal parce que je savais bien que ça resterait... et qu'un jour il risquerait de la regretter, cette "carrière" absurde d'enfant qui n'a jamais choisi de se faire entrer dans la tête par sa mère de chanter, ou de se faire entrer dans la tête de la religion, pas choisi sa face, et d'avoir cette face exposée en bas âge à une critique pour lequel il ne pouvait pas être préparé.

Et en même temps, on recule de 10 ans... on l'imitait autour d'une bière... Pas pour rire de lui... mais pour rire de l'absurde de la situation... peut-être plus pour rire de ceux qui aiment ça, rire de ceux qui nous présentent ça comme produit culturel. On faisait pas ça en public, ça faisait pas de peine à personne.

Au fond, on est toujours mal face aux handicaps... du moins, si on est pas des psychopathes insensibles. On aimerait pas que cela nous arrive... ou arrive à notre enfant. On sait qu'on peut faire un ACV ou un accident d'auto, et finir cloué des décennies à un fauteuil roulant ou dans un lit avec un bain par semaine.

C'est pour ça que le concept de ne pas rire des handicapés, normalement on nous le rentre dans la tête assez en bas âge. Ça fait partie d'un standard minimum d'éducation.

  • C'est méchant et gratuit
  • C'est contre le bon sens le plus élémentaire
  • Tu ne sais jamais ce que la vie te réserve
  • Ta mère va avoir honte de toi

Puis il y a une certaine empathie...

J'aimais pas le phénomène du "petit Jérémy"... MAIS je trouve que de viser dans un show d'humour un enfant handicapé de 12, 13, 14 ans à l'époque, un syndrôme génétique de Treacher - Collins qu'on traite de "laitte" tous les soirs d'une tournée, et qu'ensuite c'est repris à la télévision pendant des années... C'est complètement débile.

C'est débile, mais peut-être que j'aurais rit la "joke" de Mike Ward quand j'avais 17 ans... mais vous savez qu'on est vraiment cons à 17 ans. Heureusement, pour la plupart, c'est temporaire.

Heureusement... il y a des adultes pour démontrer une certaine réprobation sociale: Franchement les gars!

Ce qui est encore plus "débile" dans l'histoire... c'est d'attendre des mois avant un procès, de ne tenter aucun "damage control", ne faire aucune excuse, aucune offre pour prouver que c'était finalement pas personnel... que tout ça a été trop loin, qu'on est désolé des conséquences qu'on avait pas prévues. Et, si on l'a fait mais que la famille et les avocats l'on refusé... bien, le dire au public. On invite Jérémy à faire un caméo... ça surprend le public, on répare un certain dommage, tout le monde est content, on enterre l'affaire.

Certains reprochent à Jérémy de vouloir faire de l'argent... C'est comme si "Mike" lui, en avait pas fait sur son dos? Si vous servez d'inspiration à une lucrative tournée... normal que l'on vous dédommage...

Parce que si un humoriste vend son show sur le dos d'une personne précise... vulnérable, devant ses collègues de classe avec des téléphones pas intelligents, fragile devant ses parents qui semblent manger des osties bénites à tous les repas... parents qui en ont un peu fait une "bête de cirque", j'ose croire sans le vouloir... Dans ce cas, CET HUMORISTE LUI DOIT CERTAINEMENT QUELQUE CHOSE.

Jeff Fillion...

Tout le monde se souvient de Jeff Fillion et de ses déboires qui se sont échelonnés sur toute une décennie. Je l'écoutais chaque jour. J'ai jamais trouvé que Martin Deschamps était un artiste très original sur disque. En spectacle, c'est autre chose... rendu adulte, il a roulé sa bosse, bâti sa carrière, et se livre sur scène, il performe. Il a choisi sa carrière. Son style n'est vraiment pas mon genre... mais il mérite un certain respect... pour avoir surpassé l'état de simple handicapé et de se surpasser, atteindre son but. Je me souviens du jour où Fillion a présenté Martin Deschamps à son public à la radio comme un phénomène intéressant... un gars talentueux. J'avais jamais entendu parler de lui, c'était au tout début. Lors des appels qui ont suivi l'entrevue à la radio, des auditeurs ont signifié que c'était mauvais... Ils avaient le droit de ne pas apprécier. Mais Fillion s'était emporté en ondes contre eux... "Il est handicapé... tu fais quoi toi dans la vie? Tu ne montreras jamais autant de courage que lui... c'est facile au téléphone"...

Martin Deschamps
Une ou deux années plus tard... On voyait Martin Deschamps partout. Trop partout. Un matin où Fillion avait enfilé un de ses personnages, celui de mauvaise humeur, où peut-être plutôt celui qui a besoin de frapper un coup en période de sondages... a dit qu'il était tanné de voir Martin Deschamps partout dans les médias de Quebecor. Il a dit que hier soir, au souper, il n'avait pas apprécié le voir avec ses enfants à la télé... que ça "levait le coeur", un "monsieur Patate qui manque des bouts"...

Il s'est excusé. "Faute avouée, à moitié pardonnée" disent les vieux sages.

