mercredi 20 juillet 2016

Un à un, ils tombent pour la liberté


Ce matin, la mafia russe de Poutine a frappé à Kiev, une bombe sous la voiture du journaliste d'origine biélorusse Pavel Sheremet, célèbre anti-poutiniste. Pendant qu'ici, on chasse des pokémons... les opposants à Poutine continuent de tomber un à un.

L'état brigand tue par balles à deux pas du Kremlin (Boris Nemtsov 27 février 2015) ou à Londres (Litvinenko novembre 2007) à dose de polonium, sans gêne d'empoisonner les voisins, ou abat un avion malaisien parti d'Amsterdam rempli de citoyens hollandais (juillet 2015), pendant qu'il envahi et/ou menace d'envahir tous ses voisins qu'il considère SA zone d'influence (Géorgie 2008, Ukraine 2014, occuppation illégale d'une partie de la Moldavie depuis 1992)... Pas la moindre conséquence... et ses collabos sont à l'oeuvre chez nous...

Qui est Pavel Sheremet?

Pavel Sheremet n'avait que 44 ans. Il en avait bien l'air de 59. Il était le chef de bureau en Biélorussie de la principale chaîne russe quand a été arrêté avec son caméraman Dmitry Zavadski en 1997 par Lukashenko (toujours au pouvoir)... c'était à l'époque que Poutine n'était pas là, et que la Russie nous apparaissait plus "normale" avec Boris Elstine. Les russes avaient alors tout fait pour les sortir de la prison en Biélorussie où il y a passé plusieurs mois. Les gens disparaissaient à cette époque en Biélorussie. En 2000, son caméraman Zavadski a été kidnappé lorsqu'il devait rencontrer Sheremet à l'aéroport de Minsk. Son corps n'a jamais été retrouvé. On considère qu'il est mort le 7 juillet 2000. 

Sheremet avait survécu à tout ça et continuait sa carrière à Kiev en Ukraine, toujours en opposition à l'empereur gopnik Poutine... pays partiellement occuppé par des forces d'allégeance russe poutinienne.
 
Poutine est bel et bien un terroriste international, un ennemi de la liberté, un ennemi de l'occident, au même titre que l'état islamique dont il a besoin pour déstabiliser le monde, et en tirer profit.

Les vrais défenseurs de la liberté vs les déserteurs

Pendant que plusieurs gauchos du dimanche, défenseurs de libertés en pâpier mâché, en fait déserteurs au courage de façade, criaient avec de l'écume autour de la bouche contre Bush et les américains dans les rues de Montréal et de Paris... Putler émergeait. Il est maintenant au sommet de sa gloire, et bien parti pour rester.
Pavel Sheremet et Boris Nemtsov tué le 27 février 2015

Je suis incapable de m'enlever de la tête, et incapable de m'empêcher de dire qu'ici au Québec, la liberté d'expression c'est la liberté de Mike Ward de pousser au suicide un ado handicapé de naissance... ou de Jeff Fillion de mettre des émoticones sur un tweet qui s'adresse au père d'un ado qui s'est suicidé... Je suis tourmenté par ces gens qui trouvent que la liberté de posséder un pitbull est un combat important. La ligne de front bien est loin...

Question d'urine...

Cette semaine, plusieurs apprennent avec stupéfaction que la Russie pourrait être bannie des jeux de Rio... les services secrets russes nostalgiques de la belle époque dopée de l'URSS, supervisaient les tests de dopage et remplaçaient les échantillons d'urine.

Faut croire que l'Occident est plus sensible à la pisse de sportifs qu'au sang des journalistes, des soldats ukrainiens, et des victimes du vol de Malaysian Airlines. Obama fait polir son prix Nobel de la paix par John Kerry.

***

mardi 19 juillet 2016

Qu'est-ce qui pouvait arriver de pire pour la Turquie... et le monde?

La pression du terrorisme islamique, de l'état islamique aux portes, des attentats répétés, du vieil ennemi russe dirigé par Poutine, et l'incurie, sinon la stupidité pathologique du département d'État américain sous John Kerry devant la marionette islamiste Erdogan, aura eu raison de la Turquie laïque d'Ataturk.

Erdogan était prêt pour le coup... et le véritable coup a eu lieu après la tentative ratée des militaires. Les listes de personnes à arrêter étaient déjà prêtes.

Un membre de l'OTAN plonge dans la dictature, l'arbitraire, le pouvoir théocratique... tout ce que l'OTAN est sensé combattre pour garder l'Occident le plus sécuritaire possible, garder les menaces à distance dans un monde du 21e siècle instable, en proie à des reculs sur les droits et libertés quasiment partout.

Mais que s'est-il passé pour qu'on en vienne à ça?

Le facteur Poutine

La Russie n'a pas ménagé ses efforts pour déstabiliser la Turquie: les provocations à partir du prétexte syrien, violations du territoire turc étaient exactement faites dans le but de coincer la Turquie entre son pouvoir présidentiel élu, son armée garante de la constitution laïque, le reste de l'OTAN grandement afaibli en cette fin de 2e mandat d'Obama aux États-Unis, les islamistes qui trouvent que la Turquie d'Erdogan n'est pas assez islamiste et voient poindre un califat à leurs portes, et les kurdes toujours en revendication d'un statut, d'une autonomie, sinon d'un pays.

L'armée turque a fait ce qu'elle doit faire selon le protocole, et a abattu un avion de chasse russe.

La Russie savait ce qu'elle faisait, et comme pour tout le reste, plus c'est instable, plus on cherche à en tirer profit, quitte à ajouter aux problèmes. La politique étrangère russe de Poutine-Lavrov c'est de foutre la merde, car de toute façon, tout ce qui ira mal, fera mal aux États-Unis, à l'Europe, à l'OTAN, et placera à Russie du côté des "solutions"... pour ceux qui aiment se faire manipuler par RT.

