samedi 21 février 2015

La "petitesse densifiée" des éteignoirs contre les "phares"

Les éteignoirs c'est ce qui tue le Québec depuis très longtemps.

Les phares émettent de la lumière dans la nuit pour guider les voyageurs contre les dangers d'être perdus à la dérive.

Les éteignoirs eux, appartiennent à la noirceur. Tels des vampires, la lumière leur fait peur.

Illustration Groupe Dallaire - Cominar. Le projet à terme en 2025. La construction de la plus haute tour
(65 étages) serait lancée en 2016 pour trois ans de travaux (fin 2019).

Les villes prospères voient leur ligne d'horizon se modifier avec des édifices en hauteur... Mais nous au Québec, la prospérité, ça nous fait peur. Avoir une tour plus haute que les autres est contre "nos valeurs"... de peur, et d'égalitarisme jusqu'au ridicule.

Lorsqu'un projet 100% privé propose une tour imposante et majestueuse à Québec... ça invoque des grands principes mystiques écrits dans le ciel comme la "culture architecturale", ça utilise l'humour pour tourner au ridicule l'ambition avec des caricatures de notre maire parfois caricatural.

Éteindre la concurrence...

Un projet d'envergure? Les éteignoirs diront toujours "NON"... même s'il n'y a pas un sou d'argent du public dans ce projet 100% PRIVÉ.

Ce, à moins qu'ils aient "leur part du gâteau"? Le milieu des architectes et des urbanistes est très "bitch" quand il est question du projet d'un concurrent qui est sélectionné, et on ne se gêne pas pour utiliser les médias pour traîner le méchant concurrent "contre le bien commun" dans la boue. Jeudi 19 février dernier, le lendemain du dévoilement du projet du "phare", à Radio-Canada 1ere chaîne, là où l'opposition aux projets s'organise en premier, il y avait un éteignoir de Montréal à l'oeuvre. Avec hargne, Gerard Beaudet de l'institut d'urbanisme de l'Université de Montréal se prononce à distance: "inutile", révolu","fantasme", la cassette habituelle, et se prononce même sur le marché immobilier dont visiblement, il n'a pas tenu compte avec des faits, comme le taux d'innocupation à Québec dans le bureau et de la demande dans le secteur du Boulevard Laurier (faut comprendre qu'à Montréal souvent, on pas besoin des faits statistiques pour avoir une idée sur Québec). Même avant le dévoilement, François Bourque du Soleil, un autre média d'éteignoirs (sauf pour un tramway dont ils font la promotion depuis 30 ans) était déjà au travail en janvier , trois semaines avant tout le monde, afin de "fédérer" les forces anti-gratte-ciels du Québec.

Un autre au bulletin télévisé de TVA-Québec, Pierre Thibault, un architecte qui lui voyait plutôt "des champs Elysées" à construire sur Laurier à Québec. Nonon... c'est pas un "réflexe de colonisé" qui veut reproduire un décor préfabriqué de carton (Comme Tremblant) d'un original appartenant à quelqu'un d'autre chez la "mère patrie"... Et s'ajoutent des architectes-blogueurs qui distribuent les leçons collectivistes à Radio-Canada comme Marc-André Carignan, un autre Montréalais déteneur de la vérité absolue.

C'est toujours pour le "bien commun collectif" qu'ils se prononcent tel des imposteurs!

Un gratte ciel c'est pour les féministes mysandres l'occasion de démontrer leur haine de tout ce qui se rapproche de la forme phallique, question d'exprimer son besoin incontournable d'une visite chez le psy ou le sexologue... Elle y verra de la violence... dans son imagination fertile refoulée avec sa sexualité.

Au Québec, on forme les urbanistes et les architectes comme si le savoir et la connaissance, c'était d'enfermer les étudiants, les futurs créateurs, dans des paradigmes idéologiques inflexibles et absolument pas pragmatiques. Ce qui leur est enseigné en vient à être contradictoire: Prenez par exemple le concept de densification, reconnu comme durable, qu'on oppose à l'étalement urbain. Certains en viennent à vouloir la campagne au centre-ville, prenant un ombrage de 15 minutes dans la journée comme "source de pollution" (alors que ce sont les ultraviolets qui donnent le cancer), tout en voulant des transports en commun efficaces qui ne peuvent être efficaces sans densification.