Fillion a dit ça de Martin Deschamps UNE SEULE FOIS en ondes. C'était vraiment pas sa meilleure journée. Moi aussi je trouvais que Martin Deschamps était surexposé... mais cette fois-là je me suis demandé quelle mouche avait bien pu piquer Jeff Fillion pour avoir démontré carrément l'attitude inverse sur la même personne, le même chanteur-musicien handicapé qu'il avait défendu contre des auditeurs qui trouvaient eux-aussi que d'être handicapé n'était pas un gage de talent... ou d'originalité en musique.

Martin Deschamps a répondu à Fillion avec une certaine violence: "J'espère que tu te feras rentrer dedans par un bus"... C'est pas élégant... pas très rehaussant. Cela a clos le dossier. Une dégueulasserie méchante s'est fait répondre par une autre méchanceté... fini.

Je suis resté avec mes doutes sur Jeff Fillion et j'ai quand même soutenu sa cause. Il contestait les quotas à la radio, une forme de censure... Et avec Arthur, il s'en prenait aux notables au coeur d'un scandale d'exploitation sexuelle de jeunes filles... Mais jamais, j'aurais accepté qu'il vende de la pub à s'en prenant à un enfant difforme en le traitant de "laitte" jour après jour. J'aurais fait partie de ceux qui l'auraient condamné au lieu de marcher à sa défense le 20 juillet 2004 dans les rues de Québec en compagnie de 50 000 personnes.

Jérémy 2.0

En 2004, on était pas trop branchés sur Facebook ni sur twitter.

Les controverses pouvaient partir une fois que les médias traditionnels passaient à autre chose. Aujourd'hui, on a accès direct aux conséquences du bullying médiatique qui parfois, en pousse un au suicide. Certains sont faits plus solides que d'autres... mais on voit l'oeuvre de personnes carrément méchantes et idiotes. On voit l'effet d'entraînement qu'un spectacle d'humour vu par des dizaines de milliers de personnes a sur les diverses sortes de "fans" qu'un humoriste peut avoir. Moutons, chèvres, perroquets... débiles profonds, le plus petit dénominateur commun.

Celui qui en profite pour en ajouter...


Celui qui a une obsession homophobe...









Celui qui voit dans son héros millionnaire un demi-dieu...

Celle qui voit un dieu... et qui veut coucher avec...









Celui qui pense souvent à Justin Bieber...






Celui pour qui Mike Ward est une victime du méchant Jérémy qui veut le dépouiller... L'humoriste provocateur qui mènerait un "combat pour la liberté d'expression" au même niveau, à la même valeur que les caricaturistes de Charlie Hebdo, tués dans cette attaque sauvage et sanglante qui a fait 12 morts il y a 9 mois à peine.

Quand tu vois tes fans se comporter comme ça... tu ne ressens pas une certaine responsabilité?

ÇA c'est Charlie

"Je suis Mike" disent-ils...

Un "héros" de la liberté d'expression ne s'abaisse pas à faire avaler que c'est un droit fondamental que de traiter un jeune ado de "laitte", d'écraser un faible seul avec sa foule aux rires gras.

Un "héros" de la liberté d'expression ça a des principes, et ça défend des causes qui méritent d'être défendues... Le droit à des élections libres, le droit de ne pas être emprisonné arbitrairement pour des paroles qui ont déplu, la liberté de presse qui est disparue en Russie... le droit de communiquer des idées qui vont à l'encontre de la religion en Arabie Saoudite sans être condamné à 1000 coups de fouet.

Mike Ward ici ne défend pas Raif Badawi, ou Garry Kasparov qui a du quitter son pays parce qu'il est le prochain sur la "shit list" de Poutine après Boris Nemtsov. Mike Ward n'utilise pas Jérémy pour vous ouvrir les yeux sur l'horreur des lapidations et décapitations en pleine rue en Arabie Saoudite et dans l'état islamique. Mike Ward s'attaque à un faible... parce qu'il était tanné de le voir, de l'entendre... des années après sa dernière prestation.

On est pas en train de se mobiliser pour retrouver les centaines d'écolières enlevées par Boko Haram au Nigeria...

On est en train de faire du bullying sur un handicapé... et on dirait qu'une partie significative du Québec est trop "consanguine" pour comprendre qu'à un moment donné faut reculer lorsqu'on va trop loin.

Ce que l'on voit aussi sur les réseaux sociaux... c'est que tout se beau monde qui supporte Mike Ward jusqu'à Charlie, jusqu'à prendre le relais pour la poursuite de l'intimidation... sont à peu près tous analphabètes, incapables d'écrire une phrase sans faire 2-3 fautes, incapables de structurer leurs idées.

Le plus petit dénominateur commun... c'est ça ton combat Mike?

Quand tu fais brailler quelqu'un... tu ressens quoi? De la fierté? Tu vas polir tes trophées?



***

dimanche 2 août 2015

Le veto qui appartient aux criminels...