Remarquez qu'à chaque fois qu'il y a eu des attentats contre l'Occident dernièrement, Paris, Bruxelles, Nice, la Russie s'est exprimée en faisant des demandes: "L'Occident devrait dialoguer avec la Russie"... "L'Europe devrait cesser ses jeux géopolitiques et s'unir avec la Russie"... En fait, dernièrement, c'est comme si c'était la Russie qui revendiquait des demandes suite aux attentats... ce que l'état islamique ne fait plus vraiment, car l'E.I. n'a pas d'autres objectifs précis que le maintien et l'expansion de son califat.

Coup d'État militaire en Turquie? La Russie va profiter si ça fonctionne.

Coup raté, Erdogan fait le ménage et se réconcilie avec Poutine? La Russie en profite.

Un avion civil russe explose en plein vol entre l'Égypte et la Russie? La Russie profite et a le prétexte pour prendre le contrôle de la riposte contre les rebelles anti-Al Assad, les écraser, et en quelque sorte épargner les barbares de l'état islamique... dont on a besoin pour déstabiliser le monde.

Attentat Istanbul? (7 juin et aéroport le 28 juin ) ...La Russie demande des excuses pour le SU-24 abattu en novembre, et les obtient.

Pendant ce temps, les rebelles pro-Poutine peuvent continuer de bombarder les positions de l'armée ukrainienne au Donbass, malgré les cessez-le-feu, jamais respectés.

Pendant ce temps, on ne demande plus à Poutine de rendre la Crimée.

Pendant ce temps, les dossiers d'espions tués au polonium à Londres, ou de journalistes assassinés, le meurtre de Boris Nemtsov, on n'en parle plus et le régime islamisto-débile de Ramzan Kadyrov peut faire ce qu'il veut en Tchétchénie, au sein même de la fédération russe...

Vous savez... on a tous rencontré un admirateur de Poutine dernièrement qui vantait la défense du dictateur "éclairé" des forces "chrétiennes" contre les islamistes... une belle image de propagande made in Russia... mais ils oublient qu'en Russie, la charia est appliquée avec la bénédiction du petit potentat de Grozni, un pilier du pouvoir russe dans le Caucase.

On en est pas à la première contradiction, ou "dissonnance cognitive" constatée chez un admirateur de Poutine en Occident...

Le legs d'Obama

C'est bientôt la fin prévue du règne de Barack Obama. Après des premières années difficiles, mais en contrôle, tout déraille en 2011, il y a 5 ans déjà. Tout déraille avec cette idée de printemps arabe. Une déstabilisation organisée du château de cartes entre minarets et palais présidentiels du monde arabo-musulman.


Que voit-il dans le miroir?

Ce n'est pas que je pense que Bachar Al Assad, Ben Ali, ou Mouhammar Khaddafi devaient rester au pouvoir... mais la nature a toujours horreur du vide. Il aurait fallu avoir appris des erreurs de l'administration Bush en Irak si on voulait se permettre le luxe de lui donner des leçons...

C'est encore cette pensée magique qui fait croire que le monde arabo-musulman est capable de démocratie, d'état de droit, de liberté d'expression, et qu'il en est prêt.

Penser qu'un pays comme la Libye, entre les influences tribales et islamistes, un désert aride disposant de très peu d'oasis intellectuels après des décennies de répression, pourrait facilement se tourner vers une démocratie libérale orientée vers Bruxelles et Washington... tient du délire. Penser que la Syrie tantôt exportateur sous contractant du terrorisme iranien contre Israël et le Liban, tantôt client et meilleur pote à Moscou, tantôt héritier des armes de destruction massive de l'ami baasiste Saddam Hussein, allait glisser doucement dans la paix afin de devenir un paradis de droits humains, sans résistance de Moscou, de Téhéran, sans que les Saoudiens y voient une occasion... c'est encore du délire.

Encore une fois, le département d'État américain a trahi ses alliés. Sous Obama-Kerry, il a multiplié les trahisons et opté pour des islamistes.

J'avais prévu ici sur ce blog que la présidence de Obama serait douloureuse... mais jamais j'aurais imaginé un tel désastre. Jamais j'aurais pensé que de la Libye jusqu'au Bangladesh, en Europe jusqu'à la capitale Bruxelles, le terrorisme islamique serait aussi actif et aurait la voie aussi libre, et que comme seule réponse, on aurait encore et encore de ces phrases creuses stupides parlant de plus d'ouverture et d'amalgames.

On nous demande de tolérer le barbarisme jusque chez nous.

Tout l'Occident est affaibli, même de l'intérieur parmi ses électeurs, et pire, son appareil de renseignement: Edward Snowden est aujourd'hui chambreur chez Poutine et parle quand Poutine le veut... pour blâmer que l'Ouest ne respecte pas la vie privée de ses citoyens... en voulant mettre la main sur des terroristes. J'vous le dis, cet enfoiré de Poutine tourne tout à son avantage...

Comme si nos dirigeants, Obama, Merkel, Hollande, n'avaient jamais pu penser aux conséquences de leurs sentiments niais, leur dépendance face à une partie de l'électorat pacifiste-inclusif jusqu'à la soumission, tout ça l'emportant sur la triste réalité du monde. Les petits chatons se font noyer un à un par le psychopathe Poutine... et en échange, on aura comme choix sur le bulletin de vote Marine LePen, et Donald Trump, ouvertement complaisants envers celui qui se nourrit de notre malheur.

On pourra blâmer les électeurs de se tourner vers Trump et LePen... comme on a blâmé les britanniques qui ont voté pour le Brexit, mais, leur a-t-on donné le choix?





***

Archives du blog