La logique circulaire de certains idéologues est étourdissante...

Éteindre la passion

Quand j'étais petit, parmi les choses qui me fascinaient et dont je rêvais pour en faire mon métier, outre ma courte carrière de hockey mineur, ou la radio et le journalisme, ce qui m'intéressait c'était l'urbanisme et l'architecture, l'ingénérie automobile, et l'aéronautique. J'en ai fait des plans de fusées, d'avions, des plans de villes, des dessins de voitures du futur, des cartes de pays inventés. Quand on imagine, quand on crée... est-ce qu'on souhaite que son avion vole lentement? Non... ça prend un avion supersonique plus profilé que le Concorde... Les voitures que je dessinais n'étaient pas des "Smart" ou une Mitsubishi MIEV électrique... ça ressemblait plutôt à des voitures sport. Mes villes étaient construites en hauteur avec des grands boulevards, mes fusées devaient se rendre sur Mars.

Plus tard... j'ai compris que j'étais né dans un pays perdu, négatif, restrictif, le pays des éteignoirs. À la radio, on doit y passer des chansons moins intéressantes pour remplir des quotas de francophone. À la radio, les animateurs de radio parlée qui avant déploraient le Québec des éteignoirs sont devenus des éteignoirs. Autant la "droite" que la "gauche" carbure à éteindre. En architecture, aucun édifice à Montréal ne doit dépasser la butte qui est cachée derrière la ville. En automobile, après les fermetures de Bromont (Hyundai) et de Boisbriand (GM)... on ne produit plus la moindre voiture. Syndicalisme de guerre et d'extorsion, et lois du travail vampiriques ont fait le travail d'éteindre.

Pourquoi certains sont devenus des vieux cons, des emmerdeurs, des éteignoirs, au lieu d'être des bâtisseurs et des visionnaires? Il n'y a plus d'idéalistes... juste des furieux qui veulent tout éteindre, parce que leur passion est éteinte.

Réécrire le passé et définir l'avenir éteint

Développer en hauteur serait quelque chose du passé, appartenant aux années soixante... MYTHE! Faut avoir eu la tête à l'ombre de son postérieur pour ne pas avoir vu le développement en hauteur des dernières années dans des villes qui sont réputées plutôt à plat en fonction de leur population.

Le Shard London Bridge 71 étages et 309 metres... à Londres, mégapole historique bâtie à plat... a aussi besoin de densifier
Un projet moderne... du XXIe siècle, pas des années 60. 
Londres vient en 2013 d'inaugurer le "Shard London Bridge" qui dépasse les 300 mètres.

Il est aussi faux de prétendre que le concept du gratte-ciel n'appartient qu'aux mégapoles. Un petit tour sur le répertoire internet skyscraperpage.com vous détruit le mythe en quelques clics. Calgary est une ville importante, mais ce n'est pas une "mégapole" en ayant juste un peu plus du million d'habitants.

Pourtant, on y trouve quatre gratte-ciels de 50 étages et plus déjà construits, et deux autres présentement en construction de 56 et 59 étages (projets prévus être terminés pour 2018). Un autre est étudié pour une tour de 62 étages, le Oxford Place. Calgary est-elle une ville des années 60?

Québec serait trop petite dans la tête de certains québécois sans envergure pour avoir une tour de 65 étages, alors que tous les autres édifices en hauteur, pas si nombreux, sont sous les 32 étages (Marie Guyart) et 28 étages (Complexe Jules Dallaire nouvellement inauguré)...

Un projet en hauteur, ce serait uniquement pour "l'égo" du maire semble-t-il... La démagogie de plusieurs (dont Marc-André Carignan) impose des comparaisons RIDICULES à Dubaï (plus que 3 fois plus haut que le projet de Québec) et la Chine avec son architecture réputée farfelue et laide qui fait l'objet d'un moratoire... "Québec n'est pas Dubaï ou la Chine"... t'es un demeuré où quoi?

Quand Portland Oregon, une ville parfois citée par les z'urbanistes, se lance dans un projet de gratte-ciel... Est-ce qu'on se dit qu'ils sont la "grenouille qui veut manger le boeuf"? Est-ce qu'on dit que Portland se prend pour New York, Dubai, ou la Chine? Comment peut-on être aussi niais pour lancer de tels arguments vides complètement imbéciles?