Vitali Tchourkine, ambassadeur de la Fédération de Russie aux Nations Unies depuis 2006,
personnage lié à bien des histoires depuis 1963
Aux lendemains de la seconde guerre mondiale, à la création des Nations Unies, le 17 janvier 1946 on accordait à l'Union Soviétique une place au Conseil de sécurité, ce qui de fait, accordait un veto à un état criminel contre l'humanité (goulags-travail forcé-déportations-holodomor) et contre l'ensemble des principes de la Charte des Nations Unies... dont en voici le préambule:

« Nous, peuples des Nations unies 
Résolus
à préserver les générations futures du fléau de la guerre qui deux fois en l’espace d’une vie humaine a infligé à l’humanité d’indicibles souffrances, à proclamer à nouveau notre foi dans les droits fondamentaux de l’homme, dans la dignité et la valeur de la personne humaine, dans l’égalité de droits des hommes et des femmes, ainsi que des nations, grandes et petites, à créer les conditions nécessaires au maintien de la justice et du respect des obligations nées des traités et autres sources du droit internationalà favoriser le progrès social et instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,
 
Et à ces fins
à pratiquer la tolérance, à vivre en paix l’un avec l’autre dans un esprit de bon voisinageà unir nos forces pour maintenir la paix et la sécurité internationalesà accepter des principes et instituer des méthodes garantissant qu’il ne sera pas fait usage de la force des armes, sauf dans l’intérêt communà recourir aux institutions internationales pour favoriser le progrès économique et social de tous les peuples,
 
Avons décidé d’associer nos efforts pour réaliser ces desseins
en conséquence, nos gouvernements respectifs, par l’intermédiaire de leurs représentants, réunis en la ville de San Francisco, et munis de pleins pouvoirs reconnus en bonne et due forme, ont adopté la présente Charte des Nations unies et établissent par les présentes une organisation internationale qui prendra le nom de Nations unies. »

Dès les premiers mots, la moitié des états membres de l'Assemblée générale devraient être exclus...

En 1992, le président russe Boris Elstine demanda aux membres de reconnaître la Fédération russe comme successeur à l'Union Soviétique à l'ONU, ce qui fût accordé, et le siège au Conseil de sécurité est alors allé au successeur.

Donc... j'en arrive à ce qu'a encore fait la Russie dans le "concert des nations" la semaine dernière: Elle a utilisé son veto pour empêcher la création d'un tribunal spécial pour juger les responsables de la destruction en plein vol du vol MH17 au-dessus de l'Est de l'Ukraine contrôlée par les rebelles soutenus en effectifs, en matériel, en logistique et politiquement par Moscou. Ce veto vient, en quelque sorte confirmer leur implication.

Je pourrais parler longuement une fois de plus pour dénoncer ce régime terroriste et mafieux, et j'aurai certainement d'autres occasions pour le faire, mais le but de mon texte aujourd'hui est seulement de mettre la lumière sur qui parle et agit.

L'ambassadeur russe aux Nations Unies qui a pris la parole mercredi le 29 juillet dernier est Vitali Tchourkine (écrit en anglais Vitaly Churkin). Cet homme d'âge mur, 63 ans... a déjà été un enfant-vedette... de l'époque du grand cinéma soviétique de propagande. Alors agé de 11 ans, le petit Vitali se faisait raconter des histoires dans le lit avec tonton Lénine au grand coeur dans le film Sinyaya Tetrad. Il a ensuite joué dans au moins deux autres films jusqu'en 1967, pour après se concentrer sur des études en anglais.

Vraiment... c'est louche.
Est-ce qu'on y voit un lien? Eh bien, que les apparatchiks de l'URSS de l'ère Kroutchev qui réussissent à mettre leur enfant dans un film, sont aussi ceux qui en font un diplomate, et qu'après la chute du régime, il est toujours là en public, au premier rang 52 ans après avoir fait la sieste sur l'épaule de "monon'c terreur".

Mais les histoires à raconter par le jeune ami de Lénine ne s'arrêtent pas là: En 1983, l'Union Soviétique abat un avion civil coréen (269 morts) et Tchourkine est alors secrétaire à l'ambassade de l'URSS à Washington. En 1986, il revient à l'avant plan à 34 ans pour avoir été celui qui a été désigné pour témoigner au sujet de l'accident nucléaire de Tchernobyl auprès des représentants américains. Il aurait été désigné parce qu'il était celui qui parlait le mieux l'anglais dans le personnel de l'ambassade à Washington. Son passage remarqué a fait l'objet d'une parodie dans une série de caricatures dans le Washington Post à l'époque, on l'a alors appellé Vitaly "Charmyourpantsoff".

Autre part, Tchourkine a été ambassadeur au Canada de 1998 à 2003, après l'avoir été en Belgique...

Qu'est-ce qui a changé en Russie depuis les goulags, d'accidents en accidents, d'avions civils abattus "par erreur" jusqu'à aujourd'hui? Vitali Tchourkine lui, est toujours là pour la propagande et recoller avec du ruban adhésif, les pots cassés à coups de masse.

Pour en revenir aux 298 morts du vol MH17... ce qu'on sait un an plus tard, si on laisse de côté la propagande qui vient des poutinistes, c'est que l'avion a été abattu par des missiles BUK, matériel qui s'est déplacé partout en plein jour, photographié de multiples fois dans la zone calculée pour le lancement, et un tweet d'un commandant rebelle se vantant qu'ils avaient abattu un Antonov au même moment.

Une autre thèse parle que le lanceur BUK qui a traversé de la Russie dans la zone rebelle et ensuite est retourné en Russie, visait délibérément à abattre un vol civil, mais un autre... un rempli de russes, qui auraient alors été offerts en sacrifice, pour plonger l'Ukraine dans l'embarras, faire changer les perceptions, même justifier une invasion massive.

Parce qu'en république de Poutinia, on hésite pas à sacrifier des vies russes pour nourrir les intérêts de ses dirigeants.


