dimanche 2 avril 2017

"Lab école" et le marketing politique pour l'électrice libérale de 54.72 ans et "l'intérêt public" des architectes

"Trois vedettes pour réinventer l'école"

Source: Capture d'écran La Presse

J'écrivais la semaine dernière contre la victimisation des professeurs... aujourd'hui je leur donnerai raison dans leur position questionnant le programme "Lab école" annoncé dans le budget Leitao avec une enveloppe de 1,5 millions par année, 5 millions au total.
 
Savez-vous comment ça fonctionne la politique et le marketing politique? On essaie d'avoir l'air bons et gentils. On s'associe avec des figures que les gens aiment et respectent... et on montre qu'on fait quelque chose. L'obligation de résultat n'est pas là... l'important c'est qu'au moment voulu, ont ait suffisamment joué dans votre tête pour que vous soyez "zen". Comme le disait l'ancien ministre des Finances Bachand... l'important c'est d'être heureux comme peuple.

C'est exactement ce qu'est "Lab-école", un projet de 5 millions $ annoncé dans le budget, semble-t-il un peu à la "surprise" des trois amigos concernés.

À 18 mois des élections, on voulait lancer "l'année et demie électorale" avec des belles nouvelles, de l'intérêt humain, des souries, de l'espoir (dixit Carlos le chacal des finances) et des VEUDETTES... les québécoises que les madames de 54.72 ans aiment bien: Le "target", la cible marketing.

Un peu plus, pis on joignait Céline Dion à une conférence de presse pour chanter, on en parle le soir même au Gala Artisse, Ricardo fera de belles recettes que Pierre Bruno va goûter, on aura un p'tit clin d'oeil complice à Salut Bonjour avec un levage de mug, Pierre Lavoie y montrera ses mollets et le premier ministre fera un pouce levé en les pointant, un stéthoscope au cou. Le Québec sera donc en santé dans des écoles saines, les enfants vont se mettre à aimer le chou fleur... c'est comme si on était en délirium de lithium.

Les syndicats ont raison de dénoncer cette idée, qui est défendue bizarrement... Comme si nos écoles étaient "laides", les plus laides du monde. C'est certain qu'en fin mars les arbres nus, le banc de neige grise, c'est pas sexy... mais aucun architecte n'a solutionné la laideur des bancs de neige gris au mois de mars. Prédiction: ça restera toujours laid.

Comme si de donner de l'argent à un nouvel organisme externe fondé par des gens qui autour d'une bouteille de vin à 200$ ont décidé de "s'impliquer" solutionnerait "LE" problème.

Et quel est le problème que l'on veut solutionner en "réinventant l'école"? Le fait qu'au Québec, on a tellement essayé de réinventer le bouton à quatre trous que les jeunes écrivent au son à l'université, sont plus obèses, parlent mal, s'intéressent peu aux choses importantes et concrètes. De réforme en réforme, on a gâché et gaspillé en "réinventant".

En fait, personellement, je ne trouve pas que nos écoles ne sont "laides", certaines ont juste besoin d'entretien, un nouveau toit, de la peinture, parce qu'on les a négligées. J'en ai justement visité dans les dernières semaines et j'ai pourtant bien intérêt à ce que nos écoles soient propres, c'est le milieu de vie de mon enfant aussi.

Cet argent aurait mieux été dépensé en peinture, en travaux de toiture, en changements de fenêtres, et nettoyage de conduits d'aération. Toutes des affaires sur lequel on peut très peu "faire du millage" en relations publiques: C'est pas sexy annoncer qu'on va mettre à jour la ventilation, juste faire de l'entretien normal que n'importe quel responsable consciencieux fera faire. Si l'architecte Pierre Thibault qui s'est joint au projet veut dessiner "l'école idéale" parce qu'il aurait une idée géniale... il peut le faire gratuitement en consultant LES ENFANTS ET LES PROFESSEURS et soumettre son plan. J'ai pourtant comme la vague impression qu'un architecte, ça ne fait pas grand chose gratis... surtout quand il est question de projets publics.

Sinon... tout ça c'est n'importe quoi, une tentative de tirer la couverte de son côté pour de futurs contrats? Faire du résautage qui vaut son pesant d'or dans le ministère de l'éducation? 5 millions c'est pas beaucoup d'argent pour le gouvernement... mais c'est un 5 millions de plus qu'on a de la difficulté à justifier pour autre chose qu'une opération de RELATIONS PUBLIQUES servant à la réélection du Parti Libéral, qui au bout de la ligne, ne donnera pas grand chose. L'élection est dans 18 mois, c'est déjà la campagne. 

Un "Grand Défi" à but non lucratif mais avantageux

Vous vous souvenez du printemps dernier? Pierre Lavoie commençait à faire grincer des dents avec son Grand Défi qui prend beaucoup de place au Québec, fait du bruit, tasse la circulation, et ses cyclistes qui pissent sur les arbres des terrains privés au bord du chemin.