Et qu'en est-il de l'égo du Québec... là où on refuse systématiquement tout projet qui "dépasse"? On a l'égo des complexés: Bloquer, limiter, abaisser, rapetisser, rendre moyen, médiocre.

Je déteste ces réflexes... Je déteste cette petitesse. Ces gens rendent le Québec perdant depuis très longtemps... ils dominent... trop souvent ils réussissent à éteindre.

Souhaitons qu'ils n'emportent pas notre phare dans leur trou noir.

Small is beautiful... oui, mais pas pour tout, tout le temps. Être petit dans sa tête sera toujours triste.

***
Lien : Le top 10 des édifices laids de Chine: http://asiasociety.org/northern-california/top-ten-chinas-ugliest-buildings Le numéro 5 est un des pires, le numéro 3 le plus célèbre.

dimanche 15 février 2015

Les "bienfaits" du pot et le budget du Colorado

La pseudoscience dit que la marijuana a des "bienfaits" ...parce qu'en tant que mari "médecinale" on en donne à des mourrants pour les aider à pouvoir manger...

Pourquoi alors on ne boirait pas tous du jus de chimiothérapie au dîner, parce que "c'est bon pour la santé"?

Les adeptes de la pseudoscience cumulent habituellement les "études" en matière de faussetés fallacieuses en médecine. Souvent, ils auront cette méfiance des docteurs, des pharmaceutiques, ils seront ceux qui aussi parlent de "complot des vaccins", conspirations de toutes sortes de Roswell jusqu'à Ground Zero, grands fans de médecines alternatives, douces... Parce que ce qui est doux, est nécessairement bon... comme l'expression "drogues douces".

Allez mamans enceintes, on vous dit même que c'est bon pour vous et bébé! (ICI)

Pourquoi pas avec un t-shirt de Bob Marley... mort assez jeune du cancer... On ne saisit pas l'ironie? C'est le THC les amis!

Une fois adulte, qui veut vraiment être comme Cheech et Chong?
Plusieurs utilisent le prétexte médecinal pour en justifier ensuite l'usage "récréatif" qui a pour "bienfaits": cancer, psychoses, dépression, perte de motivation, troubles cognitifs, accidents de la route, maladie pulmonaire obstructive, et baisse du quotient intellectuel.

Non, prendre une bière ou un verre de vin au souper ne se compare en rien avec l'inhalation de la fumée de combustion du cannabis. Dans quel livre de médecine les poumons seraient en réalité faits pour inhaler de la fumée de goudron? Et... connaissez-vous beaucoup d'usagers réguliers du cannabis récréatif qui dépassent les 60 ans?


Le lobby pro-pot tient tellement à justifier l'usage de la substance, déjà beaucoup trop banalisée, comme s'il fallait avoir la "caution morale" de la société pour se droguer, un caprice. Ce sont ceux qui encouragent déjà le crime organisé en le soutenant financièrement, qui voudraient dicter la voie à suivre à toute la société pour la raison que "on le fait déjà de toute façon"? ...Cela au moment qu'on plafonne dans les résultats à diminuer le tabagisme dans la population...

Comme exemple maintenant, on nous cite le supposé "success story" du Colorado qui "nage dans l'argent du pot"...avec 60 millions $ de profits de cet argent sale (comme Richard Martineau dans cette chronique ICI). Cela représente en fait une "poignée de change" dans la balance du budget de de 22 milliards $ (soit 0,3%) d'un état qui compte 5,2 millions d'habitants...

Combien coûteront les "bienfaits" du pot sur la santé physique et psychique de la population à long terme, une fois qu'on a lancé le message à tous que fumer du poison... c'est acceptable?

À quand des bonnes familles québécoises, papa, maman, papy, mamie, fiston 16 ans et la grande de 18 ans, fumant tous un joint fourni par la "Société du cannabis du Québec", ensaché par un fonctionnaire à 35$ de l'heure avec pension à vie, avant le souper dominical? J'espère JAMAIS.

Le Québec est déjà assez empoté comme ça.



***

Archives du blog