***
MISE À JOUR 3 Août 2015

L'épisode sur l'histoire le liant au vol 007 de Korean airlines est encore plus intéressant: Non seulement Tchourkine était en poste à Washington en 1983 lorsque les soviétiques ont du expliquer la destruction de cet avion civil, mais selon plusieurs sources, ce serait lui qui a répondu au téléphone lorsque les représentants des États-Unis ont appellé pour demander ce qui s'était passé.

C'est alors que Vitali Tchourkine, aurait répondu instinctivement "ce n'est pas nous"... réponse qui par la suite a été corrigée en haut lieu, l'Union Soviétique ayant admis le 5 septembre, avoir détruit l'avion le 1er septembre, au lendemain que le président Reagan ait accusé l'Union Soviétique et ait parlé de "crime contre l'humanité" à la télévision.

*

samedi 18 juillet 2015

Le délire à la grecque de notre gauche irresponsable

Que ce soit à RDI économie, au téléjournal, dans les quotidiens plus à gauche (que les autres) du Québec, tous les fidèles du mythe de l'état providence contre toute rigueur et austérité, de nouvelles fables émergent...

Voici le héros grec de la gauche internationale qui a besoin d'argent après avoir siphonné l'Union Européenne: il va quêter à 
Moscou le dictateur russe de la république de Poutinia, Vladimir Poutine (Avril 2015). Le collet de sa chemise cache les trous laissés par les crocs. Démocratie?

La mythologie grecque doit survivre à l'épreuve de la réalité

La Grèce ne serait pas vraiment, ou pas du tout responsable de son fiasco. Ce serait une sorte de complot des banques et des financiers. La Grèce n'aurait pas tant dépensé tant que ça l'argent qu'elle n'a jamais eue. La Grèce serait une victime de l'Europe... qui pourtant lui prête encore de l'argent alors qu'elle n'est pas du tout solvable.

Imaginez un monde où personne n'a à payer ses dettes.

Imaginez un monde où on prête à tous les insolvables encore plus d'argent qu'ils n'ont pas à rembourser...

Imaginez un monde où le travail n'est pas nécessaire, où la production est facultative...

Et... imagines ce monde, où personne ne manquerait de rien... car on y a banni la rigueur aux finances du gouvernement.

Ça prendrait beaucoup de bénévoles... ça prendrait des pluies régulières de pains et de poisson comme dans la bible... Reste qu'on pourra aussi manger des sauterelles pour "sauver la planète"...

N'empêche que ce que l'on y voit dans cette idéologie anti-rigoureuse tant au point de la responsabilité collective, individuelle des citoyens de la collectivité, qu'au plan de l'intellect... c'est une sorte d'évasion de la réalité.

Après l'évasion fiscale... l'évasion du monde réel doit survenir pour rester sur le même nuage de temps emprunté.

Parce que dans ce monde que l'on doit imaginer... On fait aussi comme les grecs... On ne paie pas ses impôts.

Il n'y a aucun régime esclavagiste dans l'histoire qui a eu autant d'esclaves à son service, ou de robots pas encore inventés, pour subvenir aux besoins de ce monde imaginaire grec, de citoyenneté ou par solidarité... Il y a de ces grecs d'outre-mer qui n'ont jamais mis les pieds en Grèce, incapables de nommer une 2e ville de ce pays, qui ne veulent que continuer à recevoir du "pain béni" pour faire de l'art narcissiquement en toute oisivité sur le plateau Mont Royal.

Les amis, dans un monde qui comptera 8 milliards d'êtres humains, ne rien produire d'utile, ne donner aucun service utile... est mal. Espérer être payé, logé, nourri, que pour exister... comme si on était invalide, c'est une sorte de crime contre l'humanité. Ce n'est bien sûr pas comme tuer et enterrer des gens dans une fosse, mais c'est ne pas contribuer à ce que l'économie mondiale puisse subvenir aux besoins essentiels de tous.

Les gens ne se soignent pas, ne sont pas nourris, ne sont pas logés, habillés, pour rien. Quelqu'un, quelque part doit faire un effort.

Que le service soit donné par l'état ou l'entreprise privée... des gens doivent être payés pour ça... et les syndicats de la fonction publique nous le rappellent constamment.

Mettre la faute sur des complots tirés par les cheveux pour éviter le problème de TA paresse, ton rêve d'un monde d'abondance qui n'existe pas, est une preuve de ta complicité à parasiter le monde plutôt que d'y contribuer.

Notez aussi que ces corniauds ont de la difficulté avec la cohérence, la logique, la chronologie, la causalité: Ils disent tous en choeur que l'austérité a plongé la Grèce en crise, alors que les réformes, coupures, ont été décidées d'abord parce que les finances de la Grèce étaient en crise. Ce n'est pas l'austérité qui a causé la crise, mais bien l'absence de rigueur sur une longue période qui a imposé de fait une austérité. Le monde réel est très différent de celui qu'ils se servent pour leur pauvre analyse... La réalité est "réarrangée" de manière à s'arrimer à la conclusion que l'on a choisi: Allergie à la rigueur sous toutes ses formes. 