On dit que Pierre Lavoie a fait beaucoup de bien, il a amassé de l'argent pour des belles causes, parfois il en fait peut-être un peu trop comme celui qui fait trop d'entraînement pour faire des épreuves qui sont TROP, comme un "Ironman". C'est super bien que nos enfants soient motivés à faire de l'activité physique... mais j'veux pas qu'on fasse des Ironman l'exemple... Pierre Lavoie représente pour moi le gars qui en fait trop, incapable de s'arrêter.

Pierre Lavoie a aussi son organisme à but non-lucratif, sa fondation, qui paie son condo dans la région de Montréal. Citation imaginée: "Je ne suis pas payé... mais on me fourni un condo qui m'aurait côuté 444 000$, c'est moi qui ait les clés, mes draps sont dans le lit"...Tant qu'à moi, c'est un avantage notable, bâti avec l'aide du public... accès aux écoles, subventions, et tasser le monde de la route, ça coûte quelque chose.

Moi quand je faisais beaucoup de vélo... j'avais pas besoin de Pierre Lavoie pour me motiver, pas de party, pas de subventions, encore moins d'avoir la route principale dégagée pour moi. J'avais pas besoin de rouler les pédales au fond avec un vélo de 10 000 $.

Le gouvernement du Québec donne 300 000 $ pour le Grand défi... sur un budget beaucoup plus élevé... mais Lavoie se défend de retirer des avantages... Radio-Canada dans un article local à sa défense: "M. Lavoie répète n'en retirer aucun autre avantage financier personnellement."
"En bout de ligne, quand je reçois ma paie finale, c'est le salaire que je gagnais chez Alcan quand je suis parti il y a huit ans." - Pierre Lavoie
Donc, ne retire rien sauf, le condo acheté 444 000 $ à Boucherville au nom d'un OBNL, et la paie équivalente à une job en or chez Alcan. Ok... pour moi ça ressemble à "sauf, une fois au chalet"...

Pendant ce temps, nos écoles ont besoin d'orthophonistes et de livres neufs et elles ont déjà des professeurs d'éducation physique. S'ils sont mauvais et qu'ils échouent à faire bouger les enfants, peut-être devraient-ils s'améliorer, ils sont déjà payés pour ça.
"On est parti de 2, on est monté à 9 événements, et on en veut 15. On a 40 employés, on en veut 200. Notre budget d'opération est à 10 millions, on veut le monter à 100 millions." -Pierre Lavoie
Il en fait toujours trop... ça s'emballe.

Juste une idée comme ça pour "améliorer le Québec" et "embellir" nos écoles... Si on ramasse 100 millions, et qu'on en vient à payer 40, ou 200 employés pour faire du bécyk, pourquoi on mettrait pas ça directement dans les gymnases au lieu de se prendre un pourcentage au passage?

Les meilleures causes sont celles dont les frais d'opérations sont à peu près nuls et où les organisateurs sont de vrais bénévoles. Sinon, la cause, ça devient un prétexte à se créer des jobs et des avantages, et pourquoi pas, un abri fiscal?

Il y a un chiffre qui m'intéresse: Combien ça coûte "Y" pour donner le montant "X" à la bonne cause?

La bibliothèque à "embellir"...

Tiens parlant de livres des écoles... Pierre Thibault, l'architecte, qui s'est joint à l'aventure, avait une "idée" pour la bibliothèque Gabrielle Roy de Québec. Une grande bibliothèque, la plus grande du réseau des bibliothèques municipales, au centre-ville, inaugurée à grand frais dans la foulée de Québec 84, la célébration du 450e de la venue de Jacques Cartier dans le secteur avec un plantage de croix patrimoniale. Québec 84 a été le 400e de son temps... les legs sont nombreux. Il y a eu le Marché du Vieux Port, et à peu près tout le Vieux Port, l'Agora... ça a été un bel événement, la venue des grands voiliers, mais la température a été pourrie toute l'été. Je m'en souviens, j'étais un petit gars d'âge scolaire qui jouait au hockey, faisait du vélo, sans avoir eu besoin de Pierre Lavoie.

L'architecte Pierre Thibault est un habitué du "je t'informe d'un problème que j'ai trouvé, et j'ai la solution et... si vous pensez me donner un contrat..." (citation imaginée).

Faits: Il y a un mois... il est à TVA au bulletin de Pierre Jobin (qui manquait de nouvelles ce jour-là?) en nous disant qu'il fallait absolument rénover la bibliothèque Gabrielle Roy de Québec, selon lui, désuète au point de nécessiter des travaux de "JUSSE" 10 millions $... Cette entrevue est dans le cadre d'une série intitulée "Embellir Québec" (quoi Québec est laide maintenant?) présentée une fois par semaine. Une méchante belle vitrine pour un architecte en besoin de contrats publics. C'est Pierre Thibault qui nous fait ce qu'on appellerait des effets de toges s'il était avocat. "Faudrait faire ça ici, et ça là-bas... tasser ça, et regardez ici les lampadaires, ceux-là sont vieux, et ceux-là sont récents, donc faut tous les changer pour faire une trame de continuité..." Changer un lampadaire, ça coûte peut-être 15 000 $... mais le projet est toujours chiffré en dizaines de millions. Fallait refaire Place d'Youville au complet une semaine... pour changer les dalles, faire du beau terrassement, d'un lieu qui tant qu'à moi est "bin correct", j'ai entendu personne crier qu'il fallait dépenser nos taxes en terrassement à Place d'Youville.