Extorsion en commun

Jamais assez
La pensée par le souhait, ou en bon français, "wishful thinking", est cette façon de voir le monde à travers les lunettes déformantes de nos désirs. Donc, par exemple, en tant qu'employé de l'état, vu que tu veux un spa dans ta cour, tu veux que le gouvernement ne soit pas austère, et qu'il te donne l'augmentation que tu crois mériter... peut-importe les impacts sur le reste de la société. So-so-so solidarité! Si le méchant gouvernement austère ne te donne pas ce que tu veux, tu entreprendras des moyens de pression, faire la grève, tu refuseras de donner les services pour lequel le gouvernement te paie... tu feras du mal aux patients du système de santé en les faisant attendre davantage, tu refuseras d'instruire les élèves pour qui tu dis vouloir donner le meilleur... et tu bloqueras le chemin sur la route à ceux qui doivent aller travailler au privé pour payer les impôts qui servent à payer ton relatif très bon niveau de vie auquel tu réponds avec ingratitude.

Et bien sûr, ils comparent leur sort à celui des pauvres grecs... Ce qui est une insulte aux grecs qui subissent une réelle crise.


Je parlais de Radio-Canada au début de ce texte... qui est toujours en faveur des fronts communs et qui pleure l'austérité grecque... parce qu'eux-mêmes sont des employés de l'état, avec le privillège de détourner l'antenne financée par le public pour leur agenda personnel. Vous savez ce qu'ils ont fait de la télé publique en Grèce? Ils l'ont complètement fermée pendant deux ans... La gauche de Tsipras nouvellement élue l'a réouverte, pas parce qu'elle en avait les moyens... mais parce qu'elle n'avait pas les moyens de se priver de la propagande. 

Est-ce que mon discours tient de l'idéologie libertarienne? Non... Contrairement à la majorité de ceux que j'ai lu d'un bord où l'autre, émotifs, parfois complètement en délire, j'essaie de faire la part des choses. Je ne suis pas contre toute intervention de l'état: Je suis pour que l'état dépense ce qu'il peut dépenser, pour qu'il n'endette pas les générations futures avec des dépenses frivoles, ou l'achat de votes par "cadeaux de grec".

Le crime de Gaëtan Frigon

De la part des mythomanes grecs contre l'austérité soft à la québécoise, Gaëtan Frigon a commis un crime: Il a cité un texte de blogue dans une lettre ouverte publiée dans La Presse. La Presse l'a lâchement laissé tomber, lui qui n'a pas besoin d'écrire ses pensées pour gagner sa vie, sur le prétexte qu'il ne citait pas ses sources, tel un "vrai" journaliste devrait le faire. L'affaire, c'est que son texte jouait plutôt dans l'opinion, rien ne permettait d'en douter. L'affaire, c'est qu'on ne s'est jamais aussi donné la peine de citer une fausseté, de rectifier un fait qu'il rapportait. On s'est contenté de dire que le texte n'aurait pas du être publié de cette façon, on l'a effacé du site, et on a même ajouté que M. Frigon ne collaborera plus.

Tout a été assez expéditif...

Texte retiré de Gaëtan Frigon: Aucun des points n'a ouvertement été corrigé ou
dénoncé: On a seulement retiré le texte et discrédité l'auteur.
LA PRESSE 7 Juillet 2015
Publication en référence - Liberté d'information (cliquer pour agrandir)
La toile de merde 2,0 du dépotoir québécois de twitter a même comparé Gaëtan Frigon au fumiste qui s'inventait des reportages François Bugingo.

Comme si d'avoir publié des histoires sur les dépenses folles de l'état grec, que ces histoires aient été amplifiées dans un jeu du téléphone arabe, que ses sources n'aient pas été citées ou identifiées, ne se rapprochent en rien des histoires de reportages inventés de Bugingo 

Vous aurez compris que le crime de Gaëtan Frigon en est un d'opinion. En gros, ce qu'il disait, c'est que les problèmes de la Grèce aujourd'hui viennent des décisions que l'état grec a pris. En gros, on a préféré tout jeter ce qu'il disait, même de le censurer, ensuite de le discréditer comme étant une sorte de fraudeur, plutôt que d'accepter que son opinion ne soit publiée ouvertement.

Vous lisez le Journal de Montréal? Vous y trouvez Richard Martineau... souvent lui aussi victime de cyber-bullying, lorsque ce n'est pas en prime une manifestation devant sa maison en plein "printemps érable". Lui aussi a noté l'extravagance des dépenses de l'état grec, lui aussi a défendu la rigueur dans les finances à laquelle notre état doit se plier... Une rigueur maintenant pour éviter plus d'austérité plus tard.

Pour Martineau, ou son journal entier, encore on rejette entièrement ce qui ne fait pas notre affaire, ce qui ne cadre pas dans notre mythologie d'abondance qui doit servir au bout de la ligne nos intérêts personnels. Parce qu'il n'a pas la bonne opinion, il ne devrait pas être autorisé à commenter en public. Notez sur Facebook ceux qui harcelent, insultent, même menacent... dans leur profil personnel, ceux qui ne cachent pas tout de leurs infos, on reconnaît l'intérêt personnel de la dépense de l'état: Subventions aux arts, pensions liberté 50, augmentations déraisonnables à verser à la fonction publique.

Après, ils parleront de "solidarité": Payez et je recevrai, votez et je déciderai.

***

dimanche 24 mai 2015

Le fabulateur François Bugingo est nu

Le voile est levé sur les mensonges nombreux de François Bugingo: En fait toute sa carrière repose sur des mensonges selon une enquête réalisée par La Presse.

Une petite recherche permet de voir que tous les médias ou presque du Québec, sont éclaboussés, à un niveau qui redéfinit le "journalisme fabulatoire", à l'échelle mondiale. Le New York Times, le Washington Post, Paris Match ont été victimes de scandales de reportages inventés.

François Bugingo, il y a quelques mois à peine, dénonçait Fox News dans son blog du Journal de Montréal le 19 janvier dernier parlant de «grave délit de mensonge ou de fabulation » commis par Fox News, et de « devoir professionnel et éthique » des médias et journalistes de dénoncer... « Il en va de notre crédibilité auprès du public », avant de conclure « Dans les guerres et autres tragédies du monde, la vérité est la première victime, a-t-on souvent dit. Il serait dramatique que ceux qui se disent défenseurs de cette vérité (et Dieu sait si nombre de nos collègues sont morts en recherchant la vérité) contribuent à son enterrement. »

Le voici à Tout le monde en parle, 20 jours avant la fin de sa carrière, le 3 mai dernier:




Le gars est un beau parleur de niveau olympique... il connaissait ses sujets pour en inventer autant sur ses voyages qu'il n'avait pas fait... Il avait un talent certain qui dépassait celui de mentir. Il semble qu'il était affecté de quelque chose qui l'empêchait d'utiliser ses talents à autre chose, comme quelque chose de compulsif. Francois Bugingo aurait fait surement un bon journaliste s'il n'avait pas été avant tout et par dessus tout un fumiste. Peut-être qu'il lui reste à utiliser ce qu'il a pour écrire des romans sous un pseudonyme, car lui, est brulé de Montréal à Paris. Une fois les emplois obtenu sur un faux CV, il n'a pas été capable d'arrêter de mentir, probablement en y trouvant un plaisir. Ses employeurs à partir de Télé-Québec, à Radio-Canada, jusqu'à TVA et le Journal de Montréal sont tous éclaboussés, et le public peut se demander ce qu'il y avait de vrai dans tout ce qu'il a fait. L'enquête démontre qu'il y en avait que très peu.

En 2013, François Bugingo avait traité les pro-charte du Québec de nazis, tout en dénonçant des "dérives" dans une composition à la fois mielleuse, comme d'habitude, mais comportant de la broche... Il écrit de son blogue directement à la première ministre Marois:
De toute ma vie, j’ai combattu l’extrémisme et le radicalisme avec la conviction que ce n’était là ni un projet intelligent ou stratégiquement construit, ni un plan de vie sociale souhaitée par la majorité des membres des communautés auxquelles ces jusqu’au-boutistes appartiennent.
Aujourd'hui on sait que son combat... était un mensonge pompeux.
Méfiez-vous des uniformes et de la consanguinité, tous les scientifiques vous diront que la différence enrichit, stimule et fait progresser. Et si on passe notre temps à dénoncer l’obscurantisme taliban ou le conservatisme saoudien, on ne s’honore pas à le combattre par une imitation renversée.
Talibans, Arabie Saoudite... et un Québec sans voile... apparentés dans la consanguinité. La burqa et le tchador... une différence qui "enrichi".
Vieux discours éculé d’un alter-mondialisme dépassé, crieront certains. Peut-être. Mais ils ne vous diront pas que leur discours d’un nationalisme de rejet n’a rien de neuf et porte les mêmes senteurs nauséabondes des décennies 30 et 40 dramatiques. 
On s'en souvient de ce François Bugingo. Pour moi, les feux rouges à sont sujet ont allumé là, le 29 décembre 2013.

Donc, lorsque je vois Bugingo tomber le 23 mai 2015, 17 mois plus tard, je me réjouis. François Bugingo m'a attaqué, comme près de deux québécois sur trois, du haut d'un piedestal en bois pourri peinturé en or, et il en est tombé.

Aujourd'hui le "journaliste" est nu et tout le monde le sait.

Au fait... François est-il bel et bien né au Congo? Est-ce une histoire d'un gars qui romance son parcours de Kisangani, anciennement Stanleyville ou Stanleystad, au Zaïre, devenu République démocratique du Congo en 1997... à la chute et la mort de Mobutu... année de l'arrivée de François au Québec, jusqu'au plateau de Tout le monde en parle à Montréal? Et qu'a-t-il écrit dans sa demande d'immigration au Canada dans les années quatre-ving dix? Probablement que "dieu sait", comme il l'écrivait...

A beau mentir...


***

mercredi 15 avril 2015

Contre l'austérité?

austère , adjectif

Sens 1

Sévère, aux principes rigides

L'expression "Contre l'austérité" est une absurdité. On peut être contre que les listes d'attente s'allongent en santé, contre que l'on taxe davantage les familles... contre des coupures de services essentiels aux enfants, aux aînés, aux malades.

Mais "l'austérité" ce n'est pas ces problèmes qui existaient au Québec bien avant le galvaudage de l'austérité à laquelle tant s'opposent...

Moi, je suis contre que l'on donne 30 millions $ dans un théâtre expérimental pendant que l'état échoue à remplir des rôles essentiels où il représente un monopole pour lequel il a augmenté la ponction fiscale de tout le monde (taxe santé). Je suis contre les "rattrappages" salariaux que certains osent demander (rattrappage sur quoi?). Et que dire de ces sinistres sessions de "rigolologie" alors qu'on en demande toujours plus aux contribuables et qu'on pensait couper des repas aux enfants dans les garderies?