Revenons à la bibliothèque... Quelques semaines plus tard, dans le même bulletin de nouvelles, Pierre Thibault est EXAUCÉ QUATRE FOIS: on annonce que la ville finalement va "investir" 40 millions $ par coup de baguette magique à crédit, ramenant sa proposition initiale au niveau "super raisonnable", car quatre fois moins chère (marketingting?). Personne n'a expliqué clairement pourquoi la bibliothèque qui était neuve quand on y faisait des sorties scolaires en 1986, et qui est toujours un très bel endroit, nécessitait autant de rénovations, et "TANT QU'À Y ÊTRE", une AUTRE salle de spectacles, alors que les intervenants du spectacle à Québec se plaignent qu'il y a TROP de salles. Rénover Gabrielle Roy... pourquoi en 2018 à 40 millions et pas en 2025 à 15 millions? Est-ce que les architectes fixent les "besoins"? Ils ont besoin de contrats?

Nous on a besoin de politiciens qui mettent les priorités aux bonnes places. 

Rassurez-vous, il y aura un "jury"...  Tout sera tellement transparent, en verre, on va assurément faire quelque chose de très beau, foi de Pierre Thibault.

Les relations de monsieur Thibault, architecte vedette, avec la Ville semblent plutôt bonnes et profitables... Pierre Thibault a remporté le contrat de l'important projet légèrement controversé de Grand marché à Expocité. On prend un pavillon existant, on le rénove à plusieurs dizaines de millions pour y placer des marchands de produits maraîchers qui étaient pas si mal au Marché du Vieux Port, et la firme empoche un demi-million pour les plans. Mais rassurons-nous, d'autres soumissionnaires avaient soumissionné le double!

Alors, c'est comme une pub qui vous dit, achetez mon camion légendaire de courage, avec une grosse voix, normalement on le vendrait 45 000 $, mais là, on a sorti nos calculettes, pis on est capables de vous le laisser à 35 000 $... donc, VOUS ÉCONOMISEZ 10 000 $. Économiser... on serait fou de ne pas le faire, on dit toujours que les gens n'économisent pas assez!

Marketing de merde: On économise rien en dépensant.

Une affaire de famille et de contacts...

Pierre Thibault architecte est le frère de Germain Thibault, l'associé de Pierre Lavoie. On a parfois oublié de vous le dire et quand on vous l'a dit, c'était en p'tits caractères au 22e paragraphe. Germain Thibault est l'ancien patron régional de Radio-Canada au Saguenay-Lac Saint Jean. Germain Thibault est celui dont se plaignaient plusieurs collaborateurs et ex-collaborateurs au Grand défi... semble-t-il qu'il est assez brusque. Dans son article-choc dans La Presse "L'empereur du cube", Katia Gagnon a ramassé les témoignages: 
"Nous avons recueilli une demi-douzaine de témoignages d'anciens employés et de collaborateurs, qui ont tous quitté l'organisme. En bonne partie à cause de Germain Thibault.
Leurs témoignages allaient dans le même sens et ils employaient parfois les mêmes expressions : Thibault est un homme dur, qui peut traiter rudement son personnel. Toutes les personnes interviewées ont accepté de nous parler à la seule condition que nous protégions strictement leur anonymat, car elles craignaient de subir les représailles de l'organisation."
Donc, il y a une forme de dictature du cube. On donne accès aux écoles. On tasse la circulation de la route pour faire le défi des cyclistes VIP en suit à 5000$ et en vélos de carbone. On a une structure de gestion questionnée, des subventions, des avantages, des factures remboursées.

Et là, le frère rentre dans la parade, Germain n'est pas nommé, mais nos amigos n'en démordent pas, ils ont à coeur nos écoles, et s'ajoute 5 millions $ au budget, notre argent, pour leur patente.

Ça ne fonctionne pas ici: La bonne cause est devenue une business, et de la graisse pour la chaîne de bécyk, le réseautage d'un réseau. Nos écoles et nos enfants sont des outils à leur business. Le gouvernement est de connivence, déplie l'argent, et maintenant, ils vont nous dire comment construire nos écoles selon leurs critères?

Et faudrait ensuite refaire la ville entière, la place du Centre ville, la bibliothèque par dessus le marché, parce que pas assez belle aux yeux de Pierre Thibault l'architecte.

En tout cas, ça semble rudement intéressant ce type bénévolat et d'implication à "but non lucratif" dans des bonnes causes... de la grande philanthropie! "Réinventons" le mécénat!

***

Aucun commentaire:

Archives du blog