Avec les fonds publics on devrait TOUJOURS être austères... c'est à dire les dépenser de manière RIGOUREUSE pour les raisons pour lesquelles on les a saisis sur les paies des travailleurs québécois. Est-ce que l'on veut continuer d'endetter nos enfants pour des caprices, des cadeaux et des primes... des réaménagements de bureaux, des clowns? Les gens "contre l'austérité" le sont-ils aussi dans leurs finances personnelles jusqu'à la carte de crédit remplie... et après?

Le Québec a manqué de rigueur et il continue d'en manquer. L'austérité ou plutôt la rigueur, est à paliers multiples, à intensité sélective selon les clientèles: une pour Robert Lepage et Xavier Dolan, une pour les médicaments pour les cancéreux qui sont payés en Ontario et pas au Québec, une autre pour celui en CHSLD dont on compte les couches, les repas, les carreaux de papier de toilette et les bains. Un peu plus de sévérité sur les principes... il me semble que cela ne nous ferait pas de tort!

☆☆☆

samedi 21 février 2015

La "petitesse densifiée" des éteignoirs contre les "phares"

Les éteignoirs c'est ce qui tue le Québec depuis très longtemps.

Les phares émettent de la lumière dans la nuit pour guider les voyageurs contre les dangers d'être perdus à la dérive.

Les éteignoirs eux, appartiennent à la noirceur. Tels des vampires, la lumière leur fait peur.

Illustration Groupe Dallaire - Cominar. Le projet à terme en 2025. La construction de la plus haute tour
(65 étages) serait lancée en 2016 pour trois ans de travaux (fin 2019).

Les villes prospères voient leur ligne d'horizon se modifier avec des édifices en hauteur... Mais nous au Québec, la prospérité, ça nous fait peur. Avoir une tour plus haute que les autres est contre "nos valeurs"... de peur, et d'égalitarisme jusqu'au ridicule.

Lorsqu'un projet 100% privé propose une tour imposante et majestueuse à Québec... ça invoque des grands principes mystiques écrits dans le ciel comme la "culture architecturale", ça utilise l'humour pour tourner au ridicule l'ambition avec des caricatures de notre maire parfois caricatural.

Éteindre la concurrence...

Un projet d'envergure? Les éteignoirs diront toujours "NON"... même s'il n'y a pas un sou d'argent du public dans ce projet 100% PRIVÉ.

Ce, à moins qu'ils aient "leur part du gâteau"? Le milieu des architectes et des urbanistes est très "bitch" quand il est question du projet d'un concurrent qui est sélectionné, et on ne se gêne pas pour utiliser les médias pour traîner le méchant concurrent "contre le bien commun" dans la boue. Jeudi 19 février dernier, le lendemain du dévoilement du projet du "phare", à Radio-Canada 1ere chaîne, là où l'opposition aux projets s'organise en premier, il y avait un éteignoir de Montréal à l'oeuvre. Avec hargne, Gerard Beaudet de l'institut d'urbanisme de l'Université de Montréal se prononce à distance: "inutile", révolu","fantasme", la cassette habituelle, et se prononce même sur le marché immobilier dont visiblement, il n'a pas tenu compte avec des faits, comme le taux d'innocupation à Québec dans le bureau et de la demande dans le secteur du Boulevard Laurier (faut comprendre qu'à Montréal souvent, on pas besoin des faits statistiques pour avoir une idée sur Québec). Même avant le dévoilement, François Bourque du Soleil, un autre média d'éteignoirs (sauf pour un tramway dont ils font la promotion depuis 30 ans) était déjà au travail en janvier , trois semaines avant tout le monde, afin de "fédérer" les forces anti-gratte-ciels du Québec.

Un autre au bulletin télévisé de TVA-Québec, Pierre Thibault, un architecte qui lui voyait plutôt "des champs Elysées" à construire sur Laurier à Québec. Nonon... c'est pas un "réflexe de colonisé" qui veut reproduire un décor préfabriqué de carton (Comme Tremblant) d'un original appartenant à quelqu'un d'autre chez la "mère patrie"... Et s'ajoutent des architectes-blogueurs qui distribuent les leçons collectivistes à Radio-Canada comme Marc-André Carignan, un autre Montréalais déteneur de la vérité absolue.

C'est toujours pour le "bien commun collectif" qu'ils se prononcent tel des imposteurs!

Un gratte ciel c'est pour les féministes mysandres l'occasion de démontrer leur haine de tout ce qui se rapproche de la forme phallique, question d'exprimer son besoin incontournable d'une visite chez le psy ou le sexologue... Elle y verra de la violence... dans son imagination fertile refoulée avec sa sexualité.

Au Québec, on forme les urbanistes et les architectes comme si le savoir et la connaissance, c'était d'enfermer les étudiants, les futurs créateurs, dans des paradigmes idéologiques inflexibles et absolument pas pragmatiques. Ce qui leur est enseigné en vient à être contradictoire: Prenez par exemple le concept de densification, reconnu comme durable, qu'on oppose à l'étalement urbain. Certains en viennent à vouloir la campagne au centre-ville, prenant un ombrage de 15 minutes dans la journée comme "source de pollution" (alors que ce sont les ultraviolets qui donnent le cancer), tout en voulant des transports en commun efficaces qui ne peuvent être efficaces sans densification.

La logique circulaire de certains idéologues est étourdissante...

Éteindre la passion

Quand j'étais petit, parmi les choses qui me fascinaient et dont je rêvais pour en faire mon métier, outre ma courte carrière de hockey mineur, ou la radio et le journalisme, ce qui m'intéressait c'était l'urbanisme et l'architecture, l'ingénérie automobile, et l'aéronautique. J'en ai fait des plans de fusées, d'avions, des plans de villes, des dessins de voitures du futur, des cartes de pays inventés. Quand on imagine, quand on crée... est-ce qu'on souhaite que son avion vole lentement? Non... ça prend un avion supersonique plus profilé que le Concorde... Les voitures que je dessinais n'étaient pas des "Smart" ou une Mitsubishi MIEV électrique... ça ressemblait plutôt à des voitures sport. Mes villes étaient construites en hauteur avec des grands boulevards, mes fusées devaient se rendre sur Mars.

Plus tard... j'ai compris que j'étais né dans un pays perdu, négatif, restrictif, le pays des éteignoirs. À la radio, on doit y passer des chansons moins intéressantes pour remplir des quotas de francophone. À la radio, les animateurs de radio parlée qui avant déploraient le Québec des éteignoirs sont devenus des éteignoirs. Autant la "droite" que la "gauche" carbure à éteindre. En architecture, aucun édifice à Montréal ne doit dépasser la butte qui est cachée derrière la ville. En automobile, après les fermetures de Bromont (Hyundai) et de Boisbriand (GM)... on ne produit plus la moindre voiture. Syndicalisme de guerre et d'extorsion, et lois du travail vampiriques ont fait le travail d'éteindre.

Pourquoi certains sont devenus des vieux cons, des emmerdeurs, des éteignoirs, au lieu d'être des bâtisseurs et des visionnaires? Il n'y a plus d'idéalistes... juste des furieux qui veulent tout éteindre, parce que leur passion est éteinte.

Réécrire le passé et définir l'avenir éteint

Développer en hauteur serait quelque chose du passé, appartenant aux années soixante... MYTHE! Faut avoir eu la tête à l'ombre de son postérieur pour ne pas avoir vu le développement en hauteur des dernières années dans des villes qui sont réputées plutôt à plat en fonction de leur population.

Le Shard London Bridge 71 étages et 309 metres... à Londres, mégapole historique bâtie à plat... a aussi besoin de densifier
Un projet moderne... du XXIe siècle, pas des années 60. 
Londres vient en 2013 d'inaugurer le "Shard London Bridge" qui dépasse les 300 mètres.

Il est aussi faux de prétendre que le concept du gratte-ciel n'appartient qu'aux mégapoles. Un petit tour sur le répertoire internet skyscraperpage.com vous détruit le mythe en quelques clics. Calgary est une ville importante, mais ce n'est pas une "mégapole" en ayant juste un peu plus du million d'habitants.

Pourtant, on y trouve quatre gratte-ciels de 50 étages et plus déjà construits, et deux autres présentement en construction de 56 et 59 étages (projets prévus être terminés pour 2018). Un autre est étudié pour une tour de 62 étages, le Oxford Place. Calgary est-elle une ville des années 60?

Québec serait trop petite dans la tête de certains québécois sans envergure pour avoir une tour de 65 étages, alors que tous les autres édifices en hauteur, pas si nombreux, sont sous les 32 étages (Marie Guyart) et 28 étages (Complexe Jules Dallaire nouvellement inauguré)...

Un projet en hauteur, ce serait uniquement pour "l'égo" du maire semble-t-il... La démagogie de plusieurs (dont Marc-André Carignan) impose des comparaisons RIDICULES à Dubaï (plus que 3 fois plus haut que le projet de Québec) et la Chine avec son architecture réputée farfelue et laide qui fait l'objet d'un moratoire... "Québec n'est pas Dubaï ou la Chine"... t'es un demeuré où quoi?

Quand Portland Oregon, une ville parfois citée par les z'urbanistes, se lance dans un projet de gratte-ciel... Est-ce qu'on se dit qu'ils sont la "grenouille qui veut manger le boeuf"? Est-ce qu'on dit que Portland se prend pour New York, Dubai, ou la Chine? Comment peut-on être aussi niais pour lancer de tels arguments vides complètement imbéciles?

Et qu'en est-il de l'égo du Québec... là où on refuse systématiquement tout projet qui "dépasse"? On a l'égo des complexés: Bloquer, limiter, abaisser, rapetisser, rendre moyen, médiocre.

Je déteste ces réflexes... Je déteste cette petitesse. Ces gens rendent le Québec perdant depuis très longtemps... ils dominent... trop souvent ils réussissent à éteindre.

Souhaitons qu'ils n'emportent pas notre phare dans leur trou noir.

Small is beautiful... oui, mais pas pour tout, tout le temps. Être petit dans sa tête sera toujours triste.

***
Lien : Le top 10 des édifices laids de Chine: http://asiasociety.org/northern-california/top-ten-chinas-ugliest-buildings Le numéro 5 est un des pires, le numéro 3 le plus célèbre.

Archives du blog